On nous prédit la fin du manager scientifique, l'arrivée tel le messie (pas le joueur du Barca)  Manager collaboratif, tribal, holacratique, adhocratique.

Derrière les mots, que deviendra le manager en 2035? Existera t il  encore? Que fera t il? 

Vos contributions seront grandement appréciées

communautés management innovant teletravail travail 2 0 uberisation
7
7

6 réponses

il y a 3 ans par olivierChaillot

Voilà une question dont la complexité induit une attitude prudente pour formuler une réponse. Il me semble que pour y répondre il faut d'abord s'entendre sur ce que sera le contexte dans lequel "il" exercera ses fonctions en 2035. Sauf à penser que le management n'a aucun lien avec l'environnement dans lequel il s'exerce, le manager de 2035 aura adapté ses méthodes, techniques et outils à son époque.

Alors, c'est comment 2035 ? La réponse est multiple car demain n'est pas écrit mais sera structuré par nos décisions d'aujourd'hui. Il y a donc plusieurs futurs, certains plus probables que d'autres ... c'est tout d'abord ce travail d'identification des scenarii les plus probables qu'il faut effectuer pour répondre à la question.

il n'est pas possible ici de formuler l'ensemble des futuribles (contraction de futurs-possibles) et donc il est impossible de répondre à la question ... il est toutefois possible de formuler les facteurs moteurs qui construirons ces futurs. Un facteur moteur est un élément de l'environnement que l'on observe qui, en fonction des décisions collectives qui sont prises, induit des futurs différents. Certains de mes clients appellent ça des Y car ce sont des espèces d'aiguillage du futur.

Donc, les principaux facteurs moteurs pourraient être formaliser ainsi :

  • La démographie
  • Les clés de répartition des richesses produites
  • la production agricole (per capita)
  • la production industrielle (per capita)
  • ...

en combinant ces éléments, nous pouvons identifier les scenarii les plus probables ... ce n'est qu'ensuite qu'il peut-être raisonner sur la manière dont le manager de ce temps incertain se comportera ...

Si ces questions vous intéresse, j'anime ce genre de réflexion, vous pouvez nous rejoindre dans un groupe de réflexion prospective ..

6
il y a 3 ans par oimoci

Allez, je me lance !

Il saute aux yeux que les médias nous font confondre quelques expériences ponctuelles avec des tendances de fond. Dans bien des cas, on perçoit quelques améliorations dans les comportements mais pas ou peu d'évolution sur les fondamentaux et notamment la division horizontale et verticale du travail.

Reste à définir ce qu'on entend par manager ? Il y a 20 ans, c'était le boss ! Maintenant, 30% des effectifs sont managers ou managers de managers... La machine s'auto-alimente !

Je pense qu'on va doucement vers la fin des organisations avec cette approche très hiérarchique et donc sclérosante pour au moins deux raisons : leur manque d'agilité dans un monde globale et hyper-concurrentiel ET leur manque d'attractivité (pour les mêmes raisons plus quelques autres) qui leur permettrait de gagner la bataille des compétences.

Du coup, en parallèle, j'imagine la croissance des organisations capables d'attirer ces compétences et d'étendre leur territoire de marché, avec beaucoup beaucoup moins de managers et beaucoup plus de personnes qui FONT ! 

Frédéric, jette un coup d'oeil à la proportion d'ingénieurs chez les GAFA dans cette étude de FaberNovel (slide 53), ça en dit long ! Ces boites ont mis en place des outils qui leurs permettent de "manager" des petites équipes avec très peu voire sans managers.

2
il y a 3 ans par Freymillet

Hello Jérome 

Tu as raison de te lancer. Ta réponse est très claire. Merci

Je regarde ASAP l'étude Fabernovel

1
il y a 2 ans par olivierChaillot

En faisant ma veille pour alimenter le flux "comprendre pour agir" (abonnement sur "dubitare.fr"), je trouve cet article qui me semble "répondre" à la question : management-rse.com/2016/04/13/manager-en-2030-l...

Tentative de prédiction ? de prévision ? ou simple exercice de style ?

en tout cas, pas de doute dans la démarche et pas d'autre futur possible ;)

2
il y a 2 ans par Freymillet

Bonjour Olivier 

merci beaucoup pour vos 2 contributions :+1::+1::+1:

1
il y a 2 ans par mejdi

Tout dépend du secteur. Nombre fortement en déclin! Plus besoin, le manager passe le relais à l'intelligence artificielle.

A date l'intelligence artificielle a atteint 20% de l'intelligence de l'homme, elle peut à date innover, choisir et réfléchir!

Je conseille le livre de Nick BOSTROM Superintelligence

Toutes les réponses y sont! Si le livre est lourd je t'oriente vers un article : Multiple intelligences in a MultiAgent System applied to telecontrol!! Le concentré du concentré!

1
il y a 2 ans par Freymillet

Super

Merci beaucoup pour ces inputs 

Je vais acheter le livre

bon week end 

Frédéric 

1
il y a 1 an par CedricRousseu

Ca dépend en quelle année il est né ^^ #troll #désoléjesors

1
il y a 8 mois par JeanArtaud

Un management participatif et positif
Les pratiques liées à l'organisation du travail, les types d’organisation et de contrôle sont cruciaux pour expliquer l’efficacité relative des entreprises .
L’évolution inquiétante de certaines méthodes modernes de management met en évidence les effets délétères de nouvelles organisations qui, paradoxalement, prônent l’autonomie et la responsabilité individuelle, sans en fournir la formation ni les moyens, ce qui est ressenti comme un facteur majeur d’agression psychique.
Un mode de management basé sur la mobilisation des opérateurs et employés pour rechercher l'efficacité dans la détection et la résolution de problèmes, est à la base d’une bonne efficacité au travail : l’attitude managériale basée sur la participation laisse une autonomie dans la prise d'initiatives essentielle . L'état d’esprit et les comportements des managers disposés à laisser leurs subordonnés s’exprimer et prendre des initiatives, leur qualité d'écoute, sont indispensables pour développer la résilience. A défaut, il faut envisager de renouveler les structures hiérarchiques trop autoritaires, strictement attachées aux décisions par voie descendante (top-down) et totalement rétives à l’inverse (bottom-up). C’est le cas lorsque l’inadaptation croissante des méthodes de management traditionnelles accroit la crise de confiance des salariés envers leur entreprise. Pourtant, la confiance est au cœur des enjeux personnels et organisationnels. 
Le management participatif est un mode d’animation et de conduite des individus et des équipes qui suscite leur engagement et leur contribution à l’innovation permanente et au progrès de l’entreprise : www.officiel-prevention.com/protections-collect...

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.