A partir de quelles métriques peut-on considérer qu'un lancement est réussi à 1, 6 et 12 mois en France pour un app gratuite B2C Savez-vous où de tels chiffres sont disponible ?

marketing mobile start up
1
3

6 réponses

il y a 2 ans par Julien_

Le nombre de téléchargements et de DAU ne sont pas des indicateurs très intéressants pour évaluer le potentiel d'une app.

Il vaut mieux se concentrer sur les facteurs d'engagement (le rapport DAU/MAU, la rétention et la fréquence d'utilisation)

Pour les chiffres, ça dépend beaucoup de la catégorie de l'appli. Tu peux voir des exemples sur cet article: andrewchen.co/retention-versus-frequency-for-mo...

Entre 20 et 50% de rétention à 90 jours, et entre 2 et 9 utilisation par semaine, selon les catégories.

Voici un autre article qui montre l'évolution de la rétention pour différentes "gammes" d'app (en fait tu peux lire tout son blog!)

andrewchen.co/new-data-shows-why-losing-80-of-y...

A titre perso, je considère qu'une appli "de base" (qui n'a pas de potentiel de monétisation autre que de la pub ou du freemium) est intéressante à partir de 50k dl/mois. Mais c'est tres arbitraire.

Apres le marché de la France ne pèse pas trop sur le mobile, mais il faut voir quel est a l'intérêt particulier de développer ce marché.

A ta dispo pour échanger si tu veux des précisions.

EDIT: Petit lexique du jargon utilisé:

DAU: Daily Active Users : le nombre de personnes qui ont utilisé l'appli sur une journée

MAU: Monthly Active Users : le nombre de personnes qui ont utilisé l'appli sur un mois

DAU/MAU : Le rapport entre ces deux chiffres. Par exemple Facebook a un ratio DAU/MAU de 65%, ça veut dire que l'ensemble des personnes qui sont allés sur Facebook en une journée représente 65% de ceux qui y vont dans le mois. C'est beaucoup, et ça montre que les gens ont une utilisation fréquente.

CPA: Coût par acquisition: combien ça me coute d'avoir un nouvel utilisateur. Par exemple si je paye une publicité au clic, à 30 cts/clic, et que sur 100 personnes qui cliquent il y en a 5 qui utilisent mon produit, un utilisateur me coute  0.30/0.05 = 6€

CLTV: Customer Lifetime Value: Ce que me rapporte un utilisateur sur toute la durée qu'il va utiliser mon produit. Ça peut être simplement le prix d'achat quand on vend un produit en "one shot". Si on a un système d'abonnement, il faut prendre en compte la durée moyenne qu'un utilisateur va rester abonné. Etc...

DL: Downloads: Nombre de téléchargements

6
il y a 2 ans par Julien_

Precision: Si je dis que les téléchargements et les DAU ne sont pas des indicateurs très intéressant, c'est parce que tu pourras facilement les augmenteren faisant de la pub. Par contre il faudra que ton CPA soit inférieur à ton CLTV, et l'engagement est un bon prédicateur de CLTV pour un secteur donné

3
il y a 2 ans par Julien

Tu me fais gagner du temps, je n'aurais pu répondre plus efficacement.

Je rajoute juste, que les critères pour évaluer un succès sont bien ceux que tu évoques. Mais tu oublies que ces critères sont calculables à partir de certains seuils. Et dans ces cas là, si ces seuils ne sont pas atteints, au moins on sait que c'est un échec.

Pour une app B2C généraliste, je dirais qu'avant un nombre de téléchargements de 100 000, pour 50 000 installations et 10 000 users actifs, on a pas assez de volume pour garantir une analyse fine... le projet est un échec tant qu'il n'a pas atteint ces montants. On peut réduire un peu les montants quand les publics sont très ciblés.

1
il y a 2 ans par Julien_

Oui, c'est un très bon point: moins tu as de données, moins elles ont de sens.

C'est d'ailleurs comme ça que Amazon classe ses produits: un produit qui a 4,5 étoiles avec 10 évaluations peut être moins bien classé qu'un produit qui a 4,2 étoiles avec  10 000 évaluations.

Je dis "peut", parce qu'il faut choisir un interval de confiance, qui va déterminer l'importance accordée au nombre d'évaluations.

Un interval de confiance c'est un chiffre en pourcentage, souvent entre 80 et 95% qui va dire par exemple "On est sûr à 95% que le produit A est mieux que le produit B".

Un article très intéressant sur le sujet: www.evanmiller.org/how-not-to-sort-by-average-r...

(quand l'article a été écrit, Amazon ne classait pas encore comme ça, c'est pour ça qu'il l'utilise comme contre-exemple).

C'est le même principe que pour les test AB.

Mais de toute façon le succès dans ce cas est relatif, ça permet de comparer entre 2 produits qui ont le même contexte (2 variantes de la même application par exemple).

Et sinon ben ça dépend des objectifs qu'on s'est fixés:

  • Le chiffre d'affaire
  • Les bénéfices
  • La valorisation potentielle, en comparant à des apps dont la valorisation est connue, avec des points de données similaires 
  • Le nombre de téléchargements (que l'on peut comparer à d'autres applications du même type sur le Google Play Store, en prenant en compte la durée de vie de l'app, ou bien avec des outils qui font des estimations)
  • L'enthousiasme des gens quand on leur montre l'application
  • La fierté personnelle
  • L'age du capitaine
  • ... 
3
il y a 2 ans par olivierChaillot

J'aurai tendance à dire : "Dès que les objectifs sont atteints" ...

Mais il semble qu'une mode assez récente prescrive de lancer ... puis de voir ce que ça donne ...

Dans cette dernière configuration, la réponse devient :"quand vous êtes content du résultat".

Plus généralement, s'il y avait une règle qui fonctionne à tout coup .. ça se saurait ! Il y a des fondamentaux comme :"quand l'activité dégage du résultat" ou "quand vous pouvez commencer à vivre de ce que vous faites" ... Mais je ne pense pas que ce soit la réponse que vous attendiez.

3
il y a 2 ans par kmbeutcha

Je rejoins Julien, pour un business B2C gratuit (très compliqué) en règle générale : la croissance du nombre d'utilisateurs actifs (rétention).

Maintenant tout dépend de ton business et de ta vision pour obtenir des revenus car un jour il va bien falloir que tu gagnes de l'argent.

Pour se former le blog d'Andrew Chen est TOP. Tu peux aussi trouver sur Google d'autres infos intéressantes sur le framework AARRR.

Bon courage !

3
il y a 2 ans par Raphael

Merci à tous pour vos réponses !

J’avais pas mal arpenté le blog d’Andrew Chen avant qu’il ne parte chez Uber et c’est en effet une excellente ressource pour ceux qui s’intéressent au sujet du mobile (et des start-ups numériques en général).

Pour expliciter un peu ma question j’essaie de voir s’il y a moyen de valider les hypothèses de mon modèle d’affaires. Autant je pense être au clair sur mes objectifs économiques, autant je suis étonné de l’absence de référence marché sur les apps par exemple quant au nombre de téléchargements, le temps moyen passé sur une app, le nombre d’ouvertures hebdo, rétention au fil des semaines en France … je n’ai quasiment rien trouvé de satisfaisant sur le net là-dessus, que ce soit d’un point de vue macro (moyenne sur X apps de telle verticale) ou même de business cases de telle ou telle app. Cela tient sûrement au fait qu’aucune app ne souhaite communiquer sur ses chiffres. Il me semble que le vide est encore plus criant sur le marché français. Du coup, j’ai du mal à évaluer si un objectif de 150 000 utilisateurs en France en année 1 est réaliste par exemple.

Mais en tout cas,vos messages m’aident à y voir plus clair. Je retiens :

1/ le recul à avoir par rapport aux analyses tant que les volumes considérés ne sont pas suffisants.

2/ un chiffre de 50Kdl par mois sur un marché mondial n’est pas irréaliste

3/ la nécessité de coupler téléchargement et usage, ou du moins l’insignifiance du critère téléchargement seul (hormis pour les classement des stores) puisqu’on ne sait pas si l’app est utilisée derrière.

Je continue mes recherches et si jamais je trouve des ressources intéressantes, je ne manquerai pas de les partager là pour ceux que ça peut intéresser.

Raphaël

3
il y a 2 ans par FredericLibaud

Vous trouverez rien parce que ce sont les propriétaires de store qui détiennent ces données.

On ne peu que penser que c'est dans un objectif à terme de monétarisation.

2
il y a 2 ans par PascalW

Bonjour, simplement parce qu'il ne faut pas louper une occasion de s'instruire:

Qu'appelez vous DAU, MAU, CPA,CPTV et DL?

Merci d'éclairer ma lanterne de profane...

3
il y a 2 ans par Julien_

Ah oui, je voulais le faire en plus!

Je viens d'éditer ma réponse avec des précisions, merci pour le rappel !

3
il y a 2 ans par PascalW

Merci      ;-)

2
il y a 2 ans par FredericLibaud

Bonsoir,

Personnellement, j'aurai tendance à dire que trop d'apps tue les apps. Ce qui en clair, signifie que pour une fonctionnalité donnée, il ne faut pas qu'il y ai trop de monde.

L'étude de marché et de concurrence me semble donc impérative !

Ensuite, il faut des fonctionnalités différenciés... c'est ce qui finalement devrait entre autres permettre de disposer rapidement d'une visibilité dans la communauté d'utilisateurs et donc d'atteindre les objectifs définies.

Les métriques ne doivent pas à mon sens êtres caler par rapport à un planning, en ce qui concerne un app pour plate-forme mobile mais, bel et bien :

- le nombre de téléchargement ;

- le nombre d'avis ;

- le nombre d'utilisateurs actifs/réelles.

Il faut également tenir du taux de renouvellement des utilisateurs, car plus vous aurez un taux élevé et plus cela voudra dire que votre application ne satisfait pas ses utilisateurs.

Et s'il faut tenir de la durée, d'un planning cela doit être corrélé avec les autres éléments constituant ces métriques.

Il faut également faire attention lorsqu'il y a une évolution fonctionnelle importante, voir moindre de l'app., car cela peu remettre en cause fortement l'engagement des utilisateurs.

N'oublions pas que ceux-ci sont volages, pingres et qu'ils ont souvent l'embarras du choix !

Frédéric Libaud - Expert en Numérique | Administrateur, référent pour la région ouest et responsable SI de CINOV - IT
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr | www.cinov-it.fr

2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.