Bonjour,

Hormis avec les pros que j'ai rencontrés à travers Skiller ou ailleurs, il y a des types de personnes qui croient bien faire non seulement en interrompant avant la fin (quand ils ne répondent pas à la place de l'autre), et qui en plus monopolisent la parole et finissent en concluant comme si tout a été dit.

Que faites-vous dans ce cas, si le sujet dont il s'agit fait partie d'un projet auquel vous tenez ?

Lui tenez-vous tête pour qu'il/elle cesse d'interrompre ?

Abandonnez-vous la discussion ?

Le/la laissez-vous parler jusqu'à ce qu'il / elle aie tari son sujet (quitte à dire après qu'il faudra en reparler en disant que vous n'avez pas pu donner votre point de vue) ?

Autre chose ?

cnv communication orale interaction
3
3

5 réponses

il y a 3 ans par Coquelicom

Pour moi une conversation se fait a deux, donc si l'un se sert de moi comme support de monologue je coupe la conversation.
Je trouve inutile ce genre d'échanges qui ne sont d'ailleurs pas des échanges.
Si c'est dans un groupe que j'anime, je régule le temps de parole et je recadre sur le sujet et l'objectif.

5
il y a 3 ans par EtienneZulauf

Bonjour Joyce,

C'est une situation à gérer très différement selon les enjeux et le "pouvoir" qu'a cette personne sur le projet.

Si, hormis cet affreux défaut, la personne est de valeur et apporte réellement au projet, mieux vaut lui dire en apparte ton sentiment et lui demander de faire un effort.

Si c'est un beau parleur, on peut user de répartie et humour pour le recadrer gentiment.

Si la situation s'envenime, je pense que je n'hésiterais pas à me lever de table en expliquant que le manque de respect ambiant me pose problème. Il faut avoir confiance dans le fait que l'assemblée prenne alors les dispositions pour faire taire le bavard et te fasse revenir... et que ton nouvel ennemi ne puisse te porter préjudice, de suite ou plus tard sur d'autres projets.

Il existe encore une alternative : le baton de parole. Un membre de l'assemblée prend un objet et annonce que seule la personne qui tient l'objet entre ses mains a le droit de parler. Ainsi, avec une règle valable pour tous, le fauteur de trouble sera ramené à l'ordre par toute l'assemblée facilement. On peut y ajouter une règle de temps limite pour chaque intervenant. C'est très scolaire mais efficace !

 

5
il y a 3 ans par Coquelicom

Je parlais pour une personne que je ne connais pas, une nouvelle recontre, mais comme je ne tisse pas de lien avec ces gens là, peu de chance que j'en ai dans mon équipe... et ils ne me choisissent pas non plus comme presta en général.
Sinon l'humour et la bienveillance toutefois comme tu le dis pour recadrer gentillement, ça fonctionne si la personne en a conscience...

2
il y a 3 ans par PascalW

Bonjour Joyce,

pour moi, tout dépend du contexte.
Si c'est lors d'une présentation avec du public, lors que cela fini par trop parasiter mon propos je lui indique gentiment de laisser les autres s'exprimer, ou que le temps est compté et que j'aimerai arrivé au bout de ma présentation. S'il insiste, moi aussi mais plus fermement pour finalement l'ignoré.

Si c'est lors de réunions de travail ou de conversations professionnelles, je laisse un peu faire puis lui indique que les choses ne sont pas aussi simple que cela et je reprend mon explication.

Je reserve un sort particulier aux gens qui cherchent à vendre leurs services en détournant la conversation en me moquant un peu d'eux. Rien que cette semaine, j'ai croisé 2 commerciaux des 2 sociétés différentes sur 2 évenements distincts qui ont cherché à vendre leur  compétence en matière de sécurité informatique en mettant en avant leur exclusivité sur un produit nommé "StormShield". (2 exclusivités ça fait beaucoup). J'ai commencé par me moquer en comparant le produit au regretté Viguard puis, devant leur insistance, j'ai mis un terme en leur faisant remarque que la sécurité n'était pas un problème de produit.
 

Lors de conversations plus informelles, je fini par changer délibérement de sujet devant la personne...

 

4
il y a 3 ans par VincentDuermael

Bonjour,

Avant d'en arriver à une situation de rupture, ce qui est parfois nécessaire comme l'évoque @Coquelicom, il m'arrive aussi d'utiliser la communication non verbale pour émettre un avertissement : refermer ostensiblement son ordinateur portable (si on en a un, ou sinon fermer son cahier et poser son stylo) est une manère de signifier "si c'est comme ça, continuez sans moi". Le dire serait généralement impoli (ça dépend des situations, tout à fait d'accord avec @EtienneZulauf), le faire comprendre indirectement peut parfois fonctionner.   

3
il y a 3 ans par VeroniqueFritiere

Quand je croise ce genre de personnes, je la laisse parler et j'adopte la position d'écoute tout en prenant des notes. Je laisse maximum 15 minutes et je la regarde droit dans les yeux. En général, le dialogue s'instaure. Si je n'ai pas d'intérêt professionnel ni amical, je coupe court, que ce soit au téléphone ou en face à face.

2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.