Le bien-être au travail peut dépendre de bcp d'éléments différents quel est pour vous l'élément crucial.

bien être au travail environnement_de_travail métier valeur relation
6
7

13 réponses

il y a 5 ans par Jean_Philippe_RYO
Je pars du principe que le job plaît (condition essentielle bien sûr) alors dans mon cas :
- l'élément crucial est le management ; si je ne ressens pas la confiance et que je n'ai pas d'autonomie, de latitude pour créer / essayer des nouvelles choses... Alors c'est terrible ! D'ailleurs, on quitte plus souvent un manager qu'une entreprise...
8
il y a 5 ans par Aurelie
terriblement vrai !
2
il y a 5 ans par FabienMouton
Oui. Mais tout ça implique qu'on ne s'inquiète pas du reste :
- est ce que j'inquiète pour mon entreprise ? (et donc mon emploi ? oui tous les skillers ne sont pas entrepreneurs !!!)
- est ce que je m'estime payé correctement !

En gros il faut avoir la confiance de l'entreprise et avoir confiance en son entreprise.
3
il y a 5 ans par PierreYves
Je pense qu'il y a deux gros vecteurs du bonheur au travail.
Le premier, pas des moindres, vient d'en haut. A savoir l'énergie instillée par la hiérarchie et à fortiori la direction dans l'ensemble de l'entreprise. Un patron qui mets ses salariés au centre de sa stratégie, ça change du tout au tout.
En second, et c'est très terre à terre, mais c'est l'intérêt du projet personnel dans l'entreprise. Est-ce que ce sur quoi je travaille est intéressant? Est-ce que je suis content de travailler sur ce sujet là. Ce second aspect est la réponse la plus rapide à donner, mais je pense que le premier est bien plus important, on pardonnera l'ennui sur un projet si on sait pourquoi on le fait, mais même sur un bon projet la hiérarchie peut écraser toute notion de plaisir au travail.
6
il y a 5 ans par FredericMischler
Oui, le bien-être au travail peut en effet dépendre de beaucoup d'éléments différents, dans le sens où justement, de mon point de vue, l'élément crucial est : L'individu... et donc sa prise en compte. (Ou dit autrement, ne pas considérer que l'une ou l'autre approche généraliste applicable à tout le monde, porte ses fruits de la même manière et pour tout le monde en matière de "bien-être" au travail.)

Comme nous sommes justement différents les uns des autres, nos besoins, attentes et conditions facteurs de bien-être au travail le sont de facto. Certains ont des besoins de plus d'autonomie, de responsabilités, là où d'autres n'éprouvent pas du tout les mêmes besoins, ou tout de moins pas avant d'avoir été par exemple plus sécurisés, accompagnés, etc. Certains verront d'un œil très positif une approche leur proposant plus de flexibilité dans leur gestion de leur temps de travail, et d'autre très négativement, etc.

Bref, sans la prise en compte des individualités, difficile de trouver les bons leviers, et de mettre en place les bonnes actions.
5
il y a 5 ans par LudovicLhuissier
En vrac :
La confiance de ses collègues
Le sens de la mission
L'autonomie / La responsabilisation (ce qui ne signifie pas pouvoir ou contrôle hiérarchique)
...
4
il y a 5 ans par PhilippeMilleret
Adhérer à la culture d'entreprise et pouvoir y apporter un flot d'initiatives et de mouvements
4
il y a 5 ans par usercentric
La confiance pour libérer les énergies renforcée par la reconnaissance.
4
il y a 5 ans par DominiqueValentin
L'environnement de travail a de l'importance ainsi que l'accessibilité au lieu de travail. L'Open Space doit laisser la place au Multi Space avec des espaces propices à la concentration, d'autres à la Co Création et enfin des lieux pour se ressourcer. Le salarié doit enfin pouvoir organiser son temps et ses lieux de travail (sans pour autant casser le lien social avec ses collègues). Le télétravail partiel dans un tiers lieu comme le concept Relais d'Entreprises (www.relais-entreprises.fr) permet à de nombreux salariés résidant en périurbains de s'affranchir des déplacements pendulaires de plus en plus contraignants. Le bien être au travail démarre au moment où l'on quitte son domicile pour s'y rendre.
4
il y a 5 ans par DominiqueValentin
Nous connaissons une évolution depuis plusieurs années. Du poste de travail (figé, posté..) nous sommes allés vers le lieu de travail (espace moins cloisonné, alternant bureau, salle de réunion...). A présent nous parlons de Style de travail (en mode étendu, en réseau, interconnecté...) et enfin nous parlerons bientôt de Style de vie (où la frontière entre vie professionnelle et vie privée sera difficile à établir avec justement une recherche d'un équilibre et donc d'un bien être.
1
il y a 5 ans par IsabellePruvot
Le respect ! Une culture fondée sur le respect des collaborateurs induit :
- Un management adapté
- Un salaire correct en lien avec les efforts/l'engagement fourni
- Un poste au contenu intéressant et évolutif (càd à l'écoute des besoins d'évolution du salarié)
Du respect découle la confiance, travailler en confiance contribue à donner un sens au travail car cela libère l'autonomie et la créativité, facteurs clés de motivation et de bien-être.
3
il y a 5 ans par MarcBoyer
Nous sommes en amont, dans la management... Et c'est très bien ! Merci.

Mais quand des changements (restructurations, réformes...) s'annoncent et que des inquiétudes naissent ? Que proposer en prévention ?
Quand l'inquiétude a gagné et que les maux commencent (burn-out, dépression, maux du corps), comment prendre en charge ?
A l'heure où les parlementaires n'ont pas souhaité reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle, il serait temps de comprendre que l'être humain n'est pas nativement mondialisé, qu'il a besoin d'être reconnu (je ne parle pas de récompense), accompagné (j'ai pas dis boosté) et lorsqu'il est en souffrance : il a besoin d'être soigné (j'ai pas dit traité).

Pour tout cela il y a des solutions. Je travaille intensément sur l'une d'entre elle, mais je ne suis pas là pour prêcher pour ma paroisse ;-)
3
il y a 5 ans par IsabellePruvot
@MarcBoyer : oui, créer un espace d'accueil et d'écoute pour libérer la parole et les émotions est essentiel lorsque l'inquiétude et la souffrance sont déjà présents au sein de l'entreprise. Par exemple, la mise à disposition pour les salariés, 1 journée par semaine, d'un psy ou d'un coach externe qui les écoute et les accompagne dans leur cheminement personnel, est une solution individuelle qui mériterait d'être largement déployée. De même, le recours à des professionnels de la médiation ou de la facilitation afin d'améliorer la communication et la compréhension des enjeux ou des frustrations de chacun permet de renouer avec un dialogue constructif.
2
il y a 5 ans par Charlene
Bonjour,

A mon sens, il n'y en a pas un mais plusieurs comme un tout.
Je dirai de donner du sens à son travail, le faire dans de bonnes conditions, et dans une bonne ambiance/contexte.
2
il y a 5 ans par Aurelie
Cela va dépendre de chacun mais il semble que le management soit une clé de voute du bien-être au travail, et d'autant plus lorsque le travail est plus alimentaire que vocationnel !!!! j'ai constaté que dans des domaines ou les salaires sont bas et figés, la différence entre un collaborateur souriant et un collaborateur aigris viendra de la qualité du management et de la capacité des dirigeants à valoriser ses collaborateurs par d'autres moyens que par la simple compensation financière !
2
il y a 5 ans par Lynda_Longeau
Le sens. Donner du sens, une signification à ce que l'on fait et comprendre aussi la direction que prend l'organisation. C'est selon moi essentiel pour ensuite comprendre en quoi chacun peut devenir acteur.
2
il y a 5 ans par ClementBegin
Je ne peux que recommander les doc mis en ligne sur le site de la Fabrique Spinoza (fabriquespinoza.fr), et notamment cette analyse sur les 12 dimensions du bien être au travail : www.wiki-bet.org/#!12-grandes-dimensions/cb1k
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.