La question se pose en termes d'aménagement de l'espace de travail, et bien évidemment sous l'angle managérial et travail collaboratif.
Notre département réfléchit aux nouveaux concepts possibles sur les espaces, à nous de croiser nos réflexions .....

generation z
8
4

11 réponses

il y a 2 ans par oimoci
David, tu as quelques éléments de réponse dans la belle vidéo d'@EmmanuelleDuez : youtu.be/gkdvEg1kwnY

Peut-Être plus Y que Z, mais bon... Déjà 220.000 vues, bravo Madame !
7
il y a 2 ans par oimoci
@KyliaCLAUDE, je sais que t'es fan, c'est cadeau ;)
2
il y a 2 ans par JustineMASSU
Pourquoi ne pas directement les interroger?
6
il y a 2 ans par PatriceFornalik
Voila une méthode agile, j'aime !
Du coup je me pose une question, est-ce que les entreprises libérées, agiles, startup ... sont des modèles d'entreprises que vous considérez comme séduisants ?
1
il y a 2 ans par olivierChaillot
Personnellement, j'ai beaucoup de mal avec ces démarches intellectuelles qui tendent à mettre des humains dans des cases ... comme si l'ensemble des individus composant une classe d'age étaient clonés (clownés ?) !
En fait, vous proposez de raisonner sur des moyennes ? gommant ainsi toute aspérité dans votre observation ? alors que ce sont ces aspérités, ces différences, qui font toute la richesse de la gente humaine et qui permettent de nous enrichir des autres !
êtes vous réellement convaincu de ce que vous avancez ? Vous êtes vous rendu compte qu'entre temps l'inventeur même de la notion de génération Y ou Z a fait marche arrière et reconnu que son raisonnement était faux ? Mais vous continuez à construire des raisonnements sur un sujet qui n'en est pas un ?
Comment raisonner sur des moyennes alors que plus du 1/4 (en moyenne là aussi) de ladite génération est au chômage ? et que, dans certaines régions, c'est même plus de 50% de la classe d'age qui est sur la touche ?
Savez vous qu'en vous mettant la tête dans le four et les pieds dans le congélateur, en moyenne vous serez bien et que votre bien être (moyen bien sûr) tendra vers la perfection ? Je vous conseille de faire l'expérience ... puis de (peut être ?) revoir la manière dont vous raisonnez les caractéristiques générationnelles ...
Je m'interroge ... n'est-ce pas avec ce type de raisonnement tout empreint de bienpensance que certains ont fait porté des étoiles de couleurs à d'autres ...
5
il y a 2 ans par oimoci
oupss, une phrase de trop :( Pour le reste, je prends :)
2
il y a 2 ans par olivierChaillot
tu as raison @oimoci je n'aurais pas du faire remarquer que ce sont nos différences qui nous enrichissent ... mais j'ai du mal avec le politiquement correct ... Mon éducation et les valeurs qui m'ont été transmises par les géants dont je chevauche les épaules me poussent à dire les choses ... peut être une façon d'honorer Martin Niemöller, ce pasteur protestant, arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen puis transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau, où il écrivit ces lignes que tu dois connaître...
«Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait personne pour protester.»
3
il y a 2 ans par HGAD_Consulting
Après Z, on fait comment ?? Sans parler de lettres et de cases, en phase de recrutement pour une entreprise, il est important qu"il y est adéquation entre les candidats et la culture d'entreprise tout d'abord, en parallèle des compétences du poste. Ceci est un vrai challenge, car l'entreprise ne va pas modifier sa culture interne en 2/3 coups de cuillère à pot, un babyfoot par là et 2 canapés dans les coins (je caricature volontairement) pour accueillir des sois-disant jeunes qui privilégient l'environnement de travail avant le job lui-même.
Je parie plutôt sur un management intelligent, adaptatif à chacun, plus d'autonomie pour l'un, plus de collaboratif pour l'autre, comme il existe depuis de nombreuses années et surtout une convergence vers des valeurs de confiance avec un contrôle faible, ou quasi inexistant ( le droit du travail n'a pas encore évolué...) et d'échanges, de collaboration entre salariés ou collègues (le mode projet).
Je vous recommande cette étude d'Oracle sur l'engagement des salariés en Europe www.lelezard.com/communique-8174692.html?utm_co...
1
il y a 2 ans par Stephane31
Bonjour ,

Je suis d'accord avec @olivierChaillot et j'ai de fortes interrogations. Des générations X,Y,Z de belles théorie pas complètement vraies et... 25% de chômage de jeune en France, 50% en en Espagne, etc. ? ( www.touteleurope.eu/actualite/le-taux-de-chomag... )
C'est un peu gros quand même 25% de chômage des jeunes qui ne sont pas dans l'entreprise par ce qu'il sont de la génération Y ou Z... Je pense qu'une majorité de ces jeunes au chômage (quelle que soit la génération d'ailleurs) serait prête à rentrer dans n'importe quelle entreprise, pour pouvoir payer ces factures à la fin du mois.

J'ai les mêmes réflexions sur les indépendants/freelance dans les entreprises. C'est super on est son propre patron, c'est la liberté l'épanouissement, etc. ? Mais combien sont ceux qui n'ont pas choisi, qui ce sont mis indépendant, car ils se sont fait licencié ? Y a-t-il des stats sur l'évolution du revenu ? Alors on évoque la part croissante de l'évolution de ces métiers aux usa ou ailleurs. OK. Mais de qui parle-t-on ? Des chauffeurs d'uber & co qui sont de plus en plus mal payés, sans couverture sociale ni prestation de santé ? Quel est le pourcentage de ce type d'indépendant ? Désolé, mais pour moi je n'appelle pas ça de l'épanouissement, mais plutôt de la survie...

Alors oui, il y a des tendances de fond, dans un monde en pleine mutation, porté par une inadaptation de problématiques dans des environnements fiscaux et administratifs qui n'ont pas su évoluer. Mais jusqu’à quand et jusqu’où ? En tout cas ça n'a pas finit de tanguer...

Désolé j'ai dévié par rapport à la question !
2
il y a 2 ans par RomainChambonnier
Il y a quelque temps j'ai lu cet article : www.parlonsrh.com/manage-moi-ou-je-te-quitte/ il parle peut être plus de la génération Y mais je l'avais trouvé particulièrement et intéressant.
La vidéo mentionné par @oimoci est également très intéressante.

Plus qu'un travail je crois qu'aujourd'hui nous cherchons des expériences enrichissantes qui nous permettrons d'évoluer et d'enrichir nos connaissances. Un travail oui mais qui n'empiète pas sur nos vie personnelle. D'autant plus que grâce au numérique on peut travailler quand on veut et surtout d'où l'on veut.
Pour les accueillir je crois que l'écoute est primordiale, il y a un écart entre les conceptions de la génération X et Z... plutôt que de se braquer et faire vivre les clichés sur ces jeunes qui ne veulent pas travailler, pourquoi ne pas écouter ce qu'ils ont à dire et fournir un cadre propopice à leur épanouissement ?
3
il y a 2 ans par AurelieMarchal
Ce n'est pas une question de génération, c'est une question de prise de conscience sur ce qu'est la vie, le travail, le sens de tout ça et de nos priorités dans ce bas monde. Je suis né en 1973 génération et je me reconnais complètement dans la posture de cette soit-disant génération Y ou Z, tout comme des milliers de personnes nées aux siècles passées auraient pu se reconnaître. Il y en avait certainement plus qu'on ne le croit mais ils n'avaient pas les moyens de s'exprimer, de se faire entendre, et encore moins de lutter contre la hiérarchie.
3
il y a 2 ans par JoyceMarkoll
Je suis tellement d'accord avec ce que tu dis, que je viens claironner haut et fort avoir cliqué sur le petit cœur ! \o/
1
il y a 2 ans par DavidPasin
La génération Y est selon moi l'amorce de la Z. La Y est en place et certes il ne faut l'oublier (ne pas oublier la première génération "numérique", qui doit réinventer le monde), mais l'avenir c'est la Z ... celle qui arrive !
2
il y a 2 ans par BertrandPimpin
Ce que j'ai observé de cette génération : Exigence vis à vis de l'Humain, ne prends pas pour argent comptant l'autorité (surtout statutaire), remet en cause les modèles établis, cherche la communication top-down et bottom-up, veut comprendre ce qu'on lui demande (le pourquoi) et le sens de son travail, souhaite avoir des perspectives claires (sinon change). Bref une génération agile et qui mise sur l'essentiel :-)
4
il y a 2 ans par DavidPasin
Très bonne remarque.
En qualité de manager, je donne aujourd'hui des objectifs (pas forcément chiffré) qui répondent aux dites perspectives. Je ne raisonne qu'en termes de plus value, pour a personne, mais aussi pour la boite. La difficulté pour moi aujourd'hui, est que nous sommes en présence de personnels Y, quelques Z, mais aussi des X, donc pas facile de trouver un tronc commun de management.
1
il y a 2 ans par BertrandPimpin
La bonne nouvelle dans ce management intergénérationnel c'est qu'en misant sur l'Humain, 1/ on approche le sujet par le bon bout et 2/ on peut fédérer à mon sens un maximum. On en revient à ce bon vieil esprit d'équipe. Sans prendre de métaphore trop simpliste, plutôt rugby que football (je sais que je peux me faire des ennemis avec ce genre de propos :-)
1
il y a 2 ans par JoyceMarkoll
> La difficulté pour moi aujourd'hui, est que nous sommes en présence de personnels Y, quelques Z, mais aussi des X, donc pas facile de trouver un tronc commun de management.

Si je te réponds : «Si jeunesse savait ! Si vieillesse pouvait !» Cela t'aide-t-il ? :-)

C'est un peu caricatural… Pourrais-tu expliquer ce que peuvent être les difficultés que peuvent représenter la proximité de plusieurs générations de personnes travaillant ensemble dans le même lieu ?
2
il y a 2 ans par EdouardBarkhausen
Bonjour, je fais partie de la génération Y, et me rends compte dans mon entourage que les mentalités sont particulières: les jeunes ne souhaitent plus faire une carrière dans la même société toute leur vie et dans le même moule que leurs aînés. Ils souhaitent adapter leur vie professionnelle à leur mode de vie, souvent itinérant. Je pense que la mentalité de la société de consommation fait que les jeunes se sentent plus en position d'égal à égal avec leurs employeurs. De plus, les technologies de l'information et les infrastructure de transport permettent de travailler ou l'on veut, quand on veut.
Pour revenir sur la question d'origine, comment accueillir les jeunes générations dans votre entreprise, c'est surtout par la réactivité, l'écoute et de l'efficacité. Il s'agit aussi d'avoir une souplesse sur l'organisation du travail et sur le mode de fonctionnement. Les jeunes sont en recherche de reconnaissance et source d'innovation et d'amélioration. Écoutons les.
2
il y a 2 ans par DavidPasin
Entièrement d'accord.
Souplesse et réactivité, mais aussi apprentissage. Depuis toujours, je me suis attaché à former, parfois au détriment du temps passé ou à passer. Je pense que le Y comme le Z attend bcp dans le perfectionnement de son apprentissage théorique, pour ensuite la mise en pratique.
c'est un vaste sujet auquel nous serons tous confronté.
2
il y a 2 ans par KyliaCLAUDE
Oui @oimoci, effectivement je me reconnais beaucoup dans le portrait fait par Emmanuelle, même si je suis évidemment parfaitement d'accords pour ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Je pense que le fossé entre ces "générations" et l'entreprise dite classique est loin d'être uniquement lié à une problématique générationnelle. Il me semble que nous éludons certaines questions de fond en mettant toujours en avant ce clivage entre génération Y, Z et entreprise, le nourrissant tjrs un peu plus... je pense qu'il faut aller chercher plus loin... ;)
2
il y a 2 ans par JoyceMarkoll
Sur le point de vue de l'aménagement, je crois qu'ils veulent se sentir un peu "comme à la maison", éviter une rupture trop importante entre l'ambiance chez soi et l'ambiance au travail, travailler dans une bonne ambiance. Je dis ça, vu de ma fenêtre. Je ne connais rien, à “L'entreprise”.

C'est simplement ce que je perçois en voyant l'aménagement des fablabs, espaces de co-working, et l'image d'eux-même que les startups qui recrutent présentent, par exemple, Appear.in : appear.in/information/jobs/ j'en ai vu passer bien d'autres, mais je ne les ai pas retenus.
1
il y a 2 ans par RomainChambonnier
Comme à la maison ou avec la possibilité de changer souvent et facilement d'environnement. Changement qui permet de faciliter les rencontres et les interaction qui ne pourrait pas avoir lieu en restant toujours à son bureau.
2
il y a 2 ans par EdouardBarkhausen
Le principe de susidiarité est primordial. Déléguer et faire confiance, avec de la confiance et une prise de responsabilité. Et surtout de la reconnaissance. Souplesse et autonomie.
1
il y a 2 ans par EdouardBarkhausen
Une récente étude du bcg est très révélatrice de ces éléments. Instructif
www.bcg.fr/documents/file204370.pdf
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.