Vous êtes cadre, indépendant, manager, DRH, président, dirigeant, salarié...
Vous faites appel au coaching régulièrement ou vous vous questionnez sur la pertinence d'une telle intervention.
Si vous deviez être accompagné ou si vous deviez faire accompagner un membre de l'entreprise, comment sélectionneriez-vous votre coach ? De quelle manière vous y prendriez-vous ? bouche à oreille, web, recommandation, rencontre avant sélection, surtout pas via le web,... Quel est ou quel serait votre processus personnel de sélection ?

coaching coaching professionnel communication recrutement ressources humaines
6
5

9 réponses

il y a 2 ans par JoyceMarkoll
Bonjour,
Je ne sélectionne pas souvent un ou une coach pour apprendre quelque chose, cependant j'en ai sélectionné une récemment. Et pour cela comme pour d'autres choses, je recherche des informations de plusieurs manières différentes. Pour la personne à qui je pense, j'ai assisté fortuitement à un atelier à La Cantine de Toulouse, et un peu surprise par la distance entre ce que je croyais être le sujet, et le traitement du sujet, j'ai fait un parallèle entre l'expérience de la coach et un sujet connexe, puis lui ai demandé si elle saurait traiter un problème que je lui ai soumis. Sa réponse étant positive, j'ai passé du temps la semaine suivante à lire les informations de son site et des pages des liens associés, avant de me décider.
Je pourrais comparer avec un autre sujet, ma recherche d'une société de portage salarial sur la Haute Garonne il y a quelques années après mon déménagement. J'ai fait une recherche sur Internet, découvert à l'époque deux structures représentant les entreprises de portage salarial et un annuaire de celles exerçant en Haute Garonne, puis j'ai passé du temps plusieurs jours de suite à visiter leurs sites internet, lire leurs conditions, leur mode de communication, et analyser l'étendue des renseignements fournis. Après cela, j'ai conservé deux ou trois noms, et les ai contactés pour avoir une discussion au téléphone. Bien sûr, si j'avais eu des recommandations j'aurais porté un regard particulier à une Sté de portage recommandée, mais sans pour autant en faire nécessairement mon choix favori.
Il me semble que cela peut être mis en parallèle avec n'importe quelle recherche d'un service… Définir aussi précisément que possible notre besoin, puis rechercher le service correspondant ?
@olivierChaillot : une expertise auto-proclamée n'est à mon humble avis pas pire que celle proclamée par d'illustres inconnus officiels qui se targuent de décider qui délivre des diplômes à des personnes que l'on a parfois tagués "ânes diplômés" (soi-dit sans vouloir t'offenser). Lorsqu'une expertise auto-proclamée fait preuve de son efficacité à permettre à d'autres d'atteindre leur objectif, n'est-ce pas mieux que des formations homologuées, payées par les finances publiques dont les résultats quand aux objectifs sont loin d'être toujours au rendez-vous ?
Dans un cas comme dans l'autre, le formateur/coach et le formé/coaché ont tous deux une part de responsabilité dans la démarche.
6
il y a 2 ans par HulwennLUCAS
Merci !
1
il y a 2 ans par olivierChaillot
@JoyceMarkoll, loin d'être offensé, je partage totalement ... je ne dis pas vraiment des choses différentes, j'ajoute juste la simple condition d'accepter d'être évalué selon des méthodes scientifiques de type "zététique" ...
1
il y a 2 ans par Amaliah
Bonjour Hulwenn,

C'est une réponse bien difficile.
J'ai été accompagnée lors de ma prise de poste par mon employeur, qui avait sélectionné deux coachs.
Un jeu d'épingles à linge m'a attribué l'un d'eux. Je remercie souvent cette petite épingle.
J'ai fait ma part du travail, car 3 ans après, ses conseils, ses outils et ses méthodes résonnent toujours en moi.
Cet accompagnement, c'est aussi la rencontre de deux personnes qui ont pu et ont su communiquer.

Je pense que le choix sur recommandation un coach est plus, mais cela dépend totalement des facteurs humains du coaché et du coach.
C'est une personne avec laquelle on se lie parfois intimement, en livrant nos peurs et nos angoisses, nos tocs, etc.

Si je devais conseiller un coach, mon premier et seul critère est la confiance que la personne m'inspire.
En matière de relations humaines, un processus de sélection est un cadre mais qui ne permet pas de s'assurer d'atteindre son objectif.
Il peut même entraîner vers l'opposé de l'état désiré.

Bonne journée,
6
il y a 2 ans par HulwennLUCAS
Merci :-)
1
il y a 2 ans par olivierChaillot
J'aime bien ton affirmation tendant à révéler une Vérité auto-proclamée selon laquelle les "coachs auraient une expertise" ... quelle soit de contenu ou sur le processus ..?
Est-il impertinent de faire remarquer que la-dite expertise est soit auto-proclamée soit affirmée par un pair ou un groupe de pair qui adoube un confrère selon un processus assez opaque, mais payant et nécessitant une (ou des) formation(s) que les-dits pairs professent ?
Est-il vraiment taquin de remarquer que les pseudo-certifications ne font référence à aucun référentiel reconnu par un quelconque organisme en dehors de celui qui le "distribue" ?
Est-il possible de faire remarquer qu'à aucun moment une évaluation "raisonnable" des résultats, avec des méthode issues de la zététique par exemple, n'a été réalisé pour ce "groupe" de métiers ? Et que les quelques évaluation faites sur les outils "qu'ils ou elles" utilisent montrent que la plupart sont basés sur l'effet Barnum ?
Oui je suis pour le moins perplexe sur ce "métier"
5
il y a 2 ans par HulwennLUCAS
Je respecte ta perplexité sur ce métier Olivier et je te souhaite bonne route :-)
1
il y a 2 ans par olivierChaillot
Bonjour Hulwenn,
je vais reprendre en l'adaptant à ta question une réponse que j'avais déjà formuler ailleurs : Cette mode des entraineurs en tout genre m'interroge toujours ... pardon, on ne dit pas entraineur, c'est trop commun, il faut angliciser le terme et dire "coach" ... donc j'ai une question : un entraineur c'est quoi ? et un entraineur professionnel ?
Parce que, dans la liste des entraineurs que je rencontre de plus en plus souvent (je dois les attirer ?), certaines dénominations me parlent, d'autres non.
J'ai rencontré des coach en jardinage ; là je comprend à peu près le sens ...
J'ai rencontré des coach pour le relooking ; là aussi je vois ce que ça peut être ... même si j'aime bien mon genre vestimentaire (et ma coiffure !) ....
J'ai rencontré des coach pour trouver l'âme sœur ... au moins un soir ; là aussi je comprend à peu près l'utilité que l'on soit seul ou non, je peux avoir les idées larges ...
J'ai même rencontré des coach en divorce, si je vous jure ; là aussi je comprend à peu près le sens ... réussir son divorce, c'est important ! mais un avocat pourrait être utile également ?
J'ai été également au contact d'un coach en sexe, si, ça existe ...
et puis il y a la longue liste des coachs sportifs, de vie, d'équipe, de l'âme (si j'ai rencontré aussi !) ... ; devant la multiplication des professionnels qui affichent ce "titre" le marché s'est perdu ...
Heureusement certains ont vite sentis la nécessité de certifier, de qualifier, de labelliser ... tout ce petit monde ... sont apparus alors des associations "professionnelles" (ne devrait on pas dire plutôt de défenses des intérêts particuliers ?) qui se sont arrogé de droit de certifier les petits camarades qui voulaient rejoindre cette grande famille des entraineurs de tout ... Il faut bien réguler le marché avant que d'autres ne le fasse pour eux.
Du coup, aujourd'hui, nous voyons fleurir des coachs en ceci ou cela mais qui sont certifiés ... par eux même ou leur association professionnelle ... quel progrès !
En fait, cette recherche de la performance à tout crin n'est-elle pas le dernier avatar du lean ? Se plonger dans l'amélioration de sa performance, de la performance de son équipe, de son entreprise, de son association, ... n'est-il pas une façon d'éviter de se poser des questions qui obligeraient à raisonner, n'est il pas préférable de croire qu'en améliorant sa performance le reste va se résoudre ... pensée magique quand tu nous tiens ???
Avant nous avions les clerc (curés, rabbins et autres imams) que d'aucuns ont qualifié d'opium du peuple, puis, nous avons vus arriver les psy ... engeance qui s'est toujours refusée à ce que ses résultats soient mesurés ... les coachs sont ils entrain de prendre la suite ?
3
il y a 2 ans par HulwennLUCAS
Bonjour Olivier,

En lisant ton commentaire à ma question, je me suis beaucoup amusée. Ton analyse pleine d'humour et d'exemples concoure à regarder ce titre / métier avec une pointe de dérision, et je le comprends ! J'ajouterai d'ailleurs à cette liste le coach DENIS BOULEY dans la série FAIS PAS SI FAIS PAS CA :-)

Sur le marché, les coachs fleurissent à tous les coins de rue, tu as raison. Il y a 2 tendances* : le coaching grand public (relooking, jardinage,..) et le coaching professionnel (prise de poste, accompagnement managérial, affirmation de soi,..).
Qui obtient quel(s) résultat(s) ? Le coaching est-il pertinent ? Est-ce aussi tranché que cela ? Je dirai que cela dépend des expériences que l'on a eu soi-même avec le coaching :-) et les tiennes sont variées ! Ma vision du coach professionnel est celle de l'allié, du guide, comme celui qui aide à trouver le chemin vers l'atteinte des objectifs du coaching.
Le processus a cela d'impliquant que le coaché se met au travail ! Il ne vient pas en touriste, même si ça peut arriver :-) Il bosse et il sait que pour atteindre ses objectifs, c'est lui qui devra produire les résultats (pas le coach...). Le coach crée les conditions qui favorisent le changement, mais il n'est pas (pensée magique ;-)) un magicien...

Pour conclure, peut-être à bientôt.

Hulwenn

*Sans doute le coaching grand public ressemble-t-il plus à aux métiers du conseil (les coachs grand public ont une expertise de "contenu" (connaissance, savoir faire, savoir être, expérience) et ils en font bénéficier leurs clients), et le coaching professionnel détient une expertise sur la manière de mener le coaching selon la personne, le système, les limites du coach (et bien d'autres choses encore..)
Le coach professionnel a une expertise sur le "processus" et il laisse au client l'expertise du contenu (c'est lui qui sait).
4
il y a 2 ans par PatriceFornalik
Bonjour Hulwenn,
Le métier de coach n'est pas encore réglementé et cela peut poser des problèmes. Le terme lui même de coach est utilisé à tord et à travers comme cela a été indiqué dans les précédents posts (coach moquette...). Pour ce qui est du coaching au sens de "accompagnement professionnel personnalisé permettant d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans la vie professionnelle et/ou personnelle" (source Wikipedia) quelque principes de base peuvent éviter de tomber dans des embuches.
Sur les aspects techniques :
Je vais reprendre ici quelques idées défendues par les fédérations de coaching qui œuvrent pour cette professionnalisation.
Le coach doit avoir une formation spécifique de coaching, les formations à des outils de développement personnels et professionnels type PNL, Systémique, Gestalt, AT, Neuroscience cognitive... sont un plus mais ne peuvent suffire. L'Internationnal Coach Fédération établi un minimum de formation nécessaire alliant 60h de théorique et de 100h de pratique.
Le coach doit pouvoir en toute transparence vous fournir les informations sur sa formation.
Une certification ou un diplôme sont à mon sens un minimum et vont dans le sens d'une professionnalisation du métier.
A titre d'exemple L'IAE Toulouse propose un diplôme universitaire en accès bac +3 de 241h hors travail individuel et mémoire.
Beaucoup d'universités sont engagées dans un processus de reconnaissance ou on fait valider ces diplômes auprès du RNCP.
L'adhésion à une fédération de coaching est aussi un critère qui à son importance (ICF, EMCC, SFC...) dans le mesure où elle apporte une caution de crédibilité, notamment à travers l'engagement de ces membres sur un code de déontologie, la possibilités d'avoir des recours sur la pratique du coach au travers de comité d'éthique...
A noté que SYNTHEC propose aussi des certifications au métier de coach.
La pratique régulière d'une supervision, le coach doit avoir un superviseur référent qui lui permet prendre du recul sur sa pratique et cette information doit pouvoir être accessible en toute transparence (fréquence / personne référente)
Un autre point important à vérifier est le fait que votre coach adhère à une Responsabilité Civile Professionnelle pour ses activités de coaching. Le matériaux humain est fragile et tout coach professionnel qui le nierait en n'ayant pas souscrit à ce type de dispositif ferait preuve de manque de professionnalisme.
Le système actuel n'est pas parfait et j'ai pu lire ici des critiques intéressantes.
Concernant les certificateurs, ceux ci ne dispensent pas eux même les formations mais accrédites des écoles ou des programmes. Et ceci ce retrouve dans tout les certifications existantes quelque soit les métiers. Qualité / accueil / petites enfances ....
Concernant les critiques sur la pseudo efficacité des méthodes, même si de plus en études indiquent des résultats plus que positifs de la pratique du coaching y compris en entreprise, cette discipline est encore récente et mérite que la recherche se penche plus sur les effets et fasse le tri sur les pratiques qui fonctionnent et qui ne fonctionnent pas. Il est a noté par ailleurs, que la psychanalyse a encore pignon sur rue en France alors que ces résultats sont de plus en plus controversés. Le chemin est encore long vers un rationalisation des pratiques.
Sur les aspects humains :
Un coaching est une expérience humaine et vous devez vous sentir en phase avec votre coach. A ce titre, un entretien préalable gratuit doit toujours vous permettre de prendre connaissance de la personne avec qui vous allez éventuellement travailler par la suite et c'est le moment pour lui poser toute les questions qui vous viennent à l'esprit.
Vous devez pouvoir vous sentir en confiance, à ce titre la confidentialité des échanges est une donnée non négociable (un des critères du code de déontologie).
Je sais par ailleurs que l'on a un réflexe d'aller vers des gens qui ont eu un parcours similaire, "il a été RH, j'ai des problèmes de RH, il me comprendra". Cette démarche est certes utile en expertise et en conseil mais beaucoup moins en coaching car le coaching n'est pas du conseil. Le succès de beaucoup de coaching tient en la capacité du coach à permettre au coaché de voir les choses sous un angle totalement nouveau. Hors si le coach est "du métier", il risque d'être soit même non neutre et donc d'avoir des biais, des aprioris nuisibles pour la démarche. Cela dit, tout le monde est sous influence et un bon travail avec son superviseur peut permettre au coach de réduire ces effets de bords.
Pour la sélection amont du/des coachs : le bouche à oreille est une bonne chose, des annuaires de membres existent aussi auprès de chacune des fédérations professionnelles de coaching et vous permettront de trouver des coachs sérieux. Vous pouvez aussi vous baser sur les formations annexes du coach et choisir en fonction des outils dont ils disposent et qui résonnent chez vous. Le code de déontologie impose une démarche de formation continue et de recommande un travail sur soi, vous pourrez aussi, si vous le souhaitez, être attentifs à ces critères.
Concernant la sélection par le Web, ce n'est pas un critère négatif pour moi. Ce média est tout à fait utilisable dans un contexte de coaching. En revanche, il est primordiale que le coach s'assure que l’environnement dans lequel s'exécute les séances respecte les obligations de confidentialité des échanges et soit propice à un moment de d'introspection (tranquillité, non interruption...) pour garantir une efficacité maximum.
Voila, j'espère que ces quelques informations permettront de vous faire avancer dans votre questionnement.
Cordialement
3
il y a 2 ans par JYReynaud
Bonjour @HulwennLUCAS
Je suis coach certifié par l'ICF, association professionnelle de coachs.
J'ai posé la question à des clients, il y a quelques temps. La recommandation était le plus souvent cité. Ensuite, on rentre dans un processus plus classique d'entretiens en face à face et notamment avec le bénéficiaire pour un coaching individuel.
Concernant les critères différenciant, l'appartenance à une association professionnelle et la certification ont été citées.
Un autre vecteur qui commence à fonctionner pour moi est la conférence "en mode coach" où généralement il se crée des contacts. Et comme cela a déjà été écrit, le contact humain est clef.
2
il y a 2 ans par HulwennLUCAS
Bonjour @JYRenaud,
Merci de votre retour. Qu'entendez-vous par la conférence "en mode coach" ? (en dehors de la posture de coach ?).
A bientôt
Hulwenn
1
il y a 2 ans par JYReynaud
L'apport (le contenu) dure environ 20 minutes et est construit sur des histoires de clients, quelques constats plus globaux appuyés par des données (enquêtes, sondages, ...) et surtout pose des questions. La suite de la conférence est un coaching collectif sur ces questions.
3
il y a 2 ans par FredericPinchaux
Bonjour tout le monde,
@JYReynaud, Jean-Yves ce que tu appelles la "conférence en mode coach" est-ce que cela correspond à la méthode du co-développement ou bien est-ce autre chose ? (désolé pour la légère digression).
2
il y a 2 ans par JYReynaud
@FredericPinchaux
Frédéric, le co-développement est une technique et il y en a plein d'autres (rôles délégués, "jeux sérieux", forums, ...), et plein d'outils (canevas, visuels, legos, ...) Les techniques sont différentes en fonction du contexte ( sujet, nombre de personnes, objectifs, partenaires, temps ...).
Par exemple, pour une conférence sur l'isolement du dirigeant pour des entrepreneurs en travaux publics, j'ai utilisé les rôles délégués et un coaching d'organisation à la fin.
2
il y a 2 ans par HulwennLUCAS
Merci pour les précisions Jean Yves :-)
1
il y a 2 ans par SophieJOLY
Bonjour Hulwenn,
Je suis coach, et mes clients me disent qu'ils m'ont choisie au feeling, pas facile de le décrire! Soit ils m'ont vue/entendue lors d'un atelier ou intervention, soit ils sont tombés sur mon site. Mais la constante c'est qu ils me disent que le contenu, ou simplement le feeling, les a mis en confiance, ou rassurés. Pour ma part, quand je choisis un coach c'est aussi sur un ressenti, et il faut que je l'ai déjà vu avant.
1
il y a 2 ans par FrancoisLeMoullec
Bonjour Hulwenn

Je suis coach depuis 10 ans . J'ai été formé mais je ne suis pas "certifié"
L'accompagnement des personnes et des dirigeants est un vrai métier qui existe depuis la "nuit des temps" n'en déplaise à certains. Socrate fut un des premiers.

Il est important de vérifier d'une part que les personnes ont été formées (mais c'est difficile de savoir si telle ou telle formation est la bonne) et d'autre part que les personnes sont supervisées (c'est le B a BA mais là aussi difficile à vérifier)
Sur ces 2 points il faut poser la question et "juger" de la qualité des réponses qui te seront faites.

Le coaching a quelque chose de magique et depuis 10 ans je me suis souvent questionné sur cette magie. Elle repose sur la qualité de l'espace relationnel qui est crée entre 2 personnes.
Cette qualité de la relation va dépendre pour une grande partie de la formation du coach et sa supervision.

Mes clients me choisissent très souvent pour mes expériences d'entrepreneur. Mon expérience me permet de comprendre rapidement les situations "entreprise" et en fait quelque soit l'activité de l'entreprise .
L'expérience "entreprise" n'est pas du tout nécessaire sur beaucoup de demandes qui relèvent plus des aspects personnels.

Bonne recherche et bravo pour avoir le courage de penser qu'une personne formee et bienveillante pourra t'apporter.
1
il y a 2 ans par HulwennLUCAS
Merci à tous pour vos retours. A la lecture de vos différents posts, peut-être aurai-je eu besoin de spécifier que j'exerce en tant que coach professionnelle, que je suis formée et certifiée, en double supervision (AT & Systémique), membre d'une association professionnelle, etc. A bientôt !
1
il y a 2 ans par JoyceMarkoll
J'avais bien compris cela, car j'ai pris la peine d'aller lire ton profil. J'espère que ma réponse t'aura apporté quelques éléments.
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.