Nous connaissons le prix d'achat, la date d'achat, les amortissements. Je souhaite déterminer une règle logique de calcul de la valeur qu'à mon outil pour un éventuel acquéreur qui l'utilisera un certain temps.

valeur d usage détermination du prix
3
1

3 réponses

il y a 4 ans par Gerald
Bonjour @PhilippeBardoz
Je ne sais pas si ta question vise à déterminer / approcher un prix de vente par une formule ou s'il s'agit d'évaluer la valeur vénale d'un bien pour la faire figurer correctement sur un bilan dans le cadre d'une évaluation du prix d'une entreprise par exemple et de pouvoir expliquer rationnellement ce prix à un commissaire aux compte ou un financier. Dans le premier cas, je ne peux pas trop t'aider. Ca semble très compliqué car il faudrait connaître, comme le dit @Cyrille, d'un côté les coûts d'utilisation de l'outil (ça, c'est pour la partie facile...) de l'autre, ce qu'il produit et combien ça se vendra sur un marché qui peut être fluctuant le reste de son utilisation... là c'est plus compliqué. Enfin, malgré tout ça, un simple changement de normes peut la rendre obsolète et raccourcir d'un coup sa durée de vie et de surcroît, quel que soit le prix calculé, il faut trouver un acheteur... dernier problème et non des moindres !
Dans le second cas, en revanche, il est possible d'évaluer une valeur vénale en se servant d'une formule d'amortissement que l'on applique sur la durée de vie réelle et pas comptable de la machine, de l'outil.
Le principe sera alors de retirer la partie déjà amortie au prix d'achat en neuf.
Si un outil a, a priori, une durée de vie potentielle de 20 ans (peu importe s'il a été amorti comptablement au bout de 9 ans), qu'on le vend au bout de 10 ans, en prenant un amortissement linéaire, on pourrait commencer à dire qu'il vaut la moitié de son prix d'achat...
C'est très grossier comme approche et on peut affiner ça. On sait qu'un outil coûte souvent plus cher à l'entretien en prenant de l'âge. Il est donc plus sage de faire un calcul avec une formule d'amortissement non linéaire (l'outil perd plus de valeur au début de sa vie qu'à la fin).
Perso, j'utiliserai la méthode SOFTY (méthode d'amortissement comptable dégressive utilisée aux Etats-Unis dans certains cas et facile à calculer car elle ne repose que sur la formule simple : Somme de 1 à N = N x (N+1))
La formule : si D est la durée de vie réelle de l'outil et que tu souhaites évaluer sa valeur après N année :
Valeur vénale = Prix d'achat x ((D-N) x (D-N+1)) / (Dx(D+1)
Exemple :
Tu as un outil industriel qui a 7 ans et dont la durée de vie réelle est probablement de 20 ans.
Valeur vénale = Prix d'achat x ((20-7) x (20-7+1)) / (20 x (20+1)) = Prix d'achat x 0,43333
On pourrait même affiner ça en prenant non pas le prix d'achat d'origine mais plutôt le prix d'achat en équivalent neuf au moment de l'évaluation (si c'est possible !).
Pour la petite anecdote, il y a un certain temps, mon commissaire aux comptes avait accepté la méthode.
Je ne sais pas si ça répond à la question...
5
il y a 4 ans par PhilippeBardoz
Je prends la formule pour la valeur vénale, ca a le mérite d.etre "rationnel" devant un acheteur. Merci pour ton aide
2
il y a 4 ans par PhilippeBardoz
Je prends la formule pour la valeur vénale, ca a le mérite d.etre "rationnel" devant un acheteur. Merci pour ton aide
1
il y a 4 ans par Cyrille
Tout dépend si l'objectif est de faire une marge ou pas. Une règle simple peut consister à déterminer le nombre d'heures (ou de jours) d'utilisation maximale de l'équipement sur une année, en intégrant les temps de maintenance et de paramétrage : par ex. 200 jours par an ou 1600 heures. Puis de calculer le coût d'utilisation annuel = amortissement + les coûts annuels de maintenance + consommables + temps homme ... et de ramener ce coût au nbre de jours ou heures.
D'autres approches sont possibles : comparaison avec des loueurs, bénéfice apporté à l'utilisateur par l'utilisation de l'outil ... Pour aider plus, il faudrait préciser.
2
il y a 4 ans par Cyrille
Tout dépend si l'objectif est de faire une marge ou pas. Une règle simple peut consister à déterminer le nombre d'heures (ou de jours) d'utilisation maximale de l'équipement sur une année, en intégrant les temps de maintenance et de paramétrage : par ex. 200 jours par an ou 1600 heures. Puis de calculer le coût d'utilisation annuel = amortissement + les coûts annuels de maintenance + consommables + temps homme ... et de ramener ce coût au nbre de jours ou heures.
D'autres approches sont possibles : comparaison avec des loueurs, bénéfice apporté à l'utilisateur par l'utilisation de l'outil ... Pour aider plus, il faudrait préciser.
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.