Salut les amis,

Je pose cette question dans ce sens mais, j'ai le problème dans les deux sens. En tant qu'expert je cherche à rassurer. Et d'un autre coté, quand je rencontre des experts, je cherche à les "évaluer" un minimum.

évaluation expert expertise
6
5

7 réponses

il y a 3 ans par gmaison
Difficile ta question : a-t-on le temps pour "chercher" des informations sur cet expert ? Est-ce qu'il s'agit d'une évaluation immédiate ?

Par défaut, je fais confiance - comme JF Zobrist, je pense que l'homme est bon par nature. Ensuite, tout va dépendre de mon niveau de connaissance dans la thématique de l'expertise. Si j'ai peu ou pas de connaissances, cf. le début de ce paragraphe. Mais bon, après, on peut évaluer la qualité de ses réponses par rapport à la logique induite, etc. Si j'ai un peu de temps, par rapport à ses réponses, je vais prendre quelques mots-clés et chercher sur le Net pour déterminer le positionnement de ses réponses/expertises par rapport à ce que je pourrai trouver.

Et puis, il y a une dimension humaine, liée au savoir-être. La plus aboutie des expertises n'est rien s'il n'y a pas de savoir-être. Je préfère quelqu'un qui a un beau savoir-être et moins expert que beaucoup d'expertise mais sans savoir-être, parce qu'on va plus loin avec une bonne équipe qu'un ensemble d'experts.
8
il y a 3 ans par IsabellePruvot
J'ai 3 principaux critères d'évaluation :
1) les connaissances techniques/ la maîtrise du sujet
2) La passion de la discipline d'expertise (genre l'étincelle dans les yeux, le plaisir de parler du sujet, de transmettre son savoir...)
3) la capacité à se mettre à l'écoute de son interlocuteur pour traduire en termes intelligibles son expertise (ce qu'on peut appeler aussi sens de la pédagogie)
8
il y a 3 ans par Klodeko
Je lui demande s'il connait @IsabellePruvot, @gmaison, @ACTIBIZZ, @Julien, ou @oimoci... et enfin Skiller. En fonction de ses réponses ça me donne déjà une 1ère idée <|:o))
7
il y a 3 ans par ArnaudLemoine
En plus de vos réponses... je rajouterai ;-)
Sa capacité à adapter son expertise à la personne et à la situation...
Transversalité...et capacité à recoller son expertise aux autres expertises
Continuer à être en situation d'apprentissage et faire évoluer son expertise
7
il y a 3 ans par ACTIBIZZ
Sa capacité à écouter et à adapter son discours métier au novice que je suis, quelque chose de subjectif = le feeling, ses références et surtout savoir quelle solution a t il apporté à une problématique client ,

ta question me fait penser à citation de François Sagan que l'on pourrait transformer pour apporter une réponse

"l'expertise, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale" ; l'humilité est aussi l'un de mes critères :d
6
il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Beaucoup de choses ont déjà très bien été dites. Et je n'ai rien vu qui suscite mon désaccord donc je vais juste essayer d'apporter une vision plus orientée formation / prestataires experts qui interviennent.
J'ai beaucoup aimé tous vos retours (action jean-philippe : cliquer sur les coeurs !)

Dans le domaine de la formation, certains experts se positionnent sur un tel piédestal que le lien avec les apprenants ne se créé pas... la posture / le savoir-être sont bien essentiels, l'empathie, l'humilité comme le dit @actibizz

Autre point : quand je ne maîtrise pas le fond du sujet, il est important que l'expert soit également capable d'expliquer simplement et bien sûr avec pédagogie ce dont il s'agit, comment il va s'y prendre, pourquoi, ... Savoir prendre de la hauteur, vulgariser sans rendre vulgaire,... c'est important.

Nous qui parlons beaucoup de collaboratif, il est également possible de se faire accompagner d'une personne clé pour juger le fond, vérifier le savoir, ce qui nous laisse toute latitude pour observer et enchaîner sur d'autres points complémentaires.

Après, rien ne vaut une bonne mise en situation pour tester le savoir et le savoir être... et voire le savoir faire ;)
Cela marche très bien et on a parfois des surprises !
4
il y a 3 ans par olivierChaillot
beaucoup a été dit ...
quand j'ai démarré (je ne vais pas me faire de mal mais j'en suis à la trentième année !) les prospects attendait de voir "si je tenais" le coup ... au bout de 3 ans ils ont commencé à faire un peu plus confiance ...
aujourd'hui, le bouche à oreille fonctionne pas trop mal ...
d'ailleurs, dans l'autre sens, quand je cherche un expert, si je ne l'ai pas déjà dans mon réseau (privilège de l'âge oblige) j'interroge le réseau justement pour aller plus vite à l'essentiel ... à condition de poser des questions précises, de savoir ce que je recherche, ...
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.