L'évolution d'une entreprise vers le numérique va 'naturellement" créer des situations de rejet, de frustration qui ne sont pas liées uniquement au changement, mais également à l'aspect générationnel de l'usage du numérique, et un caractère plus collaboratif et communicant de l'organisation du travail.

collaboratif transformation digitale #transformation numérique
4
2

8 réponses

il y a 4 ans par gmaison
En fait, la "déclusion" relève plus, selon moi, de la gestion du changement.
Pour faire prendre la mesure du changement, il y a plusieurs pistes à étudier, parmi lesquelles :
- La poule aux oeufs d'or, la Sirène, la Montagne et le Crocodile : www.viadeo.com/fr/groups/detaildiscussion/?cont...
- Embrasser le changement ou Résister au changement - les causes du conflit : dl.dropboxusercontent.com/u/43216732/Nexial/To...

Il y a également un aspect non technophile, pour de multiples raisons, à ne pas négliger. Le challenge est justement pour les "transitionneurs" que de faire en sorte que le numérique soit "transparent" pour ces non technophiles. Sympa comme challenge pour un designer ça :)

En sachant qu'au final, il y aura très probablement des gens qui ne "transitionneront" pas. Là, cette dimension est à intégrer tout de suite pour pouvoir prévoir des portes de sorties qui satisfassent les deux parties.
4
il y a 4 ans par RemiSalette
leur proposer de participer à une petite série de présentation de 90' sur le digital c'est quoi + comment cela nous impacte.
exemple: digital: technology is making my life easier with a "tap"
social media: a platform for building relationships
...
la clé du succès: faire des phrases courtes avec des mots simples
2
il y a 4 ans par HGAD_Consulting
Merci à tous de vos pistes, expériences et partages, et de votre @Skiller attitude !
2
il y a 4 ans par Myriam
Bonjour, pour ajouter à ce qui a déjà été dit et que je partage également (accompagnement, usages privé/pro, ateliers, etc.), je trouve que la piste du "ludique" est souvent une bonne pratique. Démontrer l'utilité opérationnelle aux personnes concernées (temps gagné, efficacité accrue, communication améliorée, engagement augmenté, etc.) est une nécessité mais transformer l'expérience digitale en "jeu" permet souvent de prendre le problème plus légèrement et d'en faire une expérience ludique et conviviale, ce qui permet de dédramatiser la difficulté rencontrée par les plus "réfractaires". Pour les collaborateurs les plus "anciens", le "parrainage" avec un jeune de l'entreprise est aussi une piste intéressante pour créer du lien avec les nouveaux entrants. Mais malgré tous ces efforts, je pense qu'il y aura toujours un petit pourcentage de "laissés pour compte", totalement réfractaires mais qui y viendront par la force des choses, avec le temps. Bonne journée
2
il y a 4 ans par JoyceMarkoll
> créer des situations de rejet, de frustration qui ne sont pas liées uniquement au changement, mais également à l'aspect générationnel de l'usage du numérique

exact, mes pires interlocuteurs lorsque je prospecte pour mon activité sont les personnes qui ont été forcées d'apprendre à utiliser l'ordinateur à leur travail.

J'aurais souhaité pour ces personnes qu'elles commencent par l'aborder de manière amusante, tout en apprenant les gestes de base et les éléments qui vont leur permettre d'acquérir dés le départ les bons réflexes : positionner les doigts correctement sur le clavier, connaître la différence entre les actions du clic gauche et du clic droit, et quelques trucs intrinsèques au fonctionnement des machines.

Je fais cela aisément auprès de particuliers ou d'utilisateurs en petites entreprises, et même auprès de personnes d'âges avancées. En entreprise, recréer ces conditions en faisant en sorte que ce qui est appris pour le travail ne soit pas enseigné en fonction de tâches ciblées, mais de manière à ce que les personnes s'approprient l'usage de la machine et puissent le transposer pour leur usage personnel serait ce que je ferais. Entre autres, étendre les formations sur plus de temps que ce qui est nécessaire pour les stricts besoins de l'entreprise, aborder plus de choses, et faire faire. Toujours penser que “qui peut le plus peut le moins”, et aussi qu'un groupe de personnes formées ensemble constitue aussi potentiellement une mini communauté d'entraide. Aimerais-tu en parler en direct prochainement ?
1
il y a 4 ans par HGAD_Consulting
a @joyceMarkoll ; merci de tes éléments de réponse, que je partage en grande partie. et oui, on peut en parler à la Cantine quand tu y seras au prochain petit déjeuner de présentation de la Mêlée le 21 Juillet au matin.
2
il y a 4 ans par vivianekerboeuf
faire des tests collectifs sur des sujets hors dossiers de travail (y c voire même avec leur centres d'intérêt Perso : leur club de sport, leurs ados, ...) avec les populations les plus éloignées et un soutien de 1ou2 cadres ou de salarié moteur de la transition. Bien expliciter qu'il sagit d'experimenter les usages possibles, qu'ils en sont capables et quil sagit au final d'en mesurer l'intérêt Ex : boîte a idées, co-voiturage entre salariés, gestion pots de départ, partage d'un rapport d'un stagiaire pour appréciation collective... Et faire des évaluations collectives de l'intérêt de l'usage pour envisager le transfert de méthodes/outils
L'idée : les défaire de leur posture défiante par rapport à l'outil en proposant un tutorat de découverte sur des sujets qui les motivent dans leur vie perso/sociale ou environnement a leur travail et les laisser ensuite projeter ce que ces usages permettraient de faciliter dans leur travail. Le collectif permet de stimuler l'entre aide et de contraindre les résistants à basculer ?
1
il y a 4 ans par KarineBonnier
Il faut s inspirer des usages du numerique dans la vie privee car il est fort a parier que bon nombre sont utilsateurs a titre prive. Transposer ensuite ces usages personnels sur des usages professionnels permet a chacun de realiser que le saut n est pas si grand.
Et pour ceux qui n auraient pas encore developper d usages prives, il convient de leur demontrer la valeur ajoutee qu ils pourront en retirer au quotidien en declinant des cas d usage tres operationnels ou en s appuyant sur des temoignages... C est de la conduite du changement.
1
il y a 4 ans par HGAD_Consulting
C'est une piste en effet, et les usages privés sont également très variés. Dans la conduite du changement, on essaie de "limiter" à des processus spécifiques ou des activités ciblées, en impliquant le personnel très en amont et en les rendant propriétaires au maximum de ce changement, formations incluses.
Dans le cas de la digitalisation, on peut être face à une vision totale du chef d'entreprise qui veut tout passer au numérique, ce qui impacte toute l'entreprise et rend le changement plus risqué, représentant une marche de changement autant technique que culturelle trop haute à franchir pour certains.
1
il y a 2 ans par JacquesFuchs

Commencer prioritairement par un alignement organisationnel ( voir : www.jfinsights.com/qu-est-l-alignement-organisa... ) avant toute phase opérationnelle qui est souvent non aligné avec l'ADN de l'entreprise...

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.