Bonjour,

Nous sommes deux associés dans une jeune entreprise innovante qui existe depuis 7 mois. Sur cette période nous avons fait la preuve du concept et généré un petit chiffre d'affaire. Nous souhaitons à présent passer à la vitesse supérieure avec un plan d'investissement sur 3 ans pour développer notre activité.

Mon souci est que nous avons un petit capital social (10K€) et que nous cherchons à levée plus de 100K€ de fonds sur la première année d'activité. Quel mécanisme existe-t-il pour atteindre cet objectif financier tout en ne cédant pas plus de 20% du capital ? J'ai déjà entendu parler de chose telle que la prime d'émission. 

PS : la société est une SAS

business developpement capitalisation fonds d investissement
6
6

7 réponses

il y a 10 mois par ArnaudLemoine

C'est une question pour @PatriceCAZALAS je pense !

3
il y a 10 mois par olivierChaillot

pas mieux :)

2
il y a 10 mois par Hervemary

Bonjour.  La prime d'émission, c'est juste le mécanisme technique ou comptable. Mais c'est juste un outil. 

Ensuite c'est un rapport de forces, comme bien souvent dans les affaires. Sur deux points. 

En gros, premier point, si tu peux montrer que ton business est viable, en croissance, avec une forte valeur ajoutée et des barrières à l'entrée empêchant d'autre compétiteurs de copier (facilement ou rapidement) ton modèle... tu peux commencer à négocier avec une bonne position.

Si en plus, point 2, tu n'as pas besoin d'investisseurs, c'est à dire, que tu peux te passer d'eux mais tu souhaites juste "accélérer", tu vas certainement pouvoir conserver une grande partie du capital.

Si en revanche, si le point 1 n'est pas tout à fait rempli. Et que tu as besoin d'argent frais pour développer. Ce sera beaucoup plus difficile. Normal, leur prise de risque sera plus importante...

3
il y a 10 mois par ChristopheFantoni

La réponse est assez simple : il vous faut déjà un très bon business plan. Ensuite, pour vous épauler, il vous faut également choisir la bonne banque. La meilleure pour votre projet, c'est BNP Paribas qui propose un prêt de 2 à 7 ans, sans apport de capital initial, sans cautionnement, et pouvant aller jusqu'à 200 000 €. Vous trouverez le détail de l'offre ici : mabanquepro.bnpparibas/fr/notre-offre-pro/cred...

Par contre, attention ; c'est un prêt à la création. C'est pour cela que je vous invite à leur dire que si vous avez créé votre SAS, c'est avant tout pour avoir une structure juridique destinée à vous permettre de valider votre concept/prototype auprès de votre clientèle. Vous pourrez ainsi leur présente quelque chose de très concret, tout en venant avec des chiffres. 

2
il y a 10 mois par Khove

Merci beaucoup pour l'info ! Et merci du conseil, je vais les contacter. 

2
il y a 10 mois par FredericLibaud

Bonjour,

Il y a différentes possibilités de financement prêts bancaires, investissements directe, subventions, ... Tout va dépendre de votre projet et de votre situation, de celle de la structure. Le mieux est de vous faire accompagner sur le sujet, même si cela a un coût.

2
il y a 10 mois par Khove

Je me permets de compléter ma question.

Nous sommes allés voir il y a quelques jours un investisseur potentiel en lui présentant le Business Plan. A un moment donné l'investisseur nous dit : "il ne faut pas confondre le capital social avec les besoins en financement ..... "

Je n'ai compris d'où il voulait en venir. Pour moi l'apport d'un investisseur vient augmenter le capital social, et c'est avec cet argent que l'on peut faire les investissements. Est-ce que je fais erreur ?

Voici mon niveau de compréhension des choses, pourriez-vous me dire si je fais erreur svp ?

  • dans une boîte qui affichait anté-investissement 10K€,  
  • un investisseur vient, et accepte d'investissir 100K€ pour 20% des actions,
  • cela signifie-t-il que la société est valorisée à 500K€ au moment de l'intégration de l'investisseur au capital de la société ?
  • Le capital a social vaut-il à présent 110K€ ? Avec une valorisation de 500K€ ?

Merci si vous pouvez m'éclairer sur ces points.

2
il y a 10 mois par ChristopheFantoni

Votre investisseur potentiel a entièrement raison. Ce n'est d'ailleurs pas à lui d'augmenter le capital social de votre entreprise via ses apports, mais bien à vous. Schématiquement, ce n'est qu'ensuite qu'il pourra vous racheter des actions, apportant ainsi des liquidités, et ainsi devenir copropriétaire de l'entreprise.

L'augmentation de votre capital social doit d'ailleurs être votre première priorité en tant que créateur d'entreprise. Concrètement, c'est elle qui fixe la valeur de celle-ci, et non pas votre propriété intellectuelle. Ainsi, si vous disposez d’un brevet, vous allez avoir tout intérêt à effectuer dessus un nantissement bancaire. Cela vous permettra de récupérer assez facilement entre 200 000 et 300 000 €(*) auprès de votre banque et ensuite d’intégrer le fruit de ce nantissement au sein de votre capital social, ce qui vous permettra d’augmenter la valeur réelle de votre entreprise.

Ne restera plus qu’à revendre une partie de vos actions auprès de votre investisseur, et comme il deviendra également votre associé, il pourra ainsi compléter son apport de liquidités grâce à votre compte courant d’associé.

(*) Ces montants correspondent à ce que peut vous octroyer votre agence bancaire sans avoir besoin d'en référer à son siège social.  

2
il y a 10 mois par SauzetFrederic

Hello, quelques pistes :

  • Valeur « pre-money » = promesse de la valeur de l’entreprise. Décorrélée du Chiffre d'Affaire, des marges, dans le cas d'une start-up au démarrage (puisque CA et marges sont peu indicatifs au début.
    • C'est la valeur de l'entreprise avant l’arrivée des actionnaires extérieurs.
    • C’est une valeur que le créateur définit, sur la base d’une estimation + négociation
    • Ex. le créateur a estimé à 2 ME
  • Les actionnaires apportent 500 kE
  • Valeur Post-money devient 2,5 ME (500 / 2,5 ME => ils ont pris 20% de la valeur de la boite)
  • Puis à la prochaine levée de fonds, on re-estime la valeur pre-money

Si tu ne veux pas être trop dilué, justifie une forte valeur pre-money. Le jeu de l'investisseur sera de faire exactement l'inverse ... d'où négociation.

en bonus :

- Le Galion Project , think tank créé par Jean-Baptiste Rudelle, publie son premier document de travail.Il s'agit d'un « term sheet » pour cadrer les levées de fonds et rééquilibrer le rapport entre entrepreneurs et financiers : business.lesechos.fr/entrepreneurs/startup/021...

- et aussi : business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa...

2
il y a 10 mois par Khove

Merci beaucoup pour cette information précieuse ! 

2
il y a 10 mois par Lepennec

Bonjour 

Je peux vous aider.

Avez vous une adresse email àe communiquer ?

Merci 

C. Le Pennec 

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.