Dans une petite équipe, comment s'assurer que le nécessaire besoin de reconnaissance, d'affirmation de soi et d'appropriation de certains sujets ne se traduise par une forme de compétition interne entre collègues, au détriment du partage d'information et de la collaboration.
Quels méthodes ou outils mettre en place pour favoriser les échanges et limiter ces (petites) rivalités ?

collaboration esprit d equipe competition interne
9
6

13 réponses

il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Une idée, Cyrille :
En mettant chacun d'eux dans une situation où, à tour de rôle, ils seront obligés d'aller vers les autres pour avoir l'info qui leur est nécessaire.
Ex : à échéance régulière, chacun d'eux doit organiser un point de partage. Il doit recenser l'actualité auprès des autres pour préparer l'ordre du jour, constituer le support et animer la réunion. Le fait d'être amené à jouer le rôle d'animateur / compilateur de temps en temps et d'être contributeur le reste du temps incite à une certaine bienveillance :) (... puisqu'un jour leur tour viendra !). Cela amène aussi à comprendre les difficultés que l'on peut rencontrer quand il n'y a pas d'effort collaboratif.
Ne pas hésiter à évoquer le processus avec eux en réunion pour l'améliorer, pour féliciter, témoigner de la reconnaissance à toute l'équipe... valoriser le style de chacun, souligner les complémentarités, miser sur la différence parfois aussi.
7
il y a 3 ans par gmaison
@Cyrille je fais partie de ces gens qui considèrent ne pas avoir de concurrent mais que des confrères ou des collègues.
La seule manière que j'ai réussi à fédérer des concurrents a toujours été de fixer un but qui dépasse le niveau de réalité ou de réflexion qui "voit" cette concurrence. Si je prends l'exemple de l'association eTIC47 que j'ai créé et qui rassemble les prestataires numériques de mon département, je me suis retrouvé face à des concurrents "frontaux". Et cette question de la concurrence est souvent revenue sur le tapis. Ma réponse était simple : nous sommes ensemble pour faire grossir le gâteau, nous restons probablement concurrent pour savoir qui prend quelle part, mais au moins nos parts seront plus grosses. Pour mon cluster numérique, j'ai fait de même avec un niveau différent de dépassement : agissons ensemble pour dynamiser le numérique et porter la transition numérique dans nos entreprises locales. Et... ça marche...
Au niveau de mon équipe dans ma boîte d'informatique, le principe du dépassement - car ils font le même métier chacun - c'est de leur dire que 50% de leur métier est de l'humain lié à entretenir la confiance du client dans son système d'information. Et que les 50% technique servent à réaliser ces autres 50%. Ensuite, je leur précise qu'ils s'entraident car c'est avant tout le client et que nous avons chacun nos différences, nos points forts et faibles. Je cherche à ce qu'ils interviennent tous sur les mêmes clients (car il y a un côté crucial que chacun soit au courant même dans les grandes lignes de ce qui se passe chez les clients et de comment c'est chez chacun des clients). Et nous faisons une réunion bimestrielle pour faire le point de chacun de nos clients. Enfin, j'ai établi le principe que chacun est à disposition de l'autre, que chacun doit travailler avec l'autre car nos différences font nos complémentarités et nos points communs font nos supplémentarités et permettent donc d'être plus solide.
5
il y a 3 ans par Cyrille
Merci à tous pour vos contributions. Je vais essayer de m'inspirer de vos commentaires. Comme souvent dans un projet, le plus compliqué à gérer c'est l'humain (c'est sous doute aussi le plus intéressant).
Ce que je retiens de vos commentaires c'est 1) qu'il faut créer un contexte favorable à la collaboration (convivialité, réunions, partage d'infos), 2) partager la vision et l'ambition du projet (créer un socle commun), 3) valoriser les personnes en reconnaissant leur savoir-faire et leur rôle spécifique dans l'équipe, 4) si besoin, forcer à expérimenter la collaboration pour se rendre compte de ses bienfaits !
Merci pour ces éclairages.
5
il y a 3 ans par PascalW
Bjr
Pour moi la problématique se règle ainsi:
- les objectifs sont fixés à l équipe
- j assigne des spécialités à chacun.
- chaque "referent" à la responsabilités de faire monter en compétence les autres sur son domaine
- j essaie d homogénéiser les salaires
- je fais des réunions flash d équipes tous les jours
Ainsi tout le monde a une valeur reconnue dans l equipe, personne ne peut masquer ses activités et la répartition des actions se fait finalement assez naturellement
4
il y a 3 ans par CarolineROUSSEL
La collaboration a selon mon expérience 3 éléments générateurs : l'autonomie, la confiance, et la transparence, qui permettent l'engagement et donc la possibilité de collaborer. On ne peut, selon moi, pas collaborer sous contrainte, c'est un acte volontaire qui est personnel et individuel. Si tu souhaites en savoir un peu plus, je te propose de visionner ce petit Prezi que j'ai mis en ligne ... Bonne quête collaborative ...
4
il y a 3 ans par Cyrille
Merci Caroline ... mais il est où le lien vers le prezi ???
2
il y a 3 ans par CarolineROUSSEL
Ma réponse était un teasing, voici le prezi : prezi.com/jjci2vlm_va8/comment-devenir-une-ent...
2
il y a 3 ans par JeanLestang
Je te propose la lecture de "Kanban pour l'IT" de Laurent Morisseau :
www.dunod.com/informatique-multimedia/developpe...

Tu ne dis pas dans quel contexte tu te places. C'est parfait pour de la conduite de projet, de la maintenance applicative ou des activités de support.

Kanban est une méthode d'amélioration continue. Elle ne propose pas de révolutionner ton processus de travail, mais plutôt de commencer à le "modéliser" pour mieux l'observer, puis l'améliorer. Ça c'est le but ultime.

Mais avant tout, les gens travaillent ensemble et communiquent mieux, décident chacun de leurs tâches, et concourent au but. je l'ai vu appliqué sur des équipes avec pleins de produits à maintenir. Le résultat a été une bien meilleure collaboration, moins de stress, plus d'autonomie, une réduction de la durée moyenne de réalisation des tâches. Magique, non ?

En conduite de projet, peut se mixer avec Scrum : on appelle le meilleur des deux mondes le Scrumban.
4
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Bonjour,
Peut-être en organisant des sorties comme celles présentées ici ? skiller.fr/question/8305
Sans oublier l'apéro dinatoire convivial de temps en temps. :)

Durant les temps de travail proprement dit, je verrais le brainstorming, qui permet de se rendre compte qu'une idée en amène une autre, et à ce titre le partage des idées et des informations est vital.
3
il y a 3 ans par Cyrille
Merci. Les expériences collectives en dehors du travail sont certainement une bonne base ... mais pas toujours facilement transposables au travail quand les contraintes de temps, de stress, de court terme, d'habitudes ... reprennent les dessus.
1
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
> mais pas toujours facilement transposables au travail
@Cyrille

qui parle de transposer ? Les expériences d'activités communes hors du travail favorisent la sympathie et le respect mutuel. Si le stress (générateur de fatigue) s'en mêle au travail, c'est un autre problème qui a probablement besoin d'être mis dans… dans quoi au fait ? Formalisé dans un rapport de bug ? ^^
1
il y a 3 ans par SylvieJeandidier
merci d'avoir cité ma question, qui reste à ce jour toujours sans réponse... effectivement on est typiquement dans un moment de collaboration & convivial
1
il y a 3 ans par LudovicLhuissier
Pour moi, il est primordial de "forcer" nos collègues à expérimenter le travail collaboratif
Je fais le pari qu'on y prend goût à coup sûr et qu'on voit rapidement l'intérêt individuel (reconnaissance du groupe, gains directs en termes de méthodes, de techniques, de résolution de problèmes...) au-delà du bénéfice collectif
Autre point important selon moi : responsabiliser chacun vis-à-vis du groupe et selon ses compétences
Je rejoins aussi l'idée d'organiser des moments en commun (brainstorming, formation collective, repas convivial...)
3
il y a 3 ans par PhilippeMilleret
Sortir du contexte pro, developper dans un cadre culturel ou sportif, un projet collaboratif pour mettre en avant le plaisir et la reussite du partage.
Du team building collaboratif..
2
il y a 3 ans par Pbernardon
Pour favoriser la collaboration, il faut déjà que l'équipe concernée adhère à l'objet de collaboration (projet, document, taches, produits à créer,etc.) .
Ensuite il faut que les contributions individuelles et collectives soient visibles et mesurables par tous, et bien évidement il faut que cela fasse partie d'objectifs clairs et qu'un système de reconnaissance soit également mis en œuvre.
2
il y a 3 ans par CarolineTeyssier
Le fait de travailler sur des projets communs peut favoriser la collaboration.
Essayer d'identifier et faire reconnaitre les compétences/qualités spécifiques de chacun, et en quoi elles peuvent servir à tous sur les projets, pour créer un intérêt à travailler avec l'autre (ex : une personne plus à l'aise en communication apporte son aide à celle qui est plus technique, et réciproquement).
Il faut réussir à transformer la compétition en saine émulation.
Et un peu de convivialité pour créer des moments sympas qui renforcent l'envie de travailler ensemble.
2
il y a 3 ans par Pbernardon
Sinon avez-vous testé la Sociocratie ? j'ai réalisé une carte mentale pour expliquer brièvement ce que sait et les retours d'expériences que j'ai pu trouver dans le monde. www.dropbox.com/s/fjpfuap58x7zcdy/SOCIOCRATIE-...
2
il y a 1 an par Hervemary

Collaboration et compétition sont nécessaires tous deux. Sans compétition il n'existe pas de tension et sans tension, tu ne fais presque rien...
Mais les deux seront utilisés sur des phases différentes et dans des conditions différentes.Les logiciels d'innovation collaborative, savent gérer cela...

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.