Dans un article de Aruco, Lionel Paillet, GM Europe de Nest, annnonce le renouvellement de l’ensemble de sa gamme d’objets connectés pour la maison. "ILS SERONT PLUS INTELLIGENTS, interopérables et pilotables à partir d’une même application mobile pour aboutir à une maison plus prévenante."

Ce qui pose la question, comment mesure-t-on l'intelligence d'un 'smart object" ?

Les produits Nest précédents étaient-ils un peu bêtes alors que pourtant on les avait déjà décrit comme intelligents ?

La question sous-jacente est - vraie intelligence des objets connectés, qui peut se mesurer, ou, comme trop souvent, message marketing qui va fatiguer à force d'être répété ?

#lessivequilaveplusblancqueblanc

www.aruco.com/2015/07/nest-cam-protect-france/...

internet of thing marketing objet connecté internet des objets
3
2

8 réponses

il y a 3 ans par SpaceTimeContinuum
Je pense que le mot "smart" à remplacer le mot "connecté" mais il n'a rien arrangé en terme de "buzz word marketing" pour vendre de la technologie. Le problème du mot "connecté" c'était que le moyen devenait l'objectif... la connection n'est pas un fin en soi !
Le mot "smart" / "intelligent" est encore un buzz word vide de sens... On a déjà du mal à définir l'intelligence (ou les intelligences! fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_intelli... pour l'Homme... alors pour les objets!!!
Jean Therme (CEA) développe d'ailleurs le même discours sur les "compteurs intelligents" déjà en 2010:
www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-les-comp...
"Pragmatisme oblige, mieux vaut que le compteur ait un certain nombre limité de fonctions, et que les ménages changent leur « box » en aval tous les deux ans, indique Jean Therme, par ailleurs patron de la recherche technologique et du centre de Grenoble Au CEA. « Aujourd’hui, on demande juste aux compteurs de modifier le prix selon l’heure creuse et l’heure pleine, et de permettre des opérations de télémaintenance. Il ne faut pas demander au compteur ce qu’il ne peut pas faire ». Autrement dit, il n’est absolument pas gênant d’un point de vue technologique que les compteurs intelligents soient bêtes."
En fait, ceux qui veulent nous faire croire que les objets sont intelligents doivent aussi être ceux qui croient qu'on va pouvoir l'intelligence de manière artificielle et que le cerveau est un gros PC !
Mais c'est trop simpl(ist)e!
www.scilogs.fr/intelligence-mecanique/rien-de-n...
E
4
il y a 3 ans par FabriceT
> Les produits [...] précédents étaient-ils un peu bêtes alors que pourtant on les avait déjà décrit comme intelligents ?

Ils continueront d'être bêtes encore longtemps.

Le terme intelligent désigne le plus souvent, en électronique, une plus grosse capacité de traitement d'information et un logiciel couvrant plus de situations préprogrammées. Le système utilisant la caméra présentée dans l'article ne vas pas découvrir tout seul qu'il doit ouvrir la chatière lorsque le chat gris et blanc passe, car c'est celui de la maison, et ouvrir l'arrosage du jardin quand son ennemi héréditaire veut en découdre.

L'« intelligence » de cette caméra se résume à un capteur de mouvement permettant de programmer le déclenchement la prise d'image et sa capacité de chiffrer les données. Pour faire une analogie avec le monde réel, ce serait quantifier l'intelligence de quelqu'un en fonction de sa capacité à sentir une odeur et de la qualité de réception de son portable.
3
il y a 3 ans par FabriceT
Pour compléter ma précédente réponse et couper court à quelques courants mystiques pouvant naître de l'utilisation abusive du mot intelligent.

La plupart des systèmes domotiques reposent sur le modèle des automates finis (dans la langue de Britney Spears, Finite State Machine, ou encore FSM). L'automate (le programme) possède un nombre fini d'états et passe d'un état à l'autre en fonction de certains critères. Prenons l'exemple d'une maison prétendue intelligente qui régule sa température en fonction du soleil. L'automate a à sa disposition un certain nombre d'informations (heure, position des volets, orientation), des capteurs lui indiquent la température intérieure de la maison, la température extérieure, ainsi que la luminosité (ou quantité d'U.V.) et la position des volets. En fonction de ces informations et des préférences de l'utilisateur, l'automate va déterminer si il est utile de baisser les volets ou de les ouvrir, de lancer la climatisation ou le chauffage. Le marketing va vendre une maison intelligente alors que l'essence du principe est applicable par un enfant de 4 ans un tant soit peu sérieux.

L'automate peut être plus complexe et posséder un nombre d'états variables (tout en ayant une limite max.) et des critères de changement d'états paramétrables (par exemple détection de mouvements dans la zone du frigo, entre 22h et 7h) mais cela reste un modèle prédictif et limité dans l'analyse.

D'un point de vue non technicien, je comprends que cela puisse faire croire qu'il y a de l'intelligence, que l'on pourrait définir par la capacité d'analyse et de compréhension de l'environnement. Le système donne l'impression d'intelligence car il réagit à son environnement, mais d'un point de vue technique, cela s'apparente à un mécanisme de réflexes (marteau sur le genou, toussa).
3
il y a 3 ans par olivierChaillot
idée : et si l'utilisation du terme "intelligent" n'avait pour autre finalité que d'éviter à l'usager de réfléchir ? celui-ci pourrait, lorsqu'il met sa casquette "citoyen", oublier de se poser des questions sur le monde "intelligent" qu'on est entrain de décider pour lui ... et permettrait ainsi de se passer de son accord ... mais ce n'est qu'une idée :)
3
il y a 2 ans par Laurent
Le paradoxe est que la plupart des objets connectés ne sont ni "intelligents" ni même dotés de véritables capacités de calcul. Ce sont les applications associées (sur smartphone) et/ou les serveurs qui opèrent les calculs.

A ma connaissance, Nest prend néanmoins les décisions d'allumage/extinction du chauffage sur la base des consignes, de la météo et de la présence d'habitants dans le logement (il y a surement 2-3 autres variables prises en compte). Mais même avec une dizaine de variables, il est difficile de dire que c'est "intelligent". Chaque prise de décision par un humain intègre des millions de variables (dont nous n'avons même pas idée).

Je pense qu'il existe une sorte de fantôme dans le domaine de la tech : "l'intelligence artificielle". Pour moi, s'applique à l'intelligence artificielle, la même citation qui fut appliquée au "Big Data" : "Big data is like teenage sex: everyone talks about it, nobody really knows how to do it, everyone thinks everyone else is doing it, so everyone claims they are doing it..."

Tous ceux qui touchent un peu au domaine savent que "l'intelligence artificielle" n'existe pas stricto-sensu. En revanche, des approches type "machine learning" ou "deep learning" tendent à se rapprocher de la manière dont le cerveau humain fonctionne.

Je pense que le marketing qui entoure les objets connectés essaye de surfer sur cette vague de la "boite noire" qui est intelligente et fait que l'objet paraisse intelligent selon les critères que nous, humains, portons à l'intelligence.
Un programmateur d'arrosage (je connais bien le sujet, croyez-moi) ou un thermostat qui prend des décisions d'arrosage/allumage du chauffage peut-il être considéré comme intelligent ? Stricto sensu NON; cependant sa capacité à agir sans l'interaction nécessaire d'un humain lui confère une sorte d'autonomie adaptative qui le rend plus utile qu'un simple programmateur mécanique/électronique qui ne prendrait en compte que 2 variables : la température d'une pièce et le temps (heure de la journée). C'est une sorte de début d'intelligence par opposition au fait qu'il n'est pas stupide en arrosant quand il pleut (arrosage) ou en chauffant quand personne n'est dans la maison (thermostat).
3
il y a 3 ans par Flo_Mo
Bonjour @PierreMetivier,

Est-ce l'objet qui est intelligent ou l'usage (le pilotage ici) que l'on en fait ?
Cordialement,
2
il y a 3 ans par YohannROBERT
Le fait de rendre un objet connecté permet d'actionner du logiciel derrière, donc s'il transmet plus de données et mieux, le logiciel qui les exploite peut produire plus de choses qui auront plus de sens et d'effets. C'est vrai que le terme "smart" est un peu pédant à mon sens. Donc pour mesurer l'intelligence on pourrait s'intéresser aux capacités de l'objet en questions à produire plus et mieux des données qui auront encore plus de potentiel à produire du sens.
2
il y a 3 ans par RemiSalette
quel est le problème client qu'il fallait résoudre au départ?
- réduire la note d'électricité?
- gagner du temps?
- ne pas tomber malade?
- quand un truc ne marche pas, je m'énerve
...
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.