Comment promouvoir une culture du partage 2.0, afin que les membres d un réseau social d entreprise aient le réflexe et la motivation de contribuer en partageant du contenu ou des questions, et d interagir en commentant ou likant? Quel plan d'action proposer?

conduite du changement contribution culture réseau social d'entreprise
7
7

7 réponses

il y a 4 ans par oimoci
Wouaahh !!! Bon courage Charlotte !! Mais je suis sûr que tu peux relever le défi :)

J'imagine que le réseau social est déjà en place... Mais, que comme partout, il a beaucoup de mal à vivre !
La question est toujours la même : pourquoi est-ce que les salariés contribueraient ?
On peut évidemment leur poser la question, mais alors, ils décrivent souvent le réseau social qu'ils n'utilisent pas !..
Ou alors, on creuse les études RH sur les attentes des salariés, et on y trouve 2 mots magiques : sens et reconnaissance.

Alors oui, je pense qu'il faut leur offrir du sens, du contenu en relation avec la vision de l'entreprise, et sa co-création permanente, de l'information précise et des datas partagées en toute transparence, la possibilité réelle de devenir membre d'une communauté dont la mission est supérieure et sublimante (il existe ce mot ?). Tu connais forcément l'image : il faut que chacun ait le sentiment de construire une cathédrale plutôt qu'être un simple tailleur de pierre.

Et puis, si tu trouves un moyen (ou mille) pour que chacun trouve sur le réseau la reconnaissance qu'il ne trouve pas au quotidien, c'est probablement gagné !
L'objectif de ton réseau et de renforcer la collaboration interne, par la mise en place de nouvelles formes de collaboration au-delà de la territorialisation en cours dans ton organisation... -Mais c'est une motivation limitée pour chaque individu de ta communauté !
De la reconnaissance...? Et d'où pourrait-elle bien venir si ce n'est de la hiérarchie ou de l'Organisation (en tant qu'être) ?
Juste une piste de benchmark : sur Skiller, ton profil se remplit de tags quand tes postes sont likés, c'est la reconnaissance de tes pairs (hiérarchie de compétences) / ton SCORE, c'est la reconnaissance de l'Organisation...

Avec une bonne couche de sincérité, un peu d'audace et de folie, et beaucoup du travail, ça pourrait fonctionner...!
8
il y a 4 ans par CharlotteW
Merci pour ta réponse. J adhère totalement!:-) je trouve à ce sujet que skiller est extrêmement bien pensé et donne envie d y participer!
De mon côté, je suis convaincue qu il faut travailler sur la motivation intrinsèque des utilisateurs. Notamment en co construisant des objectifs et des usages créateurs de valeur et qui apportent de réels bénéfices individuels et collectifs.Je m interroge néanmoins sur la manière d amener et encourager progressivement une culture du partage 2.0 ...
5
il y a 4 ans par gmaison
Lorsque tu développes un projet, parmi les principes du développement de ce projet, il en est un moteur, un principe clé : le patchwork fou. Son principe est d'engager des parties prenantes dans le projet. Mais cet engagement est basé sur le principe suivant :
Il faut que la personne soit intéressée à ton projet, qu'il lui apporte quelque chose, qu'il réponde à l'une de ses demandes, née d'un besoin. Et il est important que de son côté elle y apporte quelque chose. C'est le principe même du développement d'un projet, de la viabilité d'un projet.

Quel est l'intérêt pour une personne de partager ? Partager quoi ? Partager pour quoi ? Pour qui ? Comment partager une compétence ailleurs que le service où l'on est "affecté" ? Pourquoi partager de l'information avec d'autres que ceux avec qui je partage déjà, pour les besoins des processus ?
Ces quelques questions peuvent obliger à une prise de recul et une réflexion sur la nature même de l'organisation de l'entreprise et du management. De même, l'outil rigolo est de mettre chacune de ces questions en forme négative. Et rien que cela entraîne également des réflexions, inattendues.

Fermer l'entreprise pendant une journée (ou un service), l'emmener dans une salle des fêtes et faire un brain storming géant peut être une solution pour faire émerger les réponses ou d'autres questions ;)
5
il y a 4 ans par CharlotteW
Merci pour ta reponse tres complementaire du premier commentaire. Jaime bien le concept de patchwork fou. Cela me fait penser aux differents cas d'usages que je developpe petit a petit avec mes utilisateurs et qui sont a chaque fois tres differents en fonction de l'objectif recherche. De plus ta reponse souligne deux points importants pour optimiser le partage :mieux encrer le rse au coeur des proccessus metier et mieux definir les enjeux et benefices du partage plus transversal et en dehors des processus.
3
il y a 4 ans par DidierdeThoisy
Peut être aussi avoir une approche, dans un premier temps, pas forcément axée que sur l'entreprise. Aborder le colloboratif, le partage, l'interaction....dans l'échange de bons plans : covoiturage, garde d'enfants, sports, repas commun, cagnotte... par le bias des réseaux sociaux. Ca pourrait permettre une première appropriation de ce type de fonctionnement ?
4
il y a 4 ans par CharlotteW
excellente approche effectivement dans un premier temps, pour développer les usages, sans la barrière du "jugement" par les pairs sur des sujets pro. nous avions par exemple lancé la communauté "course à pied", pour échanger entre passionné (experts et débutants) et se familiariser avec l'outil! :-)
3
il y a 4 ans par affinyt
Bonjour Charlotte

Il y a plusieurs voies différentes pour créer une vraie culture collaborative au sein d'une entreprise via un RSE... (Il faut aussi composer avec la culture d'entreprise...)

Dans une conférence il y a très longtemps, j'avais entendu cet exemple de faire en sorte que si l'on voulait poser ses congés, la seule façon était de se connecter à cette plateforme, ce qui faisait qu'on créait un besoin fort sur un point précis, et que la plateforme sur ce point devenait incontournable... et plus largement, ne plus diffuser un certain nombre d'informations utiles et incontournables par mail mais uniquement sur le réseau pour que les gens viennent se connecter d'abord pour les consulter et ensuite restent pour d'autres possibilités qui se présentent.

Dans la logique de base de création du RSE, au démarrage, c'est la part d'association que l'on a donnée aux salariés pour participer à la création de l'outil et à la définition des fonctionnalités au travers de séances de recueil de besoins qui va permettre de fédérer un certain nombre de personnes dès le démarrage. Par la suite, il s'agit d'identifier les "Ambassadeurs" au sein de l'entreprise qui vont devenir des évangélistes de la plateforme : des early adopters, des beta testeurs, des personnes qui ont spontanément adoptés l'outil, ... et les encourager à partager et associer leur entourage (service, interlocuteurs, ...).

De ma propre expérience, j'ai axé le développement d'un mini RSE autour d'une notion de gamification : les participants cumulaient des points au travers de leurs interactions à travers la plateforme et chaque semaine il y avait un classement des 3 plus actifs. Dans l'expérience que j'ai menée, cela a plutôt bien marché et motivé les plus "timides".

Ensuite il y a effectivement le fait de mobiliser les salariés autour d'une problématique transverse pour laquelle on a besoin de "tout le monde" et susciter des participations : par contre il faut que cela aboutisse à une réalisation concrète pour qu'ils se rendent compte de la véritable utilité de l'outil.

Il faut surtout convaincre les managers et les dirigeants d'accepter de jouer le jeu : c'est souvent plus à ce niveau que se trouvent les vrais freins à la démarche qu'au niveau des "simples" salariés...

Sinon j'aime bien l'idée de partager des services pratiques lancée par Didier : je pense que cela peut vraiment marcher !
4
il y a 4 ans par CharlotteW
Merci beaucoup pour ta réponse très détaillée. j'avais effectivement impliqué dès le départ des key users, qui pour beaucoup sont devenus des community managers et véritables "ambassadeurs" de cette approche de partage via un RSE innovation. je retiens également le principe de gamification (qui est d'ailleurs très bien développé sur Skiller! :-). également, le fait d'être LE SEUL ENDROIT où certaines infos sont publiées, ce qui invite à y aller bien sûr. enfin et surtout, réussir à impliquer les managers de proximité, afin qu'ils jouent vraiment leur role de sponsor et accompagnent les pratiques! il n'y a plus qu'à continuer et persévérer! :-)
2
il y a 4 ans par affinyt
Il y a aussi tout l'aspect d'accompagnement : il y a longtemps pour l'Intranet mis en place dans la collectivité où je travaillais, nous proposions des mini-séances d'initiation à l'outil pour la prise en main. Cela a vraiment bien fonctionné et permis d'identifier les Ambassadeurs dont je parlais ci-dessus.

Dans la coopérative d'activités dont je fais partie, un groupe "SAV" a été créé pour répondre à toutes les difficultés rencontrées par les utilisateurs pour ne pas les laisser en situation "d'échec".

Je pense que la formation et l'accompagnement doivent intrinsèquement faire également partie de la démarche : souvent il s'agit de faire évoluer la culture d'entreprise, les façons de travailler, ...
2
il y a 4 ans par AlainPatoux
Bonjour Charlotte,

Pour promouvoir la culture du partage dans l'entreprise, je pense qu'il y a un certain nombre de questions préalables à ce poser :

Le partage est il une valeur de l'entreprise ? Si non on pourrait commencer par là.
Le climat social de l'entreprise est il propice au partage ? Dans une entreprise soumise régulièrement à des plans sociaux ou tout le monde craint pour son emploi, l'heure sera plutôt à la rétention.
Comment est valorisée la performance collective ? Si seule la performance individuelle est reconnue et valorisée pourquoi les gens iraient partager leurs compétences qui constituent pour eux un avantage "compétitif". Il y a des hiérarchiques qui interdisent à leurs collaborateurs de présenter en réunion régionales ou nationales ce qu'ils font de peur que d'autres prennent leurs bonnes idées.(hé oui cela existe encore !)

Comment la hiérarchie perçoit elle se partage ? Le hiérarchique ne devient plus un "incontournable" dans l'accès à l'information, ce qu'il considère souvent une perte de pouvoir
Quelle est la position de la DSI ? qui voit dans le développement des rse des risques sécuritaires et de la consommation de bande passante.(déjà que les débits ne sont pas terribles)
La Position de la DRH, du comité de direction ....etc

L'objectif est de faire un état des lieux le plus objectif possible (sans complaisance et surtout sans "langue de bois")
Ensuite définir avec les dirigeants (surtout le DRH) l'ambition de l'entreprise dans ce domaine.(si il ne sont pas porteurs ... no way!)
Enfin élaborer les plans d'action ad hoc et se donner les moyens d'y parvenir.( budget, outil, organisation, système de valorisation des contributions .....)

Un gros boulot parce que le partage dans les boites françaises ce n'est pas gagné !!!
Le partage 2.0 c'est la cerise sur le gateau qui permettra de dynamiser et amplifier le partage dans l'entreprise, mais pour moi ce n'est pas la clé d'entrée.

Bon courage
4
il y a 4 ans par CharlotteW
excellent! merci beaucoup pour ta réponse. de nombreuses pistes à creuser...:-) ! Notamment sur la manière dont sont fixés les objectifs aux équipes par les managers et comment est évaluée la performance individuelle et collective de chacun. Ultra convaincue également que la culture du partage est très importante...
1
il y a 4 ans par disk_91
Compliqué l'usage d'un reseau social est tres souvent vu comme un amusement par les generations un peu anciennes... Enfin ca doit dependre des boites. De ce que j'ai pu voir ca fonctionne bcp mieux quand il n'y a aucun cloisonnement sur le RSE et surtout quand le rse propose un client lourd lancé par defaut au demarrage.
J'ai cru ta question plus large sur la culture du partage. Sur ce point un trucs que nous avons lancé et qui je pense est une bonne facon d'initier les gens au partage : celui de son espace de travail lorsque l'on en est absent. Bien entendu l'interet est surtout pour les grosses entreprises avec plusieurs sites et bcp de passage.
3
il y a 4 ans par CharlotteW
merci pour ta réponse. effectivement, ma question est bien sur le développement d'une culture du partage, en plus des business case métier/processus que nous pourrions mettre en place. Pourrais-tu expliciter un peu plus ton dernier point? je ne suis pas sûre de l'avoir clairement compris :-) merci
2
il y a 4 ans par disk_91
Le partage de l'espace de travail est une application (desksurfing) qui permet de mettre a dispo son bureau aux autres lorsque l'on est en deplacement ou en conges. Les personnes de passage vont pouvoir s'y installer et rencontrer de nouvelles personnes ; elles vont profiter d'un espace plus agréable, mieux equipé, que les traditionnels bureaux de passage.
2
il y a 4 ans par CharlotteW
ah oui je vois. effectivement, excellente idée pour rencontrer de nouvelles personnes
1
il y a 4 ans par LaurenceGaillard
La lecture de la question et des différentes commentaires m'a fait penser à une action simple mais que je trouve très pertinente pour créer du lien entre les membres d'une entreprise. Zappos a mis en place une application qui présente à chaque ouverture d'une session sur un ordinateur un salarié et ce de façon aléatoire. Une bonne façon de découvrir ses pairs et d'inciter à les rejoindre dans un réseau social en acceptant bien sûr que ces profils soient le reflet non pas d'une fonction mais d'une personne avec ce qu'elle fait, propose, aime, lit...
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.