Lu sur facebook :
"RÉPUTATION ET ARGENT
Suite à des commentaires qui reviennent souvent:
- Comment monnayer notre expertise ?
- Comment valoriser ses compétences ?
- Comment un talent peut devenir un moyen de payer ses factures ?

Rappel de base dans le nouveau monde :
- La connaissance est gratuite et n'a plus aucune valeur.
- L'expérience a un sacrée valeur.."

Plusieurs remarques questions :
- entièrement d'accord avec le rappel. Les connaissances, mises à disposition de tous sur Internet, sont devenues gratuites - mais non sans valeur.
- On comprend les questions, pourtant la valeur est-elle nécessairement rattachée à un montant financier (coût ou prix) ? Si non, quelles sont les différentes valeurs (usage, prix/coût, ...) ?
- Et si l'on prend Skiller, partageons nous des connaissances ou des compétences ? ou bien des connaissances ET des compétences ? Partager des compétences ne serait-ce pas partager des connaissances et savoir-faire dans l'action commune ?
- et l'on en revient sur la question de la monétisation car *aujourd'hui*, c'est un élément central pour pouvoir vivre dans le contexte économique et social qui est le nôtre. Même si demain, le revenu de base pourrait profondément modifier ce contexte et donc notre rapport à la monétisation (valeur par le prix ou le coût) de ces compétences.

Loin de tout pragmatisme, par cette question je veux explorer d'autres points de vue.

Vos avis et points de vue ?

competences monétisation skiller valeur connaissances
9
5

3 réponses

il y a 3 ans par IsabellePruvot
Vaste et intéressant sujet...

Pour moi des connaissances correspondent à des savoirs tandis que les compétences sont des savoirs-faire impliquant l'acquisition préalable de savoirs et de savoirs-être, elles s'appuient donc sur de l'expérience pratique et du vécu en tant qu'individu.

En ce sens, Skiller me semble définitivement orienté compétences plus que connaissances (Wiki...).

Quant à la valorisation des compétences, nous sommes, il faut bien l'admettre, toujours dans une logique marchande, en cela c'est la demande du marché qui va fixer la donne.
Aujourd'hui, la révolution technologique et digitale nous amène à faire face simultanément à une obsolescence de certaines compétences et à la nécessité d'apprendre et de se former de plus en plus vite à de nouvelles.
C'est un vrai challenge pour le Talent Management que de repérer cette capacité à apprendre et à se remettre en question.

La valorisation des compétences clefs des salariés de demain passent sans doute par une remise à plat des référentiels de compétences et plus largement des outils RH mis à disposition des entreprises aujourd'hui.
Des outils comme Clustree peuvent être une piste intéressante à creuser....

Concernant les indépendants, je pense qu'il est important de savoir mettre en avant son savoir-être par un storytelling efficace afin de créer l'envie de collaboration.

Si l'on s'écarte de cette vision strictement marchande alors la valorisation des compétences peut s'apparenter à un système individuel totalement subjectif (basée sur une échelle de croyances et de valeurs individuelles) ou répondre à un système de valeurs collectives (approche intégrale ou holistique) qui définira les contours de l'humanité future.

Quant à la monétisation au sens large , j'entame la lecture de "the end of money" de David Wolman... Encore un peu tôt pour me prononcer ;)
6
il y a 3 ans par FrancoisGEUZE
Les deux termes sont pour moi bien différents, même si les dissocier est difficile. Je conçoit les connaissances un peu comme les savoirs (terme qui demanderait lui aussi à être défini). Pour simplifier (ou complexifier c'est selon) je regroupe ici tous les types de savoir (faire, être, procéduraux, etc...) car nous pouvons tous en avoir connaissance, savoir ce qu'il faut faire, sans nécessairement savoir le faire. La compétence est en fait la capacité à mettre en oeuvre ces savoirs dans un contexte précis, cette définition étant assez proche de la définition de l'UIMM en 71 qui disait que la compétence est un savoir faire opérationnel validé. Mais une chose est sure, sans connaissance, pas de compétence sauf à reprendre la traduction tchèque du travail asservi : robota
5
il y a 3 ans par vivianekerboeuf
Dans la lignée de Piaget, père de l'analyse des process d'apprentissage, il me semble que skiller permet uniquement de partager des informations (données organisées), des ressources et des connaissances (données issues de l'expérience et partageables)....la compétence, c'est vraiment autre chose : c'est "la mobilisation des informations et des outils dans une manière de faire (action) adaptée au contexte et à l'objectif visé." C'est pourquoi l'expérience est si importante, plus on a testé des manières de faire, meilleur on devient dans la sélection des bonnes infos, bons outils, et du réajustement des façons de faire en fonction des contextes et des résultats intermédiaires (signaux faibles). La compétence ne se révèle donc qu'à travers son "usage"
Et oui ! Vivement le "revenu universel" pour faire ce que l'on aime faire,, progresser plus facilement et choisir où l'on souhaite faire des efforts...sans oublier qu'une vie n'est pas que professionnelle, on se réalise aussi en tant que compagnon/compagne, parents/enfants, amis/es, citoyens...être compétent, c'est savoir vivre !
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.