Ces entreprises sont-elles :
- modernes et innovantes
- poussiéreuses et dépassées
- différentes
- parfaites pour les salariés
....

Pour en savoir plus, avant de répondre : www.scopmidipyrenees.coop/sites/fr/unions-regio...

#scop coopérative démocratie
6
7

8 réponses

il y a 3 ans par IsabellePruvot
J'ai encouragé pas mal de mes clients désabusés par la culture individualiste et autocratique de leur entreprise, en quête de sens et d'évolution professionnelle à consulter l'annuaire des scops www.les-scop.coop/sites/fr/l-annuaire-scop/annu... et à cibler celles qui les inspiraient le plus.
Au delà des notions pré-citées ce que j'ai retenu des ces entreprises, c'est un système de valeurs et de gouvernance démocratique et participatif qui reposait principalement sur l'équité et le respect de ses salariés.
Par ailleurs, j'ai observé tout au long de mes missions une véritable rupture au niveau des valeurs clefs en entreprise que sont la confiance et le partage, entre les salariés d'une part, et les entreprises "verticales" d'autre part. Les Scops (même si le concept est loin d'être nouveau) apporte une horizontalité revigorante et permet de renouer avec ses valeurs.
7
il y a 3 ans par usercentric
L'habit ne fait pas le moine, le statut non plus.
J'ai rencontré des SCOP modernes et innovantes mais aussi d'autres poussiéreuses et dépassées. J'ai aussi croisé des entreprises qui n'étaient pas scop et dont la gouvernance allait plus loin que nombre de scop en termes d'implication des salariés et de démocratie.

J'ai approché cette réalité de près car j'ai accompagné un réseau de scop dans un programme. Cela m'a permis de voir en direct des réalités très... hétérogènes.

Les Coopératives d'Activité et d'Emploi me semblent être la forme récente la plus intéressante (quoique spécifique). Les SCIC aussi même si on peut regretter leur caractère un peu "usine à gaz".

En résumé c'est une forme d'entreprise très adaptée à notre époque à condition de vraiment exploiter son potentiel, d'impliquer réellement tous les collaborateurs et de penser une gouvernance démocratique pour laquelle le numérique est un précieux allié.
6
il y a 3 ans par OlivierHue
Vous avez parfaitement raison, chaque entreprise est différente et son statut ne fait pas vertu. Le cadre est important mais les hommes et l'animation le sont tout autant. On peut donc trouver des SCOP qui laissent perplexes et des entreprises "classiques" qui respirent le bon en tout point.
3
il y a 3 ans par gmaison
Pour moi, les SCOP sont un des moyens pour juridiquement entérinée le principe de l'entreprise participative, dans le sens où les salariés sont poly-parties prenantes dans l'entreprise et disposent des moyens, droits et devoirs pour participer aux orientations stratégiques de l'entreprise.

C'est pour moi un support idéal de l'entreprise libérée (même si ce n'est pas le seul).

Elle est pour moi également une forme de justice sociale par un ROI de la valeur travail fourni par les employés.

Il faut par contre laisser toute liberté dans l'adhésion à ce principe ou non, à l'engagement salarié en tant qu'actionnaire, tant pour y rentrer que pour en sortir.
3
il y a 3 ans par OlivierHue
Merci, c'est intéressant.

Quand la SCOP est créer de toute pièce, je pense que cela correspond totalement.

Par contre quand il s'agit d'une transformation d'une entreprise traditionnelle en SCOP, par exemple lors d'un départ en retraite du gérant ou d'une reprise des salariés suite à la cessation d'activité, il me semble que le volet entreprise libérée est plus délicat.

La SCOP est alors un outil juridique ou financier (besoin réel) pour continuer à travailler et moins une philosophie et/ou une organisation du travail recherchée (bonus).

A mon sens, si le cadre idéal est toujours présent, il est toujours important d'animer la démocratie et d’insuffler la libération de l'entreprise.
3
il y a 3 ans par gmaison
@OlivierHue Je ne l'avais pas vu sous cet angle de "plan de continuité d'activité". Merci pour ce regard ! :)

deux usages d'une même structure juridique en fonction du besoin ou de la vision.
2
il y a 3 ans par YasminaAZZOUG
Bonjour,
J'en ai une vision plutôt positive : une démarche volontariste pour allier business et sens / humanisme.
Mais ... les quelques SCOP que j'ai croisées (agro-alimentaire) étaient parfois un peu "poussiéreuses" dans leur stratégie marketing / commerciale, comme si elles avaient oublié qu'il fallait quand même faire du business ...
Merci au passage de m'avoir fait découvrir le site internet des SCOP !
3
il y a 3 ans par OlivierHue
De quelles SCOP agro-alimentaire parlez-vous ?
Je me permets de vous préciser que les coopératives agricoles et les SCOP ne sont pas la même chose.
1
il y a 3 ans par ACTIBIZZ
Un peu tout ça en même temps, cela dépend de la scop, de son histoire, de ses fondateurs...

Je rejoins l'avis de usercentric, 'l'habit ne fait pas le moine, le statut non plus'

En ayant rencontré plus d'une, en charge de la délégation d'un DLA (www.avise.org/annuaire-des-dispositifs/disposit...), certaines sont ancrées dans un 'esprit ess économie et solidaire' sans trop de réalité sur le business, parfois sur-subventionnées.

D'autres innovent, parfois dans des secteurs atypiques (www.iledefrance.fr/fil-actus-region/union-forge...).

L'ambiance est sans doute plus agréable pour les salariés que dans certaines entreprises privées, mais encore une fois, on ne peut généraliser et des cas de prud'hommes y existent aussi.

A l'ère de civilisation numérique, à chaque entreprise et chaque scop de se réinventer !

sur ce sujet, très bel article : www.lelabo-ess.org/?LESS-confrontee-au-numeriqu...
3
il y a 3 ans par OlivierHue
Merci pour la réponse et les liens très intéressants.
1
il y a 3 ans par ArlitConseil
Un peu tout ça, en fait ça dépend de la scop, de son origine, de son age, et de la volonté des salariés.
Cela peut évoluer dans le temps.
C'est un bon support pour une nouvelle façon de concevoir l'entreprise
2
il y a 3 ans par cecilevarin
L'image de la SCOP me semble poussiereuse : en caricaturant un coté associatif, amateur, philanthrope et pas assez porté vers la performance ..
J'ai pour ma part rencontré des SCOP géniales, atypiques et precisement super performantes, notamment parce qu 'elles faisaient de l'open innovation, du management tres differencié , collaboratif etc
Donc , ma proposition c'est que les SCOP ont interet à faire un effort de communication, et copiant les start up :) et en leur prenant leurs mots clés, anglicissismes et ton tres assertif : la "win" californienne :))
2
il y a 3 ans par OlivierHue
Vous avez raison, par le passé les SCOP étaient essentiellement des entreprises du monde ouvrier et artisanal. C'était un peu le modèle utilisé contre le capitalisme et la société de consommation.

Depuis quelques années et notamment avec la nouvelle génération, certaines SCOP ont réussi à allier gouvernance démocratique, nouveau modèle économique et innovation.
3
il y a 3 ans par olivierChaillot
nous pourrions rédiger la même question en remplaçant "SCOP" par "Génération Y" ou "fabricant de peigne à moustache à pédales" ... J'ai tendance à me méfier des généralités et des raisonnements qui voudraient arriver à ne "voir qu'une tête" en gommant toute différence ... alors que ce sont justement les différences qui nous enrichissent !
cela revient à raisonner sur des moyennes, qu'on finira par appeler comme en météo des "normales saisonnières" ... rappelons juste qu'en se mettant la tête dans le four et les pieds dans un congélateur ... en moyenne "on" est bien !
Mais revenons à la question de départ ... les SCOPs ... a part une différence de projet de départ qui en fait un projet collectif de personnes qui travaillent ensemble pour capitaliser sur un bien commun qui sera toujours la propriété commune de ceux qui y travaillent ... plutôt qu'un projet capitalistique au profit d'actionnaires qui ne sont pas salariés dans l'entreprise ...
Nous pourrons trouver toutes les différences de culture, de fonctionnement, etc... que dans tout autre entreprise ... même si certains peuvent remarquer qu'on y trouve peut être plus souvent qu'ailleurs des "fumeurs de moquettes" ...
ce n'est pas le statut qui fait que l'entreprise est sur un marché concurrentiel et a des contraintes de rentabilité et de jeu concurrentiel ... quelle soit SCOP ou non, elle aura alors un comportement analogue aux autres concurrents de son secteur (dans le BTP, la communication ou l'imprimerie par exemple qui d'ailleurs ont un syndicat patronal pour défendre leurs intérêts) Si elle est sur un marché non concurrentiel ... elle aura des comportements analogues aux autres compétiteurs SCOP ou non ...
Dans les SCOP, les particularités tiennent à la finalité capitalistique (et aux particularités fiscales qui y sont liées) pour ce qui est du fonctionnement, il est lié au statut juridique (SARL, SA, SAS, ...) Sauf que, dans les SCOPs, quand je réuni les actionnaires pour les décisions d'actionnaires, il s'avère que majoritairement ce sont les salariés qui sont présents (mais pas que) et que la répartition des droits de votes sont définis par la loi (alors que dans une SA ou une SAS par exemple ils sont définis par les statuts ...)
les actionnaires décident des orientations stratégiques et nomment le PDG (comme dans toute entreprise) qui aura en charge la mise en œuvre de la stratégie ... et la fera exécuter par les salariés ... comme toute entreprise ... sauf que là certains salariés sont actionnaires (mais pas tous) et pratiquent la confusion des genres ... aussi parce que le management les laissent faire ...
Après, si certains se prennent la tête ... c'est souvent un problème de management ... comme dans toute entreprise ...
Dans une SCOP, comme dans toute entreprise, un salarié qui n'est pas d'accord avec le choix stratégique de l'entreprise peut toujours se démettre ... ou (cas spécifique à la SCOP) proposer une autre stratégie à l'AG suivante ... si elle est adoptée à la majorité, il pourra alors proposer sa candidature pour la mettre en oeuvre ... mais devra être élu ...
Pour fréquenter les SCOP et être conseil de direction de nombre de dirigeants d'entreprises en SCOP depuis des années, je constate que la confusion des genres n'existe que dans 2 cas : les marchés sont "cools", la rentabilité bonne ... il est alors possible de jouer à la guéguerre des pouvoirs interne ... mais dès que les marchés se durcissent ou que les subventions se raréfient ... l'énergie passe ailleurs ;), ou le salarié qui a été nommé dirigeant n'est pas un "patron"... je n'ai pas rencontré d'autre cas, peut être en connaissez vous d'autres ?
mais je dois être un peu simpliste dans mon approche ? et avoir une lecture des textes "à la lettre" qui laisse peu de place à la remise en cause du pouvoir ... surtout lorsqu'il est élu démocratiquement selon la règle "un homme - une voix" ... et comme d'habitude les femmes n'ont pas le droit à la parole ?
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.