Tout est dit dans leur description : "Glassdoor vous permet de découvrir gratuitement, comme si vous y étiez, les emplois et les entreprises grâce à des informations sur les salaires, des avis sur les entreprises et des questions d'entretien d'embauche — tous publiés de manière anonyme par les employés et les demandeurs d'emploi."

Un petit exemple : GlassDoor revendique 1.500 salaires anonymes du groupe Airbus ! Sans compter les centaines d'avis de ses employés sur leur propre entreprise, une évaluation globale plutôt bonne avec 3,9/5 et 85% de recommandations positives.

L'Oréal aurait 7 personnes en France en charge de ce réseau (non vérifié).

Une approche collaborative bien éloignée du fameux concept d'"image employeur" cher aux DRH des grands groupes ! 

Dans un monde du travail très discret où notamment la transparence des salaires est un sujet tabou, ne pensez-vous pas que cela pourrait avoir un impact à court terme ? De même, cette transparence ne pourrait-elle pas faire enfin évoluer radicalement les méthodes de management ?

Je reste encore surpris qu'on soit choqué de gagner 2 fois moins que son manager mais jamais étonné de gagner 2,3 ou 4 fois le salaire d'un ouvrier... Histoire de lancer les débats ;)

management recrutement transparence glassdoor salaires
6
5

4 réponses

il y a 3 ans par icichristophe

Ah, Glassdoor... tout un programme, cher Jérôme. J'ai un avis assez mitigé sur ce service. Le coté règlement de compte gratuit me gène, surtout que le droit de réponse est un service payant!

Suivant les entreprises ou plutôt les egos des dirigeants visés, il y a plusieurs effets Glassdoor.

1. En interne, sur les employés: Les critiques visibles sur Glassdoor sont vite à l’ordre du jour des réunions des équipes RHs. Que faire? Demander un droit de réponse? Publier des fausses bonnes critiques? Souvent c’est cette dernière option qui est retenue. Reste à trouver les bons candidats. Il n’est pas rare qu’une communication soit faite en interne à ce sujet, invitant ceux qui aiment l’entreprise et lui sont loyaux, à réagir et publier des avis plus positifs, histoire de retrouver de bonnes notes. Si le climat et l’ambiance interne sont bons, ça peut marcher. La critique relève alors d’une mauvaise fois évidente et personne ne se fera prier pour corriger cela. Si, au contraire, le climat n’est pas bon, alors, une telle communication ne fait que noircir le tableau, les critiques sur Glassdoor aidant chacun à mettre des mots sur les dysfonctionnements internes voire stigmatiser tel ou tel dirigeant. Bref, comme souvent, ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fait tomber la fièvre :)

2. En externe, sur les futures recrues: Là, le sujet est plus délicat. Lire Glassdoor ne donne jamais vraiment envie de rejoindre une société, quelle qu’elle soit, sauf à tout lire et à comparer avec des sociétés similaires, pour se faire une idée précise. Pour les managers qui recrutent, il faut anticiper les éventuelles questions des candidats… il n’est pas rare que les critiques de Glassdoor deviennent un sujet lors de l’entretien, directement ou indirectement. Souvent les managers en question, usés par la situation, essayent de corriger le tir en publiant des avis contraires sur Glassdoor.

3. En externe, sur la carrière des dirigeants: Lorsque le mode de management d’un dirigeant est visé par des critiques Glassdoor, souvent le CEO, sa réputation est touchée. Une entreprise qui chercherait demain à l’embaucher se posera peut être des questions. Là aussi, le dirigeant va essayer de trouver une parade et chercher des soutiens pour corriger son image, quite à publier de faux avis.

En synthèse, Glassdoor a une forme d’utilité mais tout comme tripadvisor il faut savoir prendre du recul et bien analyser les bons et les mauvais avis. Les premiers sont rarement spontanés et comme évoqués interviennent pour redorer la situation. 

Je ne peut terminer qu’en utilisant la formule d’usage: Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite :)

Voilà, maintenant c’est l’heure de l’apéro, bonne soirée à tous.

6
il y a 3 ans par EtienneZulauf

J'avais eu l'idée d'aller encore plus loin : "attaque-aux-prudhommes.fr" permettrait de dénoncer les entreprises qui abusent et se font remettre en place au tribunal dès qu'un ex-employé ose les attaquer, et inversement dénicher les salariés qui ont le sale manie de terminer souvent leur contrat par une attaque fallacieuse au tribunal (si si, c'est rare mais ça existe). Simplement en créant une base de données des affaires du tribunal, factuelle. Mais bon j'imagine que ce n'est pas public.

6
il y a 3 ans par HGAD_Consulting

Je suis partagé sur l'outil, même si le concept de base est vraiment intéressant. Il faut être très critique, car tous les avis peuvent être manipulés, autant en cas de vengeance vers l'entreprise ou un dirigeant, que de donner une image vertueuse d'une entreprise.

Sur le sujet spécifique des salaires, cela reste du déclaratif avec ce qu'on connaît de notre culture française d'être transparent et sincère.

2
il y a 2 ans par RichardVIDAL

Glassdoor n'est pas le seul site à donner des informations sur un poste ou une société, indeed, meilleures-entreprises.com le font, et il doit y en avoir d'autres.

Je ne comprends simplement pas pourquoi le salaire est systèmatiquement caché et surtout en Brut. Quand j'achète une voiture, une place de cinéma ou lorsque je veux prendre des vacances, le prix est toujours affiché. Pour de nombreuses raisons sur une offre d'emploi il n'y a rien, la démarche de postuler, de s'investir dans une lettre de motivation de s'interroger si on peut correspondre au poste, s'y projeter et tout cela en absence du premier critère d'importance. (inutile de dire le contraire)

Ces sites peuvent indiquer le cas échéant, un salaire ou un début d'idée. Plus d'autres infos très interessantes elles aussi.

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.