Tout d'abord, afin de vous permettre de "toucher du doigt" ce que c'est, voici un petit test ... et ses résultats bien sûr ! :
www.charlatans.info/effet_barnum.shtml

Ensuite, vous pourrez aller voir quelques explications :
www.pseudo-sciences.org/spip.php?article47

A moins que vous ne soyez pressés et alliez directement ici :
www.penser-et-agir.fr/manipulation-devenir-voya...

ou là :
www.circee.org/?L-effet-Barnum

ou faire votre propre recherche :)

information intelligence economique stratégie veille innovation
8
5

3 réponses

il y a 3 ans par IsabellePruvot
Bonjour et merci pour ce sujet fort intéressant.

Je commencerais par citer un extrait du second lien www.pseudo-sciences.org/spip.php?article47 : "Ces recherches posent la question de la possibilité d’une connaissance objective de soi ainsi que celle du rôle et de l’ampleur des illusions qui l’accompagnent".
Je vois ici une évidente contradiction, c'est précisément la recherche d'une connaissance objective de soi, qui va permettre, (non sans douleur et je m'en excuse auprès des adeptes fervents de la psychologie positive) de se défaire des illusions de la personnalité pour découvrir son véritable Soi.
Et ce n'est certes pas avec des tests gratuits "Grand Public" ou la rubrique astrologique quotidienne que ce travail de connaissance va pourvoir s'effectuer de manière objective.

L'individu consommateur, pour ne pas dire avide, de ces tests et autres profils de personnalité "light" recherche avant tout un renforcement positif, il souhaite rebooster sa désirabilité sociale : "on sait depuis longtemps que nous devons garder de nous-mêmes une image stable et positive et, pour ce faire, rechercher en priorité ce qui la confirme de façon agréable ; c’est le parti pris de complaisance".

La connaissance objective de soi passe par la mise à jour puis l'acceptation de ses pulsions, de son ombre, bref de tout ce qui n'est pas désirable ou positif en soi, c'est une démarche engagée et courageuse, sur laquelle l'effet Barnum a beaucoup moins de prise...
2
il y a 3 ans par olivierChaillot
Et si, au lieu d'aller chercher des réponses auprès de tous ceux qui veulent notre bien ... la recherche d'une connaissance objective de soi passait par une réflexion philosophique (vous savez, celle qui porte sur trouver le sens de la vie et le chemin vers la sagesse ...) ... Il me semble que l'objectivité est la somme des subjectivités ... mais en ce qui concerne la connaissance de moi par moi, c'est justement cette subjectivité qui est mon objectivité ...
Alors, plutôt que rechercher des vérités révélées par les curés hier qui nous disaient le bien et le mal, les psy ensuite qui nous ont expliqué qu'on voulait coucher avec nos parents (et bien sur que c'est parce qu'on ne l'avait pas fait qu'on avait des casseroles !) et les coach aujourd'hui, dernier avatar de cette fâcheuse tendance humaine à rechercher la facilité en laissant d'autres penser à notre place ...
N'est-il pas temps de re-muscler ce que nous avons entre les deux oreilles et de ré-apprendre (dans le meilleur des cas) à réfléchir par nous même ?
1
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Au delà de la réflexion solitaire c'est le débat philosophique qui construit l'expérience du soi.
L'expérience humaine est celle d'un être en relation avec les autres, l'homme a besoin de l'autre pour savoir qui il est : "le regard d'autrui est ce qui m'objective, or si cette objectivation me met mal à l'aise, elle est aussi celle qui me donne la distance par rapport à moi-même et me permet de me voir comme une co science de moi-même" (Sartre)

Je m'autorise un rectificatif : Les psy ne nous ont jamais expliqué que c'était parce que nous n'avions pas couché avec nos parents que nous avions des casseroles, il s'agit même d'un grave contresens. L'interdit de l'inceste a été présenté comme l'une des bases structurantes à toute construction psychique saine. Qui plus est, nous ne faisons référence ici qu'au courant psychanalytique (Freudien de surcroit) et il me semble que le champ de la psychologie est infiniment plus vaste et diversifié.

Quant aux coachs censés penser à notre place... et bien en tant que Coach je dirais que cette affirmation m'interpelle et me surprend, conduire la personne au plus près de sa vérité n'est pas imposer ses pensées et ses croyances à l'autre, mais au contraire l'inviter à se questionner, à explorer, à développer ce qui semble si cher à vos yeux, à savoir son propre Esprit Critique. Et il n'y a rien qui résonne comme de la facilité dans cette démarche.

Quant à muscler ce que nous avons entre nos deux oreilles, ne négligeons pas pour autant nos deux autres cerveaux, le coeur et le ventre...
www.equilibres-conseils.com/#!coherence-cardiaq...
www.arte.tv/guide/fr/048696-000/le-ventre-notre...
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
En utilisant des raccourcis, la compréhension deviens difficile et j'en suis désolé. Je vais donc préciser ma pensée.
En ce qui concerne les Psy, quelle que soit la suite du mot (chiatre, chologue, canaliste, ...) il n'existe aucune évaluation des résultats ... aucune étude ne permet d'affirmer que l'efficacité de leurs pratiques est supérieure à l'effet placébo. Le fait que la sécu rembourse certains de leurs actes ne constitue en rien une preuve d'efficacité ... l'homéopathie (dont toutes les études montrent que l'efficacité est au niveau de l'effet placébo) est remboursée ... et nombre de médicament sont dans ce cas ... Alors, faire un contre sens sur une telle pratique est-il vraiment un contre sens ? ou une forme d'humour ... mal placé, je vous l'accorde :)

En ce qui concerne les coachs, la pratique est récente et nous n'avons ni le recul, ni aucune évaluation de l'efficacité des pratiques. Ce que nous pouvons constater c'est qu'il existe aujourd'hui des coachs pour tout, la multiplication est impressionnante ... coach de vie, de jardinage, de relooking, de cuisine, de mariage, de divorce, de drague, de sexe, d'agilité, ... je ne parle ici que de ce que j'ai constaté, mais je pense que la liste est beaucoup plus longue !
L'explosion est telle que certains se sont même regroupés en associations pour se certifier entre pairs afin de donner une aura de respectabilité à leurs pratiques ... pendant que d'autre, flairant le bon coup, proposent des formations pour accéder au nouveau GRAAL ...

Mais vous pouvez penser que je fais des amalgames et que je mélange tout ...

La pratique pourtant interroge, je partage ! dans un monde en mutation où il faut mobiliser les intelligences pour inventer collectivement les solutions pour demain, que penser de pratiques dont l'objectif vise à gagner en efficacité (n'est-ce pas le principe et la mission d'un entraineur ? coach en français) dans un environnement voué à disparaitre ? n'est-ce pas un autre signal faible du repli sur soi et des contractions de ce monde qui ne veux évoluer ?
Signal faible que nous pourrions également apercevoir dans les mouvements de repli sur soi (intégrisme religieux ou politique, refus de l'immigration, peur de l'autre, ...) ...
Je n'affirme rien en la matière, je ne fais que m'interroger et interroger mes semblables ... le questionnement pourrait être un chemin vers une forme de compréhension qui, dans le contexte actuel, pourrait conduire à ouvrir des voix (voies) nouvelles ?
2
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Pour répondre au premier point, il existe bien des études qui visent à mesurer l'efficacité des pratiques thérapeutiques, je n'en citerai qu'une en France, le rapport de l'INSERM, certes indigeste car comportant plus de 500 pages, je ne joins donc ici que le lien vers sa synthèse : www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/146... ou pour les plus pressés l'article sur Doctissimo : www.doctissimo.fr/html/psychologie/mag_2004/mag...
Evidemment on trouve beaucoup plus d'études et de publications sur le sujet, à l'étranger et notamment aux Etats-Unis où la profession est beaucoup plus réglementée (Grade de Doctorat exigé comparé à un Master en France).

Ceci étant dit, je vous rejoins entièrement sur le risque de dérive et d'exploitation du filon lucratif qu'est le mal-être ambiant, je n'y vois aucun amalgame, juste une méfiance justifiée par rapport à des pratiques, souvent trop peu réglementées et contrôlées.
Toute approche d'accompagnement se présentant comme la vérité ultime ou détentrice du Graal doit être par essence considérée comme suspecte, mais il existe aussi des approches intégrales ou holistiques, qui s'enrichissent de l'ouverture aux autres disciplines et qui avancent elles aussi par le questionnement et l'intelligence collective.

Je reviendrais enfin sur les pratiques de coaching en efficacité qui effectivement correspondent à un niveau d'existence et de valeurs qui n'est plus ou plutôt ne devrait plus être (je fais référence ici au niveau orange de la Spirale Dynamique de CW Graves).
J'en partage votre constat et confirme que la liste peut s'étendre à l'infini, il me tiendrait à coeur toutefois que vous ne gardiez pas que cette image là du coaching, en tout cas pour ma part ce n'est ni ma vision ni ma pratique, j'y associe bien d'avantage les notions de sens et de transcendance, en cela ma démarche n'est pas si éloignée de la philosophie.
1
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Tiens on y reparle de l'étude de l'INSERM ;) cortecs.org/a-la-une/le-3-decembre-grenoble-tou...
D'ailleurs il y a beaucoup de psy dans l'équipe de Cortecs, intéressant...

Je pense que les limites et les écueils de la théorie Freudienne ne sont plus un scoop (Michel Onfray en a largement exploité le filon), de là à y associer toute une discipline, un peu de sérieux :)

Contournons l'iceberg et élargissons un peu le champ : www.ime.fr/accueil/approche/ cet organisme propose des séances découvertes gratuites, de quoi attiser son esprit critique in situ, non ?
1
il y a 3 ans par ArlitConseil
Ca donne à penser sur la lecture et/ou la pratique de tests de personnalité...
2
il y a 3 ans par MickaelGUERIN
Je ne connaissais pas. C'est amusant...
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.