Bonjour à tous,

Je cherche à évaluer le rapport à la donnée des collaborateurs, dans un monde où la captation et l'exploitation des données (analytics) deviennent des leviers de création de valeur.  

Avant d'arriver au Big Data (données massives) dans l'entreprise, l'enjeu est de favoriser le Smart Data (données utiles et utilisables)  - de la collecte et stockage  jusqu'au niveau décisionnel (appuyer ses décisions sur des analyses obejctives de données). Le développement d'une culture de la donnée, d'un état d'esprit favorable sont des  leviers de transformation.

Connaissez-vous un questionnaire d'évaluation de maturité individuelle autour de la donnée? 

Merci pour votre aide et pour votre bienveillance!

Adeline

analytics données maturité
4
4

5 réponses

il y a 2 ans par HANELLI

Bonjour,
Lors d'une conférence, le test tanu.io avait été présenté.

Sur le fond et la forme, je l'avais trouvé vraiment bien. Il est payant. 

Il vise à tester la culture numérique. Qu'entends-tu par Data ? Data-citizen ? 

Hervé

3
il y a 2 ans par AdelinePette

Merci pour cette recommandation! C'est effectivement plus orienté numérique. Je cherche à évaluer le rapport à la données des collaborateurs dans un monde où l'exploitation des données (analytics) est un levier de création de valeur. Pour autant, pas de données, pas de création de valeur. Avant d'arriver au Big Data dans l'entreprise, l'enjeu est de favoriser le smart data - tant niveau collecte et stockage que niveau décisionnel (appuyer ses décsisions sur des analyses obejctives de données). Mon objectif est d'évaluer la "culture de la donnée" des individus d'une organisation. C'est plus clair :) ?

1
il y a 2 ans par HANELLI

Je n'ai rien sur étagère perso.

Pourquoi ne pas utiliser typeform ou google form pour faire un questionnaire qui correspond à ton besoin sur la forme et le fond ? 

1
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Ce qui m'embête un peu dans votre question, c'est l'utilisation prépondérante de termes anglais pour désigner des mots dont il existe pourtant des traductions dans notre belle langue. Par exemple, pourquoi ne pas utiliser « donnée » et « citoyen » au lieu de leur équivalent anglais ?

3
il y a 2 ans par HANELLI

Que ce soit en anglais ou en français, j'ai du mal à comprendre la question :) 

Maturité Donnée / Data :)

2
il y a 2 ans par AdelinePette

Pourquoi utiliser ces termes en anglais plutôt qu'en français? Parce que ce sont les anglo-saxons qui ont les premiers utilisés ces termes et abordés ces concepts. La notion de "citoyen de la donnée" n'existe pas , à ma connaissance, alors que Data Citizen, oui. Peut-être connaissez vous une interprétation appropriée, là où la traduction littérale est insatisfaisante?

1
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

En règle générale, le principe de base pour bien se faire comprendre des autres, c'est toujours d'utiliser leur langage. Et quand il n'existe pas - ou lorsqu'il ne semble pas exister de traduction -, eh bien, c'est simple, on l'invente afin d'être le plus compréhensible possible. Personnellement, je parle environ 8 langues, et je me vois mal utiliser ici même des mots en italien, en japonais, en chinois (en mandarin pour être plus exact), voire en russe, simplement car ils reflètent mieux une culture/un savoir-faire/une technologie propre au pays. J'essaye donc toujours de traduire, de retranscrire pour être plus exact, une notion étrangère dans la langue du pays visé. Ici, la France (Skiller étant un site français). Si nous n'avons pas ces réflexes relativement simples, nous allons finir par ne parler que dans un français constellé de mots anglais, au point de devenir complètement incompréhensible avec nos propres compatriotes. Accessoirement, je vous rappelle que les Français ne sont pas très bons avec les langues étrangères. Je vous invite donc à trouver des traductions françaises à vos termes techniques et, éventuellement, à y accoler entre parenthèses le mot anglais correspondant. Nous vous en serons tous reconnaissants.

2
il y a 2 ans par FabricePoussiere

Je pense qu' @AdelinePette mentionne un questionnaire qui se nomme ainsi. Alors le procès sur la langue n'est pas très heureux. Personnellement je ne l'ai pas vu et je pense que l'on ne pourra pas répondre à cette question sans le connaitre. Il avait quoi de particulier ce questionnaire?

2
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Sur Skiller, j'ai toujours défendu l'idée (et je ne suis pas le seul) d'utiliser le français afin que chacun — peu importe sa spécialité — puisse comprendre et éventuellement donner son avis en répondant à la question posée.

De plus, notez que le site est uniquement en français et qu'il a été déposé en .fr. Pour moi, si la langue n'avait que peu d'intérêt, je pense que le site aurait été déposé en .com et qu'il y aurait au moins une partie en anglais.

Après, je pars aussi du principe qu' @AdelinePette doit pouvoir trouver une réponse à sa question. C’est même là toute l’utilité de Skiller ;).

1
il y a 2 ans par FabricePoussiere

Vous dites dites bien Skiller et non pas Compétenceur pour parler de cette plateforme. @AdelinePette fait la même chose que vous, elle référe à un questionnaire et une notion qui n'a pas encore d'existence Française. Mais vous avez raison de défendre la langue Française.

2
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Skiller n'est pas mon site. Je n'ai donc pas pu choisir son nom. Mais effectivement, si j'avais pu le choisir, j'aurais pris un nom français pour coller au mieux au .fr. Si ce point-là, je suis entièrement d'accord avec vous.

Ensuite, je ne sais pas si vous savez comment fonctionne l’entrée des nouveaux mots dans notre dictionnaire, mais en général, les sages choisissent ceux qui sont le plus représentés dans les médias. C’est cette représentation qui nourrit notre langue. Donc, quand on a en face de soi un terme technique anglais, et que celui-ci n’a pas encore de traduction dans notre beau dictionnaire, et bien quand on est un spécialiste du domaine en question, on essaye de lui trouver dans notre langue une bonne équivalence, une bonne traduction, en croisant les doigts pour que celle-ci soit reprise par les confrères, puis par les médias. 

Personnellement, j’ai longtemps fait ça avec la compression numérique qui fut, durant de très nombreuses années, ma principale activité. J’avais alors en face de moi plein de termes anglais, sans traduction en français, ou quand les termes étaient repris, ils n’étaient jamais traduits. Je me suis décidé à écrire le premier livre du genre et à y traduire en français tous les termes rencontrés (« bitrate » devenant « taux de compression », « CBR » devenant « taux constant », VBR devenant « taux variable », etc.). Par la suite, j’ai vu tous ces termes repris par ma concurrence, puis par des sites internet francophones. J’avais donc réussi mon pari, car en proposant la vulgarisation d’un savoir et d’une terminologie, je venais de participer à sa démocratisation, ainsi qu’à son intégration dans notre si belle langue.

1
il y a 2 ans par PascalW

Bonjour,

Je regrette que ce genre de questionnaire ne soit pas populaire. Son existence induirait selon moi une prise de conscience de la valeur des données tant d'un point de vue personnel qu'en tant que patrimoine d'une organisation.

L'orientation citoyenne de ta question me laisse supposé que tu parles en particulier des données personnelles. Je crains que la route soit encore longue avant de parler de maturité!

Rien que la semaine dernière, j'ai eu un premier entretien d'embauche où la consultante RH m'a demandé de passé un test " Predicitive Index" sur une plateforme en ligne. Difficile de refuser! Me voilà donc inscrit (prénom, nom et adresse mail) par cette dame à un service géré par les US hébergé sur un serveur web au Brésil sans mon accord préalable ni même avoir pu lire les CGU... Je n'ai même pas pu obtenir les résultats du test! 

Elle ne pensait pas à mal et je suis un peu "hypersensible" sur la question mais cet exemple montre bien que la notion même de donnée échappe encore à de trop nombreuses personnes.

Dans la même ligne, le mot de passe sert à protéger l'usage de l'ordinateur, peu de gens pensent à un moyen de protéger l'accès au données.

La notion de donnée est complexe pour le grand public alors si en plus on doit entrer dans des détails comme les données brutes, consolidées,...  ce n'est pas gagner!

Si tu en trouves un, je veux bien que tu partages l'info.

3
il y a 2 ans par usercentric

Cela devrait vous mettre sur la piste ou à tout le moins vous permettre de créer le vôtre : infolabs.io/content/methodologies-pretes-a-l-em...

2
il y a 2 ans par AdelinePette

@ChristopheFantoni , j'ai modifié ma publication en suivant vos remarques.

Au plaisir de lire vos contributions, maintenant que ma demande vous est recevable.

1
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Votre question est à présent beaucoup plus claire pour tout le monde.
Bravo à vous.

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.