Bonjour à tous,

C’est officiel. Mon projet de développement et de fabrication de semi-conducteurs de type microcontrôleurs, microprocesseurs et DSP(1) vient d’être présélectionné par l’incubateur Ionis361(2). Je dois le pitcher à l’oral devant les membres du jury final, le 5 juillet, sur Montpellier.   

Auriez-vous des conseils à me prodiguer pour que cet oral se passe sans encombre ?

D’avance merci pour vos réponses.

Cordialement,

Christophe Fantoni

(1) DSP = Digital Signal Processor, traduisible en français par « Processeur de Signal Numérique ». 
(2) Site officiel : www.ionis361.com

dsp électronique incubateur jury pitch
6
9

10 réponses

il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Bonjour à tous,

Voilà. C’est officiel. Je viens d’avoir le résultat concernant ma candidature à l’incubation et celui-ci est, malheureusement, négatif. Ils ont visiblement estimé que leurs élèves (ceux de l’école d’ingénieurs Epitech) n’avaient pas le niveau pour un projet comme le mien. Et c’est aussi mon sentiment. En effet, lorsque j’attendais pour passer devant les membres du jury, j’ai pu observer mon environnement pour me faire une idée de là ou je mettais les pieds.

Par exemple, la télévision qui se trouvait sur le mur n’était branchée qu’au niveau électrique. Elle ne servait donc à rien, à part à décorer la pièce. D’ailleurs, les conversations hurlantes des élèves ingénieurs que l’on entendait dans la pièce adjacente à la mienne allaient dans le même sens : ça parlait « technique », mais le niveau était relativement faible. C’était du genre : « Tu as pu brancher la clé USB ? Oui, mais j’ai eu du mal, car le port n’était pas à ma hauteur ». Aie. Personnellement, quand je parle de clé USB, c’est pour parler du microcode/du firmware qui la fait tourner et du moyen qui me permettrait de le contourner/de le hacker si la clé venait à tomber en panne.

Par contre, et ça, c’est pour @olivierChaillot, ils m’ont donné le nom d’un contact travaillant à l’INPI dans le Languedoc Roussillon et m’ont également dit qu’un des membres du jury souhaitait me revoir. Celui-ci travaille pour une société, la AXLR ( voir ici www.axlr.com/ ), qui pourrait peut-être m’aider…

5
il y a 6 mois par EURLLSCONSULTING

Même si ce n'est pas positif, cela reste une expérience vécue et toute expérience nous fait grandir ! 

1
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

En fait, ce n'est pas la première fois que je présente ce projet à un incubateur. La dernière fois, c'était en 2014 (à l'incubateur gardois Innov'Up, incubateur où j'avais également été présélectionné).

Le problème, c'est que, systématiquement, j'obtiens les mêmes réponses : « trop ambitieux » ou « on n’a pas les moyens pour vous aider ». Donc, si aujourd'hui, monter une boite technologique, c'est développer de toutes petites applications pour le web ou la téléphonie mobile, effectivement, il y a comme un problème.

Pour en avoir le cœur net, je viens de contacter par courriel la personne de la société AXLR ( voir ici www.axlr.com/ ) pour voir de quelle manière elle peut m’aider. On verra bien ce qu’elle me répondra.

1
il y a 6 mois par ArnaudLemoine

La méthode Kawaski est effectivement la référence, peut-être un peu trop..car tout le monde fait la même chose !

Quand j'accompagne des clients dans ce genre d'exercice j'insiste sur

  • En quoi la solution résout un problème ou répond à un besoin
  • Quelle valeur ajoutée et valeur client
  • et enfin mettre de l'humain

et enfin.. pourquoi tu veux rentrer dans cet incubateur !

bonne chance à toi et tiens nous au courant

4
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Si je souhaite rentrer dans cet incubateur, c’est avant tout pour avoir un double accompagnement.

1) Le premier, il est en propriété intellectuelle. En effet, fabriquer des semi-conducteurs, c'est avant tout développer un important portefeuille de ce type, incluant aussi bien le dépôt de marque, que le dépôt de brevets. Et le tout à l'internationale, bien évidemment.  Et je sais qu’il existe pas mal d’aides financières, quand on est accompagné par un incubateur, qui permet, grosso modo, d’avoir des dépôts de marques / de brevets qui ne coûtent quasiment rien à l’incubé.

2) Le deuxième est purement financier. Car fabriquer des composants coute de l’argent. Beaucoup d’argent même. En effet, les fondeurs asiatiques demandent un minimum de 10 000 pièces par composant et par boitier. Et il n’est pas rare qu’un même composant soit proposé en plusieurs boitiers. Par contre, et c’est ça qui est intéressant, le coût unitaire tombe à une vitesse folle, ce qui fait qu’un microcontrôleur vendu à $1.5 à un distributeur, pour être revendu à $3, ne me coûte que $0.75. Et ça, c’est juste pour 10 000 pièces. En fonction des quantités commandées, le coût peut tomber jusqu’à $0.03. Bref, j’ai besoin d’argent pour au moins faire fabriquer mes premiers composants. Je cherche donc une aide financière d’environ 200 000 € (qui reste le plafond qui peut être demandé par les startups aux banques).

2
il y a 6 mois par ArnaudLemoine

Le pourquoi tu veux rentrer dans cet incubateur ! c'est dans ta présentation.. il faut expliquer en quoi cette intégration est importante pour ton projet et ce que cet incubateur peut apporter à ton projet

3
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Décidément, la chaleur caniculaire que subit actuellement ma région ne m'aide pas trop à réfléchir de manière optimale. En fait, j'ai compris mon erreur en relisant mon message après l'avoir publié. ;)

Ce que je constate suite à mes récentes lectures, c'est que cet oral semble davantage ressembler à une version un peu plus longue de mon executive summary...

3
il y a 6 mois par gmaison

@ChristopheFantoni 

En matière de pitch, surtout pour rentrer dans un incubateur, il faut ad minima faire rentrer les éléments suivants (a priori dans cet ordre - mais tu peux la faire autrement) :

  • ta proposition de valeur (la phrase qui donne l'effet Wow !)
  • à quel besoin tu réponds et quelle est (quelles sont tes) cibles . En intégrant un peu d'évaluation de concurrence.
  • Quelle est la solution que tu envisages et quel est ton élément différenciant (ou encore ton avantage concurrentiel) ?
  • Quel est le modèle économique que tu envisages - comment tu gagnes de l'argent ?
  • Quels sont tes besoins (argent, ressources, compétences, ...) ?

L'élément très important notamment concernant le besoin, les cibles et la concurrence, c'est de les chiffrer. Combien de cibles sont dans le besoin ? combien vaut, financièrement, le marché où tu vas ? Quels sont tes besoins chiffrés pour produire et quels sont tes besoins financiers & compétences ?

Le tout en 180 secondes :)

Ca, c'est pour le contenu. Pour la forme, il te faudra pitcher sans notes. Si tu veux faire une présentation, soit minimaliste dans tes pages de présentation (pas de texte ou de phrases à lire).

Attention, j'ai vu beaucoup de pitch où, pour des espaces d'incertitude, les pitcheurs se réfugiaient dans trop de détail et/ou dans trop de jargon technique.

Par exemple, si tu crées un objet, inutile de décrire son fonctionnement avec tous les boutons et les interfaces, etc. Il faut juste dire comment il répond, dans les grandes lignes, au besoin.

Même si techniquement les membres du jury peuvent être calés, il est probable que ce ne soit pas des experts en tout. Il faut aussi parler "avec ses tripes" et pas uniquement sur la valeur technique du produit ou de la solution.

Enfin, l'objectif du pitch, c'est d'avoir le tableau dans son ensemble, la "big picture". Imagine le comme un CV qui est destiné à t"obtenir un rdv. Il faut donc simplement accrocher les gens avec un effet wow, des bases solides (chiffrées, donc).

Je veux bien te donner un coup de mail si tu veux. :)

4
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Merci pour cette nouvelle réponse.

Pour le coup de mail (main ?), je pense que c'est un peu trop juste puisque l'entretien est prévu pour jeudi prochain. Là, je compte surtout me focaliser sur la réalisation de mon fichier Powerpoint...

2
il y a 6 mois par olivierChaillot

Tu as déjà pas mal de conseils ... Je vais quand même rajouter ma petite pierre ...

Ne perd pas l'objectif de vue...

Explique quels sont les freins à l'entrée sur ce marché , en quoi le fait de rentrer dans l'incubateur va te faciliter le travail et pourquoi une fois entré sur ce marché tu seras indélogeable ... Pourquoi les barrières à l'entrée seront alors plus fortes une fois ta solution implantée ... 

N'oublie pas d'indiquer les enjeux en matière d'emplois sur le territoire occitan ... 

Bon courage !

Nous penserons à toi en prenant l'apéritif !

4
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Merci beaucoup pour tous ces judicieux conseils.

2
il y a 6 mois par gmaison

@ChristopheFantoni Alors ? Ca a donné quoi ton pitch pour l'incubateur ?

4
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Le rendez-vous est prévu pour aujourd'hui (jeudi 5 juillet), à 17h30. Ensuite, il me faudra attendre environ une petite semaine pour savoir si mon pitch a réellement séduit les membres du jury.

3
il y a 6 mois par olivierChaillot

@gmaison  il faut suivre ! On a dit qu'on prenait l'apéro à midi pour le soutenir ! alors attendons au moins ce soir pour que @ChristopheFantoni nous fasse un petit retour sur son ressenti :)

3
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Bonjour à tous,

Comme vous me l’avez demandé, voici un petit « résumé » ;) de mon ressenti concernant mon passage devant le jury de l’incubateur Ionis361.  

« 17 h 35. La responsable de l’incubateur s’approche de moi. Elle me demande de la suivre jusqu’à la salle où je dois présenter mon projet. Visiblement, je suis le dernier à passer.

Dès que je franchis le seuil de la porte, il y a une chose qui me choque : c’est la chaleur. Elle est suffocante. L’étage possède pourtant une climatisation, mais elle n’a pas été activée (il fait pourtant 31 ° à l’extérieur). Ceux qui font du business savent comme moi que c’est un signe inconscient : cela veut dire « l’affaire est loin d’être conclue » ou, dans le cas présent, « tu ne fais pas encore partie des nôtres. »

Dans la pièce, le jury est composé de deux couples du même sexe : deux hommes et deux femmes. Mais ce qui me trouble le plus, c’est la différence d’âge. En effet, j’ai plus l’impression d’avoir en face de moi un enseignant et un élève, que 4 personnes disposant d’un pouvoir décisionnaire. Sur le moment, je ne me pose pas plus de questions, car j’ai un travail à faire.

Je fais ma présentation, et même si celle-ci n’est pas exactement comme je l’avais répétée, l’essentiel y est. Je m’évertue à ne surtout pas parler technique et à être suffisamment clair pour être compris par mon auditoire. Les réactions des uns et des autres ne sont toutefois pas les mêmes.

Par exemple, l’homme le plus jeune a les yeux rivés sur son téléphone portable, tandis que la femme plus âgée prend énormément de notes.

Je sais alors qu’il me faut changer de stratégie. Je ne voulais pas en arriver là, et même si je l’avais répété auparavant (au cas où), je me décide de leur parler de mon passé d’hacker industriel. Là, je vois pétiller leurs yeux. Ça les intéresse. Mais impossible de m’étendre davantage, car – comme me le rappelle la responsable de l’incubateur – ils souhaitent à présent me poser des questions. Je termine donc mon propos et en regardant l’heure, je constate que ma présentation a duré 3 min de plus. 13 min au lieu de 10 min. Finalement, je m’en sors plutôt pas mal.

L’homme le plus âgé me confirme avoir bien compris là où je voulais en venir, mais me demande pourquoi je n’ai plutôt proposé mes services d’hacker directement aux industriels, au lieu de me compliquer la vie en voulant fabriquer mes propres composants électroniques. Ma réponse est simple : je l’ai déjà fait et ça paye plutôt mal. Les questions n’iront pas plus loin.  

Dans l’ensemble, je suis plutôt satisfait de ma présentation. Elle n’était peut-être pas aussi parfaite que je l’avais imaginé, mais tout y était. Et pour moi, l’essentiel était là. Maintenant, j’ai davantage l’impression que cet incubateur, qui travaille en partenariat avec l’école d’ingénieurs Epitech (située à l’étage en dessous), souhaite avant tout placer ses élèves en sélectionnant des projets à incuber, plutôt que d’aider des projets disposant d’un réel potentiel (technologique, économique, industriel, etc). »

Réponse définitive d’ici quelques jours.

4
il y a 6 mois par olivierChaillot

Patience ... et de toute façon l'exercice est toujours profitable ! tu auras à refaire plusieurs fois au cours de la vie de ta boite (banquier, financiers, producteurs, clients, ...) alors c'est un bon entrainement !

2
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Dans la vie, je suis quelqu'un de très patient. « Trop », peut-être, diront ceux qui me connaissent le mieux.

Je vais donc attendre d'avoir le retour de l'incubateur et peu importe si celui-ci est positif ou négatif. Car, effectivement, l'exercice est formateur.

Après, ce qui me gêne le plus, ce n’est pas de parler devant un auditoire, puisque je l’ai fait durant 3 ans à l’époque où j’enseignais dans les classes de BTS. Ce qui me gêne le plus, c’est de parler à cœur ouvert devant des inconnus. D’ailleurs, si j’ai réussi à m’en sortir, c’est que je voyais en l’image de la vielle femme une ancienne prof’ que j’aimais bien et qui m’appréciait également…    

2
il y a 6 mois par olivierChaillot

Tu es un grand sentimental en fait :)

2
il y a 6 mois par PascalW

Félicitations!

Je ne connais pas du tout ce genre de dispositif, donc si j'ai 2 conseils ils sont évidents et génériques:

- Rester à la portée de son auditoire (nos prouesses technologiques peuvent passer à des années-luminaires de la compréhension de nos interlocuteurs)

- Ne pas faire d'hors sujet (là encore nos prouesses technologiques ne sont pas forcement ce que souhaitent entendre nos interlocuteurs)

Avoir recours à un pro de la communication, aurais pu aider mais les délais me semblent un peu juste.

Quoiqu'il en soit: BRAVO

-

3
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Merci beaucoup pour cette première réponse.

En attendant d'autres interventions, j'ai commencé à lire les précédentes discussions sur l'art et la manière de bien pitcher qui ont été publiées sur Skiller.

Je dois aussi m'acheter le livre de Guy Kawasaki intitulé "The Art Of The Start 2.0" qui est, semble-t-il, une véritable référence en la matière.

Par ailleurs, je peux tout à fait comprendre l'intérêt de cet incubateur pour notre projet étant donné que le marché du microcontrôleur représente, en 2018, près de 50 milliards de dollars, rien qu’en Europe. ;)

3
il y a 6 mois par EURLLSCONSULTING

Félicitation !

Garder son naturel, ne pas surjouer, intéresser visuellement son auditoire...

Pour ne pas perdre le fil et faire du "hors sujet", appuyez-vous si c'est possible sur un PPT que vous diffusez !!! C'est très convivial et ça reste dans la mémoire visuelle des personnes présentes...

Bon courage et tenez-nous au courant !!!

3
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Merci pour ces précieux conseils.

Pour cet incubateur, le fichier PowerPoint est obligatoire, donc je suis en train de le rédiger en travaillant dessus depuis déjà quelques jours.

Pour intéresser visuellement l'auditoire, je suis entièrement d'accord avec vous. Je suis donc en train de reprendre une formule un peu hors norme que j'employais pour intéresser mes élèves à l'époque où j'enseignais. Elle m'avait peut-être valu les foudres de la direction, mais mes élèves — surtout les plus en difficulté — ont tous pu avoir leur BTS.

1
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Voilà. Je viens de terminer mon fichier PowerPoint après avoir travaillé dessus pendant 4/5 jours en quasiment non-stop. À présent, je vais le laisser reposer pendant au moins 24 H et je reviendrai une dernière fois dessus demain soir, c'est-à-dire avant de le stocker sur ma clé USB.

1
il y a 6 mois par EURLLSCONSULTING

Comme la pâte à crêpes, toujours la laiseer reposer avant de sortir la crépière....

Félicitation pour votre abnégation !!!! 

2
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Après m'être reposé, et avec un jour de recul, je viens de relire mon PowerPoint : et tout me semble parfait…

Je viens donc de me le mettre sur ma clé USB, accompagné — au cas où — de la visionneuse de Microsoft dans une version portable.

Mais comme on ne sait jamais (surtout avec les produits Microsoft ;)), j'ai aussi fait une version PDF accompagnée, cette fois-ci, d'une visionneuse open-source : Sumatra PDF.

Ne me reste plus qu’à préparer mes petites affaires qui serviront à illustrer visuellement mes propos et je serai fin prêt.  

1
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Apparemment, l’incubateur doit réellement être intéressé par mon projet, car ce lundi 2 juillet la responsable m’a téléphoné, puis envoyé un e-mail, pour savoir si j’allais réellement être là, le jeudi 5 juillet, à 17 h 30. ;)

3
il y a 6 mois par olivierChaillot

Ou alors ils ont eu déjà des lapins !

2
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

C'est aussi ce que m'a dit mon jeune frère. Je préfère donc partir sur cette hypothèse afin d'avoir toujours l'esprit conquérant. Car tant que je ne suis pas accepté en incubation, rien ne sera pour moi réellement gagné.

2
il y a 6 mois par olivierChaillot

Tu deviens raisonnable ! C'est bon signe !

3
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Disons plutôt que, dans le passé, j'ai eu pas mal de projets qui ont capoté, car mes associés de l'époque — comme dit le dicton — « vendaient toujours la peau de l'ours avant de l'avoir tué ».

2
il y a 6 mois par FredericLibaud

Un seul conseil, allez aux Pitch Parties organisées par Frédéric Bascunana.

2
il y a 6 mois par ChristopheFantoni

Merci pour votre réponse. Je note précieusement votre lien. Pour cette fois-ci, c'est beaucoup trop juste, mais pour la prochaine fois, on ne sait jamais.

2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.