Dans un monde en mutation où la gouvernance est le premier critère pris en compte pour l'évaluation de la norme ISO26000 (RSE) il est utile de s'interroger sur la forme de son entreprise ...
petit outil pédagogique pour découvrir un monde peu connu :
www.les-scop.coop/sites/fr/interface-pedagogiqu...
et un tableau comparatif entre les différentes solutions : dubitare.fr/webroot/content_files/TABLEAUX_COMP...

Coté question : merci de vos témoignages (positifs et/ou négatif), de vos expériences, de vos histoires ...

entreprise innovation management stratégie veille
7
4

6 réponses

il y a 3 ans par CelineRobert
Bonjour, question vague et vaste... tout ce que je peux dire rapidement c'est qu'avec @IngridSem nous n'avons jamais regretté d'avoir créé notre agence en SCOP. Mais c'est avant tout parce que nous étions profondément et concrètement convaincues par le modèle. Ce qui peut être délicat d'après ce que j'ai pu observer autour de moi est de faire vivre l'esprit coopératif au quotidien et sur la durée. Surtout pour de nouvelles recrues ou lorsque l'entreprise grossit trop vite.
5
il y a 3 ans par ArnaudLemoine
C'est une question pour @OlivierHue et @CelineRobert ...
4
il y a 3 ans par OlivierHue
Le sujet est effectivement vaste, tant le nombre d'expériences et d'histoires sont autant positives que négatives. Car au delà du statut et du mode de gouvernance, le positif (ou le négatif) est surtout lié à l'animation de la vie coopérative et à la réalité économique de la coopérative.
Quand tout va bien, il est facile d'être coopératif, quand la situation est plus délicate, difficile, la coopération a des forces mais aussi des limites.
Je peux témoigner pour 2 SCOP dans lesquelles j'ai travaillé et pour d'autres que je côtoie régulièrement mais difficile à résumer en quelques lignes ici...
3
il y a 3 ans par PhilippeBerlioz
Bonjour, j'ai réalisé une analyse stratégique (notamment interne) dans une SCOP de 200 salariés et en particulier une étude sur la gouvernance de cette entreprise en forte croissance (interne et externe). Il existe mécaniquement une différence structurelle entre les salariés associés et ceux qui ne le sont pas. Je pense aujourd'hui que les salariés (associés ou non) doivent participer aux réflexions qui ont normalement cours dans une entreprise "classique" dans la filière managériale. Le salarié associé s'exprimera essentiellement en Assemblée Générale ou en Conseil d'Administration.
L'idéal serait que tous les salariés soient associés; si ce n'est pas le cas, il faut veiller à ce que l'esprit de l'ESS s'applique, et que les non associés ne soient pas relégués dans une sous catégorie.
En conclusion... je suis personnellement très favorable à ce type de gouvernance, même s'il demande plus de rigueur, d'honnêteté intellectuelle et de bienveillance.
3
il y a 3 ans par olivierChaillot
merci de vos réactions ... Il est cependant étonnant qu'à un moment où les discussions sont pleines de co-truc (co-conception, co-llaboration, co-construction, co-opération, co-X ou Y) le mouvement SCOP ne se développe pas plus ...
Est-ce que l'image de "fumeur de moquette" qui a sensiblement remplacer le mouvement militant du départ pourrait en être une des causes ? Ou bien faut-il rechercher les explication dans la disparition progressive de l'action militante ?
2
il y a 3 ans par ArnaudLemoine
Co-construire, co-concevoir, co-faire ... co X ou co Y.. Oui.. co partager la gouvernance l'entreprise et les dividendes..faut pas non plus exagérer ;-)
2
il y a 3 ans par olivierChaillot
effectivement, comme le dis fort justement Laurent (pardon @HGADConsulting), la confusion entre être actionnaire et diriger, être actionnaire et être salarié, confusion des genres qui induit des dysfonctionnements pour le peu que celui qui a été désigné pour prendre la direction ne soit pas un patron ...
Arnaud (pardon @ ArnaudLemoine), à ma connaissance, en SCOP comme dans n'importe quelle autre forme d'entreprise, les actionnaires ne partagent pas la gouvernance ! Il peuvent influer ou voter la stratégie et, au mieux, choisir le dirigeant ...
et les salariés gagnent leur salaire en travaillant ...
voilà une piste d'explication de nombreux dysfonctionnements observés ... enfin, peut être ...
1
il y a 3 ans par ArnaudLemoine
@olivierChaillot tous les actionnaires nons.. mais les coopérateurs.. si enfin je crois

Gouvernance des SCOP (in alter-gouvernance.org/tag/gouvernance-scop)

Une société coopérative et participative (Scop ; jusqu’en 2010, société coopérative ouvrière de production) est, en droit français, une société commerciale, société anonyme ou société à responsabilité limitée.
La SCOP bénéficie d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats favorisant la pérennité des emplois et du projet d’entreprise. Ses salariés-coopérateurs y sont en effet associés (ou « coentrepreneurs ») majoritaires et détiennent au moins 51 % du capital et 65 % des droits de vote. Par ailleurs, quelle que soit la quantité du capital détenu, chaque coopérateur ne dispose que d’une seule voix lors de l’assemblée générale de l’entreprise.(principe d’un homme = une voix).
Dans les sociétés coopératives, la primauté est donnée à la personne humaine sur le capital selon la règle « une personne égale une voix ». Les coopérateurs élisent les membres du conseil d’administration et sanctionnent leur gestion en assemblée générale quand leur est présenté le bilan et les perspectives de la société.
1
il y a 3 ans par OlivierHue
Je ne sais pas à partir de quel(s) élément(s) et source(s) vous avez tiré cette conclusion.

Pour ma part, en tant qu'administrateur de l'Union Régionale des SCOP Midi-Py, j'ai les chiffres réels qui nous prouvent la progression du nombre de SCOP (reprise et création ex nihilo) et le nombre de salariés en coopérative au niveau national.
De plus en plus de jeunes créent des coopératives pour lancer leur start-up, leur activité, leur projet... Et Midi-Pyrénées est l'une des régions les plus dynamiques à ce niveau là.

Cette forme d'entreprise n'est aujourd'hui plus considéré comme utopique ou idéaliste, elle fonctionne et correspondant à la réalité actuelle en réponse au capitalisme et pour développer le collaboratif.

Après effectivement ce modèle ne peut pas convenir à tout le monde (partage de la gouvernance, non propriété de l'entreprise) donc tout le monde ne peut pas créer en SCOP.
2
il y a 3 ans par olivierChaillot
@OlivierHue attention, les éléments disponibles auprès de sources digne de foi ne sont pas si affirmatives que vous. Peut être êtes vous victime d'un biais dans votre perception, biais qui peut être du à votre implication dans le mouvement ? ou alors les chiffres sur lesquels vous vous basez ne sont pas public ?
www.insee.fr/fr/publications-et-services/defaul...
www.les-scop.coop/sites/fr/les-scop/culture-sco...
1
il y a 3 ans par OlivierHue
Merci @olivierChaillot pour votre mise en garde mais bizarrement je penche pour la 2e option (j'ai des chiffres qui ne sont pas encore publics)
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
@ OlivierHue Ce serait gentil pour favoriser l'échange de partager ! Je pensais que le temps du pouvoir par la rétention d'information était derrière nous ;)
1
il y a 3 ans par OlivierHue
Après le biais de perception, la rétention d'information... j'ai vraiment tous les maux, c'est grave docteur @olivierChaillot ?

Je n'ai rien communiqué de précis car je n'ai pas de traces de ces chiffres. Ils sont évoqués régulièrement lors de réunion et en voici un résumé : www.les-scop.coop/sites/fr/les-chiffres-cles/
www.economie.gouv.fr/scop-progression-creation-...
lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/sta...
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
@olivierhue ce n'est pas grave ... ça doit pouvoir se soigner ;)
merci pour les liens.

Juste deux remarques : en matière de source d'information un journaliste, même bien informé, est TOUJOURS une source sujette à caution ... il en est de même de la communication institutionnelle que la source soit étatique ou syndicale ... qui, au mieux peuvent être considérées comme des informations peu sûres ... qu'il conviendrait de recouper.

Mais je ne vais pas chipoter, sous réserve (et dans l'attente) de validation, de confirmation et de mise en perspective par une source sûre ou digne de foi ...

Pour ta gouverne, les trois liens donnés ne sont qu'une seule et même source (organisation professionnelle : www.les-scop.coop/sites/fr/le-reseau/organisati... reprise par 3 diffuseurs (l'organisation professionnelle elle même, un service d'état visant à "récupérer" la donnée en liant l'info avec la loi dite "ESS" : proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/... et un journal ...

Désolé de ces précisions, mais une trentaine d'année à faire du renseignement et à influencer des environnements stratégiques (y compris pour le compte d'organisations professionnelles) m'a inculqué quelques réflexes quant à la crédibilité des informations ... recouper, valider, évaluer sont des outils qui devraient être présent dans tous les kit de survie d'un homo-économicus moyen évoluant dans un milieu où l'information est devenue une arme de déstabilisation massive ...

Donc, loin de moi l'idée de te charger de tous les maux ! Juste des vieilles allergies qui me démangent régulièrement pour lesquelles je me soigne ... au moins j'essaye ...
2
il y a 3 ans par OlivierHue
Au secours @IngridSem !
3
il y a 3 ans par IngridSem
ok, @olivierHue, je veux bien venir en renfort ;)
Mais il faudrait que @olivierChaillot résume son questionnement, car là ça part dans tous les sens...

Sur la bataille de chiffres, je ne dirai rien de +. Pour moi, la meilleure source est celle du ministère sur le nombre de SCOP créées chaque année. C'est ce que relaie la CGSCOP a priori. Et oui, la croissance est nette en Midi-Pyrénées depuis 3 ans maintenant.

pour le reste, essayons de reprendre : alors Olivier (Chaillot), qu'est-ce qui te chagrine ou t'interpelle dans le modèle coopératif ?
2
il y a 3 ans par olivierChaillot
@olivierhue, @IngridSem je n'ai rien qui me chagrine avec le mouvement coopératif, je suis allergique à la manipulation d'informations. Dans les liens, après vérification, c'est la CGSCOP qui est la source première et non le service d'état ... ce qui en fait une information issue d'une source sujette à caution et non une information fiable.
Coté mouvement SCOP, remarquer (comme le fait @HGADConsulting) que le double statut salarié et actionnaire peut conduire dans certains cas à des dysfonctionnements n'est pas une remise en cause du mouvement mais plutôt de la manière dont certains mettent en œuvre le statut.
D'un point de vue personnel, je demeure convaincu que, dans une période de mutation comme actuellement, ce statut est un avantage car les entreprises ayant fait ce choix sont plutôt plus solide (capitalisation oblige) et plus adaptable (gouvernance qui oblige à réfléchir ensemble).
3
il y a 3 ans par HGAD_Consulting
Bonjour @OlivierChaillot,
je partage régulièrement le quotidien de 2 SCOP, et le retour d'expérience que j'en ai, est positif dans le sens ou chaque associé/salarié est impliqué, motivé car il travaille dans son entreprise. Le point le plus délicat est la gouvernance puisqu'il semble difficile pour certains de séparer le fait qu'ils soient associés, sans pour autant être en mesure d'intervenir dans tous les processus décisionnels. Je pense sincèrement que le fonctionnement en SCOP n'est pas accessible à tout le monde, et qu'il faut un état d'esprit très ouvert, basé sur la confiance entre salariés, y compris envers ceux qui pilotent.
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.