Bonjour à tous,

Dans le cadre de l’auto-certification CE(1), DEEE(2), et RoHS(2) de mes premiers produits électroniques destinés au grand public, je cherche à savoir le style que je dois utiliser dans le cadre de la rédaction du rapport de tests destiné aux autorités internationales.

— Est-il administratif ?
— Est-il scientifique ?
— Est-il technique ?
— Est-il vulgarisant ?

En effet, j’ai l’impression qu’en fonction des personnes en charge du dossier, le rapport de tests doit intégrer ces 4 styles, afin que chacun puisse y trouver les informations dont il a besoin (ce qui, par produit, multiplie par 4 la charge de travail).

D’avance merci pour vos réponses.

Cordialement,

Christophe Fantoni

Pour aller plus loin :
(1) fr.wikipedia.org/wiki/Marquage_CE
(2) fr.wikipedia.org/wiki/DEEE
(3) fr.wikipedia.org/wiki/Directive_RoHS

auto-certification deee marquage ce rohs style
2
2

1 réponse

il y a 5 mois par Hervemary

Ce n'est pas une question de "style" mais de classement de l'information. 

résumé pour la "vulgarisation"
Setting de tests dans les annexes pour le coté admin
Aspects scientifiques en références

etc...

2
il y a 5 mois par ChristopheFantoni

J'ai déjà une idée assez précise du contenu de ce rapport de tests étant donné qu'on en parle assez longuement dans les textes juridiques officiels que l'on trouve sur le site de l'Union Européenne. Et étant donné ce contenu, ma question portait bien sur le style du texte, car d'une section à une autre, il est assez compliqué de garder le même.

Par exemple, un texte administratif sera forcément beaucoup plus court qu'un texte de vulgarisation. Et un texte de vulgarisation sera forcément beaucoup plus concis dans son contenu qu'un texte scientifique et/ou technique.

Bref, d'une section à une autre, il y aura clairement une charge de travail supplémentaire dans la rédaction.

Toutefois, je me suis récemment entretenu du sujet avec plusieurs ingénieurs qualités travaillant dans de grands groupes (Airbus par exemple) et tous me recommandent de ne pas rédiger un rapport de tests, mais bien plusieurs, chacun ayant son propre style, et de les regrouper ensuite au sein d’un rapport final. Dans ce que l’on m’a raconté, ce rapport de tests serait davantage une concaténation de documents, qu’un véritable document rédigé de A à Z. Je trouve donc l’idée plutôt pas mal.

Idéalement, il faudrait que je puisse mettre la main sur un rapport de tests fait par un laboratoire officiel afin de pouvoir m'inspirer de son style général. Mais ce genre de document n'est pas tellement public. Pas la peine non plus de chercher sur la toile, sachant que sur la toile on ne trouve chez les constructeurs que la page finale de ce rapport de tests qui indiquent si le produit est conforme ou non.

Pour avoir plus d’informations, j'espère avoir plus de chances avec le fabricant de mon futur analyseur XRF (pour X-Ray Fluorescence), à savoir Thermo Fisher Scientific, avec qui je suis en contact depuis peu. Ce qui me rassure, c’est que c’est ce dernier qui équipe la plupart des laboratoires officiels.

1
il y a 5 mois par Hervemary

Il y a un seul rapport de tests. Avec plusieurs sections générées en effet, parfois, par plusieurs sources systèmes. En général ci c'est fait par un labo assez pro, 80 à 90 % du contenu est en rédaction automatique. Le reste c'est un résumé de l'expert comme je le disais.

2
il y a 5 mois par ChristopheFantoni

C'est effectivement ce qui m'a été dit, à savoir une grande partie du rapport de tests est généré automatiquement, pas divers logiciels, et l'expert mandaté le complète ensuite en rédigeant les raccords existants entre les différentes parties.

Cela explique cette recommandation faite par mes contacts ingénieurs de faire, non pas un rapport final, mais bien plusieurs mini-rapports.

Par chance, l'analyseur XRF que je souhaite acheter est fourni avec un logiciel permettant de générer un rapport sur la certification RoHS et DEEE.

Même chose avec mon futur détecteur d'ondes électromagnétiques qui est, lui aussi, fourni avec un logiciel permettant de générer ce type de rapport pour la certification CE.

Au final, je n'aurai donc plus qu'à rédiger le lien existant entre les différents mini-rapports et une fois que je l'aurai fait pour un produit, je pense pouvoir le dupliquer en grande partie pour les produits du même type.

Pour moi, cela commence à devenir beaucoup plus clair. Merci beaucoup.

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.