Que pensez-vous de cette pratique récente qui consiste à profiter des fêtes de fin d'année pour réaliser une opération de marketing direct envoyé à tout son carnet d'adresse ?

Êtes vous adeptes de telles pratiques ?

Répondez vous à ces sollicitations ?

marketing personal branding voeux
2
3

7 réponses

il y a 8 mois par tonyfrebault

Personnellement, je n'aime pas mélanger les genres et préfère présenter mes voeux et rappeler l'identité et la philosophie de la marque en présentant les soutiens réalisés.  
En revanche, tout est possible si c'est réalisé de manière subtile.

3
il y a 8 mois par Stephane31

Bonjour @olivierChaillot et mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

Si cela s'apparente à un gros publipostage ou a de l'envoi de courriels en masse, cela n'aura aucun effet, voir un effet négatif (si c'est gros).

Si c'est quelques choses de subtil et personnel, pourquoi pas.

Mais pour moi le plus efficace serait d'appeler ses contacts, d'adresser sincèrement ses voeux, en prenant des  nouvelles de la personne , de son activité et de son entreprise.

En étant à l'écoute tu auras surement plus d'informations pour de futures collaborations, qu'un message impersonnel.

2
il y a 8 mois par olivierChaillot

merci pour ta réponse et pour tes voeux. je te souhaites également le meilleurs pour cette année (et les suivantes !).

je partage totalement la nécessité que les échanges soient interpersonnel, ou plutôt "interunipersonnel", car c'est bien d'une relation entre deux personnes dont il faut parler et non d'un émetteur face à une cible ... impersonnelle par essence.

1
il y a 8 mois par olivierChaillot

Pour ma part, je ne répond pas à ces voeux envoyés en masse . De même que je prends le temps d'appeler chaque personne à qui je souhaite présenter mes voeux...  Peut être ai je été démoulé il y a trop longtemps. .. L'émergence de nouvelles technologies n'empêche pas la politesse ni le respect.. .

2
il y a 8 mois par gmaison

@olivierChaillot 

Je te dirais que ça dépend de la typologie du métier, du produit, du service, du volume de client, etc. Si tu es une entreprise avec des centaines ou milliers de clients - sans parler de millions - c'est difficile d'éviter les voeux - même marketings - de masse.

Dans le cadre de prestations ou de produits où l'acte de vente et/ou de réalisation ne nécessitent pas beaucoup d'interlocuteurs - ou de clients/partenaires/fournisseurs - alors il est préférable, oui, de baser sur la relation directe et humaine, et non marketing...

2
il y a 8 mois par PascalW

Bonsoir et tous mes vœux à tous la communauté Skiller !

De mon point de vue, l'envoi de vœux institutionnels est une pratique un peu ringarde aujourd'hui, surtout compte tenu du nombre phénoménal de mails que l'on reçoit...

Certains personnalisent leur signature, c'est déjà plus pertinent en cédant à la tradition sans encombrer les réseaux et les boites inutilement.

A croire que la carte "papier" est à la fois vintage et discruptif :-) En tous cas, j'y suis beaucoup plus sensible cette année

2
il y a 8 mois par Coquelicom

Je trouve ça à la fois inutile et efficace.
1 - je n'y réponds pas
2 - ça rappelle quand même qu'on existe...
Donc à double tranchant : tu finis en spams ou ton contenu est tout de même qualitatif et donc t'es lu.
ça ne peut pas être décorrélé d'une relation existante et être pris juste tout seul.
La relation est globale...
 

2
il y a 8 mois par Coquelicom

Si je prends l'exemple de mon imprimeur qui m'envoit 6 news letters dans l'année avec en général une bonne offre à me proposer et des infos utiles... Ou l'autre imprimeur avec qui je ne travaille pas et que je n'apprécie pas et qui me spams de news letter X 50 dans l'année...
Le premier me fait souhaite une bonne année en news letter ça me choque pas... Avec 100000 clients, dont moi. le second me saoule et je ne le lirais même pas...ça sera peut-être même la news de trop qui le mettra dans mes spams...
 

2
il y a 8 mois par ChristopheFantoni

Pour répondre à toutes vos questions : pas en ce qui me concerne.

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.