Oui je fais dans la philosophie...
On parle beaucoup d'empathie pour comprendre mieux le besoin, mieux gérer le support, résoudre les conflits, etc...
Pour pour faire du chiffres, n'est ce pas contre productif ?

business business developpement
7
4

11 réponses

il y a 4 ans par IsabellePruvot
Ce qui, à mon sens, est totalement contre productif c'est de faire du business sans empathie, sinon comment motiver ses salariés (sens - écoute - valorisation) , comprendre les attentes de ses clients (intuition - lucidité), convaincre ses partenaires (observation - perspicacité) et donc rester efficient et performant sur le long terme ? L'empathie permet une prise de recul ainsi qu'une meilleure compréhension de son environnement, c'est la base de toute stratégie d'adaptation . Composante essentielle de l'intelligence émotionnelle, elle fait partie, à mes yeux, des softs skills indispensables pour construire un business durable, laissant la part belle à l'innovation et la créativité tout en renforçant les liens et la convivialité entre les collaborateurs d'où une meilleure productivité ;)
11
il y a 4 ans par gmaison
pour moi clairement la réponse est oui, ils font bon ménage. L'empathie est pour moi le support du business et du "chiffre". J'ai récemment posté un lien (business.lesechos.fr/directions-ressources-huma... ) qui met bien en évidence comment le moral et le bien être au travail joue sur la performance des entreprises. Et l'empathie à ce titre y joue un grand rôle, si ce n'est le plus grand rôle ! Les rapports humains sont basés exclusivement sur les principes de l'empathie (je me mets à la place de).

Ensuite, faire du chiffre n'est pas synonyme de pérennité. Mais pour la pérennité, il est nécessaire d'avoir une organisation où la confiance soit présente et les rapports humains intégrant l'affect et l'émotionel. C'est ce qui fait qu'une équipe est capable de traverser les bons comme les mauvais moments.
7
il y a 4 ans par FdeMoncade
Je fais un mémoire sur les nouveaux leviers de productivité en entreprise, lien pépite ! Milles merci !
2
il y a 4 ans par Julien
Merci pour le lien que je vais partager avec ma team.
1
il y a 4 ans par ClaireBouteyre
A propos d'empathie, un article que je trouve passionnant de Daniel Goleman : « the focused leader » dans Harvard Business Review. On y découvre notamment les trois composantes de l'empathie (empathie cognitive, empathie émotionnelle, sensibilité empathique) et le triple focus (soi, les autres, l'environnement)
hbr.org/2013/12/the-focused-leader
4
il y a 4 ans par Jean_Philippe_RYO
En fait, selon le profil de la personne en face, il faut sans doute réussir à doser son empathie ;). Déjà, soi-même, on est plus ou moins empathique et sensible à l'empathie... C'est pareil pour les autres ! Certaines personnes attendent de l'empathie de la part de leur interlocuteur, d'autres préfèrent un échange plus factuel. Sans être un spécialiste du sujet, je songe, par exemple à l'analyse transactionnelle et à ses différents profils... Avec l'empathie, on est dans l'émotionnel et certains des profils préfèrent un contact plus orienté action ou pensée à un contact orienté émotion (drivers de Paul Ware).
Je rejoins @IsabellePruvot sur la notion soft skill :)
Je pense que ce ne doit pas être le skill majeur pour le business.

Le courtermisme des donneurs d'ordres est un pb en soi... C'est incompatible avec
plein de choses en fait ! On y perd en empathie, en sens, en cohérence,... et bien sûr, en confiance (laquelle n'est pas liée qu'à l'empathie).
3
il y a 4 ans par IsabellePruvot
Je me permets juste une petite rectification @Jean_Philippe_RYO ;) Avec l'empathie, on est pas forcément dans l'émotionnel, c'est précisément grâce à l'empathie que l'on va pouvoir "intuitivement" adopter le style de communication approprié en fonction du profil de son interlocuteur.
4
il y a 4 ans par Jean_Philippe_RYO
No soucy c'est sans doute un peu trop simplifié.
A l'occasion je poserai la question de Julien au spécialiste AT avec lequel je travaille régulièrement, cela pourrait être intéressant.
2
il y a 4 ans par FdeMoncade
Ils le doivent !!! La productivité est portée par la motivation, l'envie de bosser, le sentiment d'être utile à la communauté, à ton marché et donc faire preuve d'empathie. Si ton seul but c'est de faire de l'argent, tu n'as plus aucune envie, et là ça devient contre-productif... (je fais aussi dans la philosophie, c'est une réponse à chaud)
2
il y a 4 ans par DidierdeThoisy
Je suis tombé sur ce post "Vers des technologies de l’empathie ? " je partage :)
2
il y a 4 ans par FdeMoncade
Vous avez oublié le lien :/
1
il y a 4 ans par IsabellePruvot
Intéressant ce lien, concept à creuser... merci du partage.
2
il y a 4 ans par Jp_Geek
Pour savoir vraiment ce qu'on pense de vous et bien entendu en tirer partie : teammood.fr
2
il y a 4 ans par IsabellePruvot
Et pour rebondir sur le commentaire de @gmaison, conférence sur le sujet le 28 mai prochain :
« Le bien-être au travail levier de performance ou nouvelle utopie managériale ? »
plus d'infos ici : jeudidumba.com/
2
il y a 4 ans par jeromedelon
pour ma part ayant le diplôme pro animateur social l'empathie pour une meilleur relation et compréhension de l'individu maintenant est ce compatible je ne crois que l'empathie soit compatible avec l'argent(social opposé au monde de l'argent)
1
il y a 4 ans par Julien
A la vue des premières réponses (ma question été faite pour soulever ce genre de réponses :) ), ne sommes nous pas dans un système qui rend l'empathie compliquée par le courtermisme des donneurs d'ordre.
En gros, empathie doit aller dans les deux sens et se baser sur de la confiance. Et je trouve que personne ne fait confiance à personne... donc difficile de faire de l'empathie par le business...
1
il y a 4 ans par cecilevarin
Je nuancerai : l'empathie n'est pas synonyme de bienveillance.. Elle peut etre un outil redoutable de manipulation .. Et n'avoir aucun lien avec la notion de confiance
On peut se servir de l'empathie pour mettre en confiance .. c'est different
Dans l'interview, j'ai beaucoup mobilisé ma capacité empathique , tres utile pour permettre à l'autre d'oublier ses reserves et de se livrer ..
En negociation , cela peut aussi etre un outil redoutable :))
2
il y a 4 ans par CeciliaSkroder
C'est sans aucun doute un moteur de productivité! En même temps, il faut savoir que les sociétés au monde les plus performantes ne sont pas forcément au top du ranking "empathie" et "inclusif".
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.