Je me questionne sur le concept de Crowdfunding, littéralement financement par le peuple : opportunités ou menaces pour la démocratie et l'intérêt général ? Ce concept est il applicable au domaine public ?

crowdfunding democratie participative modele social
4
2

4 réponses

il y a 3 ans par olivierChaillot
A la différence du financement par les banques et autres financiers, le crowfunding implique que l'argent soit disponible et soit "bloqué" pour le financement ... alors qu'une banque qui finance un projet crée la monnaie qu'elle prête "ex-nihilo" (www.youtube.com/watch?v=syAkdb_TDyo) ...
Ce qui menace la démocratie, n'est-ce pas plutôt la création monétaire telle qu'elle existe aujourd'hui, sans aucun contrôle du peuple ?
5
il y a 3 ans par BertrandPimpin
C'est vrai. Au delà des mécanismes monétaires, je me demandais si ce choix de financement public pouvait permettre de matérialiser plus concrètement la contribution des contribuables et donner davantage de sens en finançant directement des actions concrètes (financer localement des crèches, des soutiens scolaires, un investissement public particulier...). Le risque étant de générer des inégalités ou des arbitrages complexes certes, mais aussi un moyen de concrétiser par le biais direct d'un financement participatif des promesses électorales pas toujours maintenues...
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
Point de financement public ici, mais un financement privé qui obéit à des règles différentes de celles s'appliquant au monde de la finance.
Dans le cas du crowfunding ce sont les dépôts qui font les crédits alors que pour la finance à qui nous avons délégué le pouvoir de créer la monnaie (sans jamais avoir eu le moindre débat démocratique), ce sont les crédits qui font les dépôts ...
Alors, quel lien avec la concrétisation de promesses électorale ? je ne comprend pas l'idée ?
2
il y a 3 ans par usercentric
Cela fait un moment que je défends l'hypothèse d'une participation populaire au capital de SEM (sociétés d'économie mixte) qui représente plusieurs avantages notamment pour inciter au maintien d'activités économiques et de l'emploi sur un territoire.
Pour cela les plateformes de financement participatif constituent un canal efficace pour animer une campagne et s'ouvrir à des citoyens plus jeunes.
La dimension démocratique réside aussi dans le fait que le succès d'un projet résulterait d'une mobilisation citoyenne.
2
il y a 3 ans par olivierChaillot
Entièrement d'accord ... il est seulement dommage que ce type de financement soit victime d'une distorsion forte de concurrence ! en effet, dans le cadre du crowfunding, ce sont les dépôts qui font les crédits ... alors que pour les financements "traditionnels" c'est l'inverse ! les crédits font les dépôts ... d'où une concurrence qui n'est ni libre, ni non faussée, allant à l'encontre des principes mêmes fondant l'Europe
Il serait important que les acteurs de ce type d'économie s'en préoccupe pur jouer à armes égales ...
1
il y a 3 ans par Manu31
Un point d'Olivier que l'on devrait élargir à bien des domaines !!
"... il faut mieux s'entendre entre soi avant que le législateur s'en mêle ... "
A ce niveau-là les premiers acteurs du Crowdfunding on eu intelligence de s'entendre pour mâcher le travail du législateur et du politique pour avoir aujourd'hui un cadre pas trop mauvais pour avancer même si choses sont encore à améliorer.
2
il y a 3 ans par BertrandPimpin
J imaginais un financement direct par le peuple de certains investissements publics ciblés. Une sorte de fonctionnement un peu parallèle mais aussi plus direct que via l'impôt dont l'utilisation est souvent soumis à des arbitrages qui nous dépassent. Mais peut été que ce point de vue n est pas réalisable ?
1
il y a 3 ans par pcouzon
C'est du coût directement une menace pour l'intérêt général puisque ce qui sera le plus financé correspondra à des logiques de classe. On peut commencer par l'école, par exemple, où les établissements financées seraient ceux où iraient les gens fortunés (dans tous les sens du terme).
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
de plus, cela n'apporte pas de réponse au fait que la création de monnaie a été privatisée sans que le peuple soit consulté ni qu'il (le peuple) conserve la possibilité d'exercer ce droit. le crowfunding est donc structurellement limité à la capacité des investisseurs à déposer les ressources et à les bloquer sans possibilité d'exercer les leviers que les autres "financiers" utilisent en créant de la monnaie "ex-nihilo" ... un rapport de capacité à mobiliser les ressources dans un rapport de 1 à 12.5 ! bonjour le rapport de force !
quel "rééquilibrage" quand la capacité d'investir est 12.5 fois moindre que l'intérêt privé ? drôle de conception de la démocratie, non ?
1
il y a 3 ans par BertrandPimpin
Merci pour vos réponses argumentées et engagées. Je ne connaissais pas ce rapport de 1 pour 12,5 qui est effectivement intéressant. Donc au-delà des inégalités que ce modèle engendrerait (je vous rejoins cela n'est pas souhaitable), l'effet ne serait pas assez important pour avoir un impact significatif.
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
il suffit de lire les accords que les financiers ont signés pour s'imposer quelques limites après le dernier crash, plus connus sous le nom d'accord de Bâle : www.andlil.com/definition-de-bale-iii-126361.ht...
Comme quoi, il faut mieux s'entendre entre soi avant que le législateur s'en mêle ... et en présentant cette entente comme des "accords" le peuple pense que c'est le législateur qui a sévi !
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.