La question consiste à savoir si le temps investi à la recherche et au montage du (ou des) dossier de crowdfunding ne sera pas perdu mais aussi si ce choix correspond ou non à la stratégie LT de l'entreprise.

crowdfunding financement innovation
7
2

3 réponses

il y a 2 ans par Nora
bonsoir je pense que c'est une stratégie d'entreprise car cela lui permet de se faire connaître ou d'accroître sa notoriété
4
il y a 2 ans par GhalemOUADJED
Oui en effet c'est un des points positifs mais qui justement peut être à double tranchant si le financement n'est pas à la hauteur des attentes l'impact sur l'image peut s'en ressentir je pense...
1
il y a 2 ans par XavierGILLERON
Non, le crowdfunding n'est pas une panacée universelle pour toutes les entreprises !
Il faut d'abord savoir de quel crowdfunding on parle : avec contrepartie ou en equity ?
Avec contrepartie cela signifie une activité et un produit permettant cette contrepartie : c'est ce qui a fait le succès de plateforme comme Kickstarter, Ulule, KissKissbankbank et quelques autres. L'intérêt du crowdfunding est, sur ce segment, de pouvoir tester la viabilité commerciale en amont d'une production à grande échelle, d'un produit souvent innovant; il permet en ce sens, à travers l'attrait, ou non, des crowdfunders de faire sa première étude de marché sans prendre trop de risque afin de savoir si le produit plaira ou non.
En equity, cela signifie que le crowdfunder n'attend pas de contrepartie directe mais souhaite investir au capital de l'entreprise. Les plateformes les plus connues sont Anaxago, Wiseed ou Smart Angels : ici pas question d'une étude de marché, mais un investissement sur un temps plus ou moins long : il est nécessaire d'entrer dans le détail du projet et donc dans la stratégie de développement de l'entreprise. Le temps de préparation du dossier est donc plus long car les enjeux sont beaucoup plus importants. Les dossiers sont également beaucoup plus sélectionnés que les projets en crowdfunding avec contrepartie. On reste néanmoins sur une stratégie "coup de coeur, d'où l'importance de bien ficeler son argumentaire de présentation. Le crowdfunding equity fonctionne très bien sur des projets d'essence scientifique ou RSE-environnemental (biotech, greentech) mais également le fintech.
Le crowdlending, ou prêt entre particuliers, reste quant à lui, malgré tout, soumis à des conditions assez stricte d'acceptation des dossiers : il ne peut être envisagé que sur des entreprises ayant au moins deux ou trois exercices, et sert à financer le développement, mais pas le BFR. Il faut donc être en bonne santé financière ce qui n'est donc pas forcément adapté à l'univers "startup". Par contre les entreprises dites traditionnelles auront plus de chance de trouver leur intérêt sur cette forme particulière de crowdfunding.
3
il y a 2 ans par GhalemOUADJED
Merci pour ta réponse exhaustive Xavier. C'est éclairant.
1
il y a 2 ans par gmaison
@GhalenOUADJED Je pense que oui. Mais, pour la plupart des projets, il faut voir que ce financement ne doit correspondre qu'à un financement partiel - si possible non essentiel - c'est à dire que si le financement n'est pas obtenu, il sera possible d'avancer quand même, peut être plus difficilement. Ou alors il est essentiel, c'est à dire de baser totalement le démarrage de l'activité dessus : j'ai les sous je peux faire, je n'ai pas les sous je ne fais pas. Ca peut être une technique pour "évaluer" son projet.

Ensuite, en règle générale, les projets de crowdfunding ont souvent des contreparties. C'est à dire que les contributeurs recevront quelque chose en contrepartie de leur don (car il s'agit bien d'un don). A voir donc 1/ ce que l'entreprise peut fournir comme contrepartie et 2/ cela déterminera également la cible des contributeurs et donc probablement la plateforme de crowdfunding.

L'alternative serait le crowdlending, qui est du prêt entre particuliers vers entreprises. Mais attention, les taux sont importants. @ArnaudLemoine n'aime pas ;)
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.