En tant que blogueur, j'apporte une certaine importance à mon orthographe, même si quelques fautes sont toujours présentes, même après relecture (surtout quand je termine mon 4ième article de la journée à 1h du matin).
Lorsque j'étais à la FAC, j'étais halluciné du nombre d'étudiants qui ne maîtrisaient au final ni l'orthographe et encore moins la grammaire. Les profs disaient qu'ils sanctionneraient les fautes... mais se ravisaient vite vu le niveau. 60% de l'effectif aurait eu 0.

On parle aujourd'hui de langage SMS, mais à mon époque, ça n'existait pas et les fautes étaient déjà là. Même lors de mon DESS (et c'est la même chose chez les ingénieurs), on dirait que l'orthographe n'a plus d'importance ou en tous cas, que les lacunes sont importantes chez chacun des élèves.

On m'a toujours dit "attention à ton orthographe, si tu fais des fautes, un recruteur ne voudra pas de toi". Mais force est de constater que même les recruteurs (RH, responsables régionaux, ...) ne savent pas écrire correctement (mais demandent par contre un très bon niveau d'anglais).

Est-ce que si on ne fait pas de fautes, un recruteur peut sanctionner une candidature, car pour lui, il y a des fautes ?
Comment percevez-vous un supérieur hiérarchique qui vous envoie un mail bourré de fautes ?

Votre avis sur le Projet Voltaire (www.projet-voltaire.fr/) ?

Bref, qu'est-ce que vous inspirent les fautes d'orthographe ? Problème bénin ou pas ? Problème de formation scolaire... ou de déformation numérique ?

orthographe grammaire
8
5

18 réponses

il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
A titre personnel, j'essaie de limiter au maximum les fautes. J'avoue attendre des autres qu'ils fassent aussi un effort ;)
NB : si vous saviez combien de fois je peste après les ajustements automatiques de l'IPAD ! C'est bien pratique, certes, mais cela joue aussi bien des tours ^^

Pourquoi ?
Comme le dit avec justesse @FredericMAITRE : l'impact du message porte à 93% sur la forme et 7% sur le fond. J'ajouterais qu'avec trop de fautes d'orthographe, mon agacement culmine rapidement à 100% !
Ma règle en la matière est simple :
- je travaille le fond d'abord ;
- ensuite, quand le fond est travaillé, la forme est essentielle.

L'attention portée à l'orthographe est vertueuse. Il est plus aisé d'éduquer à l'écrit quand tout ce qu'on lit autour de nous est écrit correctement, non ?
A force de voir des fautes un peu partout, celui ou celle qui a déjà des difficultés ne parviendra pas à apprendre. En tout cas, cela ne lui facilitera pas la tâche !

Le projet Voltaire
C'est une bonne chose. On commence à le regarder de près.
D'un point de vue formation, le CPF incite également à renforcer les compétences de ce type qui sont essentielles pour la ré-employabilité des individus. En matière de réglementation de la formation, l'employeur a obligation de former les salariés qui ne sauraient pas écrire par ex.

Comment s'améliorer ?
Les moyens ne manquent pas... pour peu qu'on veuille faire l'effort que cela suppose.
A l'ère du digital, les excuses sont de plus en plus fallacieuses... Les liseuses sont équipées d'un dictionnaire intégré (fini le dico de 2 kg sur un genou avec le bouquin d'umberto Eco sur l'autre genou), les smartphones donnent accès à tellement d'outils également, ... La lecture est aujourd'hui plus accessible que jamais ! ... Bon, il faut sans doute bien choisir ses bouquins aussi ;) !
Quand je doute d'un mot, soit je regarde le dico, soit j'utilise un synonyme dont je suis sûr de l'orthographe. La richesse du vocabulaire est aussi une des clés pour limiter ses fautes.

Vouloir s'améliorer ?
On parle d'effort, de temps aussi (ce dernier étant partie prenante de l'effort)... mais quand on écrit, c'est bien pour être lu, non ? Quel intérêt si le lecteur est d'emblée découragé ?

Faut-il être un extrémiste de l'orthographe ?
La ou les fautes d'orthographe dans un forum, sur skiller, ... ne sont et ne seront à mes yeux jamais aussi importantes que dans un écrit à vocation commerciale, destiné à des clients ou encore dans un livrable projet qui sera très largement partagé. Ces derniers supports - exigent un écrit de qualité - (d'ailleurs on ne parle que d'othographe... mais la ponctuation, syntaxe, tournure des phrases sont également cruciales).
Est-ce normal de corriger des fautes sur des supports de formation qui seront projetés à des apprenants ? Est-ce normal qu'on nous soumette une proposition commerciale cousue de fautes ? Est-ce normal de devoir relire une phrase 3 fois avant de pouvoir en comprendre le sens ? ...

Pour conclure, imaginez un peu :
si une entreprise n'a même pas de temps à accorder à la qualité de sa proposition commerciale (qui est d'une importance clé pour développer son business) alors qu'en sera-t-il du niveau de service client ensuite, alors que le contrat sera déjà signé ?
6
il y a 3 ans par Aurelie
bien dit !
1
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Bonjour,
Je fais aussi peu de fautes (de fôtes ? :D) que possible. Je suis horrifiée de voir autant de fautes partout, y compris sur des publicités et même dans des carnets scolaires parfois. Je fais des efforts pour être tolérante sur les espaces d'échanges (forums, IRC), mais j'ai des dictionnaires installés, dont certains parfois sont un peu en retard sur des termes existant. Et parfois je râle aussi sur les fautes dans les échanges directs parce que ces fautes génèrent de telles imprécisions dans le langage que cela rend la compréhension du contenu incertain.

Cela ne me gène pas d'écrire mail au lieu de courriel parce que le terme est en fait dans le dictionnaire. Par contre, si mon dictionnaire ne connaît pas un terme (comme IRC) je l'ajoute.

Pourquoi les gens font-ils des fautes ? J'accuserai le manque de lectures lorsque les enfants sont petits. Un enfant qui lit beaucoup fait très peu de fautes. Les parents qui lisent une histoire à leurs enfants, depuis le plus jeune âge les préparent à aimer la lecture (9 mois est idéal pour commencer, vu que éditions pour tout petits existent déjà pour cet âge-là). De plus à l'école ils liront seuls plus rapidement que d'autres enfants du même âge dont les parents ne prennent pas ce moment le soir lors du coucher. J'ai aussi eu l'occasion de remarquer des enfants dont les parents n'avaient eux-même pas eu de lectures offertes durant leur enfance.

Serait-ce à cause du rythme de vie avec souvent deux parents qui travaillent dur et sont fatigués lorsque le soir arrive ?

@GuillaumeROBERT Pour le Bescherelle, il existe aussi en ligne: www.bescherelle.com/conjugueur.php

Il y a aussi les bons dictionnaires à installer dans son système, et j'aurai le plaisir de citer Grammalecte, dictionnaire que j'emploie pour LibreOffice, qui vient de lever un petit peu plus de 18000 € sur les 15000 € souhaités, par un crowdfunding:
fr.ulule.com/grammalecte/ et voici le site du projet : www.dicollecte.org/

@LudovicLhuissier les dictionnaires installés dans le système peuvent faire beaucoup pour aider à traquer les fautes d'inattention résiduelles dans les mails.

Je ne connaissais pas le Projet Voltaire, je vais diffuser le lien. :)
5
il y a 3 ans par GuillaumeROBERT
Concernant les lectures, il me semble avoir lu une étude comme quoi ça ne réduisait pas les fautes. D'ailleurs, je n'ai quasiment jamais lu étant petit et je lis très peu encore.
Par contre, je connais des gens qui lisent beaucoup... et qui font des fautes de partout.

Quant à la version papier, je trouve toujours ça plus pratique, mais c'est sans doute parce-que je suis né avant les années 80 !
1
il y a 3 ans par LudovicLhuissier
Quand je lis des lettres de motivation truffées de fautes, j'avoue que je tique un peu et qu'en général, leurs auteurs ne passent pas le premier filtre.
Je relis en général une ou deux fois les courriels (notez l'utilisation du mot consacré ;) que j'envoie pour tutoyer l'excellence. Malheureusement, mon tamis est parfois trop lâche... Cela dit, j'ai honte de relire mes textes quand ils comportent de telles fautes.
Je dirais donc que j'appartiens à une génération plutôt soucieuse de cette discipline (je suis quadra). Je trouve même que les messages à fautes sont un manque de respect, ce qui est sans doute très exagéré.
Je pense que la baisse de niveau que tu décris est problématique dans le métier que je pratique, qui consiste à produire des rapports écrits pour nos clients. J'incite d'ailleurs mes collègues les plus étourdis à se (re)mettre à la lecture du papier (journaux, livres...) pour progresser.
Alors, old school ou pas ? Je crois que j'aurai du mal à changer, quand bien même le langage SMS deviendrait la norme.
Je ne connais pas le projet Voltaire mais en parcourant rapidement la page d'accueil du site, je dirais que l'objectif est tout à fait louable et comme dirait Guillaume Gallienne, "ça peut pas faire de mal".
3
il y a 3 ans par GuillaumeROBERT
Bien qu'un peu plus jeune que toi (à peine), je suis de la même veine. Je prends les messages truffés de fautes comme un manque de respect pour le destinataire.

Je ne suis pas parfait, raison pour laquelle j'ai racheté l'an dernier un livre tant que j'ai tant détesté dans ma jeunesse, un Bescherelle !
2
il y a 3 ans par IngridSem
Bonjour,
Guillaume, tu connais mon avis sur le sujet... ;) On m'appelle Maître Capello au boulot (blague que les moins de 30 ans ne peuvent pas comprendre).

Hasard ou pas, un sujet de ce matin sur France Inter en parle : www.franceinter.fr/emission-le-billet-deric-del...

Tu as raison quand tu affirmes qu'il n'y a pas forcément de lien entre lecture et orthographe ; mon mari en est une preuve vivante. Mais il semblerait que généralement, plus on démarre tôt, mieux on photographie les mots. Cela n'est cependant pas vrai à 100%. Il ne faut donc pas culpabiliser les parents avec ça, mais plutôt les encourager.
La question de l'apprentissage de l'orthographe est vraiment complexe et parfois désarmante. Si c'était une science exacte, elle aurait été brevetée ;)

Ce qui m'interroge plus, c'est que beaucoup de gens aujourd'hui sont mauvais en orthographe (grammaire, conjugaison, etc), mais s'en fichent et ne cherchent pas à se faire corriger, considérant que la langue évolue, et que le niveau baissant, ça passe de plus en plus...
Personnellement, je ne doute pas que cela devient / deviendra un enjeu de plus en plus fort de maîtriser la langue, en milieu professionnel notamment.

A suivre...
3
il y a 3 ans par Aurelie
En tout cas, la question fait pianoter :)
Comme le dit @FredericMAITRE j'étais lectrice assidue petite et forte en dictée...il y a peut-être un lien de cause à effet, oui, peut-être ?! Il y aussi surement une appétence naturelle à aimer les mots comme certains sont doués pour les mathématiques sans trop y réfléchir quand la simple lecture d'un énoncé de problème chiffré donne des boutons à d'autres !
Chacun son talent, après tout.

Je me rappelle de mon père (né en 54), directeur d'exploitation France, Angleterre et Belgique dans un grand groupe français pendant plus de 10 ans, autodidacte de formation qui m'appelait pour me demander telle ou telle règle d'orthographe ou de grammaire. J'ai fini par lui dire d'acheter un dictionnaire et un Bescherelle :) mais c'est mon frère qui a pris la suite quand il a commencé à travailler comme négociateur immobilier et qu'il s'est retrouvé honteux devant son écran à taper comme un escargot en faisant une faute par mot (quasiment). Je lui ai fait la même suggestion et il s'est équipé et mieux encore il s'est auto-formé !

Tout ça pour dire que les problèmes d'orthographe et de grammaire ne sont pas irrémédiables et qu'on apprend à tout age. Il ne faut pas développer de honte et de complexe. C'est hyper courant !!! Tout n'est pas qu'une question d'éducation, d'école etc. Comment remédier à ces problèmes toujours très importants d’illettrisme dans un pays développé comme le notre !

Pour autant, il ne faut pas sous-estimer l'impact qu'une mauvaise orthographe peut avoir sur l'image qu'on véhicule. Pour moi c'est souvent synonyme de manque de rigueur et de sérieux. J'ai beau avoir une famille de "nuls en orthographe", j'ai été bonne en dictée instinctivement. J'essaye d'être indulgente mais j'avoue que j'ai du mal à prendre quelqu'un au sérieux quand je dois corriger mentalement une faute tous les 2 mots dans le texte que je lis...Je perds un temps fou sur la forme et le fond, lui, se perd avec moi... et finalement, on perd en efficacité. Quand on fait un enregistrement vocal au milieu des Champs Elysées, on aura du mal à entendre correctement la personne qui parle à cause du bruit ambiant et le message risque de ne pas passer. C'est le même cas de figure avec un texte mal écrit et bourré de fautes.

Dans le cadre du recrutement, c'est encore pire : dans un CV ou une lettre de motivation qu'on a eu des heures à relire et à faire relire à 70 amis... la faute est presque impardonnable. Par souci de compréhension optimale, et de première impression, on se doit de produire un CV et Lettre de motivation exemplaires !!
A l'école, on ne nous apprend pas forcement la raison pour laquelle il faut apprendre à lire et à écrire correctement. Car c'est bien le fond du problème ! Pour écrire correctement, il faut en avoir besoin ! Peut-être faut il inciter les enfants à prendre conscience du besoin de savoir s'exprimer à l'écrit autant qu'à l'oral.

La communication est la base de tout. il y a l'oral ET l'écrit. Certains pensent que l'écriture est réservée à l'élite intellectuelle...alors ils laissent les règles fastidieuses aux érudits...mais ils se trompent et c'est dommage car il y a des personnes qui sont fortes pour la pratique et qui manquent de patience pour la théorie. Tout le monde a besoin d'écrire et encore plus de nos jours avec le virtuel ! *_*

d'ailleurs je vais m'arrêter avant de plomber le serveur :) bref l'orthographe ça s'apprend !!! et les coquilles existent : errare humanum est
3
il y a 3 ans par jeromedelon
bonsoir Guillaume
tout d'abord la question a déjà je crois était posé.
Et comme je l'avais raconté c'étais l'histoire d'un vieux pasteur(Smith wigglesworth) ancien plombier et pas beaucoup voir pas du tout de diplôme. Un jour lors d'une convention un jeune pasteur va le voir et lui fait remarque qu'il a marqué saint esprit dix fois différemment, Smith lui vous avez compris l'autre lui oui alors Smith lui c'est le principal. Tous ça pour dire que parfois on oublie que au delà de la lettre il y a un homme ou une femme qui ne s'exprime pas forcement correctement mais en compétence dans le boulot c'est le meilleur. Voyons au delà de ce que l'on voit.
2
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
@jeromedelon Orthographier et s'exprimer ne désignent pas les mêmes choses. Si parfois une mauvaise orthographe est si catastrophique qu'elle rend difficile la compréhension, en revanche une manière de s'exprimer qui est bancale peut totalement fausser la communication. Ne pense pas que les personnes qui orthographient ou s'expriment de manière fluide déprécient les hommes et les femmes qui ne le font pas, ce n'est pas ça en général, c'est surtout un problème de compréhension. S'exprimer clairement, ça demande un effort déjà de clarté dans la pensée. Et exprimer sa pensée clairement, c'est le début d'une communication qui fonctionne.

Tout le monde a appris des règles de base en grammaire, comme faire une phrase avec un sujet, (l'acteur), un verbe (le moteur) et un complément d'objet (l'objet sur lequel s'exerce l'action). Quand une personne oublie de mettre les verbes au milieu des phrases, je ne comprend rien à ce qu'elle dit.
2
il y a 3 ans par Aurelie
tu as raison @Jeromedelon sur ta dernière phrase. En revanche je n'ai pas compris l'histoire que tu racontes. Peux tu me réexpliquer s'il te plait ?
2
il y a 3 ans par jeromedelon
bonsoir @AurelieBonnet
je racontais l'histoire(je fais plus court) du pasteur Smith wigglesworth qui avait écrit dans une lettre à jeune pasteur le mot saint esprit dix fois mais différemment. ce jeune pasteur lui fait la remarque et Smith wigglesworth dit au jeune pasteur vous avez compris et l'autre lui répond oui alors Smith wigglesworth lui alors c'est le principal
2
il y a 3 ans par Aurelie
la c'est plus clair ! merci :)
1
il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Sans l'avoir encore testé personnellement, Je vous partage cette piste qui me semble très intéressante au sujet d'un outil en ligne dédié à la correction des écrits : Poetica bit.ly/1KPxBT4
L'auteur de l'article en dit beaucoup de bien : "(...) En fouillant un peu sur Internet, on peut tomber sur un outil en ligne relativement méconnu en France mais formidable. Poetica permet de réaliser des corrections collaboratives efficaces."
2
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Bonjour, Cela a l'air très bien. Ne serait-ce pas le même type d'outil que les pad Etherpad - etherpad.org/ aussi disponible sur Framapad ? framapad.org/

(testé personnellement, pour des traductions effectuées à plusieurs en temps réel)
3
il y a 3 ans par ElodieLebothlan
Effectivement les fautes discréditent l'auteur et affaiblissent l'intensité du message, notamment lors d'échanges de mails. Pour ma part, je suis assez sensible à ça. Mais parfois, malheureusement je me dis également que dans quelques années, avec les générations SMS, il se peut que l'orthographe ne compte plus du tout dans les échanges..., j'espère que non!
2
il y a 3 ans par JeanLestang
Merci pour le lien sur Projet Voltaire www.projet-voltaire.fr/ . J'avoue humblement que la piqûre de rappel m'a fait du bien, et que j'ai été vexé d'avoir fait des erreurs évidentes par inattention.

Je sais que je fais pas mal de fautes, malgré mes efforts, surtout quand j'écris vite. J'attache également beaucoup d'importance aux règles typographiques, qui ne sont pas forcément bien maîtrisées (et diffèrent selon les langues). Quoi qu'il en soit, j'aime les mots et j'attache de l'importance à leur sens.

Statistiquement, j'ai dû faire quelques fautes dans ma réponse... J'en appelle à @IngridSem alias Maître Capelo (oui, avec un seul l, comme dans Capelovici) !
2
il y a 3 ans par ReneDEMAREZ
Si un prof de français du 16ème siècle devait corriger une copie sans fautes du 21ème siècle, trouverait-il des fotes?
je soulève ce point pour plusieurs raisons, la langue et l'orthographe évoluent sans cesse. L'écrit est-il plus fort que le sens? oui nous avons été élevés avec le critère ultime que les fautes étaient un manque ou le résultat d'une mauvaise éducation. Mais quand nous regardons autour de nous que devienne ces règles bien franchouillarde dans le monde? Je suis Français avec un niveau d'anglais semi fumiste collégien qui a parcouru divers pays ou l'un me prenait pour un canadien, l'autre pour un irlandais, mais tout le monde au final me comprenait, et maintenant je peux aller partout dans le monde en parlant beaucoup, mais beaucoup mieux que nos présidents qui certainement font moins de fautes que moi! n'est-ce pas là l'essentiel, après je convient que la présentation et cette habitude de critique vis à vis des fautes est ancrées profondément chez nous les gaulois. La langue Française s'éssemise il sera difficile d'aller contre ce fée nomène "naturel".
2
il y a 3 ans par MarcDaniel
les emailes bourés de fotes ses insuportables! acheté un bécherel
2
il y a 3 ans par gmaison
Pour ma part, grand lecteur, je ne *supporte pas* les fautes d'orthographe - et ceci est valable pour moi même. Elles m'interrompent dans mes lectures, m'obligent à interrompre mon processus d'apprentissage (suite à la lecture) et d'intégration de l'information car je vois que la forme n'est pas juste.

J'ai aujourd'hui, par mon activité et par mon grand usage du numérique, de vilains réflexes sur mon clavier qui me font faire des "fautes de frappe". Et je suis terrible là dessus, sur moi même, parce qu'étant donné que je ne supporte pas les fautes, je ne veux pas faire subir à ceux qui me lisent les mêmes désagrément.

J'aime aussi à comparer souvent l'orthographe, sa rigueur - et on est bien servi en français - avec la cérémonie du thé japonais : l'attachement à certaines traditions et leur rigueur font partie d'une discipline, de points d'ancrages *autour desquels* on peut à loisir digresser, innover, faire folie.

L'orthographe fait partie pour moi de ces piliers - points d'ancrage donc - qui font la différence entre le lâcher-prise et le laisser-aller.
2
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Nous n'avons pas développé sur le recruteur qui penserait que tu fais des fautes, juste parce que lui en fait. Je pense qu'il vaut mieux ne pas poursuivre une candidature si dans un environnement humain donné la qualité de la rédaction pourrait être souvent une source de conflits.
1
il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Un recruteur m'expliquait dernièrement qu'il ne rejetait plus de CV en présence d'une ou deux fautes seulement... la sélection serait trop sévère !
1
il y a 3 ans par Aurelie
Je suis d'accord pour ne pas écarter arbitrairement un profil dont le CV comporte 1 seule faute (ou 2...mais vraiment pas plus) mais pas sans revenir vers lui en lui signifiant simplement avec bienveillance pour l'aider à améliorer la qualité de sa candidature !!!
1
il y a 3 ans par IngridSem
pour sourire de ces questions, le dessinateur en a fait une BD : zepworld.blog.lemonde.fr/2015/05/13/orthographe...
1
il y a 3 ans par Sabrina
Pour ma part, malgré une filière littéraire, je fait à mon sens beaucoup (trop) de fautes. Ce n'est pas "faute" de faire des efforts sur le sujet et de me relire plusieurs fois. Car comme le dit @fredericMaitre les fautes retiennent parfois plus l'attention que le fond :(
J'ai pourtant eu une scolarité classique sans difficulté particulière, en dehors de cette constance dans les fautes "dites d'inattention"... Et j'ai toujours énormément lu... alors quid me concernant... L'exception qui confirme la règle!!!
PS: soyez indulgents quand vous me lisez!!!
1
il y a 3 ans par DavidCourtinot
Haha, je ne crois pas que les gens en filière littéraire aient un meilleur niveau en orthographe, je pense que ça doit rester dans la moyenne. Pour les fautes d'inattention c'est normal, et je remarque personnellement que je suis de plus en plus mis en confusion par l'anglais sur certains mots qui ressemblent à leur équivalent français. Ca ne me fait pas faire de fautes, mais m'oblige à réfléchir une seconde pour orthographier certains mots alors que c'était auparavant totalement naturel pour moi.

Au final une petite faute perdue dans un texte bien rédigé, bien clair dans les idées qu'il présente, n'est vraiment pas un gros problème. Le soucis, c'est que la plupart des gens qui orthographient mal ont aussi un mauvais style, ce qui est plus grave à mon sens.
2
il y a 3 ans par JeanLestang
Plus que le Bescherelle ou le Bled, c'est « Le Bon Usage » de Maurice Grévisse et André Goose qu'il faut avoir en référence. De nombreuses éditions existente (normale depuis bientôt 80 ans d'existence). Et on ne parle de pas seulement des règles académiques (françaises), mais bien des *usages*, car notre langue est vivante et se transforme au quotidien.

Je trouve ce livre passionnant : on peut le feuilleter comme une encyclopédie, on apprend toujours quelque chose. Il reflète également le dynamisme de la francophonie (les auteurs sont Belges). Et on y parle aussi typographie.

Je découvre une version en ligne, avec 10 jours d'essais gratuits : www.lebonusage.com/
1
il y a 3 ans par Aurelie
article du jour sur le sujet !

www.cadre-dirigeant-magazine.com/reussir-en-en...
1
il y a 3 ans par CoryneNicq
Essentiel mais sans doute parce que je ne peux pas lire un texte avec des fautes sans les corriger in situ et que par conséquent je ne me concentre pas assez sur le fond ! Bref il m'arrive d'en faire mais j'ai du mal à prendre au sérieux un texte où il y en à #paradoxe ?
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.