En d'autres termes : sommes-nous en train de buter contre les limites physiques à la croissance économique ?

Vous allez d'abord penser que je débloque ... mais si vous faites l'effort de consulter ce document vous commencerez peut-être à réfléchir, à vous documenter, ... et alors nous pourrons échanger sur ce sujet qui devrait être au centre des débats philosophico-politique actuels et qui sont étrangement absent ...

Pourtant c'est bien LE sujet qui devrait nous tenir attentif ...

Mais certains diront que je suis trop intello pour ici ...

comprendre economie politique zetetique
3
3

2 réponses

il y a 1 an par JoyceMarkoll

Je ne dirais pas que c'est trop intello pour ici, mais plutôt que je ne vois pas le rapport entre l'élection de responsables de haut niveau dans les gouvernements, dont le comportement public est tout sauf admirable, outre Atlantique aussi bien que chez nous. (Ici, j'invite à s'attarder sur l'euphémisme). Cela peut-il être mis en rapport avec le fait que nous avons une planète finie tandis que le développement de la consommation issu de l'après-guerre invite à une croissance infinie incompatible avec la finitude des ressources matérielles disponibles ?

Mon hypothèse partirait d'une perception erronée du public sur ce qui nous environne et sur les conséquences de notre passage sur Terre.

Ces derniers jours j'apprenais quelques éléments de la psychologie sociale qui prévaut autre Atlantique dans l'Amérique du Nord (un mépris des jardins potagers, des transports en commun et je ne sais quoi d'autre que nous considérons ici généralement éthique et souhaitable), alors je pense que la conscience écologique et du rôle de l'humain sur la planète a besoin de se réveiller. Est-ce vraiment utile de développer plus le sujet ? Si oui dans quel but ? :)

1
il y a 1 an par olivierChaillot

" Est-ce vraiment utile de développer plus le sujet ? Si oui dans quel but ? :) "

c'est une question de fond ! doit on comprendre les mécanismes en cause pour décider du monde que nous voulons construire et laisser à nos enfants ou peut on laisser une pseudo élite décider pour l'ensemble en entretenant l'ignorance et la pauvreté pour sauvegarder leur position dominante ?

c'est à chacun de répondre à cette question ... en ce qui me concerne, je ne fais pas confiance à ce élites et à leurs experts pour décider de ce qui est bon pour moi ... alors je pose des questions pour partager mes interrogations ...

1
il y a 1 an par FabriceT

Pour avoir survoler le document, la dernière partie est très générique. On pourrait facilement l'adapter en France pour expliquer la raison d'un futur échec de Hamon/Valls, Fillon ou Le Pen. Des chaînes d'informations généralistes sont ça très bien à longueur de journée.

J'ai remarqué que, lorsqu'on parle de mouvements de masse, il est le plus souvent inutile d'intellectualiser ces mouvements car il est le très souvent issu d'une réaction primaire, voire reptilienne. Mais ça flatte l'espèce de se dire qu'on est pas rien que des animaux.

> Pourtant c'est bien LE sujet qui devrait nous tenir attentif ...

Il est évident que vouloir une croissance infinie dans un milieu fini relève du domaine de la psychiatrie. En discuter ne servirait à pas grand chose.

Pour faire évoluer la situation, il faudrait refondre la société pour arriver à se débarrasser de la sacro-sainte voiture individuelle, vecteur de croissance, de taxes et de pics... oups... plateaux de pollution. Cette bagnole est le symbole de la stupidité de notre société : www.fueleconomy.gov/feg/atv.shtml (j'ai lu des études moins optimistes sur les chiffres).

Imaginez avoir un compte bancaire, lorsque vous y déposez 100 €, après soustraction des frais de fonctionnement, votre compte se trouve crédité de 14 à 30 euros si la banques est mauvaise ou bonne. Ne l'imaginez pas, c'est encore pire sur votre compte énergie quand vous faites le plein de la voiture, après déduction des ≈ 60% de taxes. On a donc encore une bonne marge avant d'atteindre le limite de la croissance économique si on se réfère à la corrélation mise en évidence dans ce document.

1
il y a 1 an par olivierChaillot

La question est plus complexe que le simple problème des ressources fossiles ... elle est également financière ... le coup d'extraction des ressources étant en forte augmentation, les besoins de financement deviennent insupportables et le système ne peut y répondre qu'en mobilisant l'ensemble des capacité de création de monnaie pour cette utilisation au détriment de tout autre investissement ... ce qui rend le remboursement de la dette créée impossible car la croissance nécessaire à ce remboursement impossible ... (pour approfondir)

1
il y a 1 an par FabriceT

La monnaie est, depuis 1971, une des plus grandes réussites dans les énergies renouvelables.

fr.wikipedia.org/wiki/Masse_mon%C3%A9taire

1
il y a 1 an par olivierChaillot

Comme l'indique l'avis en début d'article : Cet article est incomplet dans son développement ou dans l’expression des concepts et des idées. Son contenu est donc à considérer avec précaution.

Si les mécanismes décrits peuvent être considéré comme reflétant les fonctionnements en cours, il faut ic raisonner sur les conséquences des mécanismes qui permettent de créer la monnaie ex-nihilo par des acteurs privés avec pour seule limite les accords de BALE qui ne sont pas un cadre de régulation fixé par les citoyens ou leurs représentants élus démocratiquement mais des règles formulées par les acteurs eux même.

Ces accords permettent de créer de la monnaie et implique le fonctionnement que nous constations aujourd'hui : ce sont les crédits qui font les dépôts (et non l'inverse comme le croient l'immense majorité des gens).

Pour rembourser cette argent issu du crédit, il faut une croissance , croissance qui nécessite des investissements, investissements qui se font à crédit, qu'il faut rembourser avec de la croissance, ... (simple non ?)

Mais dans un monde où l'ensemble de l'investissement disponible (crédits) sont mobilisés par les besoins liés à l'extraction des ressources fossiles (tendance lourde actuelle), il n'y a plus de disponibilité pour les investissements productifs (ceux qui permettraient des investissement pour faire la croissance nécessaire au remboursement (voir plus haut) ... Sauf à ne pas respecter les accords de BALE évidemment :)

c'est ce mécanisme sur lequel je m'appuie dans mon raisonnement, principe qui est totalement en phase et compatible avec les informations que tu donne sur wikipédia.

3
il y a 1 an par FabriceT

> Pour rembourser cette argent issu du crédit, il faut une croissance, croissance qui nécessite des investissements, investissements qui se font à crédit, qu'il faut rembourser avec de la croissance, ... (simple non ?)

Simple, une course en avant réduite à la distance qui nous sépare du mur des réalités physiques.

Donc pour répondre ta question, « sommes-nous en train de buter contre les limites physiques à la croissance économique ? ». Pffff..... Je n'en sais rien. Nous gaspillons une quantité phénoménale d'énergie pour que notre système économique fonctionne et sommes visiblement trop occupés à courir pour attraper un nombre élevé à la puissance n. Donc si ce n'est pas maintenant, ce sera plus tard.

Il me semble que nous sommes d'accord sur les grandes lignes. Il nous faudrait l'avis de Séguéla pour le reste

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.