Je me rends compte qu'on trouve de plus en plus de personnes sur Skiller qui répondent à des questions (et c'est tant mieux, c'est l'objectif) mais qui ont 0 question.

Et en fait, du coup ça me dérange, pour moi être un expert ce n'est pas seulement amener des réponses, c'est savoir remettre en question ses connaissances et connaitre ses limites. Ces deux choses sont valorisées par le fait de poser des questions. D'où ma question.

Et vous, qu'en pensez vous ?

expertise skiller
11
7

10 réponses

il y a 3 ans par LudovicLhuissier

Je n'ose pas répondre... ;)

C'est surtout que je suis d'accord avec toi. Questionnons, questionnons !

Cela dit, questionner, c'est un peu se mettre à nu et les premières fois ça fait peur. Après on s'habitue et on se rend compte qu'on a plus à gagner à faire part de son ignorance que de sa connaissance.

Ça fait quand même longtemps que je n'ai pas posé de question. Je vais me soigner...

10
il y a 3 ans par Klodeko

Sur Skiller la bienveillance est la règle (enfin c'est ce que j'avais compris jusque là @MissSkiller). De ce fait je ne me permettrais pas de juger du comportement de ses membres quant à leur type de contribution.

Il me semble que chacun est libre de s'exprimer ici à sa manière sans y être jugé.

Penser que tous les domaines d'expertise sont déjà représentés sur Skiller me semble un peu prématuré. J'ose aussi penser qu'il est permis d'interagir  dans le monde réel ou sur d'autres plateformes.

Donc perso ça ne me dérange pas... de déranger et je n'ai aucun problème à reconnaître un ratio Q/R de 0/100. En plus ce post va aggraver mon cas ! Shame on me @Julien ;)

9
il y a 3 ans par gmaison

Comme @LudovicLhuissier je pense que les nouveaux(-elles) Skillos ne sont pas encore prêt.e.s à poser des questions. Et je te dirais même que la plupart n'ont peut être pas conscience encore de leurs questions.

Ceci dit, être expert, c'est aussi maîtriser son "art". Donc les questions sont moindres sur le domaine d'expertise. Par contre, très vraisemblablement, il y aura des questions par ailleurs, sur d'autres sujets, lorsqu'ils émergeront.

7
il y a 3 ans par simongeorges

Peut-être que les questions que nous avons sont posées dans une autre communauté, plus ciblée ? Si je prends mon exemple, j'ai essentiellement des questions très techniques qui sont du coup plutôt posées sur StackOverflow, ou dans le(s) forum(s) de ma(mes) communauté(s) dédiée(s).

D'autant que Skiller est français (oserai-je dire même fortement toulousain pour le moment), et que les communautés techniques, notamment dans le domaine du logiciel libre / open source, sont mondiales.

Je suis donc venu pour répondre à des questions, parce que c'est toujours intéressant de se confronter à ce que pensent d'autres personnes, mais je m'en sers effectivement peu pour poser des questions (du moins pour le moment).

5
il y a 3 ans par MissSkiller

Excellente question cher @Julien

4
il y a 3 ans par jpleclerc

Que voila une bonne question !!! Je me permet de citer LudovicLhuissier :"Cela dit, questionner, c'est un peu se mettre à nu et les premières fois ça fait peur. Après on s'habitue et on se rend compte qu'on a plus à gagner à faire part de son ignorance que de sa connaissance."

Questionner, c'est se mettre à nu et les premières fois ça fait peur. Après on s'habitue et on se rend compte qu'on a plus à gagner à faire part de son ignorance que de sa connaissance, comme de sa différence. Et pour cela, il ne faut pas avoir peur du débat contradictoire et de l'opposition à ses idées ou aux causes que l'on peut défendre... 

C'est ainsi, qu'après avoir essuyé quelques remarques bien senties, j'ai pris conscience que ma différence ne devait plus être un boulet à traîner mais, une expérience à partager et un état de fait à faire connaitre. Car on ne parle bien que de ce qu'on connaît !

4
il y a 3 ans par BrunoSeguier

Et si le problème venait de Skiller ? (notez au passage que je pose une question...).

En effet, s'il y a plus d'experts que de personnes qui en ont besoin, n'y aurait-il pas là le symptôme d'une plateforme qui finalement réussit à séduire ceux et celles qui, comme moi, y trouvent l'occasion de pouvoir accompagner et faire profiter de leur expérience, mais qui ne parvient pas à toucher ceux qui en auraient besoin ?

Peut-être faudrait-il reconsidérer vos axes et vos cibles de communication Miss Skiller ?

3
il y a 3 ans par MissSkiller

Merci cher @BrunoSeguier, Miss Skiller se nourrit des bons conseils de tous les pros :)

2
il y a 3 ans par ChristopheFantoni

Je fais très précisément partie de ces gens qui ne posent pas de questions. Et ce n'est pas pour autant que je ne me remets pas en question. C'est même tout le contraire. La raison est que dans le cadre de ma petite startup je travaille essentiellement sur du développement matériel (conception et fabrication de composants/circuits électroniques à une échelle semi-industrielle). Et dans ce secteur-là, c’est tout simplement l’Asie qui est le mieux placée. Je vais donc le plus souvent chercher les réponses à mes questions à l’étranger, essentiellement en Chine, à Taïwan, au Japon, voire aux USA, car je sais qu’en France, je n’obtiendrai rien sur ce sujet.

2
il y a 3 ans par ArnaudLemoine

Des noms... des noms ;-)

1
il y a 3 ans par martin

Il y a les skillers qui posent ou ne posent pas leurs quesgtions, mais il y a aussi le type de questions. Certains camarades ont bien indiquer que certains sujets sont hors-Skiller. Moi, je trouve que Skiller est formidable si je veux des réponses francophones mais en tant que suisse, certains sujets sont justes complétement différents. Pius, il y a les questions "techniques" et les questons plutôt relationnelles.. pas exemple, je me pose chaque matin la question de comment gérer mes deux patrons. Mais même dans un cadre francophone et bienveillant, je ne pense pas pouvoir ni vouloir "vous" poser cette question! Donc pour moi: si j'ai une question que je pense utile, qui correspond à Skiller, je la pose. Sinon, je la ferme.

1
il y a 3 ans par martin

J'oubilais.... "Bonjour Toulouse".

:-)

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.