C'est un point de vue qu'il convient de ne pas rejeter d'un revers de main mais plutôt de prendre le temps de l'analyse c'est ce que fait le dernier livre des économistes attérés : www.nonfiction.fr/article-8835-un_changement_de...

un avis ?

comprendre economie politique prospective societe
3
2

5 réponses

il y a 1 an par ArnaudLemoine

Je suis pour un renforcement de notre modèle social qui passera par un changement de modèle économique que je baserai sur le "moins mais mieux" ou la frugalité heureuse".. mais je préfère en discuter autour d'un bonne bouteille de vin naturel... ;-)

4
il y a 1 an par olivierChaillot

Quand tu veux ! mais il faut aussi un peu de quoi manger sinon l'échauffement guette !

3
il y a 1 an par BUROPOLESERVICESLABEGE

Bonjour, je trouve que tout ceci est assez perturbant, tout ces changements, tout bouge vite.

On doit adapter très vite, nos offres, nos services, notre propre manière de travail, de faire travailler ses salariés,  et différemment de ce qu'on faisait jusqu'à présent.

2
il y a 1 an par olivierChaillot

D'où deux attitudes possible : attendre et voir venir ... pour ne pas dire "subir" ou bien comprendre, anticiper ... pour ne pas dire "être moteur" ...

2
il y a 1 an par laetitia

Le changement peut venir de l'évaluation de Retour Social sur Investissement (SROI) des entreprises. En le calculant et en le valorisant, c'est tout le système d'évaluation des performances des entreprises qui pourrait être revu. 
On pourrait parler de valeur monétaire, et non plus uniquement d'argent ...
www.linkedin.com/pulse/quest-ce-que-le-sroi-po...

2
il y a 1 an par FredericLibaud

Un modèle social par définition est là pour ré-équilibrer les forces entres faibles et forts, au sens sociétale.

Le monde bouge, change, ... nous tendons vers un modèle qui fera qu'a terme il n'y aura plus certaines structures comme nous les connaissons actuellement. Il suffit de se plonger dans la lecture de certains auteurs visionnaires comme Isaac Asimov, par exemple.

Je ne dit pas que ce sera mieux pour autant. Mais il est inéluctable que des évolutions vont venir, celles engagées vont êtres confortées.

Il ne faut pas pour autant oublier les plus faibles et les laisser sur le carreau. Ce sujet là est à la charge entre autre de nos élites, engoncer dans leurs contradictions.

1
il y a 1 an par olivierChaillot

A la charge de nos "élites" ? tu veux dire "édiles" ? et si oui, ils ne sont que le reflet de ceux qui les placent là ! Donc c'est à nous de décider du mandat que nous voulons leur donner et donc de définir la société que nous voulons ... enfin, c'est mas conception de la démocratie ;)

quant à un modèle sociale qui aurait par définition mission de ré-équilibrer ... alors là, je te trouve optimiste ou aveugle ...

2
il y a 1 an par FredericLibaud

On peu considérer que nos "élites" sont en quelques sorte des "édiles".

Quand on a une fonction représentative, que l'on a démocratiquement été élu. On est représentatif de l'ensemble. Ce qui veux dire que l'on doit se préoccuper du bien commun de cette ensemble... et non pas du sien !

En effet, ce sont nos choix qui définissent nos modèles... Il ne faut donc pas croire certaines sornettes mais, ne pas être aveugle non plus. A la finale il faut rester positif et donc optimiste, car sinon tout cela n'a plus aucun intérêt pour l'humanité en générale.

1
il y a 1 an par EURLLSCONSULTING

Doit-on abandonner au bord de la route ceux qui, pour ds raisons diverses et variés n'ont plus rien ?

Et si c'était vous, moi, reconsidéreriez -vous la question ?

Non, on doit ne pas abandonner, mais on doit disposer d'un modèle économique capable "d'être aidant" sans tomber dans un assistanat démesuré.

En revanche, veut-on, ou du moins, nos pouvoirs politiques et financiers veulent-ils de ce changement de modèle économique, modèle qui les engraissent inconsidérément ?

Moi, personnellement, je le veux, il y a d'autres voies inexplorées que l'on pourrait tenter...

1
il y a 1 an par olivierChaillot

j'ai toujours été étonné de la manière dont les pauvres sont progressivement devenus des assistés et que toute solidarité deviens une charge ou que ce sont nos édiles qui sont responsables de la situation et non nos votes ...

3
il y a 1 an par EURLLSCONSULTING

Oui, je suis bien d'accord avec toi, mais n'y a t-il pas une logique économique la dessous ? je m'explique :

Sur le postulat que l'entité économique veut toujours augmenter ses marges, sa rentabilité et donc ses dividendes, elle compresse au maximum sa masse salariale (moins de taxes ceci et de taxes cela, plus de robotisation, de numérisation) donc renvoie le financement à l'Etat ou à la  collectivité territoriale...qui en fait des assistés....
Je te rejoins  sur l'idée que les votes n'y font rien, c'est une question de pouvoir économique doté de responsables intéressés...
Pas drôle, mais ça tient debout !
 

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.