Beaucoup de choses tournent autour de la crise du salariat ... et de nouveau nous arrivons à un sujet "recurrent" : le clivage générationnel .......
Je suis loin de penser cela car perso je ne demande pas l'age des personnes avec qui j'échange, qu'ils aient 15 ans ou 94 (comme Edgar Morin) je me fiche de ça ... ceci étant cela est très ancré tel un préjugé .... j'opte pour l'état d'esprit et non pour l'age ... Et vous ? qu'en pensez vous ? Alors que nous sommes en pleine mutation ?
Depuis de nombreuses années je suis effarée que ce préjugé soit encore là ! je disais, il y a 6 ans, à l'ancien DRH d'Air France, que le problème générationnel était maintenu voir créer par les organisations ... car à l'heure du numérique, il ne me semble pas que ce soit l'age qui importe mais plutot la pertinence de l'échange (Jean Marie Pelt, Edgar Morin, Joel de Rosnay, Pierre Levy, Michel Serres, ont passé la barre des 75 ans - 2 générations d'écart avec ceux de 20 ans ?) et pourtant !!! ils sont loin d'être des idiots (je pourrais vous en citer plus au regard de mes références .. mais ce serait trop long !) ....
Ne s'agirait il pas plutot d'un "état d'esprit" .... car lorsque je regarde le mouvement des relations humaines/ celui du potentiel humain - l'école de Palo Alto crée en 1950 ... mouvement qu'il aurait certainement mieux valu suivre plutot que l'autre qui a appuyé le "Fordisme et Taylorisme".. l'un pronant l'humain, l'autre pronant le profit ...
Lorsque je vois tous ceux qui sortent de l'ENA (je pourrais en citer plus aussi) .. qu'ils aient 20 ans ou qu'ils en aient 60 ou 75 ..; ils sont formatés de la même manière ..
Est ce donc une question de "génération" ? ou de formatage ?

intergenerationnel rupture formatage
6
2

8 réponses

il y a 4 ans par Julien_
Je ne comprend pas le raisonnement.
Le fait qu'il y ait des exemples de personnes de plus de 75 ans qui soient largement plus pertinentes que la majorité des moins de 30 ans ne prouve pas que l'age n'a pas d'influence d'un point de vue statistique.
Tout comme le fait que certains fumeurs vivent plus de 100 ans ne démontre pas que le tabac n'influe pas sur l'espérance de vie.
Toutefois ça prouve que s'il existe un clivage, il n'est pas de 100%, et effectivement, ça mérite une considération, au cas par cas, de chaque profil.
Après, je trouve aussi que la question du "formatage" est délicate. Par exemple, il y a des gens très brillants qui ont réussi sans diplôme (Abraham Lincoln, Richard Branson, Steve Jobs,...) pourtant on voit presque toujours un diplôme exigé sur les offres d'emploi.
Peut-être que statistiquement il y a plus de talents diplômés que de non diplômés. Du coup on a moins de chances de se tromper en prenant un diplômé, et on a moins de profils à examiner.
Peut-être que c'est pareil avec les générations ? Peut-être qu'on a plus de chances d'avoir un candidat qui maitrise les outils numériques et les méthodes modernes s'il a moins de 30 ans. Dans ce cas, on gagnerait aussi du temps en étant "discriminatoire".
Maintenant je ne vois aucune étude qui montre que "les moins de 30 ans maitrisent mieux le marketing sur Instagram et sur Pinterest que les plus de 50 ans", et du coup je n'ai que mon opinion, qui est malheureusement affreusement biaisée...
5
il y a 4 ans par vivianekerboeuf
Hello,
Merci pour cette belle interrogation !
Je partage totalement ton point de vue sur l'intérêt très relatif du concept de clivage générationnel. Il y a de l'intérêt à considérer que c'est plus complexe ! Par exemple, en utilisant les concepts du philosophe habermas sur l'agir stratégique et l'agir communicationnel. Ces références conceptuelles ont été reprise par l'économiste Calori pour décrire la dynamique des organisations : certains sont plus enclin à agir, obtenir des résultats concrets et plutôt immédiats dans des logiques d'acceptation du pouvoir et des necessicité de productions. D'autres seraient plus sensibles aux apprentissages collectifs, à l'innovation, la remise en question...et sont plus dans l'échange. Le formatage du taylorisme renforcé par le système capitaliste a effectivement structuré un modèle d'organisation de type très stratégique : chacun occupe une place dans le système et participe à son équilibre et la reproduction du système...
L'élévation du niveau de culture générale et les limites du système capitalistique (chômage, épuisement des ressources, financiarisation de l'économie...) redonnent une place plus visible aux "communicationnels" d'autant plus que les " stratégiques" commencent à ressentir les limites du système....
J'ai l'impression que c'est la mutation de la société et de l'économie qui révèlent aujourd'hui plus qu'hier des profils recherchant le sens des actions, le plaisir du partage et de la "belle" réalisation collective. Les jeunes, qui sont la génération des plus formés et celle qui a le plus de mal à s'insérer professionnellement, concentrent alors ce type de profil, non pas contestataires ( j'ai pas l'impression qu'ils nous préparent un mai 68), mais individuellement exigeant sur le sens du projet qu'on leur propose.

Pour la question des outils informatiques, je pense que l'impact est beaucoup plus profond qu'il n'y paraît. Ces outils vont totalement modifier l'intelligence humaine. Pour info, un lien qui retrace l'origine du mot "ordinateur" à la place de computer. C'est surprenant et passionnant ! youtu.be/cEhOFmxugtA

Merci encore pour l'ouverture de cette belle réflexion !
3
il y a 4 ans par VeroniqueBOUTHEGOURD
Je partage complètement, Viviane .. et merci pour ces autres références (Habermas ... faisant aussi parti de mes "nourritures" intellectuelles et philosophiques notamment pour créer de nouvelles modalités d'apprentissages .. Je suis bien d'accord aussi, que les 2 générations qui suivent (ceux de moins de 25 ans) ne sont pas effectivement dans un Mai 68 ... et merci pour le lien .. C'est EXCELLENT !!!
1
il y a 4 ans par Jean_Philippe_RYO
Merci pour cette belle question :) @VeroniqueBOUTHEGOURD
(et pour l'hommage à Michel Serres que j'apprécie beaucoup)

Cette réflexion sur les différences entre les générations revient de manière récurrente en formation, en fonction des apprenants à former.

Je vous rejoins sur la relation à l'informatique et aux outils... je ne crois pas au fossé générationnel, les jeunes générations sont certes plus familières aux outils car nées avec... mais on a tout autant de génération X à l'aise avec l'informatique et les applications. C'est une question d'intérêt pour le sujet et de motivation pour s'y intéresser.

Pour autant, je pense qu'on a tout de même une différence de FOND sur les attentes... qui pour moi, va au delà du formatage (qui existe bel et bien).
Alors plutôt que de paraphraser un Canadien que j'aime beaucoup, je vous propose de regarder cette vidéo de Carol Allain, conférencier et surtout, expert du sujet :
www.youtube.com/watch?v=lC6Dll4TqR0

Si je m'en tiens au domaine de la formation, mon expérience converge vraiment avec ses propos.
3
il y a 3 ans par PiemGChaps
THE question!
C'est un sujet qui tourne depuis déjà de nombreuses années et qui, j'ai l'impression, suscite encore de nombreuses réactions dans l'attente d'une providentielle réponse de consensus.

Pour parler de vécu, il est clair que le sujet des générations dans l'entreprise existe. Mais je pense qu'il faut en préambule considérer ce sujet comme une force positive: tout le monde peut et doit apprendre de tout le monde indépendamment d'un age. Dans cette posture positive, il faut donc garder à l'esprit que chacun est important, et que malgré une différence d'age ou d'expérience, chacun se doit d'être attentif à l'autre.

Je me rappelle la fierté ressentie quand mon premier manager dans une entreprise de cosmétique (leader worldwide ;) ) me mettait en avant au cours de sessions de "reverse mentoring" au cours desquelles il était question d'apprendre à faire une screenshot à insérer dans un mail, ou encore apprendre à ces messieurs à se servir des réseaux sociaux. C'était super: une collaboration d'égal à égal dans laquelle chacun trouvait sa place, en toute humilité.

Ce fut le cas également avec mon second manager dans une entreprise d'énergie Française (leader également!), où celui-ci me présentait toujours comme son collaborateur porteur de projet, et non comme le stagiaire. C'est au contact de ce manager que j'ai appris le sens du travail collaboratif, dans lequel l'erreur à toute sa place car elle est synonyme d'amélioration. Petit à petit le projet se construit en ajoutant de la connaissance par phase successive. Là encore, un échange de compétences certain, et tout le monde apprends ensemble.

Je suis aujourd'hui en plein dans ce clivage générationnel en travaillant dans une grosse entreprise Américaine de gestion de données informatiques (une entreprise souvent appelée "Grosse Bleue" en anglais!), où ces générations se côtoient depuis très récemment. Face à cette montée de l'ère numérique, de la transformation digitale, du travail collaboratif générateur d'innovation, force est de constater qu'il faut s'unir, et se découvrir. Et cela se fait!
L'un s'amuse de voir rentrer des baskets dans son bureau, pendant que l'autre plaisante sur le port de la cravate, "plus si disruptive pour un attribut inventé aux environs de 1650". Et la collaboration se passe bien, les choses avancent, elles évoluent, les dés sont lancés et chacun oeuvre pour une amélioration/transformation.

C'est avec un immense plaisir que je trouve en face de moi des managers plus agés que mes parents qui se posent des questions afin de comprendre et de participer au changement de l'entreprise et l'arrivée de jeunes générations dans l'entreprise.

Je suis d'accord avec toi Véronique: c'est du 100% Etat d'esprit!

En conclusion: LA vidéo qu'il faut avoir vue dernièrement, une jeune fille brillante et sympathique, qui au travers du boson project (www.thebosonproject.com) casse certains préconçus: www.youtube.com/watch?v=gkdvEg1kwnY
3
il y a 4 ans par VeroniqueBOUTHEGOURD
Juste un peu d'historique concernant l'évolution vers le numérique !!
On se dit tous connectés ... normalement ceux qui usent et abusent d'internet le savent ... (toujours concernant l'intergénérationnel) .. y aurait il une sorte d'orgueil ou de prétentions (mal placées) de la part de ceux qui sont nés avec d'internet dans les mains... vis à vis de ceux qui sont nés en meme temps qu' internet, ou même de ceux qui l'ont vu naitre ? (et qui, pour une partie .. non seulement on suivit l'evolution, l'ont intégré dans leur approches, expériences et expertises ... Juste pour information internet est apparu en 1989 ! )

Les premiers ordinateurs sont apparus en 1946,
La première génération d'ordinateurs : 1939 - 1956 - le premier ordinateur personnel, fait en 1950 est Russe ...1952 IBM suit ...
Deuxième génération d'ordinateurs (1956-1963)

En 1957, le terme « Informatik » est créé par l'ingénieur allemand Karl Steinbuch
En mars 1962, le terme « Informatique » est utilisé pour la première fois, en France
Le terme « informatique » résulte de l'association des trois premières syllabes du terme « information » et des deux dernières syllabes du terme « automatique » ; il désigne à l'origine l'ensemble des activités liées à la conception et à l'emploi des ordinateurs pour traiter des informations

Troisième génération (1963-1971)
Quatrième génération : « Mini-ordinateurs », à partir de 1972 à la fin des années 1980

Le WWW est né en 1989 ! Cela n'a donc QUE 26 ans !! Les premières versions mettant en place ces idées apparurent à la fin des années 1950. L’application pratique de ces concepts commença à la fin des années 1960. Dès les années 1980, les techniques que nous reconnaissons maintenant comme les fondements de l’Internet moderne commencèrent à se répandre autour du globe. Dans les années 1990, sa popularisation passa par l’apparition du World Wide Web.
Les quelques générations qui précèdent on vu tout cela (bien sur tout le monde n'était pas branché ... ) ceci étant, elles ont vu tout cela naitre et se développer ...
Le premier « smartphone », l'IBM Simon, fut conçu en 1992 puis commercialisé en août 1994. (j'en eu un en 1996 !)

Actuellement ce qui se "développe" n'est QUE l'utilisation de ces moyens et outils ! rien de plus
1
il y a 3 ans par oimoci
Tiens, j'ai trouvé un indicateur Véronique ;)
www.presse-citron.net/les-jeunes-consulteraient...
1
il y a 3 ans par Julien_
Oui, mais je suis sur que toi tu regardes plus ton SmartPhone que moi. Donc cette étude est fausse.
2
il y a 3 ans par gmaison
Le clivage générationnel a toujours existé ... Les anciens ont toujours vu les jeunes comme des fauteurs de troubles en irrespect total de la tradition. Et pour les jeunes, justement, un rejet plus ou moins fort de la tradition et l'envie de faire autrement. Et ça, depuis l'antiquité, au moins ;)

MAIS, et c'est un schéma qui se retrouve dans presque toutes les situations d'interactions de sphères distinctes, il y aura toujours des éléments pour établir des passerelles, des ponts, des liens, pour faire des incursions les uns chez les autres et établir des connexions. Et ces éléments appartiennent à chacune de ces sphères (les "vieux" contre les "jeunes", les membres d'une communauté vers une autre communauté, ...). Même, biologiquement, c'est inscrit qu'une frange de n'importe quelle communauté humaine ira vers une de ces autres communautés pour instituer une diversification génétique. Ce schéma se retrouve en tout temps et en tout interaction, donc, d'espaces ou de groupes distincts.

Je dirais donc qu'il s'agit surtout d'individus dans des groupes qui ont cette sagesse de dépasser le paradigme du groupe auquel ils appartiennent pour voir ce qui se passe à côté.
1
il y a 3 ans par jpleclerc

Le clivage générationnel ? Un simple problème de communication entre un vieux con et un jeune con (ou inversement) qui ne veulent pas s'entendre !

2
il y a 2 ans par jefsey

Cela me semble assez limité :-) A relire cette ancienne discussion je me dis que j'aimerais la relancer car les mots "vieux" et "jeunes" me semblent trop peu nombreux dans un contexte où j'analyse au moins cinq ages. Par contre "con" me semble assez universel pour passer pour les humains, mais qu'en est-il des robots ?

2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.