Pour revenir sur certaines conversations sur l'innovation doit on vraiment se dire que l'innovation de rupture ne peut pas être portée par la structure existante . Les deux sont ils vraiment en opposition

accompagnement innovation societe
3
1

2 réponses

il y a 4 ans par oimoci
Sylvain, c'est selon moi structurel !
L'organisation de l'entreprise, pas son organigramme, mais l'ensemble des processus relationnels en son sein, a pour objectif le maintien et l'amélioration d'un business existant.
Elle ne supporte donc pas de sortie de route, d'erreur, de vide, de serendipite, une part d'inconnue... Au contraire, Taylor avait deja invente les prévisions, les budgets, .... Toutes ces choses faites pour optimiser les moyens mis en œuvre, pas pour innover, voire pour bloquer l'innovation. Il faut dire qu'au tout debut du 20ieme siècle, l'homo-collaboratus, n'avait pas forcément les mêmes attentes qu'aujourd'hui, et les marchés etaient moins concurrentiels et imprévisibles ;)
Même dans les entreprises libérés, l'organisation ne comprend pas et ne supporte donc pas l'innovation de rupture ! Elle considère que c'est une perte de temps et d'argent !
Alors, on a inventé les incubateurs... Même chez Poult !
Peut-être qu'Edgard Morin te convaincra plus que moi :
"Il faut sans cesse s’appuyer sur une avant-garde agissante. Il n’existe jamais de consensus préalable à l’innovation. On n’avance pas à partir d’une opinion moyenne qui est, non pas démocratique, mais médiocratique ; on avance à partir d’une passion créatrice. Toute innovation transformatrice est d’abord une déviance."
Et l'organisation ne supporte pas les déviances !!!!
6
il y a 4 ans par MickaelGUERIN
Il faudrait voir comment se sont passées les rupture de business de Nokia (du papier a l'électronique) ou d'IBM ou d'autres grosses structures ayant été capables d'innover et de se réinventer... Dans ces structures qui étaient les avant-gardes agissantes? Qui a amené les ruptures?
2
il y a 4 ans par GabrielPlassat
Cela rejoint ma question sur le dilemme de l’innovateur. L'intelligence collective d'une entreprise, sa culture viennent des personnes mais aussi des processus, des indicateurs qui progressivement structurent sa pensée, sa compréhension du réel. Même avec toute la bonne volonté, les personnes composant l’entreprise ont intégré ces processus. le "nous" est en Chaque personne. Et cette structure est un corps vivant, elle ne peut pas être modifiée sans résistance. Une façon est de créer une autre structure reliée au CEO, qui aura toute autonomie pour explorer le futur et se forger une autre culture.
3

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.