Blockchain, Supply Chain et Economie circulaire

Je recherche des exemples d'interfaces d'outils de supply chain à la Blockchain pour certifier la fabrication, la traçabilité de l'ensemble des composants, la logistique de tous produits à destination des consommateurs.

Dès aujourd'hui, avec les plate formes comme AirBnb, BlaBlaCar, Uber, les acheteurs et vendeurs peuvent être en lien direct entre eux, dans une totale transparence et sécurité dans les échanges de services, et demain avec la Blockchain de monnaies et de marchandises permettant de réduire les coûts et d’automatiser les flux d’échange de monnaies.

Mais ces plate-formes comme Uber sont déjà condamnées, car de nouveaux modèles émergent avec la technologie Blockchain qui va nourrir les nouvelles plateformes d’échange. Plus besoins d'intermédiaires, la communauté d'usagers sera elle même intermédiaire.

Imaginez la taxe Sacem par exemple, où chaque titre de musique joué partout dans le monde pourrait être associé à un identifiant numérique unique dans la Blockchain et où les taxes seraient prélevées sur de la consommation réelle de la musique et puis les reverser en tant réel auprès des auteurs. Il pourrait en être de même de chaque note de musique de chaque chanson pour en déterminer l'origine et éviter les copies.

La Blockchain (ou "chaîne de blocs") est une technologie permettant de tracer toutes données numériques de manière décentralisée et sécurisée dans des blocs distribués sur un ensemble de serveurs partout dans le monde. Aucun ne possèdant l'ensemble des données, donc très sûr et anonyme, mais la « Chaine de blocs » permet de conserver l'ensemble des opérations de manière transparente. C'est l'ensemble d'une communauté qui fournit les données d'une manière fragmentée, agrégée et certifiée infalsifiable par la communauté et la technologie blockchain.

En matière "Blockchain Supply Chain", chaque produit à l'unité, carton, palette, fut, conteneur peut être géré comme un Bitcoin. Traçable sur chacun des nœuds de la supply chain, de bout en bout, en utilisant la technologie Blockchain, tout sera historisé sur un unique registre partagé de la Blockchain. Cela évitera à chaque maillon de la Supply Chain d'avoir lui même à gérer son propre système de traçabilité et l'ensemble sera certifié par toute la filière de la fourche à la fourchette par exemple pour la filière alimentaire.

La traçabilité permettra également d’apporter un gain important aussi sur la partie réglementaire face aux nombreuses normes comme Reach au travers d'une fiche descriptive de chaque produit et de ses composants réalisée de manière collaborative sur toute la filière et reliée à un référentiel réglementaire,

Ce super-certificat sécurisé pourrait stocker toutes les sources, dates d'approvisionnement, de livraison de fabrication de produits alimentaires, médicaments, le nom de la personne ayant assemblé l’objet et tout l’historique.

Imaginez que l'on puisse tracer le type de viande et d'origine dans chaque lasagne, type d'huile de palme dans une barre chocolatée, le type et le traitement de fruits composant une confiture, le type de coton ou de peaux utilisés dans un vêtement, le type de cépage de chaque vin.

Pour les produits de luxe, les œuvres d'art, tout au long de la vie de l’objet, le nom des différents propriétaires pourrait également être tracé. Cela pourrait permettre également de connaître l’historique d’un véhicule de luxe ou de savoir toutes les transactions, s'il a vraiment appartenu à une personne célèbre ou non par exemple. Dans le domaine du service, il sera également possible d’intégrer un historique de réparations avant tout achat.

Car bien au-delà de la supply chain, la Blockchain pourrait apporter une réelle traçabilité pour le consommateur directement, notamment dans l'économie collaborative (certification de la propriété d'un bien, du bon entretien d'un véhicule pour Blablacar ou d'une maison pour AirBnb...). L'incursion de la blockchain dans les objets connectés (IoT) devrait apporter la sécurité nécessaire des communications des appareils connectés.

banques blockchain financement logistique supply chain
4
4

5 réponses

il y a 2 ans par EtienneZulauf

Bonjour,

La société SunChain trace la production d'énergie solaire de ses installations client avec de la blockchain : www.sunchain.fr/

2
il y a 2 ans par OlivierLuisetti

Merci beaucoup Etienne pour cette information

1
il y a 2 ans par martin

Je n'ai PAS de réponse mais je vais suivre cette conversation avec beaucoup d'intérêt. Nous venons de lancer un programme de "badges", c'est-à-dire, nous employons une entreprise privée (pour ne pas la nommer, Pearson), qui garantit la traçabilité et la confidentialité, pour les badges que nos "clients" vont pouvoir obtenir. Le premier badge est celui qui prouve que nous sommes membres de l'association, mais au-delà, il y aura des badges pour certifier que nous avons réussi tel ou tel examen. Les badges peuvent être partagés par exemple sur LinkedIn. Les employeurs peuvent donc vérifier ces badges, il n'y peut pas y avoir de falsification, c'est donc mieux que le CV traditionnel. Enfin, je dis tout ça, mais nous devons maintenant voir dans le réel, ce que cela donne. L'idée de faire la même chose mais par blockchain est donc très séduisante.

1
il y a 2 ans par OlivierLuisetti

Merci Martin pour ce témoignage.

En effet, nous envisageons la création d'un observatoire des usages de Blockchain.

Concernant ce badge pour le CV, pour certifier les parcours de formation et professionnels des étudiants, je l'étendrais également à tous les enseignants, formateurs de toutes les universités, écoles de commerce françaises et mondiales, organismes de formation.

Etant encore enseignant chercheur associé d'Ecoles de Commerce, mais ayant dispensé des formations plus de plus de 30 établissements de formation simultanément, c'était une tâche qui me prenait au moins 15 jours par an, pour gérer les dossiers administratifs pour pouvoir donner 20, 60 h par an dans chaque établissement. Une seule carte, certifiant mes références, mes réelles formations dispensées, les évaluations des étudiants et des formés sur une unique carte professionnelle certifiée me semblaient déjà à l'époque indispensable. Donc tenez moi au courant de votre projet également.

1
il y a 2 ans par olivierChaillot

Les applications

sont nombreuses et nous n'avons pas fini d'être surpris par celles qui vont apparaître dans les années à venir. Si nous prenons des sujets « à la mode » comme le revenu universel, on voit tout de suite l'intérêt de verser ce revenu dans une monnaie locale de type « kopeck » ayant cours sur l'ensemble d'un territoire national, et pour lequel il est envisageable alors de mettre en place un prélèvement libératoire.

Les effets de levier d'un tel système sont fort car la monnaie n'est utilisable que sur le territoire national et donc que pour des dépenses concernant des productions locales… Je vais de ce pas approfondir une telle idée et ne manquerait pas de venir l'exposé ici.

1
il y a 2 ans par OlivierLuisetti

Merci Olivier pour cette contribution, d'autant que je suis très investi également dans l'approche du revenu universel d'existence mais collaboratif, mais plutôt l'approche libérale, et économie collaborative. Nous sommes à la recherche d'un modèle économique plus réaliste que l'approche de la gauche qui ne vise qu'à doubler les impôts et faire exploser la dette publique. Cela pourrait donc faire partie d'une autre question que je vais poser à l'ensemble des Skillers

1
il y a 2 ans par FredericLibaud

Bonjour,

La Blockchain en est qu'à ses débuts, en dehors de l'aspect monétaire (bitcoin).

Quelques expérimentations ont étés ou sont faites entre autre dans le domaine de l'assurance. Toutefois, il n'existe pas à ma connaissance de solutions progicialisées.

1
il y a 2 ans par martin

PS je viens de découvrir www.hyperledger.org/ - mais je ne l'ai pas lu, donc mille excuses si inutile.

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.