La digitalisation du secteur bancaire entraine une baisse de fréquentation des agences bancaires. On le vit tous les jours, de plus en plus d'opérations sont possibles à distance alors pourquoi irai-je dans mon agence?
Mais alors que faire de tous ces espaces vacants?

Certaines banques à l'étranger ont déjà commencé à repenser l'agence bancaire de demain comme un lieu de vie communautaire: www.lesechos.fr/enjeux/business-stories/lenjeu-....

Une idée en laquelle je crois. Une agence qui devient un lieu pensé pour et par ses utilisateurs.
Cela suppose donc de connaitre les besoins des personnes gravitant autour de ces agences, des besoins qui changent en fonction que l'on vit à la campagne ou en centre ville, que l'on sois jeune, particulier ou professionnel.

Ma question est alors:
Skillers, Skilleuses comment définiriez-vous ce nouveau lieu de vie communautaire?
Quels services seraient à construire pour répondre aux besoins de la communauté?
Quels sont les besoins de tous les jours qui restent sans réponses?

Merci à tous ;)

banque open innovation innovation de service
4
5

6 réponses

il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Dans les besoins de tous les jours, qui restent sans réponse : des "écrivains" publics. Enfin, la version actualisée, avec une personne sachant utiliser à fond les avantages des services en ligne, sans oublier bien sûr tous les administratifs, cela à l'attention des populations peu technophiles, qui peuvent souvent avoir besoin de se dépêtrer de problèmes divers de manière efficace et sans délais.

À partir de cette idée il serait possible d'en imaginer beaucoup d'autres, selon la taille et la configuration des espaces à ré-allouer.
4
il y a 3 ans par EdouardMortier
Pourquoi pas y tester ton idée de co-MOOCking!
skiller.fr/question/9826
2
il y a 3 ans par HGAD_Consulting
Le tout numérique et la centralisation des services autant administratifs que des services publics au sein des gros acteurs déshumanise la relation, le service en lui-même, ce qui dévalorise totalement l'offre de service en elle-même. Cela vient en partie de notre droit social, fiscal, du travail, organisation des postes, marché de l'énergie, de l'eau qui est extrêmement complexe et dont le rendu via portail web reste limité car l'ensemble des cas particuliers n'est pas ou peu pris en compte. A cela on ajoute une couche économique d'optimisation de ces activités, que l'acteur soit public ou privé, et il centralise à qui mieux-mieux.
Tout cela pour arriver à la conclusion que ces agences bancaires ou d'assurances, en particulier dans les zones rurales peuvent être transformées en hub multi-services, un market place physique, orientés vers le client/l'usager et rémunérés au service rendu, ce qui devient possible avec les outils actuels de gestion commerciale full digitale; ce serait une caf'o'bancassurépicerimaciepostalotrésorerie..., avec une formation ad'hoc au préalable.
Cela créé du travail décentralisé, moins de flux dans les villes pour aller voir les administrations, utilities,... et plus de relations humaines. Le numérique adapté a l'homme et non l'homme adapté au numérique.
La eSanté va dans ce sens avec des concepts qui mettent la pharmacie comme point de santé, autant pour la visite médicale réelle ou à distance, les actes médicaux simples et l'achat de médicaments.
4
il y a 3 ans par EdouardMortier
On aurait donc des antennes d'administrations ou de service public en agences pour décentraliser et personnaliser le service. Cela en utilisant les outils digitaux si besoin: visio conférence, opérations à distance, etc...
L'idée du Hub Multi-services en agence revient aussi assez souvent!
1
il y a 3 ans par gfrancoisloyez
Perso j'en ferais bien un espace de coworking pour échanger avec les autres pro de mon territoire. En plus, quand je suis en déplacement (ou même en vacances mais que j'ai besoin de me connecter), je pourrais y aller - sans que ce soit un café bruyant, et comme la France a encore des banques dans presque toutes les petites villes, et même certains villages, why not ?
4
il y a 3 ans par gmaison
Cette réponse me plait beaucoup ! :)

En fait, si l'on regarde aujourd'hui comment fonctionne la plupart des sites de la "sharing economy" et autres relevant du même paradigme, ce sont des plateformes de services (entendre services par moyens) utilisés par des fournisseurs et des usagers. Les agences pourraient proposer simplement des moyens au service de ces relations, animer cet écosystème, etc.

J'aime beaucoup cette réponse ! :)
2
il y a 3 ans par EdouardMortier
La localisation des agences bancaires c'est sûr, est un véritable atout!

L'espace de co-working est une idée intéressante, pas uniquement pour échanger entre pros mais aussi avec les conseillers de la banque qui ont des compétences dans certains secteurs d'activités et sur les questions de financement.
Cela peut aussi être un espace de réunion pour des associations, groupes d'étudiants...
La banque a aussi un rôle à jouer dans la connexion des acteurs du territoire local pour créer des opportunités et partenariats. Un espace de co-working irait dans ce sens pour organiser des meetings, et brasser les étudiants, pro, start-upper, conseillers...

Pourquoi pas créer des "Espaces Skiller" au sein des agences, organiser des événements et être une plateforme physique d'échange entre des besoins et offres de compétences pro!
2
il y a 3 ans par gmaison
J'aime beaucoup le principe des "Espaces Skiller" ! :)

@oimoci, ça pourrait être sympa comme truc non ? à peaufiner ! :)
2
il y a 3 ans par oimoci
J'aime beaucoup l'idée également !!! Y compris l'espace Skiller ;)
Tout l'enjeu est encore une fois de passer du réel au virtuel et inversement...
3
il y a 3 ans par gmaison
@oimoci pourquoi ? c'est la compétence qui est recherchée. Le principe du Don de compétence pour un Don de compétence reste valable même en réel. La monétisation se fait au niveau de la banque. On pourrait alors imaginer que si un projet devait se créer "IRL", il pourrait avoir son extension (discussions, documentations, ...) sur Skiller dans un "espace" (sous-site ?) qui lui serait propre.

le principe du Don de compétence pour Don de compétence est "scalable" quelque soit le "lieu" et le dimensionnement du lieu. Son "espace de réalisation" est dans la relation, non dans la spatialisation...

Enfin, si j'ai bien compris... ;)
2
il y a 3 ans par olivierChaillot
La question n'a de sens que si le monde bancaire n'est pas régulé. Tant que la marge se fera ailleurs qu'avec les clients physiques, les lieux permettant la rencontre seront superflus ... mais si nous, collectivement, en tant que société, décidons de réguler le monde financier, de lui retirer le privilège monopolistique de créer la monnaie ... alors, les banques retrouveront elles le chemin de la rencontre de leurs clients ?
3
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Bonjour Olivier,

Crois-tu que les monnaies locales (sol violette, pyrène et autres) qui sont des valeurs locales s'appuyant sur une banque dite alternative, puissent être considérées comme une création de monnaie ? (Je n'ai pas d'idée pour ou contre, je souhaite juste un avis).
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
Bonjour Joyce,
les monnaies locales complémentaires fondantes représentent en effet une piste de réflexion intéressante. Il conviendrait sans doute d'avoir un débat "citoyen" sur le sujet. Plusieurs éléments font qu'actuellement elles ne peuvent se développer et donc ne peuvent représenter l'alternative attendue. D'une part, pour être pérenne elle doivent avoir un périmètre suffisant pour avoir une taille critique. A priori le minimum devrait être au niveau d'une région (nouvelle formule;)) voire des programmes interreg de l'europe. Ensuite elles devraient sans doute être porteuse d'une fiscalité qui permette d'intégrer l'ensemble des échanges dans le girons de la société. encore, elle pourraient être le bon vecteur pour la mise en place d'un revenu de base ... encore d'autres éléments pourraient être débattu ... comme leur réalité physique ou leur seule existence virtuelle ou leur convertibilité (et les règles afférentes) avec la monnaie européenne ...
le sujet est vaste ! et n'ai pas réservé à quelques marginaux ici ou là. La région MP (ancien modèle) a porté une telle réflexion et a même créé une association pour porter cette monnaie (le MIPYS devenu depuis OCCITO) : www.mipys.net/
affaire à suivre ...
1
il y a 3 ans par EdouardMortier
Bonjour Olivier,

Pas sûr d'avoir bien compris toute la démarche mais merci pour la réflexion, ca fait travailler l'esprit!

Petit rebond sur la réponse "Tant que la marge se fera ailleurs qu'avec les clients physiques, les lieux permettant la rencontre seront superflus".
Une partie des revenus de la banque sont issus de produits ou services contractés lors de rendez-vous physiques en agence. La qualité de l'accueil et du conseils sont donc indispensables. C'est pour cela que l'agence est au centre des débat pour l'améliorer de l'expérience client. Et elle doit bien entendu être améliorée.

Les nouveaux services proposés au sein de l'agence ne doivent pas forcement être financier!

Quand à la question de la monnaie locale, je ne suis pas expert sur la question. Mais si cela implique de changer de monnaie à chaque fois que je change de région au sein de mon propre pays. Avec des problèmatiques de changement de monnaie que l'on connait quand on voyage à l'étranger, alors l'idée ne me donne pas très envie.

Ps: Si mes souvenirs de cours de licence sont bons, l'acceptation d'une monnaie par une populaition s'est souvent fait par "la force" avec la mise en place d'impôt dans la monnaie visée. Les individus doivent alors échanger dans cette monnaie pour pouvoir payer l'impôt.
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
@edouardMortier, le principe des monnaies locales complémentaire fondantes (tous les mots ont leur importance) c'est qu'elle ne ne sont pas convertibles entre elles. Elle ne sont utilisables que sur la région où elles ont cours (Cf. le WIR en suisse). elle sont convertible dans la monnaie du pays (l'euro si nous regardons une zone que l'euroland) mais avec de telles pénalité de conversion que les détenteurs préfèrent dépenser localement.
quant à les imposer par la force ... si l'on regarde les expérimentations actuelle, ce sera plutôt les citoyens qui imposeront à leurs élus ...
sujet à suivre ...
je m'en vais poser une question sur le sujet ... partager sur ce thème pourrait s'avérer instructif ?
1
il y a 3 ans par JeanLestang
Je viens de demander sur Twitter son avis à Raphaël Krivine,

Je parie qu'il a plein d'idées sur le sujet. Il y a quelques années il organisait un concours d'innovation sur les API d'AXA Banque Soon, une agence 100% mobile.
www.digitaldonut.fr/soon-une-banque-100-mobile-...
2
il y a 3 ans par DidierdeThoisy
Merci à toi pour le lien :)
Intéressant ce contre-pied au tout numérique, plutôt cette complémentarité du numérique
2
il y a 3 ans par EdouardMortier
Une façon beaucoup plus interessante de repenser l'agence plutôt que de la placarder de panneaux digitaux avec les même informations qui seront disponibles sur mon smartpone ou sur les flyers disponibles à l'accueil de l'agence.
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.