Bonjour à tous,

Il y a deux mois, je découvrais un concept qui me semblait nouveau : la blue economy.

Grâce notamment aux commentaires des Skillos (merci, vous êtes vraiment géniaux !!!), j'ai creusé la chose. Plus largement, j'ai explorer l'économie circulaire.
www.ellenmacarthurfoundation.org/circular-econ...

Mes conclusions : c'est juste du bon sens, tout simplement. Mais la simplicité est loin d'être simple !

Me voici donc engagée dans un nouveau défi local :

  1. démontrer aux entrepreneurs que l'économie circulaire ne concerne pas seulement la revalorisation des déchets, mais qu'il s'agit bien d'une vision globale de la vie (des vies) d'un produit. De sa conception à sa mort (le plus tard possible, avec un maximum de résurrections en chemin).
  2. qu'il s'agit bien d'un système économique, et qu'il est possible de gagner (beaucoup?) d'argent en prenant soin de l'environnement (non, ce n'est pas sale de gagner de l'argent proprement !).
  3. argumenter auprès des institutionnels pour leur démontrer qu'une entreprise à mission sociale doit aussi (et surtout!) gagner des sous pour être pérenne sans subventions...
  4. sortir du cliché bobo chic et prouver que tous les citoyens y ont à gagner.

Expérimentez vous ce genre de choses en régions ? Sous quel format ?
Quels sont vos retours ?
Quels leviers d'évolution avez vous identifiés, quels freins ?

economie circulaire innovation lien social blue economy
6
7

4 réponses

il y a 2 ans par olivierChaillot

Du bon sens ? un peu réducteur pour un changement de paradigme de cette ampleur ! concevoir une réponse structurelle aux enjeux qui sont devant nous ne peux être réduit à du bon sens. C'est bien une modification structurelle de nos organisations dont il est question, un changement de civilisation.

Mais faire évoluer la structure de nos sociétés implique de modifier les règles. L'impact se fait donc sentir autant sur les fonctionnements (passer d'un modèle "extraire-produire-consommer-jeter" à un modèle où les déchets des uns deviennent de la matière première pour une autre activité, où l'usage devient plus important que la propriété, où "être" reprends le dessus sur "Avoir", ...

L'évolution ne pourra se faire sans une implication démocratique, sans une évolution (pour ne pas dire une remise en cause complète) des règles qui encadrent les activité humaines. Par exemple, cela induit une refonte de la fiscalité basée aujourd'hui sur la propriété, une réforme des règles encadrant nos déchets permettant de les utiliser pour produite "autre chose", une réforme des règles de répartition des richesses (communs ? revenu de base ? droit d'accès à ... ? monnaies complémentaires, ...), une régulation des activités humaines au profit de l'intérêt général, l'inclusion de contraintes sociales, environnementale, normatives, fiscales, ... dans les accords internationaux, ...

Mais il ne faudrait pas penser que cette structure de société soit la seule réponse possible ...

J'ai la chance de vivre dans une région plutôt en avance sur le sujet, d'ailleurs j'anime une conférence sur le sujet bientôt ; gipi.org/les-manifestations/evenements/conferen... si vous êtes dans la région.

Et voici plusieurs liens pour approfondir :

www.economiecirculaire.org/

www.coopek.fr/

www.organicvallee.fr/

www.organicvallee.fr/rencontres-r%C3%A9gionales...

A ta disposition ;)

5
il y a 2 ans par laetitia

Hello Olivier,

Par "bon sens", je faisait référence au bon sens paysan de mes grand parents, autrement appelé "économie de guerre"...C'est là où je trouve que l'économie circulaire est une modélisation moderne d'un concept vieux comme les civilisations... de l'abondance à la prise de conscience ...

Merci pour les liens, je vais regarder tout cela avec beaucoup d'attention !

3
il y a 2 ans par olivierChaillot

C'est vrai que ça peut s'apparenter à une économie de guerre ou de pénurie ... mais avec la prise en compte de contraintes en plus comme l'écologie, la démographie, la production alimentaire ou industrielle, ... disons alors plutôt une économie frugale où l'intérêt général est plus important que l'intérêt individuel ...

2
il y a 2 ans par SebastienHordeaux

Le CJD avait travaillé sur le sujet, en contactant le national ils pourront probablement t'orienter vers de bons contacts.

www.economiecirculaire.org/static/h/economie-de...

3
il y a 2 ans par gregory

L'économie collaborative a eu la cote il y'a 2/3 ans et puis ça s'est un peu essoufflé, entre les entreprises et associations qui ont surfé sur la tendance et ceux qui adhéraient déjà à ces principes (tu l'as dit, c'est du bon sens). Mais quelques startups ont émergé, des initiatives plus ou moins intéressantes...mais peu de choses solides en France j'ai l'impression, alors qu'aux USA ça reste encore trendy.
La blue economy a l'air d'en être une émanation portée uniquement sur l'environnement, c'est intéressant mais encore une fois c'est une niche tant dans le mode de pensée que dans son application concrète (particulièrement en terme de business) - même si paradoxalement, la majorité des gens seront d'accord pour qu'on arrête de défoncer notre planète...

En revanche, gros bémol: Idriss Aberkane qui a fait une partie de sa réputation là-dessus avant d'essayer de révolutionner la pédagogie et la psychologie, or cet homme est une fraude, mais c'est un autre débat.

Je serai ravi de creuser le sujet, es-tu intéressée par un/des secteur/s en particulier ?

3
il y a 2 ans par laetitia

Hello Gregory !
Je m'intéresse particulièrement aux applications concrètes de l'économie circulaire pour des TPE/PME.
Je cherche des exemples de business models solides qui leur permettront d'augmenter leur CA tout en réduisant leur impact environnemental.

Je vis sur une île, où la grande majorité des ressources et des produits sont importés. Il est donc théoriquement facile de trouver des structures de coûts réductibles par le développement d'une économie locale.
Or, ce n'est pas si évident en pratique. Les freins classiques au changement sont particulièrement forts ("ça marche bien comme ça, pourquoi se casser la tête ?""la producteurs locaux sont plus chers que l'importation de gros", etc.).
Je suis convaincue qu'une argumentation purement économique aura plus d'impact à court/moyen terme qu'une éducation à la prise de conscience écologique (qui doit être menée en parallèle,certes, mais ne devrait pas le coeur de la communication). La concurrence est rude, la différenciation par le prix est de mise.

Je cherche donc des exemples chiffrés de comparaison entre l'économie linéaire et l'économie circulaire, à l'échelle des petites entreprises.

Mon objectif est de déterminer si les modèles d'économie circulaire sont réellement rentables pour permettre un développement pérenne des petites boites. 

As tu des pistes à me conseiller ?
Merci !

3
il y a 2 ans par EURLLSCONSULTING

L'idée est pleine de bon sens mais sera rattrapée par la réalité !  Les enjeux colossaux qui nous entourent poussés par des lobbyistes de tout poil !

Nos  politiciens et décideurs ne nous montrent pas l'exemple, l'environnement est le cadet de leur soucis, en revanche, ils savent nous culpabiliser parce qu'on ne respecte pas le tri sélectif (par exemple)  ?

Mais que font ils eux ? A part des réunions de 150 chefs d'Etats accompagnés d'une bonne douzaine d'invités au quatre coin de la planète, par avions !!!!!!! Des cortèges de 10 à 30 voitures (grosses de préférence) pour trimbaler ces messieurs et mesdames ?

 Mais que font ils eux ? A part repousser la fin de l'utilisation des Monsanto, Pionner et autres ? Ha oui, chez nous, on ne met plus le "roundup" en rayon, il faut le demander à l'accueil !

Mais que font-ils eux ? A part supprimer les trains de nuits pour les remplacer par des bus "Macron" ?

Mais que font-ils eux ? A part prolonger le déversement des boues rouges en Méditerranée au mépris de la faune et flore marine, tout ça pour protéger l'emploi ?

Mais que font-ils eux ? A part favoriser les fermes au mille vaches qui ne respectent pas la législation en vigueur au mépris de nos petits éleveurs ?

Mais que font-ils eux ? A part favoriser la construction encore  plus grande et plus folle de zone commerciale sur des terres qu'ils ont eux même déclasser pour y arriver ?

Mais que font-ils eux ? A part s'arquebouter à la construction de NDDL, originairement prévue pour le Concorde qui ne vole plus depuis 10 ans ? (Pour rappel il y a plus de 470 aéroports/aérodromes en France, nous sommes Leader Européen en la matière, ce qui représente 1 tous les 50 kms...)

Et j'en passe....

Oui, vous avez raison, l'idée est très honorable mais nos décideurs......

1
il y a 2 ans par olivierChaillot

C'est vrai, c'est la faute des autres ! parce que voter (ou pas) dédouane de toute responsabilité, délègue aux autres la décision et donc la responsabilité ... Parce que voter (ou pas) dédouane de toute capacité à réfléchir, à décider, à agir ... parce que votre (ou pas) transfert aux autres nous dispenserait de tout esprit critique, de toute capacité à comprendre et à agir ... Parce que voter (ou pas) nous affranchi de toute évolution de nos comportements ...

Oui, vous avez raison, l'idée est honorable et va "nous" permettre de ne rien faire ... et bien sûr "nous" plaindre parce que c'est la faute des autres ...

2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.