Ou plus simplement : Toute entreprise peut-elle prétendre à la construction d'une communauté autour de sa marque ?

De nombreuses entreprises tentent de créer un engouement auprès de leur marque à travers l'animation de réseaux sociaux et canaux de communication bilatéraux, sans jamais pouvoir espérer transformer cet outil de rétention en véritable communauté autour de leur marque.
Quelques auteurs ont étudié l'émergence et la structuration de ces communautés, quand d'autres auteurs ont porté leur attention sur les effets positifs sur la consommation et la rétention du consommateur membre de la communauté. Néanmoins, peu de travaux n'ont encore tenté de connaître les points communs des entreprises comme Nikon, Apple ou bien Le Bon Coin ayant réussies à construire un lien communautaire fort, et ceux, en fonction des caractéristiques de l'entreprise, de son produit et de ses consommateurs.

J'aimerais donc savoir ce que vous, les skiller, en pensiez ? Si vous cherchez à construire une communauté de marque ou vous en avez déjà une et voulez disucter de ses perspectives d'évolution, je cherche à interviewer des profesionnels dans le cadre de mon mémoire, lors d'un entretien téléphonique de 20 à 30 minutes, idéalement dans les deux prochaines semaines.

Vous pouvez me contacter par mail f.ramone-dupre@esc-montpellier.com ou directement en commentaire.

Bien à vous les Skillers et merci !

communauté virtuelle travail de recherche
3
5

2 réponses

il y a 3 ans par ChristopheFantoni

Il faut environ 10 ans pour imposer une marque dans l'esprit des consommateurs. Ce n'est donc pas quelque chose d'immédiat. Loin de là.

2
il y a 3 ans par FlorianRamone

Oui, c'est certain cela prend du temps! Si les actions marketings portent leurs fruits, autant par l'amélioration de la notoriété et de l'image, et que in fine l'entreprise arrive à crére une communauté autour de sa marque, les dividentes potentiels sont énormes et ce pour un faible cout (donc très bon ROI)

1
il y a 3 ans par SauzetFrederic

En complément à nos échanges !

UbiSoft Montréal fait l'objet de recherches universitaires, sur ce thème. Ils ont notamment mis en place un "middlegound", un espace à mi-chemin entre le monde de l'entreprise (orienté résultats et action : le upper-ground) et le monde des purs créatifs / artistes (orienté exploration, créativité, chaos, ... l'underground). UbiSoft "se contente" d'aider à l'émergence de ce middleground. Concrètement, UbiSoft :

  • paie des espaces mis à la disposition d'artistes, qui y font librement ce qu'ils veulent (expo, répétitions, travaux, ...),
  • aide à l'organisation d'évements, de rencontres
  • permet à ses salariés d'aller y passer du temps

Pour la théorie :

www.erudit.org/revue...

www.hec.ulg.ac.be/si...

dimetic.dime-eu.org/...

Renault a aussi investi dans ce type d'approche, via une communauté à laquelle participents des personnes de chez Renault et aussi plein d'autres personnes d'autres sociétés éloignées du monde de l'automobile. Parce que ce "middleground" se réunit autour du thème de la mobilité, qui est plus large que l'automobile. Et donc il y a des gens de la RATP, SNCF, Total, .. et aussi La Poste, Essilor !, L'Oreal !!, + des universitaires, des philosphes ...

2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.