Bonjour à tous,

Voici une réflexion que j'ai depuis longtemps. Le domaine du numérique et du conseil amènent beaucoup d'actions non rémunérées.
- don de licence
- projet open source
- animation de conférences non rémunérées

Où est la limite entre le geste commercial et la vente à perte ? Quand est ce que "rendre service" peut être considéré comme une vente à perte ?

Globalement c'est le problème avec l'économie du partage chère à @oimoci, pourquoi n'est ce pas considéré comme de la vente à perte ?

economie du partage open source partage pratique commerciale
6
4

3 réponses

il y a 3 ans par Flo_Mo
Bonjour @Julien,

Cela dépend de l’intention qu'il pourrait (devrait) y avoir derrière les termes "rendre service" et "actions non rémunérées" ...

Le garagiste fait souvent payer le devis (ou plutôt le diagnostic de panne) au temps passé, mais à l'inverse, un bureau d'études charpente métallique ne fait pas payer pour l'étude de faisabilité d'un bâtiment malgré le temps pris pour le calcul de résistance et le tonnage du bâtiment.

Conséquence si l'affaire ne se fait pas = "actions non rémunérées" ou pas ..., car s'il n'y a pas de calcul, il y a rupture avec le client qui ne voudra pas payer pour avoir un devis contrairement au garagiste. Donc là l'action non rémunératrice est de l'ordre de l’amorçage d'affaires, après il est question du choix du "commerçant" de faire ou non payer ses actes ... Et là, en fonction des facteurs externes tout est imaginable, l'inverse étant également vrai pour les facteurs internes que tu introduis dans la notion d' "actions non rémunérées", donc cela dépend de l'intention que j'ai a priori.

Il serait donc question du choix opéré par le dirigeant aidé du contrôleur de gestion, manager, ... (ou comptable) dans l'affectation de ces charges, donc dans le pilotage de l'organisation : on peut repartir les charges comme des frais ré-allouées a priori sur toutes les affaires si non contractées mais sur quelle laps de temps, ou sur l'affaire si contrat, ou on peut encore, les considérer comme des charges fixes (salaires payés pour x heures de travail peut importe sa nature) ? C'est un choix comme l'amortissement 3 - 5 - 7 - 10 ... ans. Rien ne nous empêche non plus de considérer l'immatériel comme un investissement (Cf. la formation continue considérée comptablement comme non amortissable, nous pouvons imaginer que pour le lancement d'un nouveau produit, elle sera amorti sur 2 ans dans la balance économique de ce projet qui servira de pilotage du projet et la fixation du prix de vente par exemple, via des indicateurs de produits et charges).

Quelque soit le choix gratuit ou non, il semble important pour le pilotage de l'entreprise et la responsabilisation de chacun des acteurs de connaitre la valeur des choses (le fameux combien ça coûte ?). Il en est de même pour la prospection des commerciaux : que faire des frais kilométriques pour aller conquérir de nouveaux clients ? Perte d'argent ou création de potentiel ? L'important est d'en tenir compte au risque comme tu le suppose de fonctionner à perte...

Le temps passé à tenter de faire avancer la réflexion dans ce post, me permet-elle d'être sur un bilan positif ?
Oui, si cela contribue à démultiplier la valeur créée par cet échange (réciprocité : demain je serai ravi d'être accompagné dans une de mes réflexions ; notoriété : je peux être intéressé par le like, par le gain de "points" skiller, par le fait que tu me contactes pour aller plus loin ; bienveillance : j'ai envie d'essayer de faire avancer les autres : autre forme de récompense ...)
Non, si je ne trouve pas d'équilibre entre le temps passé et les retombées envisagées (argent, notoriété, reconnaissance, sentiment d'appartenance à un groupe, ...)
3
il y a 3 ans par PascalW
Bonjour
Selon moi il faut distinguer le fait de vendre des biens en dessous du prix d achat (pratique très encadrée) et les gestes commerciaux
Sur le don de licence, il faut bien faire attention aux termes de celles- ci (on ne peut pas tout céder)
Pour l open source ca ne veut en aucun cas dire gratuit. Ne serait ce que la compétence pour les mettre en oeuvre se paie, souvent assez chère.
L animation d atelier ou de conférence doit être vu comme une action commerciale.
Je suis dans ce milieu depuis une vingtaine d années et mon constat est simple: un cadeau doit remercier un client, une remise sa fidélité et le volume affaire mais offrir pour démarrer c est scier la branche. Il y a toujours quelqu un qui commence... Et on ne pourrait plus vivre de notre métier puisqu'il y aura toujours quelqu'un pour le faire à l oeil.
Mon approche du partage est dans une entre aide pour répondre à des questions ou des problématiques. Pour échanger sur des approches mais je n espère pas pour que les gens bossent gratuitement et tuent le marché pour tous.
Concrètement, si tu as besoin de conseil sur une méthode de déploiement, je vais de donner mon avis et nous pourrons en débattre. Si tu offres tes déploiements ne serait ce que pour lancer ton activité, les autres auront du mal à survivre, l expertise se perdra et plus personne ne pourra t aider la prochaine. Tu seras toi même en difficulté.
La boucle sera bouclée
2
il y a 3 ans par djoke
j'allais commencer une longue réponse mais en fait voir "Benjamin Jean, L’évolution des licences libres et open source : critères, finalités et complétude?" ( framabook.org/histoires-et-cultures-du-libre/) qui explique déjà tout en détail.
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.