Quelles en seraient ses composantes principales ? Contenu du poste, profil d'entreprise, valeurs, degré d'autonomie, style de management ...etc.?

innovation manageriale valeurs motivation
8
5

20 réponses

il y a 3 ans par RomainChambonnier
Pour moi cela commence déjà par une entreprise qui partage les même valeurs que moi sans ça impossible de se sentir bien au travail. Deuxièmement l'entreprise aura un profil de startup/PME de mes expériences je trouve que l'environnement est plus stimulant.
Ensuite le poste doit proposer des tâches variés pour éviter de la routine (ne pas remplir des lignes de tableur excel à longueur de journée par exemple). Ce poste doit pouvoir me permettre de m'exprimer librement et d'être force de proposition et surtout d'être écouter. Qu'on me dise oui ou non cela n'a pas d'importance, je veux juste qu'on me dise pourquoi... sans quoi pas d'évolution possible. Enfin je veux sentir que ce que je fais est important et utile pour l'entreprise/ses clients, et je veux être moi et non le numéro 536...

Voilà ma vision très personnel du travail idéal.
9
il y a 3 ans par Gerald
Juste un petit détail qui ne transparaît pas dans vos descriptions, même si je les trouve pertinentes et que j'adhère à pas mal des idées énoncées: le salaire ! Pour ma part, quel que soit l'environnement et l'intérêt du travail, s'il n'est pas accompagné d'une rémunération minimale, qui permet de s'épanouir dans sa vie personnelle, en dehors du travail, ce n'est pas le job idéal ! En résumé, n'étant ni rentier, ni un gagnant de l'euromillions, je ne travaille pas pour la gloire.
9
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Très juste ! Merci Gerald pour cette précision !
2
il y a 3 ans par MarcBoyer
Un environnement qui permettrait à chacun d'exprimer sa créativité (pas tout le temps, pas dans tout les sens, mais le mieux et le plus souvent possible) serait favorable à l'épanouissement personnel professionnel.
Une organisation où chacun serait acteur (mais acteur constructif) serait favorable à la responsabilité.
Un employeur qui proposerait d'autres modèles que "fais vite" serait favorable au sens du travail (bien) accompli.
Des espaces (espaces physiques et espaces temps) propices à la méditation permettraient de relever tous ces défis : Etre soi, acteur responsable et créatif, heureux du travail bien fait. Une route encore longue ? Pas si sûr !
On commence quand ?
7
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Tout de suite !!!! ;)
3
il y a 3 ans par oimoci
CEO de Skiller ;)
Une entreprise libre !!!
7
il y a 3 ans par FlorieBousquie
Romain, je crois qu'on partage cette même vision, comme beaucoup de personnes !
Par rapport à mes expériences qui ont mêlé plusieurs de ces aspects : polyvalence, PME, bonne structure... je suis donc tentée d'ajouter : des objectifs clairs, définis conjointement avec son supérieur. Ils permettent de savoir où l'on va, de savoir si on est sur la bonne route ou pas, si on est efficace ou pas. Et je crois que le principal facteur de motivation est là, en tous les cas pour moi. Sans ça, il est trop facile, surtout quand on a plusieurs missions à son actif, de souligner un retard sur le dossier A quand vous êtes sur le B et inversement (pour caricaturer).
6
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Merci pour vos réponses enthousiastes.
En ce qui me concerne, il est important de pouvoir travailler et évoluer au sein d'équipes pluridisciplinaires, en circuit ouvert, où chacun peut s'exprimer et être entendu (tout comme toi Romain) et promouvoir ainsi l'intelligence collective. Il me semble essentiel également de pouvoir alterner le travail productif individuel, le travail collaboratif, le développement de soi et la recherche en innovation sociétale.
La semaine type idéale pour moi serait donc : 2 journées de travail individuel productif / 1 journée en projet collaboratif entreprise/ 1 journée en développement personnel (méditation, yoga, coaching, art thérapie etc.) / 1 journée R&D en innovation sociétale (projets citoyens collectifs dépassant la sphère de l'entreprise).
Evidemment cela implique une entreprise apolitique, sans querelle d'ego ni lutte de pouvoir, une hiérarchie réduite à son plus strict minimum, mais avec une vision claire et partagée. J'aime assez par ailleurs l'idée de parrain/mentor qui guiderait et accompagnerait les jeunes recrues, mais aussi d'intégrer qu'un salarié heureux bosse plus et mieux 2 à 3 jours par semaine que 5 jours en climat toxique !!
6
il y a 3 ans par samiraSeltani
Et oui Vive l'entreprise libérée ! Pour ceux qui ont visionné le super documentaire sur ARTE "le bonheur au travail" il y a de très beaux exemples d'entreprises qui ouvrent la voix sur un nouveau chemin comme pour la France les sociétés Poult, FAVI ou Chrono flex . Et encore mieux en Belgique avec le ministère de la sécurité sociale où les salariés sont en télé travail 3jrs/semaine et sont évalués sur objectifs et non plus sur un nombre d'heure de travail a réaliser.
5
il y a 3 ans par DidierdeThoisy
Je rejoins l'ensemble des réponse, j'y rajouterai un point : Un espace ou les enfants ont leur places, peuvent venir facilement sur le lieu de travail de leurs parents. Ne pas envisager le lieu du travail comme "réservé" à ceux qui y travaillent.
6
il y a 3 ans par BerangereTouchemann
Celui qui a du Sens ?
4
il y a 3 ans par gmaison
Pour moi, ça ressemblerait à ce que dit Carlos Diaz dans cette vidéo : www.we-love-entrepreneurs.com/we-love-entrepren... de la minute 1:22 jusqu'à 4:00.

Car il recoupe d'être à la fois celui qui tire dans la direction (la vision) et dans celui qui pousse (pour développer et aider ses collaborateurs à s'épanouir).

:)
3
il y a 3 ans par FranckLenoir
Celui que l'on choisit
2
il y a 3 ans par jpleclerc
Le mien...
3
il y a 3 ans par AlainPatoux
Chacun peut avoir sa propre vision du job idéal. Cela dépend de ses attentes, des ses motivations et/ou de ses passions.
Pour moi c'est avant tout un métier dans lequel on prend du plaisir, pour lequel on le lève avec envie.
Certes l'environnement de travail joue un rôle important mais il peut changer du jour au lendemain pour X raisons.(changement de dirigeant, développement de l'entreprise, difficultés économiques...) donc à prendre en compte, mais pas que...
Autre élément à intégrer (c'est un vieux qui vous parle), votre perception du job idéal va évoluer avec le temps car votre mode de fonctionnement et attentes vont évoluer avec l'age, il y a des choses que vous acceptiez à 25 ans et que vous ne tolérerez plus du tout à 40 ans.
Et puis pensez à gagner "beaucoup d'argent" car je pense que dans les années à venir vous en aurez sérieusement besoin si vous ne voulez pas travailler jusqu'à 80 ans. Et la le job idéal ??
2
il y a 3 ans par BenoitZELLER
Un travail qui ne porte pas son nom, un travail où je n'ai justement, jamais l'impression de travailler :D
2
il y a 3 ans par PiemGChaps
Un job où son ordinateur de bureau est au moins aussi puissant que son ordinateur personnel de maison...
Un lieu où il est agréable de travailler car l'environnement est dynamique, un lieu où ses collaborateurs ont plaisir à venir travailler: bref avec une ambiance positive!
Un job dans lequel on peut à la fois bosser pour l'un, pour l'autre, mais aussi pour soi! Où la collaboration est de mise, tout comme la pluridisciplinarité!
Un job où chacun peut s'exprimer, et surtout un lieu où l'on agit!!
2
il y a 3 ans par SylvainFerry
Pour moi le job ideal s' articule autour de 3 grands points:
Le projet ou l'entreprise
les hommes aussi bien le leader que les équipes
l'argent et la je rejoins Gérald!
Tout cela doit permettre d'apprendre de découvrir de se dépasser
2
il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Beaucoup de choses dites que je partage !
J'ajouterais un point qui compte beaucoup à mes yeux : être dans une entreprise qui sache donner du sens, qui sache raconter et partager le sens de l'histoire que l'on va vivre ensemble. Prisme indispensable pour comprendre, adhérer et faire adhérer, motiver et unifier, fédérer et canaliser efficacement volonté et créativité ;)
2
il y a 3 ans par ReneDEMAREZ
Ice scream server à Bondi Beach :) .....blague à part, le job ou la passion peut s'exprimer avec en résultante, l'épanouissement personnel et collectif.
2
il y a 3 ans par ReneDEMAREZ
Ice scream server à Bondi Beach :) .....blague à part, le job ou la passion peut s'exprimer avec en résultante, l'épanouissement personnel et collectif.
2
il y a 3 ans par HGAD_Consulting
Comme on parle d'idéal, le job parfait est intéressant, varié, permet de s'épanouir, de progresser, d'être reconnu par son travail et en tant que personne, rencontrer d'autres vues, personnes, cultures, et doit être en accord avec mes valeurs personnelles, doit rendre service à l'entreprise et apporter à mes collègues. Mon job doit être évolutif avec la société, l'entreprise, les clients, mes besoins personnels et bien sûr être rémunéré à un niveau acceptable de tous.
2
il y a 3 ans par GuillaumeROBERT
Un job épanouissant où chaque salarié aurait une véritable plus-value au sein de l'entreprise. Des missions intéressantes, et bien sûr, un salaire convenable, car on le sait aujourd'hui, la retraite sera pour beaucoup d'entre-nous un doux rêve inaccessible.
Mais fort de mes "mauvaises" expériences passées, un boulot où on ne prend pas le salarié, quel que soit son niveau dans la hiérarchie, pour un simple pion que l'on presse comme un citron et que l'on remplace une fois terminé.

Enfin, une boîte où il y a un réel équilibre entre ce que l'on donne et ce que l'on reçoit en échange. Que si l'on nous demande de faire 50h par semaine ou que la mission le nécessite, que le patron ne vienne pas sucrer 2h sur ta fiche de paye la semaine où tu n'as fait que 48h parce-que tu as dû aller voir ta femme admise en urgence à l'hôpital (oui, situation vécue).

Bref, une entreprise où l'humain a encore du sens !
2
il y a 3 ans par CelineRobert
Celui que je me suis créé. En SCOP, avoir choisi les personnes avec qui je travaille, qui elles mêmes ont choisi de travailler avec moi, partager les mêmes valeurs mais aussi les réussites et les problèmes, ça n'a pas de prix.
2
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Riche de tous vos témoignages et partages j'avance sur mes réflexions concernant le mieux-être au travail. Aujourd'hui sont très actifs sur le sujet les cabinets de prévention en RPS (risques psychosociaux) d'une part, avec leur approche de psychologues cliniciens , et d'autre part, les cabinets de conduite du changement avec leurs appétences pour le reporting et les modèles organisationnels complexes. Tous prônent une approche pluridisciplinaire mais dans les faits chacun reste cloisonné dans sa vision, parfois très éloignée des besoins des collaborateurs. Et si c'était aux salariés de libérer leur entreprise ? Je crois que plus on est au clair dans sa définition du job idéal et plus on est en mesure de faire changer les choses. Qu'en pensez-vous ?
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.