Limitation des débits, paranoia sécuritaire incitent les responsables informatique à prendre des décisions qui semble à l'opposé du concept de digitalisation de l'entreprise.
ex: interdiction d'accéder à internet, aux réseaux sociaux, limitation des débits sur téléchargement des vidéos, limitation de la taille des pieces jointes pour les mails.....
En tout cas dans toutes les grosses sociétés ou je travail sur des projets de E. Learning, le problème de débit est récurrent et constitue le principal frein à une utilisation "normale".

e.learning sécurité informatique stratégie digitale
3
2

8 réponses

il y a 3 ans par gmaison
A mon humble avis, les DSI ne doivent pas piloter des projets de digitalisation. Participer oui, être support, oui. Mais piloter non.

La numérisation - incluant la digitalisation - d'un entreprise est une stratégie d'entreprise, pilotée et animée par la Direction (ou un membre mandaté expressément pour cela). Ensuite, le rôle d'une DSI, c'est de respecter des contraintes - la sécurité par exemple - tout en assistant les pilotes de transition avec la faisabilité et les best pratices en matière IT. C'est une fonction support avant tout.

Ensuite, je pense que c'est fonction des DSI. Le tout sécuritaire des DSI est souvent lié à une mauvaise éducation des salariés mais aussi au fait qu'on veut absolument fliquer les salariés plutôt que leur faire confiance. C'est donc aussi un changement de mentalité dans le management.

Quant au débit, pour être dans un élément très précis, c'est dépendant des coûts et donc des opérateurs... en matière de télécommunications, tout est possible, c'est qu'une histoire de coût (et donc de volonté politique en ce qui concerne la stratégie).
7
il y a 3 ans par EmmanuelCharriere
Pour aller dans le sens de @gmaison, on peut lire le bouquin de Nicholas Carr, au titre un brin provocateur : "L’IT ne sert à rien" :)
Le propos est de dire que l'IT est juste une commodity, à l'instar de l'électricité ou du téléphone...
4
il y a 3 ans par Julien
On dit pas digitalisation (action de rendre touchable au doigt) mais numérisation(action de rendre numérique)

Comme souvent @gmaison a répondu avant moi... et expliqué le plus important de ma pensée.

Demander à la DSI en tant que "équipe en charge de la qualité de service informatique d'une entreprise", c'est une demande schizophrène. D'un coté, on demande de la qualité et de l'autre une prise de risque via la nouveauté. Je pense que c'est une mauvaise demande;

Par contre, il faut demander aux individus de se cultiver par eux mêmes pour être force de proposition. Et en particulier LE DSI (le directeur) doit comprendre les limites de ses outils pour être à l'écoute de nouveaux outils.

Sur mon boulot, j'ai accès la sensibilisation à la veille et au Lean Startup sur les individus et pas sur la structures. Nous accompagnons les personnes à une nouvelle culture de l'innovation, mais pas imposer les process à se restructurer autour de ces méthodes. Quand les hommes seront prêts, les méthodes et process évolueront d'eux mêmes. Ça me parait plus équilibré.
7
il y a 3 ans par AmandaNORMAND
Mon expérience me fait dire que les DSI sont souvent plutôt un frein qu'un soutien à la digitalisation des entreprises! Il y a un gros travail pédagogique à faire auprès de ces services pour leur faire un peu lâcher leur réflexes sécuritaires... Cela dit, je pense que ce problème va "s'autogérer" petit à petit avec l'arrivée d'une nouvelle génération de DSI plus "digital sensible"
7
il y a 3 ans par ArnaudMartin
Bonjour,

Effectivement la DSI est souvent vue uniquement comme une fonction support, et donc comme un poste de coût et un facteur de contraintes. Pour l'aspect contraintes, c'est d'ailleurs à mon avis plus lié à la grande taille des entreprises qu'au principe même d'une DSI. Mais, sans abandonner son rôle premier, la DSI peut aussi y ajouter une démarche d'innovation et être force de proposition, notamment en matière de numérique. Par la veille technologique qu'elle réalise et par l'appétence des personnes qui y travaillent pour les nouvelles technologies, la DSI est toute désignée pour proposer l'utilisation de nouveaux outils ou de nouveaux usages. Encore faut-il qu'elle soit appuyée dans cette démarche par la Direction. Car je rejoins Guillaume sur le fait que la numérisation doit être une stratégie de l'entreprise dans son ensemble.

En résumé, la numérisation est peut-être justement une bonne occasion, pour les DSI, de ne pas se cantonner à un rôle de fonction support, mais de contribuer de manière active à la transformation de l'entreprise.

Pour répondre à la question initiale : de mon expérience (qui n'est pas représentative de l'ensemble des entreprises), les DSI ne sont pas (encore) assez en phase avec la tendance de numérisation de l'entreprise. J'espère que cela va changer : ce sera plus enrichissant et motivant pour les salariés. Cependant cette évolution ne doit pas non plus se faire au détriment de la sécurité, car la cyber-délinquance est également une tendance qui semble avoir de l'avenir...
4
il y a 3 ans par CeciliaSkroder
gmaison: tu parles de responsabilisation des salariés; est-ce, à ton avis et à ceux des autres qui suivent cette discussion, qqc de bien répandu comme pensée aujourd'hui dans les entreprises françaises (la liberté sous responsabilité devrait, dans la grande théorie au moins, responsabiliser les gens)? J'en fais une q indépendente aussi dans le flux...
3
il y a 3 ans par gmaison
@CeciliaSkroder : Non, je ne le pense pas. et je te répondrai dans ta question indépendante :)
2
il y a 3 ans par HGAD_Consulting
Gérald est toujours aussi réactif .... dans ma fonction de dirigeant, j'ai toujours voulu considérer l'informatique et le numérique comme des outils, qui sont à disposition de la stratégie de l'entreprise, des salariés, et pas une contrainte ou frein, mais un vrai tremplin tout en considérant les contraintes spécifiques de l'IT, de protection des données par exemple. La notion de juste nécessaire à la mission du DSI doit être débattue et actée pour tous les intervenants utilisateurs, décideurs, car seul le compromis est possible dans ces questions transversales; qui peuvent avoir un impact sur les moyens à prévoir au niveau de la DSI.
3
il y a 3 ans par PierreSinodinos
Non elle ne le sont pas et elles disparaîtront probablement à terme. On voit apparaitre une tendance à séparer le "core IT" (grosse informatique de traitement) du "fast IT" (informatique légère, web et interactive). Le premier va vers le cloud et de gros outsourceur (voir des acteurs du bpo) alors que le deuxième est directement dans les lignes métiers. Pratiquement plus de DSI dans ce modèle.
2
il y a 3 ans par Sylvain_Laquiche
Etant au cœur du sujet, mon avis sera moins tranché que les précédents auteurs.
Je comprends qu'il y a toujours une grande confusion entre Direction Informatique (Infra, Build, Run) et Direction des SI, qui est un partenaire métier. A ce titre elle aide les métiers à cadrer ses besoins (aMoA) et à intégrer ceux-ci dans le plan stratégique de l'entreprise pour garantir que l'on génère de la valeur ensemble... loin d'un côté rétro/réac.
Attention aux nommages abusifs de certaines cartes de visites des informaticiens :)

Alain, pour ce qui est des liaisons et problèmes d'infrastructure réseau, pour avoir travaillé à Paris et province, l'accès au réseaux n'est PAS un acquis. Cela reste un des postes les plus coûteux si on souhaite une garantie de débit et de disponibilité comme le suggère votre périmètre d'e-learning. Maintenant il existe des solutions hébergées qui seront gérées en dépenses d'exploitation, en addition à des liaisons de commodité dédiées lambda (type ADSL) pour accéder à ces services. Il y a toujours une solution technique, il faut juste bien cadrer le besoin et les moyens de vos projets.
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.