Merci à tous de votre aide, vous pouvez lui envoyer un mail à 'andre.icard@wanadoo.fr'
Et voici le lien où il explique sa situation.
Je ne le connais, mais j'ai été très touchée par son article sur sa situation des plus délicates.
www.jurisconsulte.net/fr/articles/theme-115-ass...

avocat blogging webmarketing argent
5
5

5 réponses

il y a 3 ans par GuillaumeROBERT
Toujours délicat la monétisation d'un site.
Mais à vrai dire, avec 2700 visiteurs par jour, difficile de vraiment tirer des revenus. Peut-être Adsense, mais cela ne devrait pas aller chercher plus loin que 100€/mois.
Un appel au don serait peut-être salvateur, mais pas dans la durée.

Mais comme le dit PascalW, les gens ne sont pas prêt à payer sur internet pour de l'information.
4
il y a 3 ans par Charlene
Bonjour,

Merci de ta réponse, ce qui m'embête c'est que nous sommes tous ici car nous croyons au partage de connaissances, de compétences, au collaboratif, intelligence co, et surtout au content marketing !!! Et pourtant, là, c'est l'exemple même du fiasco avec du contenu excellent.

Au delà, de l'aide directe à apporter à cet avocat, ça pose quand même pas mal de questions.

@actibizz, un avis sur la question ?
1
il y a 3 ans par PascalW
Bonjour,
Effectivement son histoire est particulièrement poignante. (A t il pensé au crowdfunding ?)
Je ne sais trop ce que je peux faire pour lui mais la question de l'enjeux de web se pose ici clairement.
Je suis un ardent défenseur d'un web non mercantile mais cela ne veux pas dire à perte.
Avec un million de visiteurs, je m'étonne qu'il n'est pas de revenu publicitaire, c'est regrettable pour lui.
La leçon que je tire est simple: partager de l'information pertinente sur le web ne doit pas "coûter" pour rester viable.
Dans ce cas que penser des modèles libres (type Creative commons) ? Les multiples et réguliers appels aux dons de Wikipédia montrent la réalité du système.
Je constate que le modèle (qui me satisfait finalement) de diffusion des connaissances come le font la plupart des éditeurs est le seul viable. Cette connaissance permet:
- d'accroitre la notoriété et la diffusion de leur produits
- de développer ses propre compétences
- d'alléger le travail des équipes de support.

Je crois en revanche, notre société n'est pas encore prête à payer pour de la consultation en ligne, cet avocat en fait l'amer expérience. Cela ne le consolera pas mais j'ai essayé il y a 2 ou 3 ans de proposer du conseil IT aux avocats de ma région et l'idée même de payer un conseil a révolté ceux que j'ai pu rencontré. L'arroseur arrosé en quelques sortes.

Si vous pensez que je peux aider cet avocat, pas de problème à priori, dites moi comment.
3
il y a 3 ans par Charlene
Bonjour,

Merci de ta réponse, le crowfunding est une bonne idée. Peut-être le mieux est-il de lui envoyer un mail ou lui laisser un commentaire sur le site.

En tout cas, merci de cette réponse.

Pour ce qui est des avocats, en effet, souvent, ils aiment bien donner des conseils et les faire payer, mais payer pour en recevoir est une autre histoire.

Bonne journée, et merci.
1
il y a 3 ans par GuillaumeLebret
Pour information, au delà de 1000 visiteurs/jours, vous devez pouvoir atteindre 1€/mois pour 1visiteur/jour. C'est le CA constaté sur de nombreux site avec lesquels j'ai travaillé. Nous possédons 2 sites à 2K visites/jour et à 6K visites/jour et nous vérifions ces chiffres tous les mois.
3
il y a 3 ans par Charlene
Bonjour,
Ok, mais il fait comment ?
1
il y a 3 ans par GuillaumeLebret
Il y a énormément de moyens pour monétiser un site, surtout avec plus de 2000 visites/jour. La publicité est le plus mauvais moyen, mais les liens d'affiliation, vendre des pdf qui sont des 'annuaires' de questions/réponses bref, vendre des courriers types, il y a de quoi faire !
1
il y a 3 ans par Charlene
Merci pour les réponses, mais il vend déjà des modèles de procédures types, etc... sans grand succès. Avez-vous vu le site ?
1
il y a 3 ans par GuillaumeLebret
Oui j'ai vu le site, tout y est fait pour décourager le chaland. Les prix sont excessif (mais c'est mon avis, 30€ pour un courrier ça peut paraitre pas trop cher, mais c'est au dessus du prix de l'achat d'impulsion), ensuite lorsqu'on commande, on est redirigé sur une page de création de compte... En gros il faut faire 10 000 clics pour arriver à acheter quelque chose. Je serai lui je solliciterai ma base client en leur expliquant le problème et en leur demandant un don contre un abonnement à vie au site. Histoire de lui donner du temps pour simplifier le parcours d'achat sur le site où rien n'incite à l'achat (aucun call to action visible...)
2
il y a 3 ans par Charlene
Merci de ce complément d'informations :)
1
il y a 3 ans par Julien_
Mes idées :
Il pourrait mettre des "call to action" un peu plus visibles (popup,...) avec un style plus persuasif.
Sinon il peut aussi proposer des livres blancs à télécharger par email et faire des envois de newsletters thématiques en proposant des services ciblés.
2
il y a 3 ans par Charlene
Merci, de ton aide.
Et sinon, pour Skiller, c'est pour quand le moteur de rechercher ?
1
il y a 3 ans par gmaison
@Charlene, on ne monétise plus des sites internet en tant que tel. Aujourd'hui, comme le dit @GuillaumeROBERT, la pub ça eut payé, mais ça paie plus ou alors cela veut dire avoir 1M de visiteurs / jours ;)

Aujourd'hui, le sites d'informations comme les siens doivent devenir des plateformes de services mais pas dans le sens "prestation de services fournies par le propriétaire du site". C'est une plateforme de moyens mis à disposition entre "requérants" et de "fournisseurs". Autrement dit, c'est comme un espace de mise en relation offrant des infrastructures et services qui seraient "payés" par les usagers (requérants comme fournisseurs). Il s'agit donc de trouver ces infrastructures et services, dans le contexte d'un tel site internet, avec des options freemium, par exemple, ou bien s'il s'agit d'une plateforme de mise en relations avec entre avocats, clients et tiers (par exemple, un site internet servant d'espace de médiation) avec des transactions financières pilotées par le site (cf @Didier pour les modalités ;) ).
A la suite de la préconception de cette plateforme de services, il "suffit" de se raccorder à la "Multitude", c'est à dire à l'ensemble des personnes pouvant avoir un usage de cette plateforme (quel que soit le point d'entrée de l'usage).

Pour savoir quels genres de services, je pense qu'il faut regarder le besoin tant du côté des avocats, des usagers, quels sont les besoins des compétences (car les compétences ont des besoins pour s'exprimer et se réaliser) des avocats, quels sont les besoins des usagers, notamment des besoins dans la relatoin entre "requérants" et "fournisseurs", etc... Pourrait-il offrir une infrastructure, des services à l'attention des jeunes avocats (probablement pas sur le juridique en tant que tel) qui leur permettrait de se lancer à moindre frais ?

il a cet avantage d'avoir déjà une amorce de multitude. Probablement qu'il perdra des gens ou ne les gagnera pas tous, mais d'autres pourront venir.
2
il y a 3 ans par Charlene
Bonjour,

Merci de cette réponse détaillée et censée.
Je viens de lui faire parvenir un mail avec l'ensemble de vos réponses.
2
il y a 3 ans par gmaison
Je suis à dispo pour approfondir avec lui s'il le souhaite ;)
2
il y a 3 ans par Klodeko
Pour aller dans le même sens que @gmaison , un solution passerait par la création d'une plateforme de mise en relation des clients et des prestataires de service juridiques à l'instar de www.legalzoom.com . J'ai assisté à une présentation de son fondateur Eddie Hartman lors d'une conférence sur les plateformes digitales et la disruption pousse fort dans ce domaine aussi, certainement une piste à suivre platforms.mit.edu/files/10_Eddie_Hartman_Legal_...
3
il y a 3 ans par Charlene
Merci vraiment pour lui, je n'ai pas eu de retour par mail. De nouveau, je ne le connais pas, mais toutes ces bonnes idées ne peuvent que l'aider !!!

Et je l'ai invité à s'inscrire ici, vu qu'il adore partager ses connaissances.
Wait and see !!!

Quoiqu'il en soit, j'adore Skiller, Merci encore.
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.