Bonjours les prositifs (des pros positifs qui réinventent le travail méritent bien un surnom !)

J'interviens dans quelques jours lors du premier hackathon du management (organisé par @IsaReym et ses compères)  et j'ai besoin de vos bons conseils  pour remplir ma mission : inspirer quelques dizaines de managers et top-managers afin qu'ils imaginent des pratiques et dispositifs très innovants qui pourraient bien impacter le management de leurs "grandes organisations" à court terme.

La démocratisation de la gouvernance des entreprises, l'expérimentation et le droit à l'erreur et à l'apprentissage dans l'action, la transparence de l'information, le déploiement à grande échelle du télétravail et des outils collaboratifs numériques, etc... sont mes dadas.

La question est donc : quelles sont selon-vous les pratiques ou dispositifs innovants qui peuvent impacter sensiblement le management des grandes organisations à court terme ? Si possible, parmi ces champs conceptuels...

Merci beaucoup à tous pour vos conseils et très belle rentrée :)

hackathon innovation manageriale inspiration management organisation du travail
6
10

12 réponses

il y a 1 an par gmaison

@oimoci quelques trucs :

- avoir une ligne budgétaire - globale ou par BU - du type "perte acceptable" dans laquelle pourront piocher des porteurs de projets internes à l'entreprise. La contrepartie étant l'obligation de rendre compte publiquement - dans l'entreprise - de l'usage de ces fonds.

- Si c'est une industrie, d'accorder un droit d'usage personnel à tout ou partie d'un atelier à un groupe d'intrapreneurs (avec la contrepartie idem ci-dessus) : une sorte de fablab interne

- Organiser des incubateurs éphémères internes sur 2 jours dont une des dotations pourrait être la création d'une entité à part pour développer le projet

- Un appel interne au télétravail, accompagné, en cas de libération des locaux, d'un usage de la solution Base10 (www.base10.fr) tant pour l'entreprise que pour les télétravailleurs

- intégrer dans les contrats de travail l'obligation de Projets de Formation Humaine sur 5 ou 10% du temps de travail. Ces projets consisteraient en l'intégration bénévole des salariés dans le tissu économique & social local (de leur lieu de travail de référence) en apportant leurs compétences (pas uniquement celles employées par l'entreprise, hein ? ;) ), par exemple, à des associations, des TPE, etc... (ça ressemble un peu au programme Alizée des CCI). Avec bien sûr l'obligation pour le salarié de rendre compte en interne, mais aussi en externe (par l'entreprise ?).

etc... etc... etc...

6
il y a 1 an par oimoci

Top :)

Merci beaucoup Guillaume !

2
il y a 1 an par JoyceMarkoll

Cultiver la bienveillance, encore et encore, en tous temps, lieux et en toutes circonstances. ;-)

……et le propager, au sens de "le rendre viral".

5
il y a 1 an par oimoci

Merci Joyce, bonne piste :)

Je vais réfléchir à des dispositifs qui permettraient sa viralité...

1
il y a 1 an par olivierChaillot

Faire confiance aux Humains (ce qui n'exclut pas le contrôle !) ... et donc investir sur leur capacité à  produire de l'intelligence (pas artificielle pour le coup !)

4
il y a 1 an par oimoci

Merci Olivier, bon point de départ en effet ! Il paraît  que la confiance se décrète... Personnellement, j'aime bien l'associer à de la "transparence" de l'information.

1
il y a 1 an par olivierChaillot

La transparence systématique n'est-elle pas le début du doute et du manque de confiance ? La demande de transparence à tout va n'est-elle la marque d'une volonté de domination de l'autre ?

Faire confiance et contrôler permet de laisser l'autre faire ce qu'il veut, comme il veut, quand il veut et de ne vérifier que le résultat ...

N'est-ce pas la marque de la performance que tout le monde recherche aujourd'hui ? Cette performance qui n'est pas une compétence mais une compétence en acte et ne peux se mesurer que par le résultat atteint ... une compétence sans résultat et donc sans mise en oeuvre, n'est-elle pas qu'une connaissance ?

2
il y a 1 an par LudovicLhuissier

J'ai 3 familles de mots clés / "concepts" affichés aux regards de tous dans mon bureau. Ces idées guident mon quotidien de manager.

- Écoute et Partage

- Autonomie et Responsabilité

- Subsidiarité et Transparence

Le management, c'est comme la communication, il faut être deux ! D'ailleurs, d'une certaine manière, le management, c'est de la communication, avec de la confiance réciproque, qui permet de partager ses doutes ("je n'y arrive pas, aide moi" ou bien "je ne suis pas satisfait du résultat de ton travail, cherchons à comprendre pourquoi").

Pour finir, je renvoie bien-sûr aux ressorts de motivation, qui peuvent aider à révéler la valeur, les compétences de chacun.

Bon colloque :)

4
il y a 1 an par oimoci

Merci Ludovic pour toutes ces idées !

Une petite remarque en passant, je pense que l'autonomie implique nécessairement la responsabilité des acteurs. Mais comme tu le dis très bien, l'important est de se comprendre.

1
il y a 1 an par LudovicLhuissier

Oui d'accord avec toi

Mes couples de mots sont d'ailleurs un en mode yin et yang / envers et endroit ...

L'un sans l'autre, ça ne fonctionne pas bien

3
il y a 1 an par FrancoisSalazar

Bonjour,

Une pensée, un point de vue qui peut vous inspirer pour votre keynote :

Le risque, d'après mon expérience, dans cette démarche est d'utiliser les schémas de pensée classiques pour créer des dispositifs innovants donc sans révolution. Demander à des managers de concevoir de nouvelles pratiques, n'est ce pas ce qu'on leur a toujours demandé ? Ne les place-t-on pas en position de sachants ? On leur dis juste : ça doit être plus nouveau qu'avant...

Peut on mettre en place une nouvelle culture de management sans avoir démonté l'ancienne ? Peut-on le faire à court terme ? 

Pour inventer, il faut d'abord oublier youtu.be/hmX3XDagn_o (c'est un point de vue, ok)

Du coup pour être inventeur, on pourrait imaginer une question perturbante (un hack ?) à poser non pas aux managers mais aux managés : "Que souhaitez vous voir votre manager arrêter de faire "?

Bonne intervention,  

4
il y a 1 an par oimoci

Merci François, j'aime bien l'idée :)

1
il y a 1 an par PascalW

Je vais reprendre certaines notions déjà avancées et proposant de mettre un terme à l'hypocrisie.
Le manager est un collaborateur comme les autres! Il ne peut plus un être absolu, infaillible et omniscient pour son équipe et pour sa hiérarchie.

Il faut accepter que cela arrive de se tromper et on ne devrait pas condamner quelqu'un qui a eu une carrière exemplaire sur une seule erreur.

De la même manière, il doit savoir accepter les remises en cause même si elles sont formulées par son équipe.

En résumé, "humilité et écoute" avant "leadership et rentabilité"

Concernant les grandes organisations, j'ai bien peur qu'il soit difficile d'impacter leur management à court terme. Il y a beaucoup trop d'inertie pour cela! On le voit bien lors des fusions-acquisitions: le seul moyen de montrer que les choses ont changé est de renouveler brutalement la partie supérieure de l'organigramme... Les managers qui échappent à la purge, comprennent ainsi rapidement le message. (ce n'est pas très glamour  mais redoutablement efficace).

A cette inertie structurelle, il faut ajouter la pression syndicale (je ne dis pas qu'elle n'est pas utile), les fiches de postes rigides, etc...

Peut être que ton discours devrait être orienté sur "peut on vraiment agir à court terme sur une grande organisation ?". 

Je suis beaucoup intervenu en environnement "grand compte" et j'en garde une image: le super tanker entrainé par sa propre masse. La moindre modification de cap nécessite des mois...

4
il y a 1 an par oimoci

Je partage beaucoup de tes convictions Pascal... Je reste néanmoins optimiste sur le fait qu'on peut faire évoluer le management des grandes organisations... même si cela prendra, comme tu le dis, beaucoup de temps.

2
il y a 1 an par PascalW

Tu as raison! il te faudra de l'optimisme, de la patience, de la diplomatie, de l'obstination et ... un sponsor de haut niveau.

Ce n'est pas parce que c'est lent et difficile qu'il ne faut pas continuer d'essayer.

2
il y a 1 an par AlexandraQuillet

Bonjour,

Quand vous demandez "par où commencer ?", je suis tentée de vous répondre... par vous poser cette question : Quelle est votre intention dans la participation à cet événement et que voulez vous amener à votre propre mesure ? De quoi êtes-vous l'expert, qui pourra inspirer un public de managers ?  Qu'avez-vous envie de partager de votre expérience, de vos pratiques qui seraient susceptibles d'être reproductible, inspirant dans le sens de l'innovation en management. Une méthodo ? Une expérience ? Un état d'esprit (et là je rejoins quelques uns, "hacker" est à mon sens un mot à manipuler avec précaution, dans le sens où ). En quoi votre public pourra-t-il être intéressé ?  Et d'ailleurs, qui sera votre public (secteurs, responsabilité, etc) , quels sont leurs besoins ? Leurs problématiques ? Que viennent ils chercher dans ce hackathon ? Voilà en vrac quelques questionnements qui je l'espère pourraient vous aider à mieux cibler votre champs d'intervention. Belle journée

Alexandra

3
il y a 1 an par oimoci

Merci Alexandra pour toutes ces belles questions comme dirait Miss Skiller :)

1
il y a 1 an par AudreyDufresne

donner du sens 

Vise l'economie du Meoix

(re)mettre l'humain au coeur des organisations

L'avenir de nos organisations est de la responsabilité de tous : CO-responsabilité

Reconcilier vie pro vie perso

3
il y a 1 an par oimoci

Merci Audrey :)

Une chose m'étonne toujours sur "donner du sens"... Jamais un de mes voisins n'est venu me réclamer du sens...

1
il y a 1 an par AudreyDufresne

Moi non plus, en revanche si je lui de demande d'agir avec moi, de faire évoluer sa posture, de renoncer à des choses.. si je ne lui dis pas POURQUOI, si je ne donne pas du SENS il n'aura aucune raison de me suivre... 

Se transformer est déjà un cap difficile, avec ses hauts et ses bas, SEUL le sens nous fera avancer

2
il y a 1 an par LudovicLhuissier

Alors, ce Hackaton du management @oimoci ?

Du nouveau, du lourd pour la communauté Skiller ?

3
il y a 1 an par oimoci

Cela se déroule les 19 et 20 septembre... On est encore dans la phase de comm' www.strategies.fr/emploi-formation/management/1...

Je partagerai d'une façon ou d'une autre mon intervention sur Skiller évidemment, et ça parlera de confiance et de liberté, what else !

2
il y a 1 an par QuentinDeslandres

tu peux lire ça avec profit ;) theconversation.com/bientot-tous-egopreneurs-8...

2
il y a 1 an par oimoci

Merci Quentin, c'est excellent en effet :)

1
il y a 1 an par sophielair

Bonjour Oimoci,

Je prône personnellement pour la désobéissance constructive, qui doit être soutenue par le top management (d'où l'importance du sponsor) : ne plus se rendre aux réunions inutiles (où l'on ne crée rien), arrêter les présentations powerpoint, dire non aux projets dont on ne comprend pas le sens, arrêter le reporting... et quelques dispositifs qui demandent des moyens / de la discipline mais qui semblent efficaces : un lab pour tester des nouveautés (y compris managériales), le processus de décision "par consentement", le feedback systématique des managers par leurs pairs / collaborateurs (360° ou entretien collectif)...

En tout cas mon expérience montre que les mots, les déclarations d'intention ont peu d'impact ; en revanche les actions concrètes peuvent en avoir. 

2
il y a 1 an par oimoci

Merci beaucoup Sophie, au moins, c'est clair et net :)

Je suis bien d'accord sur la nécessité de passer à l'action. Néanmoins, je pense que nous parlons là d'une transformation culturelle radicale et qu'elle nécessite aussi beaucoup de temps et de mots.

1
il y a 1 an par sophielair

Oui, je me rends compte que ma réponse était un peu raide... mais tu précises dans ta question "solutions à court terme" . Effectivement, le temps et les mots sont très importants (et l'écoute !!!) , mais comment éviter la dilution des mots dans ce temps long ? l'action ancre les intentions. 

Encore une fois, mon expérience perso montre que les vrais déclics se font lorsqu'on associe les mots (autonomie, liberté, responsabilisation... très abstraits) et les actes. Comme pour l'amour : il n'y a pas de libération, il n'y a que des preuves de libération :-)

2
il y a 1 an par oimoci

J'adore :)

1
il y a 1 an par ChristopheFantoni

Aujourd'hui, on met le terme hacker à toutes les sauces. Bientôt, on dira que le simple fait d'avoir un film pirate sur votre disque dur fera de vous un hacker. Or, un hacker, ce n'est pas ça. C'est avant tout un état d'esprit, une mentalité, une technicité, que tout le monde ne peut pas avoir. La première d'entre elle, c'est le défi. Il faut aimer les relever pour pouvoir toucher du doigt le monde des vrais hackers. Et plus il est compliqué, mieux c'est. La seconde d'entre elle, c'est la technicité. Il faut que votre boulot n'ait absolument aucun secret pour vous pour pouvoir vous prétendre hacker. Si vous débutez, difficile de revendiquer le terme sans passer pour un lamer. On comprend alors qu'un hacker, c'est avant tout l'expert ultime dans un domaine bien particulier.

1
il y a 1 an par ChristopheFantoni

Dans mon intervention, vous l'aurez compris, le mot de trop à retenir est hacker. En effet, l'endroit où vous aller intervenir ressemble beaucoup plus à un "colloque sur le management" qu'à un véritable hackathon. Pour moi, le mot est très mal choisi.

1
il y a 1 an par oimoci

J'avais bien compris Christophe, cela ne dépend pas de moi...

1
il y a 1 an par ChristopheFantoni

Je me doute bien. Dès le début, j'avais bien compris que les mots hacker et hackathon n'avaient été employés par les organisateurs de cette manifestation que parce qu'ils sont « dans l'air du temps ». D’ailleurs, d'autres événements de ce type existent à travers le monde. Dans ces conditions, pourquoi les mots utilisés ne sont-ils par les mêmes ? (On peut citer en vrac : l'edit-a-thon, le markathon, le choreograthon – oui, je sais, ça fait tout de suite beaucoup moins « rebelle »). Tout simplement parce que leurs organisateurs ont bien compris que le mot hackathon était particulièrement mal choisi pour désigner une telle manifestation. Pourquoi la France devrait-elle faire exception ?  Alors, puisque vous y intervenez, il serait peut-être intéressant de remettre les mots à leur juste place…

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.