HCL est une entreprise de IT indienne qui met en avant l'employé first.

leadership ressources humaines
4
3

5 réponses

il y a 4 ans par Lynda_Longeau
Personnellement je préfère le terme de la "symétrie des attentions" (terme issu du marketing des services cf Ditandy et Meyronin). Le postulat : les bénéfices ressentis au niveau individuel et donc au niveau opérationnel auront un impact sur la relation avec le client. Il s'agit de faire le lien entre l’expérience client et l’expérience employé. Le fait de se mettre au service de ses équipes permet d’améliorer le service aux clients. Cela implique à la fois de se concentrer sur une culture du service à la croisée entre le marketing et la GRH et d'adopter des postures managériales spécifiques. Ça ne semble pas contradictoire avec tel ou tel type de culture pays. C'est avant tout lié à la capacité de regarder l'organisation dans un autre prisme et de comprendre que c'est avant tout un système, système qui implique que pour agir au niveau global il faut aussi agir au niveau individuel.
3
il y a 4 ans par Chocho
Bonjour, HCL est une compagnie de IT indienne dont la philosophie est "employees first, customers second". Le management de cette entrepris est très collaboratif et cela entraîne une forte croissance. Je me pose la question si ce management pourrait-être intégré dans nos entreprises occidentales.
2
il y a 4 ans par oimoci
Merci pour cette question Chocho :)

HCL Tech propose un modèle d'inversion de la pyramide managériale assez intéressant... que personne ne semble avoir repris à son compte ! Peut-être parce q'une pyramide inversée, ce n'est pas très stable...

Personnellement, je préfère les relations horizontales plutôt que les relations hiérarchiques au boulot, afin de répondre aux enjeux actuelles des entreprises !

Si le système HCL fonctionne toujours de la même façon, un "supérieur hiérarchique" garde ses attributions mais devient redevable vis à vis des personnes qu'il manage. Par exemple, s'il ne répond pas assez vite à une sollicitation, la demande remonte d'un niveau hiérarchique vers le chef du chef... On est bien dans une pyramide managériale, non inversée, mais dont les flux sont inversés !

Dans de nombreux autres cas de néo-management, on tente en général d'écraser la pyramide et de la transformer en réseau, c'est autrement plus sexy, non ? Cela permet surtout de démultiplier les capacités de collaboration dans l'entreprise et avec son écosystème !
2
il y a 4 ans par gmaison
@chocho tu pourrais développer un peu ?
1
il y a 4 ans par FrankBrochard
Arte a diffusé au printemps dernier un film sur les "entreprises libérées", film qui montrait des exemples d'entreprises dans plusieurs pays (France, Allemagne, USA, Inde -HCL-)
Il m'a semblé qu'HCL procédait du même mouvement que les autres entreprises données en exemple : libérer la créativité de salariés.
Si j'ai bien compris le film, la réponse à la question est donc oui.

Autre point : l'inversion de pyramide est une notion qui a déjà été développée dans l'approche Lean management. L'idée étant que ce sont qui font qui savent comment améliorer, et que la hiérarchie doit leur donner les moyens de leur faire (les écouter, les faire travailler ensemble, donner les moyens financiers pour réaliser ce qui ne peut être fait en interne).
Certes le Lean a sans doute été dévoyé (cf en particulier le film diffusé sur France 3 il y a quelques années sur la souffrance au travail, et qui donnait l'exemple d'une entreprise où la démarche Lean a surtout permis de rendre insupportables les conditions de travail et au final de licencier les gens qui avaient travaillé pour améliorer l'efficience).
Mais je pense que les deux étages Lean et "entreprises libérées" se complètent bien : Lean pour résoudre les irritants, accélérer le traitement des affaires. et puis ensuite donner la parole aux salariés pour amener des idées novatrices (cf la club des propriétaires d'Harley davidson, évoqué dans le film d'Arte)
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.