Twitter est un outil formidable pour les entreprises et "influenceurs" en quête de visibilité et/ou d'impact... à condition d'avoir des personnes qui vous suivent !

Malgré la croissance continue de sa communauté, il semble beaucoup plus compliqué depuis quelques mois d'acquérir de nouveaux followers, ce qui me semble paradoxale ! 

Selon vous, à quoi serait lié ce phénomène ? Une concentration des followers sur un nombre restreint de comptes du fait de l'évolution de Twitter ? Une saturation de l'offre ? ...?

Au fait, Skiller est aussi sur twitter ici !

acquisition réseaux sociaux twitter
6
4

8 réponses

il y a 1 an par usercentric

Fedd-back d'utilisateur et non d'expert :

- avec le temps on apprend à être sélectif en comprenant que la qualité importe plus que la quantité. A partir du moment où on utilise twitter comme un espace d'information réciproque et non comme un média de masse. Et c'est tant mieux comme cela.

- je suis attentif aux message "utiles" c'est à dire des messages fournissant une information effective et de préférence qui renvoient à une source d'info (site ou document). Sinon je ne retwitte pas. 

- en corollaire, pour prendre exemple sur Linkedin, je suis en train de tester l'intensité de dialogue potentiel avec les personnes qui me demandent une connexion ; si je ne les connais pas directement (pas vu de visu), j'accepte et j'envois un message de bienvenue en leur demandant en quoi je peux leur être utile et je constate que 80% ne répond pas à mon message. Je vais décider de les supprimer de mes contacts considérant qu'ils "ne jouent pas le jeu".

8
il y a 1 an par SylvieClergerie

Je me permets une remarque sur le message de bienvenue. Il me semble que tellement de messages de bienvenue sont automatisés, que les gens ne les lisent plus (moi, en premier) et c'est certainement pour cette raison qu'il y a peu de réponses. Le dialogue sur Twitter se crée surtout au fil des tweets publics sur des sujets:intérêts communs.

1
il y a 1 an par usercentric

Sur twitter je suis d'accord (encore qu'un dialogue privé se voit clairement sur twitter car on paramètre volontairement la fonction de message direct). Je mentionnais simplement Linkedin pour illustrer qu'un certain (grand ?) nombre d'utilisateurs font un usage assez "égoïste" de ces canaux en négligeant de simples règles de savoir-vivre. #onnestpasdesrobots ;-)

2
il y a 1 an par FranckLenoir

UserCentric +1 : Je faisais exactement la même chose pour les personnes me demandant une connexion sur linkedin. Par contre j'ai arrêté car cela fonctionnait et je n'avais pas assez de temps pour approfondir les échanges !! #prisaupiege le dialogue c'est bien et en même temps ça prend du temps

1
il y a 1 an par olivierChaillot

plusieurs aspects à prendre en compte :

le temps nécessaire à animer un nombre de compte qui ne fait que croitre si l'on en croit les prescriptions de "il faut y être !" sans jamais dire pourquoi d'ailleurs ...

le fait que les premiers utilisateurs ont bénéficié d'un effet de croissance parce que présent tôt ... alors qu'aujourd'hui l'effet volume est moins sensible et que nombre de "gens" recherchent la qualité plus que la quantité ...

le phénomène de "starisation" que l'on pourrait aussi appelé effet "mouton de panurge" qui fait que certains ont vampirisé les suiveurs qui eux même saturent et n'en peuvent plus ... alors ils arrête de suivre de nouveaux compte ... ils n'arrivent même pas à utiliser (donner une valeur ?) à ce qu'ils suivent déjà !

Au fait, ça sert à quoi ce truc et ça rapporte quoi ? pour quel investissement ?

6
il y a 1 an par SylvieClergerie

Personnellement, les comptes que je gère, continuent d'évoluer et de gagner des abonnés.

En regardant le fil des tweets du compte @skiller, je vois surtout des tweets sur Skiller (des liens vers questions). Peut-être faudrait-il diversifier les tweets, être plus pro-actif sur le compte. Par exemple :

- RT davantage

- inter-agir plus souvent avec les followers 

- gérer et remplir les listes pour faire de la veille (et pouvoir RT des infos intéressantes)

- suivre des comptes et leur montrer de l'intérêt (interactions, RT, messages les citant...)...

Bref, je pense qu'il y a un bon potentiel pour augmenter le nombre de followers sur le compte.

5
il y a 1 an par EtienneZulauf

En accord avec plusieurs autres commentaires, je me fixe des limites pour pouvoir matériellement continuer à "suivre" mon flux. Sur Twitter la limite est autour de 100 comptes suivis. Dès qu'un compte me bassine ou ne m'intéresse plus, je le gicle sans vergogne. Plus le temps passe, plus je me rends que je n'arrive plus à suivre toutes les informations qui me parviennent (l'âge surement...). Twitter est sans doute le plus productif des flux.

Pour mon cas, me connectant souvent au site Skiller, suivre le compte Twitter me semble inutile...

5
il y a 1 an par PascalW

bonjour

Je suis en phase avec @olivierChaillot er et je pose régulièrement la question aux entreprises qui veulent exister en ligne: pour gagner quoi et à quel prix?

Je pense que tu as atteint un premier palier et qu'il te faut aller faire la promotion de Skiller autour de nouvelles sphères.

Si le fait d'augmenter le nombre de followers est vraiment important pour toi, abonne toi à certains robots thématiques. Dans les heures qui suivront tu auras des centaines de followers supplémentaires (qui ne serviront pas à grand chose mais qui grossiront ton compteur).

.

4
il y a 1 an par BUROPOLESERVICESLABEGE

C'est formidable tout çà !

Mais on passe quand même beaucoup  de temps à être sur internet à follower.,  liker, etc ...   oui on est visible....

mais est ce que çà amène vraiment des clients qui signent des contrats ? 

2
il y a 1 an par JoyceMarkoll

Je ne sais pas, je ne fais rien pour avoir de nouveaux followers, pourtant à chaque fois que je tweete ou retweet j'en ai deux ou trois de plus. Je dirais que pour avoir de nouveaux followers, il faut peut-être simplement rester soi-même ?

2
il y a 1 an par FabriceT

Cela semble pourtant facile d'acquérir des followers : h--p://100kfollowers.net/index.html

2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.