La puissance numérique aujourd'hui disponible à moindre de coût pourrait (devrait) permettre au monde associatif de décupler l'innovation sociale. Pourtant, je constate trop souvent une frilosité dommageable, alors que la collaboration fait normalement parti de l'ADN des associations. Qu'est-ce qui bloque ? Comment engager le changement ?

association économie collaborative empowerment numerique réseaux sociaux
8
4

12 réponses

il y a 4 ans par SteeveLesbros
J'ai un concept !
A-lasso.fr (A l'assaut)
Je regrette de recevoir bon nombre de candidats en stage qui n'ont que des cas d'école à présenter concernant le numérique. Alors qu'ils pourraient tous se faire la main en proposant leur service gratuitement à des associations, ils compléteraient, agrémenteraient alors leur CV / portfolio.
Je reviens sur le concept, il s'agirait d'une plateforme mettant en relation les associations et les étudiants ayant besoin de références dans les métiers du numérique.
C'est pas géniale ? ^^
6
il y a 4 ans par FredericGASNIER
Merci Steve ! Cela semble en effet être une très bonne piste !
1
il y a 4 ans par MurielGINESTE
l'idée est géniale ! On pourrait associer des étudiants du design. J'ai travaillé avec une promo de Master 1 de l'institut de design sur l'identité visuelle de CISALI et je dois dire que l'expérience est très enrichissante. Les propositions qu'ils font bousculent parfois mais ça file la patate ! Eux aussi ont besoin de book pour rendre visible leurs talents.
2
il y a 4 ans par oimoci
+1 Steeve ! et +1 @MurielGineste ! Effectivement, l'apport des designers est indéniable ! @MarcBoyer a organisé pendant plusieurs années la Nuit Blanche de l'Innovation, que j'ai accompagné avec grands plaisirs quand j'étais chez Poult, lors de laquelle environ 150 étudiants de master doivent répondre à des défis avec des innovations (virtuelles).... Et je pense qu'il confirmera l'apport des jeunes designers !
2
il y a 4 ans par MurielGINESTE
En lisant les commentaires, je pense que toutes les hypothèses sont valides : manque de moyens, de compétences, d'organisation, de temps, de bras pour faire, de moyens d'accès à des connexions ou du matériel performant... Mais comme tu le soulignes, les associations ont besoin d'outils numériques pour la gestion courante, pouvoir ouvrir des espaces collaboratifs dématérialisés pour travailler ensemble à distance, des outils de communication pour rendre leurs actions visibles, créer des emplois... La question est : comment peut-on les aider pour cela ? Trouver des financements (le nerf de la guerre) ne suffit pas, il faut trouver et organiser des compétences.... Grace au CLAP peut-être !? ( www.clapmp.com/) Ou bien, il nous reste la possibilité de créer une association ;-)
4
il y a 4 ans par FredericGASNIER
Merci Muriel pour votre commentaire, je partage votre sentiment
2
il y a 4 ans par oimoci
Chiche Murielle ;) Sinon, on les invite sur Skiller pour commencer !!!
1
il y a 4 ans par jeromedelon
je crois que le monde associatif serais intéressé par se monde numérique mais se qui manque c'est des animateurs sociaux qui s't connaissent. De plus pour faire intervenir des personnes extérieur il faut les payer et leurs tarifs sont peut être a leur porter. C'est souci financier sont important car les subventions de celles ci sont entrain d'être réduite. De la part d'un futur animateur social(diplômé).
3
il y a 4 ans par usercentric
Oui il y a une problématique de compétence et les formations commencent à intégrer le numérique. La fonction de community manager constitue une avancée pour ce type d'organisation.
2
il y a 4 ans par usercentric
Il y a une grande diversité d'associations donc certaines très pros et d'autres totalement néophytes. Donc il faudrait cibler un secteur pour répondre précisément. Et commencer par distinguer les associations "professionnelles" et celles plus centrées citoyens. Mais le raisonnement vaut aussi pour les TPE, artisants et indépendants.
3
il y a 4 ans par FredericGASNIER
je songe par priorité aux associations "citoyennes" qui fonctionnent grâce à l'engagement des bénévoles. Je suis d'accord avec vous : la question de l'appropriation du numérique n'est propre au monde associatif, mais revêt un sens tout particulier quand il s'agit de valoriser les initiatives de la société civile.
1
il y a 4 ans par usercentric
Autre réponse : il faut exiger des offreurs de solutions des services extrêmement intuitifs, ce qui commence tout juste à être le cas aujourd'hui. Et l'arrivée des usages mobiles avec les app (qui vont influencer aussi les usages sur ordi) est pour moi la réponse la plus adaptée.
Ensuite une association citoyenne doit être très attentive à diffuser le savoir-faire et ne pas considérer le numérique comme une simple affaire logitique. Il faut penser système d'information associatif ce que très peu de dirigeants associatifs savent conceptualiser. C'est un élément stratégique de l'asso au même titre que le système d'adhésion.
Une bonne méthode vis à vis des adhérents est celle des petits pas autrement dit des micro-réussites : apporter des réponses simples et pratiques rendues possibles par le numérique pour vivre cet apport comme un plus et non comme une contrainte. Mais bien tester avant pour éviter l'effet démo souvent décrédibilisant.
3
il y a 4 ans par usercentric
L'hétérogénéité des profils de membres (équipement, savoir-faire) contribue à ralentir le déploiement du numérique. Et ce n'est pas la faute uniquement des associations mais aussi des offreurs de services qui longtemps ont été mono-plateforme. L'approche responsive design et appli mobile constitue dans ce contexte une vraie avancée mais il faut le temps que cela se déploie.
3
il y a 4 ans par oimoci
Frédéric, une nouvelle fois, j'ai l'impression que toi aussi tu es confronté à une certaine rupture générationnelle (je ne parle évidemment pas de toi !).... Et comme toujours, il faut commencer par démystifier l'utilisation de ces nouveaux outils. Comme le dit @denisPansu un des enjeux fondamentaux est l'ergonomie, l'intuitivité, des solutions mises en oeuvre.

Pour une association, on peut peut-être commencer par des outils très simples et pratiques comme twitter, scoop-it, facebook.... et démontrer par l'usage qu'ils ont un intérêt évident (pro ou pas pro).
3
il y a 4 ans par Julien
Les personnes qui sont les plus actives dans l'associatif, ne sont pas les plus numérisées.

J'ai fait un petit billet de bonnes pratiques sur ça : blog.juliendelrio.fr/mes-conseils-pour-facilite...

Je les mets en pratique dans toutes les assos, et ça rend les assos plus productives.
2
il y a 4 ans par FredericGASNIER
Merci Julien de votre commentaire et de votre article auquel j'adhère complètement en tant que parti prenante dans un Comité de quartier. Pour vous comme pour moi, l'appui des outils collaboratif est décisif pour l'action associative. Ce qui ne va pas de soi pour la plupart des membres de mon association... Qui sont embourbés dans des schémas anciens qui freinent l'action et la décision. La question n'est donc pas tant celle des outils que de leur appropriation...
5
il y a 4 ans par HGAD_Consulting
Un des éléments de réponse vient également du fait que les personnes qui font tourner les associations, salariés ou bénévoles n'ont pas forcément la formation et le bagage suffisant pour allers vers le tout numérique ou plus de numérique, et je suis confronté à cette situation en ce moment dans une association sportive. Les bénévoles n'étant pas légions, on compose pour que tout le monde puisse continuer de s'investir sans se sentir exclu.
2
il y a 4 ans par ArlitConseil
Oui, je crois aussi, pour en accompagner de nombreuses, et y être engagée bénévolement, que ces outils sont difficiles à maîtriser par des bénévoles retraités - ou pas. Même si l'un d'entre eux sait les installer, les autres auront du mal à les utiliser.
Certains ont même du mal à se servir d'un tableur pour les comptes annuels...
2
il y a 4 ans par FredericGASNIER
Justement, avec les progrès de l'expérience utilisateur, on devrait avoir une appropriation croissante. Excel vous pensez bien que c'est un vrai cauchemar pour les seniors ! Merci de votre commentaire !
2
il y a 4 ans par FranckMen
A default de subventions, c'est surement aux collectivités d'offrir un package numerique de base a toutes les assos.
2
il y a 4 ans par FredericGASNIER
Toute la question est alors de savoir si effectivement les CL possèdent ce type de compétences, ou même si elles sont susceptibles d'initier ce type de démarche
3
il y a 4 ans par oimoci
à Toulouse, en tout cas, on a des champions de la com digitale... ou on avait...!
3
il y a 4 ans par FredericGASNIER
Il faut aussi songer envisager les conséquences sociétales et "politiques" de l'appropriation du numérique par les associations (et la société civile plus globalement d'ailleurs) : que devient le positionnement des CL, qui doit alors nécessairement évoluer ?
2
il y a 4 ans par samiraSeltani
j'ai rencontré l'année dernière les créateurs de HelloAsso helloasso.org/associations/?page_id=1346
une première réponse pour donner l'accès a la puissance du web aux associations afin de collecter des dons, communiquer sur leurs évènements, organiser une campagne de dons.
Effectivement il reste toujours ces petites asso de quartiers gérées par des retraités qui ne métrisent pas l'outil internet, mais il y en a d'autres et pas forcement des grosses qui l'utilise très bien ainsi que les réseaux sociaux. (exemple : la cravate solidaire, Passeport Avenir, ...je peux vous en citer une centaine que je suis régulièrement sur les réseaux sociaux)
2
il y a 4 ans par YaelAzoulay
Une réponse un peu décalée mais pourquoi ne pas se rapprocher de l'initiative "talents solidaires" lancé par Felix un des participants de Ticket for change 2014 - stage 4 jours sur 5 ds l'entreprise, 1 jour sur 5 dans une asso, payé 100% par l'entreprise.fr.slideshare.net/mobile/TicketforChange/bilan-... page 95
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.