Dans la droite lignée des valeurs prônées par skiller et la libéralisation des compétences, quel avenir voyez vous pour le marché du consulting ?

competences conseil uberisation
5
6

7 réponses

il y a 2 ans par ArnaudLemoine
C'est un marché totalement atomisé depuis plus de 20 ans..ou cohabite soit de gros cabinets (qui ont racheter dans les années 90 - 2000 tous les cabinets de taille moyenne) soit des indépendants... dont plus de 50 % sont en mode survit car ne facture pas assez

J'avais participé à une étude avec la CPC (Chambre Professionnelle du Conseil) et, nous avions lors de notre enquête pu constater que le nombre de consultants sur le marché avait la même croissance que le nombre de cadres en fin de droit à Pole emploi.... C'est un marché ou l'on trouve de tout.. le meilleur comme le pire et il n'est donc pas aisé pour le client de faire son choix.

Si on veut que le marché soit en croissance il faut le professionnaliser afin de garantir une qualité de service...

Bref.. un vrai débat pour les années à venir
6
il y a 2 ans par BertrandPimpin
Tout à fait d'accord avec vous. Le nerf de la guerre est pour moi de constituer un réseau d'experts reconnus. Le conseil est un métier de conviction, de savoir-faires, de références. Qui fonctionne à mon avis soit grâce à la puissance des grandes marques (ACN, PWC, pour n'en citer que qqs uns) soit par la force des réseaux (donneur d'ordre,...). En réalité un pouvoir très concentré. Je suis à 1000% pour la libéralisation du modèle et l'expression réelle des compétences. Mais comme vous dites il y a du boulot :)
2
il y a 2 ans par oimoci
je vois assez bien son avenir sur Skiller avec des experts reconnus par leurs pairs en toute transparence ;)
5
il y a 2 ans par BertrandPimpin
Attaquer les boites de conseil sur leur terrain ;) Ambitieux ! I like comme dirait un de vos confrères !
2
il y a 2 ans par JoyceMarkoll
> je vois assez bien son avenir sur Skiller avec des experts reconnus par leurs pairs en toute transparence ;)

Avec ce que le droit individuel à la formation est en train de devenir, (j'ai des échos ces jours-ci, argh… ), des plateformes dédiées avec des like, ce ne serait pas pour me déplaire.
2
il y a 2 ans par olivierChaillot
Un métier multiforme où cohabitent ceux qui font ça par défaut en attendant de retrouver un travail, ceux qui ont une offre de capacité (je viens renforcer ponctuellement un service, une fonction en période de pointe), une activité de consultant (je vous transfert méthodes, techniques et outils pour vous faire progresser et vous rendre autonome), une activité d'externalisation ou une activité tendant vers le temps partager (je renforce périodiquement votre capacité à créer ou occuper une fonction jusqu'à vous rendre autonome ... ou non), une activité de transition (j'occupe une fonction avec une mission temporaire pour vous faire passer d'un point A à un point B) ... je vous laisse le soin de continuer la liste ...
Alors, il faut non seulement agir vers le secteur pour que chacun (conseil) sache se positionner et devenir performant sur son (ou ses) segment(s) ET sur le marché pour que les clients sachent définir ce qu'ils attendent ...
Comme le fait remarquer @ArnaudLemoine, le rôle des organisations professionnelles (OP) est incontournable que ce soit le CPC, le CINOV, le SYNFIE pour ce qui me concerne, mais également les OP "généralistes" comme la CGPME, l'UPA, ... comme les OP de branche qui ont un rôle "d'éducation" de leurs membres ...
Quant à l'impact de la numérisation (que tu nommes "Ubérisation") elle n'impacte ni plus ni moins le secteur du conseil que les autres activités économiques (ou non d'ailleurs) et constitue un des éléments facilitant la dérégulation massive des activités humaine ... plus connu sous le nom de "mondialisation" ...
La question est donc très complexe et ne peut se cantonner à une simple opposition entre des gros et des petits (qui pour sortir leur épingle du jeu doivent être experts ou développer un avantage concurrentiel fort), des numérisés ou non, des syndiqués ou non, ... Vaste sujet !
4
il y a 2 ans par FredericLibaud
Bonjour,

Je partage les avis/positions de @ArnaudLemoine et @olivierChaillot mais, je ne suis pas le seul.

La thématique est large et l'uberisation n'est finalement qu'un vecteur. Ce n'est pas un facteur.

Les professionnels du conseil, comme pour d'autres secteurs d'activités d'ailleurs, sont toutefois peu impliqués dans des structures collectives représentatives. Alors que comme tout à chacun le sait "l'union fait la force".
Se fédérer permet d'échanger, de s'améliorer, de participer à des projets collectifs pouvant avoir une incidence sur sa propre structure. Et comme j'aime a le dire "il ne faut pas craindre la concurrence", celle-ci peu parfaitement s'avérer vertueuse.

Au passage, je rappel que les Fédérations CINOV et SYNTEC sont les seuls à pouvoir signer la convention collective de branche et donc à être plus particulièrement reconnu par nos institutions. Ce qui n'en donne pas pour autant une visibilité médiatique.

En tant que membre de CINOV -iT, le syndicat des entrepreneurs du numérique, je peux dire que nous faisons au quotidien un travail fédérateur au profit des indépendants et petites structures. Ce qui représente plus de 90% des entreprises de la branches et la moitié du chiffre d'affaire du secteur.

Frédéric Libaud, Expert en Numérique, Référent pour la région ouest de CINOV - IT
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr | www.cinov-it.fr
2
il y a 2 ans par BertrandPimpin
Bonjour et merci pour votre réponse. Il y a t il des démarches à suivre pour adhérer au CINOV ? Quels types de structure sont éligibles ?
1
il y a 2 ans par FredericLibaud
Bonjour,

CINOV (www.cinov.fr) est une fédération, si vous êtes éligible pour adhérer à un des syndicats techniques, vous aurez un dossier d'adhésion à compléter.
CINOV est représenté en région par un syndicat regroupant l'ensemble des adhérents des différents syndicats techniques.

Pour le numérique sont éligibles les activités de conseil, d'éditions, de services, ... c'est expliqué sur le site. Je me permets également de vous suggérer de prendre contact avec les assistantes du Syndicat. Vous pouvez également adhérer en ligne.

Frédéric Libaud, Expert en Numérique, Référent pour la région ouest de CINOV - IT
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr | www.cinov-it.fr
2
il y a 2 ans par Duc
Cadeau : les barbares attaquent le consulting, by Oussama Ammar de TheFamily : www.youtube.com/watch?v=b6UCYrIfVlk
2
il y a 2 ans par gmaison
Je ne sais pas pourquoi je ne suis pas étonné de cela part The Family :)
1
il y a 2 ans par YohannROBERT
Je pense que l'uberisation aura du bon pour donner de la visibilité aux experts qui sont nombreux à être très peu visibles. Le phénomène est déjà en marché par ex avec freelancer.com
1
il y a 2 ans par FredericLibaud
Bonjour,

Sauf que ils sont nombreux, dans de nombreux pays grâce à la mondialisation et n'ont pas les mêmes contraintes.

Il est regrettable de devoir constater que la première chose qui est regardé c'est le prix et non le rapport qualité/prix potentiel de la prestation. Ce constat ne date pas d'hier, quand on voie par exemple des formations en sous-traitance proposé à moins de 300€ jours frais compris par exemple. Alors que la moindre chambre d’hôtel convenable coûte aujourd'hui une 100€/nuit.
Alors bien sûr il faut que ce soit raisonnable, je ne peux pas donner d'approche mais on est très loin d'une rémunération des prestations à la hauteur des enjeux.

Je ne compte plus le nombre d'exemple de projets sous-traiter à l'étranger et ce entre autre dans le numérique, avec des surcoûts finaux suffisamment important pour remettre en cause cette stratégie.

Finalement c'est la stratégie d'achat qui doit être reconsidérer. On nous incite ainsi à acheter français, pour les produits de consommations courantes. Alors cela devrait l'être aussi pour les prestations, les collectivités et l'état devant montrer l'exemple bien sûr.

Frédéric Libaud, Expert en Numérique, Référent pour la région ouest de CINOV - IT
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr | www.cinov-it.fr
1
il y a 2 ans par gmaison
Je vois surtout un marché protéiforme, avec la même représentation décrite par @ArnaudLemoine. Je ne pense pas qu'il y aura de grands changements. Probablement lié au paradigme numérique de nouvelles méthodes, de nouveaux outils et de nouvelles compétences qui se développeront.

Comme le dit @oimoci, de nouveaux modes de partage de compétences, de faire du business, etc. apparaîtront. Mais globalement, le partage de compétence - rémunéré ou non - restera, avec de grandes cabinets de consultants, des petits aussi, des indépendants qui auront beaucoup de boulot et d'autres non.
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.