Ce devait être "la révolution" en matière d'apprentissage mais aujourd'hui les résultats annoncés sont très décevants (Taux de validation/nombre d'inscrits)
Aux us des études montrent que moins de 10% des inscrits vont au bout de leur formation.(imaginez cela dans l'entreprise !!!)
En avez vous utilisé et si oui êtes vous allés au bout ? L'auriez vous fait si cela avait été payant ?

apprentissage e.learning formation les mooc
7
6

26 réponses

il y a 4 ans par JeanPaulCAVALIER
J’ai suivi un MOOC jusqu’au bout avec succès : MOOC de l’ESSEC « L’avenir de la décision - Connaître et agir en complexité » www.coursera.org/learn/lavenir-de-la-decision. Je suis actuellement en train de suivre le MOOC de HEC en collaboration avec Ticket for Change www.ticketforchange.org/ : « Devenir entrepreneur du changement » www.coursera.org/course/entrepchangement, j’entame la 3ème semaine et pour le moment je tiens toujours sachant que je ne travaille sur les MOOCs que le week-end ayant une vie professionnelle trop chargée. Mon retour d’expérience est que j’adore. Si j’étais à la retraite, je pense que j’en suivrai plusieurs à la fois !
J’aime la gratuité : comme je ne suis pas sûr d’avoir le temps et le courage d’aller au bout, c’est bien mieux ainsi. Si les MOOCs avaient été payants même un prix modique, je ne me serais pas inscrit c’est certain. Pour les deux MOOCs que j’ai suivis, j’ai trouvé le contenu très intéressant, j’ai appris des choses qui me sont directement utiles dans la vie professionnelle. J’ai adoré la variété des étudiants et les interactions : il y a des jeunes et des vieux, des « employés », des « à leur compte », des chômeurs, des personnes qui se cherchent, d’autres qui savent parfaitement ce qu’elles souhaitent faire. Les participants sont bienveillants les uns avec les autres. Tout le monde francophone se retrouve réuni : expatriés, québécois, africains, Suisse, Belge, étudiants apprenant le français de tous les pays. Tout le monde peut interagir autour des cours sur des forums dans une grande diversité très enrichissante. Pour le MOOC de l’ESSEC, c’était très vivant avec des contributeurs de qualité. Le taux d’attrition est en effet énorme : 15.000 inscrits au MOOC de l’ESSEC, 460 « diplômés » ayant cumulé des notes avec une moyenne supérieure à 60%. Mais je ne vois pas en quoi c’est gênant au contraire. Ceux qui sont allés au bout ont montré leur vrai intérêt pour le sujet et s’ils se distinguent de l’énorme masse tant mieux pour eux, ils peuvent être fiers ! de plus, ce n’est pas comparable à une école ou une fac ou les étudiants sont « obligés » d’aller au cours, de passer les examens et de réussir. Le MOOC, c’est la liberté, si le cours m’intéresse mais que je ne souhaite pas passer les quizz, je suis libre. Si une seule semaine m’intéresse vraiment, je peux m’y consacrer et ne pas suivre les autres. Dans les deux cas je serai compté dans le taux d’attrition mais dans les deux cas le MOOC m’aura apporté quelque chose. Vive la liberté d’apprendre quand je veux avec qui je veux et gratuitement en plus !
Je suis tellement passionné et convaincu que j’ai lancé l’idée dans ma boîte de co-créer un MOOC avec une Ecole ou une université. Nous avons pris des 1ers contacts et eu une discussion passionnante avec un cadre de Coursera www.coursera.org/about/community (1ère plate-forme mondiale de MOOCs) car ils ont un projet très proche de notre idée. Ils sont en train de prendre contact avec de très grandes boites www.atelier.net/en/trends/articles/moocs-course... sachant qu’ils partagent déjà des données avec LinkedIn. Imaginez la puissance de feu : Coursera-Google-LinkedIn. La disruption arrive dans le domaine de la formation. Mettons 5/10 ans maximum, cela va être sanglant.
Je partage avec vous notre pitch pour savoir ce que vous en pensez.
Pour la 1ère fois réunir le meilleur de la recherche académique et de la connaissance pratique de l’entreprise. Intérêt pour l’Ecole : nous pouvons apporter beaucoup de contenu et financer le MOOC sur un sujet qui est cible pour l’Ecole, nous avons la chance d’avoir une marque connue, le co-branding sera un win-win. L’intérêt pour l’entreprise : 1) des dizaines de milliers de personnes (notre MOOC sera en anglais) vont connaître notre entreprise comme souhaitant contribuer à une formation gratuite du plus grand nombre 2) les personnes qui seront allées au bout du MOOC seront des cibles pour notre recherche de talents (intéressés par notre cœur de métier, volontaires et persévérants, se détachant de milliers de candidats, que demander de plus), 3) nous pourrons ré-utiliser tout ou parties des contenus pour des COOC ou nos sites Web dans le cadre du « Client Education », 4) nous mettons en valeur nos collaborateurs experts qui seront enchantés de contribuer à cette aventure.
Alors qu'en pensez-vous ?
10
il y a 3 ans par fdomon
Comme dit avec raison @gmaison les moocs sont des poc. Enfin ce sont des protos avec pléthores d'effets diligences (www.linkedin.com/pulse/innovation-et-effet-dil...édéric-domon ).
+1 @JeanPaulCavalier Vous décrivez le concept de l'Entreprise Enseignante. Enfin les moocs ne sont qu'une petite partie d'un tel concept. Je serai ravi d'en parler de vive voix avec vous . Je vous propose de nous connecter sur linkedin pour poursuivre l'échange.
2
il y a 3 ans par Sylvain_Laquiche
Comme @JeanPaulCAVALIER je suis un MOOC certifiant de Centrale Lille durant 4 semaines, de très bon niveau et qui demande une forte implication en plus des journées de travail. C'est très bien encadré et animé. Il se conclut même par une gestion de projet à mener en équipe. On est sur un super outil pédagogique.
A contrario je déconseille les MOOC sociétés privées, et les SPOC qui ne valent pas une vidéo youtube et une littérature descente.
2
il y a 3 ans par JeanPaulCAVALIER
Il y a 9 mois je vous parlais de l’idée que j’ai initiée dans ma boîte de co-créer un MOOC avec une Ecole ou une université. Et voilà !!!! Je suis super heureux de vous annoncer que notre bébé voit le jour. Nous lançons en Avril avec HEC un MOOC en anglais sur la plateforme Coursera : « Investment Management in an evolving and volatile world » www.coursera.org/learn/investment-management. A notre connaissance, c’est le 1er MOOC portant sur la gestion d’actifs.
Jamais je n’avais eu l’occasion de mener un projet rencontrant autant de bienveillance au sein de l’organisation. Tout le monde a donné le meilleur (au-delà de son travail habituel) pour le faire réussir. C’est une belle aventure qui se concrétise et dont je suis très fier
Maintenant, s’ouvre la grande inconnue. Est-ce que le MOOC va « marcher » ? Est-ce que les étudiants seront satisfaits ? Il y aura-t-il des retombées positives pour l’entreprise ? Est-ce un modèle intéressant ?
Je vous ferai un bilan dans quelques mois.
En attendant, n’hésitez pas à recommander le cours à toute personne intéressée par ce secteur d’activité.
2
il y a 4 ans par IsabellePruvot
A la base je trouvais l'idée géniale. Je me suis donc inscrit la première fois pour un cours de philo sur FUN (France université numérique) : www.france-universite-numerique.fr/ mais je n'ai jamais été au delà du 1er cours !!! J'ai enchainé avec Kahn Academy pour apprendre à coder (fr.khanacademy.org/), à nouveau inscription mais sans suivi et enfin dernièrement sur Coursera pour un programme de Design Thinking (www.coursera.org/) , là je suis un peu plus assidue mais le programme n'est pas fini.
Ce qui pêche ? La gratuité peut-être, le manque d'originalité dans les contenus (fond+ forme), trop de choix aussi et la tendance à s'éparpiller ? Surtout, le manque d'interactivité et de partage, même si beaucoup proposent des chats en ligne et des blogs pour échanger.
De mon expérience, je préfère des modules courts (5 min max) car des vidéos d'1/2 heure sont difficiles à caser dans la journée.
Je pense que l'approche demeure trop individuelle et théorique, le sujet est trop passif, il faudrait créer d'avantage d'interactivité, via du Gaming ou de la simulation afin de créer un processus addictif.
C'est la façon même d'enseigner qui est à revoir, avec certains MOOCs on s'est contenté de mettre les apprentissages traditionnels en format video.
Pour répondre à la dernière question, un engagement financier encouragerait certainement à aller jusqu'au bout, mais me serais-je inscrite si cela avait été payant ? Pas sûre...
8
il y a 4 ans par gmaison
Les MOOCs sont pour moi des Proof of Concept. C'est aussi un nouveau paradigme émergent concernant la formation et l'éducation.
C'est un business model qui est en train de se chercher, de se créer. Il m'est avis que cela va vite évoluer. Quoiqu'il en soit, au vu du nombre d'inscrits en permanence, au vu de malgré tout une quantité plus grande de MOOCs et *même si la plupart des inscrits ne terminent pas les MOOCs*, le besoin et la curiosité des gens sont là.

Ce sont, je pense, d'excellents outils de sensibilisation approfondie, du moins pour la plupart dans leurs formes actuelles. On ne peut, au travers d'un MOOC de quelques semaines, remplacer des années de formation sur des sujets. Tous les sujets ne s'y prêtent pas non plus.

Je pense que la gratuité est un obstacle à la vision et au but des MOOCs. rendez certains MOOCs payants et je pense que les inscrits resteront plus longtemps :) Quoiqu'il en soit, la désintermédiation, la nouvelle organisation, le non besoin de présentiel, une organisation one-to-one entre le(s) professeur(s) et les inscrits peuvent être des arguments pour faire évoluer l'éducation et le business model des MOOCs.

Mais encore une fois, c'est un business model qui se cherche, qui est émergent. Il faut continuer de l'observer et de participer, car probablement les choses évoluent.
6
il y a 4 ans par ArlitConseil
Je viens de démarrer un Mooc, proposé par HEC via Coursera, entrepreneur du changement. C'est mon premier essai.
Il semble assez intéressant et rythmé dans la forme, pas trop long (7 semaines à 2h par semaine) avec des exercices et évaluation de pairs.
Effectivement, pas mal de "défections" dès le début : 16 500 inscrits ; 5 500 quizz et exercices soumis en 2 semaines (1 de chaque par semaine à faire).
C'est gratuit, mais le certificat est payant pour une somme modique. Je ne me suis pas inscrite pour le certificat, non pas parce que c'est payant, mais parce que je ne voulais pas me mettre plus de pression que nécessaire.
Je ne me serai pas inscrite si le Mooc avait été payant dans son ensemble.
Le système me va bien, car me permet de bénéficier d'un réseau international de haut niveau notamment parmi les intervenants, un éclairage hors de mes sentiers battus. Je n'aurai surement pas trouvé cela dans une formation classique, surtout en région.
Il m'apporte un éclairage sur mon métier qui est d'accompagner ces projets là.
Je peux y travailler facilement (plus ou moins) car je suis indépendante et gère mon temps comme je l'entends ; je ne l'aurais pas fait si j'avais du le faire en plus d'un boulot à l'extérieur.
Je me pose des questions sur l'évolution de ces business models. : cela coute surement très cher à monter (en tous cas, celui que je suis), il faut le faire connaitre...
6
il y a 4 ans par JeanPaulCAVALIER
Nous sommes au moins 3 sur Skiller à suivre ce MOOC proposé par HEC: vous, BrieucD et moi.
Étonnant n'est ce pas ?
1
il y a 4 ans par PiemGChaps
Quand le MOOC sera autre chose qu'une simple "Vidéo en ligne" ce sera peut être plus intéressant :)
J'attends clairement plus d'intéraction! Peut-on imaginer quelque chose de ludique qui ne soit juste pas Boring au bout de 5 minutes? Un truc avec dedans de la réalité augmenté, des notifications push, de l'intéraction dans la vidéo, où le spectateur est acteur!! CA c'est du MOOC!
Si vous avez vu passer un comme ça: je veux voir ;)
6
il y a 4 ans par BrieucD
Je suis également le MOOC de Coursera "Devenir entrepreneur du changement", c'est le premier du genre auquel j'assiste, et je trouve ça plutôt très réussi. Bien sur, rien ne remplace une interactivité forte avec l'intervenant quand il s'agit de formation académique. Pour ce type de cours, j'y trouve de nombreux avantages:
- La possibilité (et presque l'obligation) d'avoir recours à des medias multiples permet d'offrir des témoignages, des illustrations concrètes là où il est souvent difficile d'inviter physiquement des intervenants.
- La flexibilité du suivi pour l'élève, qui permet de se consacrer au MOOC quand on est VRAIMENT disposé à y assister. Pour exemple, j'ai eu la grippe au début de ce MOOC. Dans une formation classique, ça aurait été rédhibitoire. Là, j'ai pu sans problème rattraper mon retard et me remettre dans le bain.
- La multitude des enseignements disponibles est inouïe! Une formation en entreprise est souvent lourde à mettre en place, coûteuse, et son intérêt dans le parcours d'entreprise doit être dûment justifié pour permettre d'y assister. Dans les MOOC, certes il y a un risque d'éparpillement, mais je verrais plutôt ça comme une opportunité pour chacun de piocher ce qu'il y a à piocher dans chacun des cours. Ce n'est plus le cursus qui s'adapte à "l'élève", c'est l'élève lui-même qui adapte son suivi des contenus à ses besoins/envies.
Bref, c'est un formidable potentiel d'ouverture ver des disciplines et des pratiques connexes, ou complètement étrangères.
6
il y a 4 ans par Charlene
Bonjour, je n'ai jamais encore essayé, mais de lire tous vos commentaires, me donnent envie ! Je vais regarder ça et je vous ferai un retour.
3
il y a 4 ans par Helene
J'ai suivi le MOOC Effectuation et I.D.E.A de l'EM Lyon, débuté quelques autres et suis en train de suivre Du manager au leader du CNAM où j'ai entrainé 'officiellement' quelques pilotes 'en interne' avec la Direction de la Formation. A ce stade, je suis convaincue de l'intérêt pour satisfaire des besoins/envies personnels de découverte et je suis une pro-mooc :) mais la mise sur étagères en entreprise reste délicate tant que les formateurs ne connaissent pas le contenu et veulent garantir un certain retour...En tout cas, selon moi, les ingrédients qui marchent (et qui ne sont pas tous au R.D.V) sont : des vidéos courtes, des interview d'acteurs du domaine, des intervenants qui 'gèrent' leur débits de voix une étude de cas à faire pour s'engager avec corrections par des pairs, & une force d'entrainement pour que les 'stagiaires' interagissent, ce qui reste encore véritablement à développer ( ex : quizz avec résultat commun visible, jeu de la semaine en équipe préconstituée...).
5
il y a 3 ans par Sylvain_Laquiche
Bonjour Helene
Quel feedback as-tu eu de tes pilotes ? Est-ce que tu as pu créer une dynamique de groupe autour du sujet ? Penses-tu que la démarche menée à plusieurs est plus efficace (concoure à combler la "solitude" du MOOC-apprenant ?
Merci de ton retour
1
il y a 3 ans par Helene
Sylvain, je te ferai un retour fin avril, on a 2 dates de RDV d'ici là pour débriefer; l'animation directe a été 'légère' avec 1 RDV de départ, 1 RDV de mi-course avec des retours très marqués (super, j'apprends plein de trucs utiles ou trop théorique, pas assez ancré dans le monde de l'entreprise); étant donné que finalement ce MOOC est très descendant sans travail de groupe ni de corrections entre pairs (ce qui m'a fortement déçu), l'effet dynamique de groupe ne sera pas au RDV pour celui-ci.
2
il y a 3 ans par VeroniqueBOUTHEGOURD
Oui à tout ça .. idem , je rajouterai pour la force d'entrainement, une super équipe d'animation derrière .. Et @Sylvain, pour l'effectuation, des groupes "locaux" se sont constitués justement pour échanger
1
il y a 3 ans par MichaelBREEM
Je trouve les MOOC super intéressants. Je suis inscrit sur le MOOC GdP5(Gestion de Projet) de Remi Bachelet de Centrale de Lille.
Il permet de revoir ses connaissances et découvrir de nouveaux outils. Certes, c'est très prenant avec plusieurs type de Parcours et possibilité de travailler en équipe sur des projets. Même Gratuit la qualité est là par contre il faut être autonome et avoir du temps pour y travailler. Bref je le recommande.
Je suis inscrit en parallèle au MOOC du CNAM de Cécile Dejoux sur "De manager au leader 2.0" , intéressant et plus de théorie. Moins interactif que GdP mais ça permet de revoir les bases.
Il semble que chaque MOOC à sa manière de faire pour obtenir les attestations. Les SPOC sont payants. Je préfère la culture pour tous.
5
il y a 4 ans par cecilevarin
J'ai suivi pour ma part plusieurs MOOCS, avec differents résultats.. La qualite des contenus est inegale et j'en ai abandonné rapidement certains parce que le contenu ne correspondait pas à mon besoin.. La description du contenu des cours est parfois lacunaire, d'où ce type d'inadequation... qui explique pour moi partie des desaffections. Et cette liberté de pouvoir quitter un cours est plutôt fantastique !
Par ailleurs certains sont tres bien faits, et si cela demande en effet de l'investissement en temps c'est parce qu'apprendre ne se fait sans cela.
Pour le reste , il me semble que le modele, s'il est en construction, est un vrai modele pour l'avenir..
La question de la gratuité me laisse un peu perplexe.. pour ma part , je ne suis pas prette à payer pour le moment , je pourrais l'etre à l'avenir pour certains MOOCS s'ils sont déja bien réferencés..
4
il y a 4 ans par FlorenceRigneau
Je tire les mêmes conclusion que Cécile. J'en ai fait un 7 ou 8, peut-être plus depuis 3 ans. Je ne compte pas ceux qui m'ont ennuyée et dont le niveau n'était pas celui que j'attendais. Je n'ai jamais fait de MOOC sur FUN parce que (pas fun) rien ne m'a accroché, mais surtout des MOOC en anglais sur EDX, Coursera ou sur des plateformes moins connues. A présent, je n'en fais quasiment pas.

Je ne suis pas vraiment d'accord sur la remarque que les MOOC seraient trop académiques. Il y a de tout.
Il faut y investir du temps, les plus intéressants étant pour moi les MOOC avec la réalisation d'un projet de groupe (ou individuel) et les "peer reviews" où l'on doit se plonger dans la diversité des projets des autres, et les commenter et les noter selon des grilles. Je viens aussi de faire celui sur "U theory" et là, je n'ai fait que certaines vidéos, mais surtout les 5 sessions de pratique en groupe de 5 par skype.
Les MOOC avec des videos où le prof est face caméra et où le travail consiste à remplir un quizz, n'ont pour moi pas un grand intérêt pédagogique et cela ne m'étonne pas que les personnes décrochent.

Le côté gratuit incite à tester. Par ailleurs, j'ai fait un cours en ligne payant avec la prof et 200 autres stagiaires suite à un MOOC qu'elle avait créé et que j'avais suivi. Là, je n'ai pas hésité à payer car je savais après le MOOC que cette prof avait du talent, en plus de sa renommée internationale.
4
il y a 4 ans par JeanPaulCAVALIER
Les 2 MOOCs auxquels j'ai participé proposaient (entre autres) des vidéos avec un professeur ou un intervenant face caméra. En effet, ce n'est peut-être pas terriblement innovant. Je dirai toutefois que c'est moins pire qu'un prof dans un amphi car au moins, on peut: 1) passer au script si on ne supporte pas le ton ou le rythme (par exemple Edgar Morin parlait beaucoup trop lentement à mon goût dans le MOOC de l'ESSEC), 2) ré-écouter un passage important qui nous aurait échappé.
Pour l'usage de la vidéo, je pense aussi qu'il y a une question de coût, shooter une vidéo en dévidant un script face caméra est sans doute beaucoup moins coûteux que faire un truc hyper sympa de ce genre: www.economicprinciples.org/

Dans votre expérience des MOOCs quel type d'usage de la vidéo avez-vous particulièrement aimé ?
1
il y a 4 ans par FlorenceRigneau
Très jolie vidéo en effet, cependant bien longue à mon goût: 30 mn! et je ne parle pas de son coût. Cela représente beaucoup de travail de scénarisation, et la réalisation de l'animation.

Ce que j'apprécie dans le format et le type d'une vidéo de MOOC est fonction de mon style d'apprentissage. J'apprends mieux quand je vois faire, car je peux me projeter et avant cela, j'ai besoin d'avoir l'image global de ce qu'on va aborder. J'apprends très vite et je m'ennuie vite.

Donc, exit les longs monologues généraux, je veux des images, des schémas. J'ai déjà vu des vidéos de 20mn entrecoupées de questions auxquelles il fallait répondre pour poursuivre. Je n'ai pas aimé. Je faisais autre chose en écoutant ce long discours qui ne méritait pas une attention soutenue, mais je devais revenir à mon ordi plusieurs fois pour cliquer ou skipper la question.

Exit les rythmes lents, les répétitions d'une vidéo à l'autre (puisque l'on peut les revisionner). Apprendre donc à donner la quintessence en 5-7 mn, plutôt que délayer en 20-30 mn. Diviser les videos avec beaucoup de contenu en plusieurs petites. Mais là, ce ne sont que des principes pédagogiques de base!

J'aime les témoignages de personnes qui font, ou que l'on voit faire. Par exemple, quand je vois Walt Disney qui se met accroupi dans un parc d'attraction pour se rendre compte du point de vue de l'enfant, cela me donne plus d'information que 5 mn d'explications sur le pourquoi, et comment il met en oeuvre les différentes facettes de sa créativité.

J'aime les interventions d'un prof qui sait parler en public (ce qui n'est franchement pas le point fort des français) et qui est passionné par ce qu'il transmet et pas un ou un groupe de personnes qui feignent d'être dynamique parce qu'on le leur a demandé.

J'aime la diversité des supports pour garder un rythme dynamique et les hangout dans lesquels on peut poser les questions en direct au prof et que l'on peut revisionner plus tard.

Voilà, je ne suis sans doute pas représentative de tous les MOOCers. En discutant avec un des fondateurs d'une plateforme française, à qui je donnais mon feedback sur le manque de rythme, la lenteur et les répétitions, on m'a dit que c’était un des points que les internautes avaient apprécié: "pour une fois, pas comme à l'école, ils avaient pu comprendre et avaient une meilleure estime d'eux même"...La question est donc : à qui va s'adresser le cours, et puis adapter les outils en fonction.
2
il y a 3 ans par LydieT
Pour ma part j'ai découvert le MOOC il y a peu de temps car j'avoue que l'idée d'être seule devant son clavier sans interaction avec des pairs ne m'attirait pas beaucoup.
J'ai suivi un premier MOOC il y a peu, sur les RH, car je voulais tester ce mode d'apprentissage et voir si cela me convenait.
J'ai finalement trouvé ça très intéressant car cela permet en toute autonomie, notamment d'un point de vue des horaires, d'apprendre des choses nouvelles, d'échanger via les forums avec des personnes de tous horizons.
Là je teste "spice up your english" car j'étais curieuse de voir comment cela pouvait s'appliquer à un apprentissage linguistique.
Au final, je trouve que c'est une manière simple et efficace de se faire une culture générale. La gratuité est une bonne chose car pour le moment les MOOC ne sont pas vraiment valorisés et les niveaux semblent très différents d'un MOOC à l'autre.
En revanche je pense qu'il faudrait y introduire un peu plus de ludique car c'est parfois long surtout lorsqu'il y a beaucoup de chose à lire.
IL faut absolument varier les outils : vidéos, forum, projet collaboratif, évaluation entre pairs, vidéos,quizz, et pourquoi ne pas monter un serious game ?
Bref je pense que cela va continuer à se développer car c'est un outil intéressant qui en est qu'à ses débuts!
4
il y a 4 ans par HGAD_Consulting
Il y a du bon et du mauvais, sachant qu'il soit payant ou libre, diplômant ou non, cela part du principe qu'il faut être autonome et très motivé, car peu d'aide en ligne et assez basique. a titre personnel, j'en ai suivi plusieurs d'universités prestigieuses US, et qualité variée, suivi et contenu des cours soit vidéo, ppt ou pdf, et contient parfois des mini-projets. le tout est de savoir ce que vous en attendez et le temps imparti à y consacrer. seuls les MOOC longs (12-18 mois), payants et sanctionnés par un diplôme ont un contenu pédagogique assez complet, les autres sur quelques semaines/mois sont des éclairages, mais ne peuvent entrer dans le détail.
je suis également preneur d'autres expériences de MOOC via Skiller
3
il y a 4 ans par AlainPatoux
Merci beaucoup pour vos réponses qui confirment et complètent ce que je pensais. A savoir, que la gratuité n'est pas un atout car non impliquante, les sujets traités à ce jour trop académiques.Si quelqu'un a des éléments sur la moyenne d'age des utilisateurs je suis preneur.
Les approches pédagogiques sont souvent très classiques, les supports utilisés pas très "fun" ce qui explique peut être le fait que beaucoup d'inscrits se lassent et abandonnent.
Les technologies disponibles actuellement sont loin d'être exploitées, sans doute un problème de coût à la conception et de ROI.
J'adhère à 100 % aux remarques d'Isabelle qui a expérimenté les MOOCS.

Les MOOCS sont ils adaptés au besoin de l'entreprise? j'en doute.
D'ailleurs pour l'entreprise la tendance est désormais au SPOC (Small Private Online Course) et j'avoue avoir du mal à voir la différence par rapport au E. Learning pour lequel tous les LMS ont intégré les fonctionnalités des réseaux sociaux et les nouveaux modes d'apprentissage comme les classes virtuelles, inversées ...

Peut être que le modèle de demain sera hybride (mélange de MOOC et de SPOC) ?

A suivre ...
3
il y a 4 ans par jeromedelon
je suis allé deux trois fois pour voir et rien m'a fortement intéressé car ce que je cherche c'est des mooc sur le social ou l'histoire philo et par forcement tous ce qui management numérique etc...
3
il y a 4 ans par BenoitZELLER
Je vais tester pour la première fois, je ne peux donc faire de retours...

Par contre ce qui m'intéresse dans les Mooc, c'est la possibilité d'y accéder de n'importe où, de pouvoir gérer en fonction de mon emploi du temps.... je pourrais peut être en dire plus dans les prochaines semaines
3
il y a 4 ans par JeanPaulCAVALIER
Est-ce que ce cours de l'ENS pourrait vous intéresser ?
www.coursera.org/course/philofrancaise
Les problèmes métaphysiques à l’épreuve de la politique, 1943-1968
L'objet de ce cours est d'étudier l'articulation entre les prises de position et les théories politiques des philosophes français du XXème siècle et leur philosophie fondamentale, voire leur métaphysique. Le parcours proposé sollicite l'étude de textes entre autres de Sartre, Merleau-Ponty, Cavaillès, Weil, Levi-Strauss, Althusser, Foucault, Deleuze, Lévinas, Derrida...
2
il y a 4 ans par jeromedelon
merci Isabelle Pruvot je me suis inscrit et j'attend avec impatience mes premiers cours le 6 mai
3
il y a 4 ans par MickaelGUERIN
Impressionnisme (Orange et Musées Nationaux), décoder le code (Oranget Simplon.co), RH (EFC), transmedia storytelling (université de Bordeaux), manager 2.0 (CNAM), géopolitique de l'Europe (Sciences Po).... Voici les Moocs que j'ai suivi et terminé (certificat à l'appui). Est ce que ça servira professionnellement? Sans doute pas directement. Mais outre une ouverture ou un recentrage sur des domaines plus ou moins connus (formation RH et experience managériale...), cela permet d'accéder à des domaines éloignés, voire de découvrir des nouveautés.
Pour moi, le MOOC correspond à une université du temps libre, un moyen d'accéder à des connaissances auxquelles je n'aurais pas pu accéder du fin fond de la Drôme...
Donc pro MOOC.... Et j'espère meme pouvoir en créer un un jour...
3
il y a 3 ans par fdomon
@alainpatoux Quel est le rapport entre l'intérêt des mooc, le nombre d'inscrits, le 'taux de validation' ?

J'ai eu la chance de suivre des mooc à l'époque où cela ne portait pas encore ce nom. Ce sont d'ailleurs les échanges avec les 2 fondateurs du concept, Georges Siemens et Stephens Downes qui m'ont incité à me lancer dans les nouveaux apprentissages. Leur théorie est que la connexion aux autres est plus importante que la connaissance actuelle.

Le concept a été complètement dénaturé depuis. Quelle est la part de connectivisme dans un mooc actuel (et ne parlons pas des spooc) ? La plupart reste du elearning rebaptisé d'un nom plus hype.
On peut le regretter mais on peut voir aussi le côté positif.
En 97, Claude Allègre et Ségolène Royal ont répandu à perte sur les universités des dizaines de millions, dans le cadre du plan de développement des TIC dans l'enseignement. Royal (toujours prête à dire une imbécillité) parlait alors d' «un changement profond de civilisation et de pédagogie».
Résultat, toutes les universités se sont lancés dans la course à l'outil, s'équipant à qui mieux mieux de plateforme de LMS. Plateformes qui sont restés des coquilles vides parce que l'on avait juste oublié d'accompagner dans ce mouvement... les enseignants. Enseignants qui d'ailleurs n'étaient absolument pas prés à se numériser.
Aujourd'hui, les enseignants ont intégré le numérique. Ils commencent enfin à s'emparer des outils. Ok, leur maturité sur le sujet est encore perfectible (ils se contentent le plus souvent de reproduire leur cours) mais le mouvement est lancé. Un jour ils comprendront les concepts du connectivisme, proposeront des vrais dispositifs de social learning, abandonneront le modèle purement transmissif.
Du côté des apprenants aussi, les mentalités ont changé. Le numérique est entré dans les moeurs. Qui ouvre encore un dictionnaire pour chercher une définition ? L’appétence pour la connaissance n'a jamais été aussi forte. Et elle va l'être de plus en plus.
Le problème des mooc pour l'instant est la charge cognitive qu'ils demandent, le temps à y consacrer. On va évoluer vers des dispositifs plus fin, plus granulaire. Les moocs demandent des apprenants autonomes, qui ont déjà établis leur stratégie d'apprentissage. En gros, il s'adresse réellement à 1 ou 2% de la population. Mais le mouvement est enclenché. L'apprendre à apprendre va devenir une compétence clé fondamentale pour nos sociétés.

Le O de Mooc veut dire open, pas gratuit. Open, c’est la promesse que tout le monde peut y avoir accès, y picorer selon son intérêt. Le learning adopte à son tour le concept de longue traine d’Anderson : Je m’informe, me forme informellement, et si j’en veux plus, je peux suivre une formation en présentiel, en ligne… Le modèle est valide aussi en entreprise.
3
il y a 3 ans par ArlitConseil
En complément de réponse sur ce topic un peu ancien (antédiluvien à l'échelle de #skiller) voici un lien vers un article sur "la révolution MOOC" paru ces jours-ci www.zdnet.fr/actualites/la-re-volution-mooc-a-t...
3
il y a 3 ans par IsabellePruvot
Merci !
1
il y a 4 ans par BerangereTouchemann
Je me suis inscrite à un MOOC du Cnam, "du manager au leader 2.0."
J'en suis au stade où je me force à m'y rendre tous les dimanche... Difficile pour moi d'être assidue alors qu'il n'y a pas de carotte (certification, création de relation...). Bref, mes moteurs de motivation à moi ne sont pas en train de ronfler.
M'informer/me former via les réseaux sociaux me correspond mieux. Mais tout cela reste subjectif!
2
il y a 4 ans par Jean_Philippe_RYO
Je suis également le Mooc "du manager au leader 2.0" via la plate-forme Fun. J'en suis au dernier chapitre pour tout dire ;)
Mon ressenti :
- des modules assez inégaux en intérêt et qualité
- parfois un bel étalage de théories, cela résonne un peu avec bourrage de crâne vu qu'il faut que cela tienne en quelques minutes de vidéo
- un timing de départ sous estimé, ne serait-ce que pour suivre les vidéos et prendre un peu le temps de la réflexion, des échanges sur leur forum, répondre aux quizz également...
- une gratuité appréciable
- un forum qui n'incite pas à échanger, il ne suscite vraiment pas l'envie d'échanger.... Pas d'animation au sens positif : structuration des échanges
Pour autant, il y a des trucs intéressants à retenir. C'est plutôt une bonne sensibilisation au sujet à mon sens.
La motivation est celle de chacun : pas d'encouragement ni de récompenses... C'est facile de décrocher, comme dans toute auto formation d'ailleurs.
Personnellement, je pense que ce type d'auto formation a sa place en entreprise. Au même titre qu'un e-learning ou qu'un livre sur un sujet donné. On est sur ce pan de formation où chacun décide lui même de son propre niveau d'investissement personnel mais c'est difficile de compter dessus, de le mesurer, de considérer que c'est LE moyen de formation officiel de l'entreprise sur tel ou tel sujet. L'Oréal dispose ainsi de plus de 4000 sources d'auto formation (Mooc, serious games,...).
Il ne faut pas oublier non plus que le Mooc est aussi un moyen d'appel (harpon) pour attirer le client et proposer ensuite d'autres prestations payantes...
Les possibles se multiplient aujourd'hui : classes inversées, Mooc, Spooc, classés virtuelles,....etc. La vraie question est comment panacher au mieux les moyens de formation pour diminuer le temps présentiel sur du savoir purement descendant... Sachant qu'on veut redonner la part belle à l'apprentissage terrain.
4
il y a 3 ans par MickaelGUERIN
Hello Berangere, j'ai fait ce Mooc il y a qq temps. J'ai bcp apprécié les interview concrete, et la carotte pour moi, c'était de pouvoir disçuter avec la "prof" sur Twitter...
2
il y a 4 ans par EtienneSandeyront
J'en ai utilisé, j'ai suivi presque jusqu'au bout mais dans la douleur et donc sans aller jusqu'au diplôme. Je referai, en étant plus selectif à l'avenir même s'il faut payer un peu pour y trouver plus de qualité ou de dynamisme.
2
il y a 3 ans par RomainChambonnier
Pour ma part, j'ai suivit le MOOC sur le Design Thinking d'IDEA. J'ai réussi à aller jusqu'au bout, mais j'ai du me mettre un grand coup de pied dans le derrière pour y arriver. Dès la deuxième session je n'étais pas régulier sur le suivit des cours, je me suis retrouvé la dernière semaine avec 3 ou 4 sessions à rattraper.
Ce qui m'a énormément freiné, c'est le manque d'interaction pendant les cours : regarder environ 1h de vidéo n'est pas bien différent de suivre un cours magistral dans un amphi... ça devient vite ennuyant.
Il existait bien une plateforme pour échanger avec les autres personnes suivant le MOOC mais à 2000 participants ça devient vite difficile à suivre...

Au final je me suis inscrit car le sujet m'intéressait mais aussi pour voir comment se passait un MOOC, je ne suis pas sûre de recommencer...
1
il y a 3 ans par VeroniqueBOUTHEGOURD
Bjr, J'ai suivi plusieurs MOOC (EM lyon, et E-tuteur pour la certification, celui de l'entrepreneuriat social de l'ESSEC, celui de Pensée Design de France Business School ... et le prochain sera celui encore de l'ESSEC même si je n'aime pas la plateforme FUN (je préfère UnOW, beaucoup plus interactif à l'opposé de FUN, et là je rejoints PiemGChaps, les seules vidéos sur yutube sans réelle interactivité, ne sert à pas grand chose ) ... je suis à fond sur ce genre de modalités pédagogiques, sauf que pour beaucoup il manque l'autonomie d'apprentissage car il s'agit d'une autre posture d'apprenant ... Par ailleurs tous les sujets ne peuvent être abordés ... la méthode pédagogique n'est pas adaptée à tous les types de savoir à acquérir, Tous les outils pour l'apprentissage sont bien à condition d'utiliser le bon pour les bons sujets (ou thèmes) et des objectifs pédagogiques à atteindre .. c'est exactement la même chose que les formations e-learning pour le management, ça ne sert à rien ... "cen'est pas parce qu'on a lu un livre qui décrit comment nager, que l'on sait nager" et je rajouterai que ce n'est que du vernis de connaissance (dans ce cas) et non des compétences (compétences étant le savoir + savoir faire + savoir etre + savoir agir en temps T dans une situation Donnée) ...
1
il y a 3 ans par NicolasGruyer
J'ai suivi certains MOOCs géniaux et d'autres qui sont décevants (voire mauvais).
Une dimension qu'on mentionne rarement, c'est que les MOOCs permettent d'améliorer les cours de tous les profs. Un prof en début de carrière n'enseigne pas toujours à 100% dans sa spécialité et va souvent rechercher du materiel et de l'inspiration sur internet. Aujourd'hui, les MOOCs permettent d'accéder à certains cours qui changent complètement l'approche traditionnelle d'une matière. Ne serait-ce qu'à cause de cet aspect, les MOOCs ont déjà un peu révolutionné l'enseignement, même si ce n'est pas forcément très visible.
Prochaine étape: intégrer l'apprentissage par problèmes au sein d'un MOOC!
1
il y a 3 ans par VeroniqueBOUTHEGOURD
Bonjour Nicolas, je partage totalement votre point de vue .. juste une remarque, il y a des moocs très très bienfait, y compris sur la notion d'évaluation par les pairs, c'est celui de l'effectuation de l'EM business school de Lyon,ou celui de la France Business School. J'en ai suivi d'autres (ESSEC par exemple, sur les business models nouvelle génération ... ) et là, c'était à mourir d'ennui, pas pédagogique, inerte, ne donnant pas envie de participer (car pas fonctionnel ..les moyens numériques) ...
Par contre les +++ sont de développer la capacité de "recherche" et "le cheminement" de pensée sur des sujets de la vraie vie .. (et non que de la théorie).
1
il y a 3 ans par MarieEmeri
l'idée est formidable, mais je n'ai pas testé
1
il y a 1 an par YohannROBERT

Certes 10% mais sur des volumes astronomiques. Personnellement j'en ai suivi un récemment. C'est juste fantastique. Le problème à été le mode de validation des acquis, inadapté car reposant sur une mise en pratique dans l'entreprise que je ne pouvais pas mener sans pleins de pré-requis.  Néanmoins, c'est fantastique pour la formation professionnelle autonome. 

2
il y a 2 ans par JeanPaulCAVALIER

Comme promis des nouvelles du MOOC lancé le 11 Avril 2016 : www.coursera.org/teach/investment-management/. La 6ème session démarre cette semaine (29/08). Nous avons réuni plus de 8.000 étudiants originaires de 153 pays :-)

J’ai créé une visualisation interactive avec plus de détail pour les personnes intéressées : bit.ly/MOOC-AXAIM-HEC

C'est très sympa de penser à toutes les personnes du monde entier qui peuvent profiter de cette formation !

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.