Bonjour,

De ce que je lis, Morning (ancien nom "Payname") rencontre un gros gros problème. blog.morning.com/2016/12/services-de-morning-a...

Curiosité : seriez-vous prêts à soutenir Morning si celle-ci lançait un financement participatif afin de résoudre ses difficultés ?

#morning payname
6
5

15 réponses

il y a 2 ans par EtienneZulauf

Je souhaite apporter un complément.

D'un côté, je soutiens Morning : beau projet, belle équipe, beaucoup de potentiel pour "casser" le monopole des banques en matière d'innovation ou tarification (j'allais fermer mon compte BNP pour aller chez eux) et puis, un peu comme toi  @JoyceMarkoll je suppose, content que notre écosystème local porte ce genre de projet. Donc je souhaite vivement que la situation s'améliore, même si aujourd'hui cela semble difficile.

De l'autre, y a des choses qui me plaisent moins, typiquement le "comportement" symptomatique start'up : beaucoup de communication (blog.morning.com/2016/11/morning-n1-palmares-g... par ex), faire croire qu'être à 40 min du centre de Toulouse c'est "cool" quand on embauche des jeunes développeurs qui du coup ne peuvent plus aller aux meet-ups et autres rencontres, sans parler des sorties je trouve ça....discutable (on peut être pour ou contre hein, mais l'écosystème est en ville...), la promotion par la vente à perte sur les cagnottes car ils supportent des frais de transactions, et puis tout ce qu'on a déjà dit ici. On communique, on renomme "DRH" en "Happiness manager", on gagne des prix, on sponsorise le TFC, mais au final, le produit, celui qui est rentable et permet de passer la seconde, on l'attend et les millions levés se sont évaporés.

Les patrons de start'up sont des entrepreneurs comme les autres, ils sont parfois géniaux, parfois faillibles mais ce n'est pas parce qu'on les voit plus dans la presse et les réseaux sociaux que les autres chefs d'entreprises que ce sont des héros ou qu'ils ont toujours raison. Un autre gros exemple Toulousain me vient à l'esprit mais je le garde pour moi. Tu parles de "revirement" de la MAIF, à priori d'après Eric ça dure depuis plusieurs mois. Je n'ai pas le sentiment d'avoir toutes les cartes en main pour prendre position, restons méfiant avec nos sentiments...et notre argent :-)

7
il y a 2 ans par ArnaudLemoine

Je plussoie à 150 %.. rien à rajouter mister @EtienneZulauf 

4
il y a 2 ans par olivierChaillot

pas mieux !

3
il y a 2 ans par GuillaumeROBERT

Idem, je plussoie. Peut-être que l'argent des levées de fonds arrivait trop facilement. Avant de sponsoriser le TFC, une équipe de vélo et tout, il aurait fallu sans doute attendre d'avoir un produit rentable.

3
il y a 2 ans par ArnaudLemoine

Aucune idée n'ayant pas toutes les informations.. voir aucune information fiable, vérifiable pour me faire un avis sérieux... je m'abstiendrais de tout commentaire sur la situation actuelle

6
il y a 2 ans par olivierChaillot

pour comprendre une situation, il est toujours nécessaire de changer de point de vue ... ou plutôt il faut multiplier les points de vues ... alors en voici un autre : youtu.be/wRuvzRLmUpQ

5
il y a 2 ans par ArnaudLemoine

tu es encore politiquement incorrect...;-) tu sors du discours officiel !

4
il y a 2 ans par olivierChaillot

Désolé, je n'ai pas pu m'empêcher :)

4
il y a 2 ans par JoyceMarkoll

Soupir… Merci @olivierChaillot j'en suis à seulement un peu plus de 4 minutes, c'est long mais tellement intéressant ! Je vais le télécharger pour le regarder plus tard. :)

@ArnaudLemoine : LOL !

2
il y a 2 ans par EtienneZulauf

La suite : objectifnews.latribune.fr/entreprises/soutien-e...

5
il y a 2 ans par JoyceMarkoll

Sacré rebondissement…

1
il y a 2 ans par GuillaumeROBERT

Comme le dit Arnaud, on n'a pas toutes les infos. Même si de mon côté, j'ai eu quelques échos de l'intérieur de Morning... et sincèrement, la situation semblait prévisible.

En tous cas, la communication d'Eric ces derniers jours est catastrophiques voire suicidaire. Mais à voir les dernières infos de la MAIF, Morning n'en faisait qu'à sa tête et n'écoutait pas les conseils, alors que la MAIF a tout de même 40% des parts.

Reste que l'entreprise a quand même floué par mal de personnes puisqu'elle a décidé de continuer à ouvrir des cagnottes et accepté de recevoir de l'argent après la décision de l'ACPR, elle n'en avait pas le droit. Rien que ce point me semble assez grave tout de même, côté éthique. Et ces personnes ne reverront sans doute jamais leur argent.

Reste à avoir les vraies explications, mais c'est quand même le commissaire aux comptes de l'entreprise (KPMG, donc pas n'importe qui) qui a prévenu l'ACPR que les 500k€ du compte de contentement n'y étaient plus et que l'entreprise est en négatif depuis mi novembre.

4
il y a 2 ans par olivierChaillot

à la lecture du lien et sans plus d'information, ça me rappelle juste une réplique de 100 000 dollars au soleil : "Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent." (Jean-Paul Belmondo)

4
il y a 2 ans par EtienneZulauf

Est-ce qu'on a une idée des "difficultés" à résoudre ? Je ne suis pas sûr que ce soit finançable.Vu l'argent qu'ils perdent avec les cagnottes gratuites et le temps pour mettre en place des solutions qui pourraient rapporter de l'argent, il faudrait à nouveau plusieurs millions.

C'est assez banal à dire, mais lever des fonds c'est vendre sa liberté. Je suis toujours aussi surpris de voir autant de "porteurs de projets" chercher immédiatement des fonds en phase de lancement, réduisant à néant leur capacité à prendre des décisions dès la jeunesse de l'entreprise...

4
il y a 2 ans par olivierChaillot

je tombe sur cet article : www.fractale-magazine.com/2016/12/14/lever-des-... ... et je ne sais pourquoi, je fais le lien avec cette question ...

4
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

En fait, dès que ce n'est pas réellement votre argent, les gens font tout et n'importe quoi avec. Regardez, par exemple, des émissions de TV comme « Money Drop » où en partant d'une grosse somme, du genre 200 000 € - 250 000 €, les gens sont contents d'avoir réussi à épargner à peine de 5 000 € à 10 000 €.
Ils l’ont même compris à la Française des Jeux, puisque lorsque vous gagnez au loto, ils ne vous donnent pas l’argent. Non. En fait, c’est eux qui le gèrent à votre place. Ils se contentent de vous donner vos sous pour un besoin bien déterminé, prévu à l’avance (ex. : achat d’une voiture, d’une maison, etc.). Ce changement d’attitude est lié au fait que beaucoup de gagnants se sont retrouvés aussi pauvres qu’à leur début. La raison est simple : ils n’ont pas su gérer correctement l’argent qu’ils avaient gagné.  

En fait, cette manière d'appréhender l'argent — un peu en dilettante — va totalement à l'opposé avec celle des gens qui sont riches où l'argent n'est dépensé que lorsqu'il existe un réel retour sur investissement. Par exemple, quelqu’un comme Xavier Niel, lorsqu’il investit de l’argent dans une startup, il ne parie nullement sur l’avenir : il fait en réalité de l’optimisation fiscale. Il en retire donc quelque chose de quasi immédiat (en payant moins d’impôts). Et si l’entreprise dans laquelle il a investi son argent fonctionne, alors là, c’est carrément le jackpot. Chez les gens riches, ou dans les sociétés fortunés (au cinéma, à la télévision, etc), il y a un minimum de garanties recherchées avant de sortir le moindre centime de leur poche .

On peut en conclure que gérer des grosses sommes d’argent est quelque chose qui s’apprend. En résumé : avant de donner de l’argent à un patron de startup, il faudrait être sûr et certain que celui-ci sera capable de le gérer correctement. Bien évidemment, les accidents industriels ou les échecs sont toujours possibles, mais en général on doit agir de manière immédiate et non pas attendre que cela s’envenime au point de devenir catastrophique pour tout le monde.

2866
3
il y a 2 ans par JoyceMarkoll

@EtienneZulauf bonjour, tu as raison sur le sentiment de plaisir à l'idée de disposer d'une alternative au système bancaire classique, et pour le reste de ton analyse, eh bien si j'ai posé la question ici sur Skiller c'est bien parce que j'avais aussi un vague malaise et le souhait de lire des analyses plus poussées par les Skillers. Par ailleurs, même si je ne l'avais pas analysé, une pensée fugace au sujet de leur éloignement du centre de Toulouse m'avait aussi effleurée, et là encore tu as entièrement raison. Pour moi qui suis en Ariège, aller à des Meetup et d'autres événements est déjà une prouesse, même si j'ai une gare à 10 minutes de chez moi, donc, pour de jeunes dev c'est certainement encore plus sensible.

3
il y a 2 ans par EtienneZulauf

KILUKRU ???

On dirait que la stratégie de dénonciation publique a réussi à faire plier la MAIF ! www.ladepeche.fr/article/2016/12/17/2481013-la-...

Ou encore : www.frenchweb.fr/nicolas-siegler-maif-vs-mornin...

C'est donc une bonne nouvelle.

3
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Pas en ce qui me concerne pour les mêmes raisons que celles évoquées par @ArnaudLemoine et @GuillaumeROBERT.

2323
2
il y a 2 ans par JoyceMarkoll

Merci à tous, ça m'éclaire un peu mieux sur le sujet. @GuillaumeROBERT qu'est-ce qui dans la communication de Éric CHARPENTIER te semble suicidaire ? (Est-ce dans ses articles ou dans ses réponses aux commentaires sur les réseaux sociaux ?)

2
il y a 2 ans par EtienneZulauf

Accuser son actionnaire de ne pas remettre au pot parce qu'il n'y a plus d'argent, publiquement, partout où l'on peut dans la presse. C'est chaud ! Ca va pas les inciter à remettre des sous, ni motiver des repreneurs si c'est pour devenir le bouc émissaire de "possibles" erreurs de gestion internes.
Comme le disent les camarades, en vrai, on ne sait pas ce qu'il s'est passé ni ce qu'il se passe vraiment. Prendre parti est risqué.
Il y a des antécédents étrangement similaires : objectifnews.latribune.fr/business/dweho-redres...

4
il y a 2 ans par GuillaumeROBERT

Comme le dit @EtienneZulauf, si le but était réellement de dénouer la situation, il ne fallait pas clouer au pilori la MAIF car :

  • bien entendu, la MAIF ne va pas se laisser faire et ça ne fait qu'envenimer les choses
  • ça va automatiquement freiner d'autres potentiels investisseurs
  • Eric Charpentier passe là pour un ingérable

Eric tape sur la MAIF dans cette affaire. Certes, on ne connaît pas toute l'histoire sur le fond, mais pensez-vous qu'un autre investisseur prenne le risque d'investir dans MORNING au risque, si ça ne marche pas (par la faute du gérant, du marché, de la concurrence ou autre...) que Eric Charpentier remette toute la faute sur les investisseurs ? Surtout avec l'antécédent DWHEO. En tous cas, c'est comme ça que je le vois de l'extérieur.

Reste aussi cette tirade sur Linkedin. Certes émouvante, mais qui n'avait selon moi pas lieu d'être, tout au moins maintenant, sur un réseau social professionnel. Au pire, sur son profil Facebook, mais pas au-delà tant que la situation n'était pas réglée. Surtout qu'Eric ne parle quasiment que de lui (un peu de son équipe), mais surtout pas des clients. Et pourtant, nombreux se retrouvent floués.

Enfin, MORNING a été interdit de toute activité bancaire le 1er décembre. A partir de cette date, ils n'avaient donc plus le droit de créer des cagnottes, etc... et pourtant, ils ont continué, au moins jusqu'au 8 semble-t-il. Et là, ils ont joué avec l'argent de leurs clients... ces clients n'ayant pas été informé par newsletter des problèmes de MORNING. La plupart l'ont appris via les médias.

Et le pire, c'est que ces clients ont sans doute perdu leurs cagnottes. J'ai vu dans les commentaires Facebook des gens qui avaient créé des cagnottes pour naissance, pour départ d'un collègue de boulot, pour Noël. Certaines cagnottes à plus de 1500€ et sans doute de l'argent perdu.

Ce dernier acte, de continuer à rentrer des sous malgré l'interdiction de l'APCR, est pour moi le point qui va enterrer, malheureusement pour les 48 salariés, MORNING. Car désormais, qui voudra prendre le risque de placer son argent dans une boîte qui a ainsi joué avec l'argent de ses clients malgré les interdits ?

2
il y a 2 ans par JoyceMarkoll

Car désormais, qui voudra prendre le risque de placer son argent dans une boîte qui a ainsi joué avec l'argent de ses clients malgré les interdits ?

@GuillaumeROBERT : je vois, *personne* sans doute, ni avec Morning, ni avec Éric CHARPENTIER quoi qu'il en soit au vu de "l'antécédent étrangement similaire" que rapporte @EtienneZulauf 

1
il y a 2 ans par GuillaumeROBERT

Désolé, je n'ai pas compris votre dernière intervention.

1
il y a 2 ans par EtienneZulauf

@JoyceMarkoll Désolé mais je ne comprends pas vraiment ta phrase. Tu peux reformuler stp ?

2
il y a 2 ans par JoyceMarkoll

@EtienneZulauf et @GuillaumeROBERT : j'ai édité mon sybillin commentaire, est-ce plus compréhensible ainsi ? :)

1
il y a 2 ans par CelineRobert

Bonjour, je n'ai rien ni pour ni contre Morning, mais si j'avais de l'argent pour financer une entreprise, je chercherais forcément d'autres projets. Les projets innovants technologiquement et surtout socialement en France et sur la région toulousaine ne manquent pas. Il n'y a qu'à regarder par exemple www.wiseed.com/fr/projets-en-financement#COOPE... ou greentekimpact.net/tag/green-tech/

1
il y a 2 ans par SauzetFrederic

Un article en rapport avec la situation : www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assuranc...

1
il y a 2 ans par Carolinette

Non,je ne donnerais pas un de mes fifrelins durement gagnés pour soutenir Morning car le DG a puisé dans le compte client donc je n'aurais pas confiance .En plus d'autres cagnottes comme Leetchi ou lepotcommun existent et comme des banques sont actionnaires à 80% c'est plus sécurisant. Je pense que Eric Charpentier est un bon innovateur avec une belle énergie mais il est aussi un piètre gestionnaire et la Maif est un investisseur ,pas un mécène. Pourquoi au démarrage avoir dépensé 1 million d'euros dans de l'immobilier d'entreprise pour loger son équipe et avoir recruté autant de personnel avant d'être rentable?Il ya plus de personnel dans la start-up Morning qu'à Google France Paris .

En plus Morining est une SAS pas une SA donc le statut n'est pas adapté ,pas de conseil d'administration possible.

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.