Bonjour,

Je ne cherche pas à faire polémique, je ne cherche pas à attiser la haine, et surtout, je ne voudrais pas que cet espace se transforme en vecteur du radicalisme. 

L'infériorité numérique de la présence féminine dans les entreprises jeunes pousses (startup) et particulièrement dans les milieux du financement et du numérique, n'est plus un secret pour personne. Il m'arrive souvent de trouver en bas de page des offres d'emplois que je consulte, écrit noir sur blanc : nous recherchons de préférence un homme. Ce qui m'amène à me poser la question suivante : pourquoi le monde de l'entreprise ne fait-il pas confiance aux femmes ? Peut-être l'expérience a démontré que les femmes n'étaient pas compétentes pour le poste ? Dans mes études, rares sont les filles qui obtiennent de bons résultats, elles ont pourtant l'avantage d'assister aux cours et de prendre des notes tout en couleur. 

Récemment, Amazon a mis fin à une IA (intelligence artificielle) de recrutement devenue sexiste :
 www.numerama.com/tech/426774-amazon-a-du-desac...

Je me dirige vers vous, professionnelles et professionnels, quel a été l'apport des femmes dans votre entreprise concrètement ? La mixité, synonyme de bonne santé de l'entreprise ? 

egalité homme/femme entreprise femmes
4
5

7 réponses

il y a 4 mois par HGAD_Consulting

J'ai toujours développé la mixité Homme/Femme dans mes diverses expériences PRO, en R&D parfois proche de la parité car les chemins de pensée, les modes de fonctionnement sont souvent différents et toujours créateurs d'une émulation importante et riche.

Mon équipe actuelle comporte plus de femmes que d'hommes, très lié à ce jour aux candidats que j'ai recruté récemment, qui furent davantage féminins que masculins.

Je ne fais pas d'étude pour différencier si le genre est un critère différenciant en terme de savoir-être, de performance ou autre, puisque cela ne m'intéresse absolument pasn cherchant davantage à créer une équipe, qui s'entraide, qui s'amuse en travaillant, parfois beaucoup.

6
il y a 4 mois par PascalW

Bonjour

Je ne sais pas quoi penser de votre question au XXI siécle. Cela me fait penser au communautarisme (géographique, ethnique, religieux ou sexuel): On veut être tous égaux mais on revendique ne pas être comme les autres (qui nous rejette pour cela).

Concernant les offres d'emploi auxquelles vous faites référence elles sont illégales. Je vous invite à les signaler aux responsables des sites qui les diffusent.

Dans ma vision du monde professionnel, j'ai des collègues, des collaborateurs avec qui je dois composer. Bizarrement, au bout d'un mois dans une entreprise ma classification est plus nuancée:

- Sympa

- Désagréable

- Motivant

- Fatiguant

- Travailleur

- Tir au flan

et très exceptionnellement je tombe sur une personne particulièrement brillante (et je suis admiratif) ou définitivement stupide "(et je ne perd pas mon temps avec)

La compétence vient d'un apprentissage, ce n'est donc pas ce que je retiens à la fin de mon premier mois.

Le sexe , la couleur, la religion ou les préférences sexuelles ne font pas parti de mon échelle de valeur parce que sans effet sur le travail accompli. Tout au plus, les sujets abordés à la machine à café différent.

Maintenant il ne faut pas non plus être totalement candide, il y a des cursus de formation avec une majorité d'homme, d'autre plus féminin.

Cela se retrouve logiquement dans la vie professionnelle. J'y vois plus les conséquences d'un choix individuel (avec une influence de son contexte socio-culturel) que une discrimination orchestrée.

En revanche, prôner l'égalité en revendiquant sa différence me semble être un paradoxe qui alimente la discrimination et le communautarisme et introduit des concepts aussi fallacieux que la discrimination positive. La dérive ultime  est la victimisation qui laisserai croire que la communauté opprimée serait finalement supérieure aux autres.

Si je me tiens à ce qu'affirmait Françoise Giroud en 1983, je pense que les 3 ou 4 derniers gouvernements ont montré que nous en sommes pas si loin:

La femme serait vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente."

5
il y a 4 mois par olivierChaillot

Ton analyse est sans doute valable si l'on fait fi du poids de l'éducation, des traditions, des croyances et autres us et coutumes... 

Il faut aller jusqu'au bout des raisonnements ...

Je sais que c'est difficile. ..Même Simone de B... S'est laissée prendre au jeu,elle aurait dû écrire: "on ne naît pas femme, on la devient" 

4
il y a 4 mois par adebn

En immersion dans l'entreprise, je serais comme vous, je ne voudrais avoir aucun préjugé sur personne à cause de son origine, son sexe ou sa religion ; mais avouez qu'ici la situation est différente, il s'agit de recruter une personne, et forcément d'étudier son dossier et son parcours, et les statistiques le montrent, on ne fait pas confiance aux femmes dans certains domaines ou alors elles n'arrivent pas à s'imposer.

Une autre question agaçante : peut-on utiliser nos divergences et nos différences pour mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons ?  Autrement dit, connaître la culture japonaise pour mieux apprivoiser les japonais, connaître la culture indienne pour mieux travailler avec eux, etc. 
 

2
il y a 4 mois par PascalW

Je me méfie des statistiques non documentées! Ca vous avance des chiffres mais personne ne sait finalement comment ils ont été construit. Parfois même on compare des stats sans rapport pour étayer un propos. Ex: il y a plus de risque de mourir dans un accident d'avion que d'une attaque de requin! Ca à l'air crédible comme ça mais ça n'a aucun sens de comparer ces 2 évènements (à moins, peut être, que le requin soit dans l'avion )

Actuellement je suis dans une structure à plus de 80 % composée de femmes et notre direction est assurée par une femme.

Je reconnais que "l'émancipation de la femme" est un phénomène assez récent et j'ai la faiblesse que c'est ce qui explique (au moins en partie) la prédominance des hommes sur des postes à responsabilité aujourd'hui.

Je constate que dans le monde de l'IT se féminise de plus en plus mais je vois aussi que dans les formations, il y a encore une majorité d'homme.

Sur les quelques recrutements que j'ai eu à faire (pour des techniciens informatiques souvent), la part de CV féminin était quasi nulle et jamais le fait d'être un femme n'a été le problème lors d'une sélection.

1
il y a 4 mois par MissSkiller

Chère @adebn, imaginez un instant Skiller sans Miss Skiller et vous aurez une belle réponse :)

5
il y a 4 mois par olivierChaillot

C'est bien ce que je dis : "Nous vivons dans un monde où il faut être un homme pour réussir ... Même les femmes" !

2
il y a 4 mois par adebn

Sans vous @MissSkiller cet endroit serait une erreur =) 

2
il y a 4 mois par olivierChaillot

Il suffit de regarder autour de nous pour constater les conséquences d'un monde où la moitié de l'intelligence est tenue pour portion congrue... 

Rien à ajouter... 

3
il y a 4 mois par adebn

Je ne crois pas que tenir les femmes loin des postes à hautes responsabilités minimiserait pour autant leur apport et leur contribution à façonner le monde. En effet, les femmes de présidents, d'hommes d'affaires ou de grands hommes à travers l'histoire ont eu leur mot à dire et une influence indéniable sur les décisions prises par ces derniers. C'est un autre monde que nous construisons aujourd'hui où les femmes interviennent sur le terrain, et je vous rejoins là-dessus, elles apportent un regard nouveau et une nouvelle façon de faire. Mais qu'en est-il des performances ? 

1
il y a 4 mois par olivierChaillot

Rassurant de penser ou dire que les femmes "de" influencent .... Discours de mec pour se donner bonne conscience :joy:

2
il y a 4 mois par olivierChaillot

Eh oui, nous vivons dans un monde où il faut être un homme pour réussir ... Même les femmes :kissing_closed_eyes:

2
il y a 4 mois par JoyceMarkoll

Nous sommes dans une société patriarcale où les femmes sont éduquées (depuis leur enfance) de sorte à "écouter la grosse voix" du Papa dont le ton domine. Une femme ayant été considérée depuis son jeune âge comme égale ne se sent pas moins capable qu'un homme dans un domaine qu'elle choisit.

2
il y a 4 mois par adebn

@JoyceMarkoll Vous attirez particulièrement mon attention sur les choix de carrière que font les femmes. On constate que les pays les plus mal classés en termes d'égalité femmes-hommes sont ceux où le pourcentage de femmes étudiant les matières scientifiques et techniques est le plus fort. Un paradoxe illustré par une étude intéressante (disponible seulement en anglais) à l'adresse suivante : journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/095679761...

Résumé


La sous-représentation des filles et des femmes dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM) est une préoccupation constante des spécialistes des sciences sociales et des décideurs. En utilisant une base de données internationale sur les résultats des adolescents en sciences, en mathématiques et en lecture (N = 472 242), nous avons montré que dans deux pays sur trois, les filles obtenaient des résultats similaires ou supérieurs à ceux des garçons en sciences, et dans presque tous les pays, les filles semblaient plus capables de faire des études STEM au niveau universitaire que celles qui étaient inscrites. Paradoxalement, les différences entre les sexes quant à l'ampleur des forces académiques relatives et à la poursuite d'études en STIM ont augmenté avec l'augmentation de l'égalité nationale des sexes. L'écart entre le rendement des garçons en sciences et celui des filles en lecture par rapport à leur rendement scolaire moyen était presque universel. Ces différences entre les sexes en ce qui a trait aux forces scolaires et aux attitudes à l'égard de la science étaient corrélées à l'écart entre les diplômés des STEM. Une analyse de médiation a suggéré que les pressions exercées sur la qualité de vie dans les pays où l'égalité entre les sexes est moins grande encouragent l'engagement des filles et des femmes dans les matières STIM.

2
il y a 3 mois par Klodeko

Illustration youtu.be/B6uuIHpFkuo

1
il y a 4 mois par MarcDubourg

www.facebook.com/28minutes/videos/219257371773...

Intervention intéressante d'Emile Servan-Schreiber sur l'intelligence collective pour la sortie de son livre "Supercollectif". La proportion de femmes dans un groupe augmente significativement l'intelligence du groupe. L'intelligence émotionnelle et la sensibilité sociale sont essentielles pour créer de l'intelligence collective d'où l'intérêt de promouvoir la diversité et de faire attention à la mesure de la performance individuelle. 

2
il y a 3 mois par FredericLibaud

Bonsoir,

Que dire le numérique est une filière ou il y a 28 % de femmes et principalement dans les métiers support (compta., RH, ...). Sur le volet technique on tourne autour des 5 %.

Premier problème de fond, l'orientation qui s'appuyant sur les stéréotypes (entourage, famille, conseiller d'orientation, ...) orientent les jeunes filles vers des métiers (filières), sans que ça est un réel sens. Du coup, un grand nombre de jeunes et moins jeunes change de filières professionnelles et de ce plus en plus ! La reconversion deviens une norme, un standard en quelques sorte. Mais, la situation précédente n'est pas sans provoquer des dégâts. N'oublions pas qu'être "alaise dans ses baskets au travail" ces favoriser un environnement collectif plus équilibré, plus efficient et donc plus productif.

Ensuite, il faut arrêter je crois de pousser les jeunes dans l'absolue à se tourner vers des filières très généraliste au départ. Ils ne savent ce qu'ils veulent faire, il faut leurs laisser l'opportunité de découvrir les métiers. Par la pratique, c'est la meilleure approche à mon sens. Le stage d'une semaine en 3ème est trop sibyllin pour être efficace. Il faut vraiment que nos jeunes découvrent le monde de l'entreprise. Puis acquière compétences (savoir faire) et surtout savoir être et valeurs.

Enfin, il faut que l'entreprise se tourne (tende la main à l'école), que le monde de l'enseignement lui ouvre ses portes et découvre son écosystème. C'est la main dans la main que ceux-ci feront que nos jeunes seront à l'aise dans leurs vies, leurs baskets, ..., et surtout feront la réussite de nos entreprises.

La question du genre étant d'un autre siècle !

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.