Je discutais à midi de ce sujet là avec des parisiens. Ils se reconnaitrons si ils passent par là :)

Je disais qu'à Toulouse pour moi, on a pas vraiment la culture du freelance. Tout au mieux, on a des "freelances en régie" qui ne sont que des CDI déguisés. On a bien quelques vrais freelances, qui ont plus de 3 clients dans l'année, mais on en a pas beaucoup. 

Qu'est ce que vous en pensez ? Et à votre avis pourquoi ?

entreprenariat freelance toulouse
9
7

6 réponses

il y a 3 ans par ArnaudLemoine

Bonjour Julien...

En tant que consultant... je suis free lance.. et heureusement que j'ai plus de 2 ou 3 clients par an.. car j'ai 2 ou 3 clients par mois..il faut effectivement sans cesse adapter son offre et son business model (mais c'est un peu beaucoup mon job).

Une partie de mes clients sont des free lances et le même constat renvient toujours en ce qui les concerne :

  • Pas de stratégie
  • Pas de stratégie marketing ( une offre de service pas claire et pas centrée sur le client, pas de positionnement marché, tarifs hasardeux ...).. pas de marketing
  • Pas de stratégie commerciale..
  • Pas d'outls de gestion de l'activité..

bref, ils ne sont pas en situation de pouvoir vendre des prestations et d'en vivre.

Avoir un expertise technique ou métier c'est bien.... pour être salarié.. mais insuffisant pour être free lance.. c'est à dire.. chef de son entreprise.


:-)

 


 

5
il y a 3 ans par Julien

C'est pas exactement la question que je pose. Je pose pas la question par rapport à l'offre de freelance, mais plutot à la demande en freelance. Je me rends compte qu'on a surtout des gros plateaux d'expertises à Toulouse, et donc peut de freelance qui "bougent" entre les projets.

Je cherche pas à savoir si c'est bien ou pas d'être freelance, mais à savoir si l'éco-système toulousain est propice à des freelance.

1
il y a 3 ans par samhee

@Julien, il existe une demande en freelance mais surtout chez les intégrateurs, sur des compétences qu'ils n'ont pas envie de développer en interne ou bien sur des profils experts rares. Ce qui fait à mon avis la difficulté de passer d'un projet à un autre: je n'ai qu'un seul exemple où j'ai pu mener en même temps deux projets pour deux clients différents.

@ArnaudLemoine, dans mon cas, j'ai bien une offre de service claire... il reste à savoir si elle est adaptée au marché!

 

2
il y a 3 ans par ArnaudLemoine

Je pense qu'il y a une demande qui serait d'autant plus importante que l'offre serait plus lisible et professionnelle..  

Remarques de mes clients acheteurs de free lance ou pas  :

  • Ou les trouver ? quand le besoin est identifié
  • Comment savoir s'il est pro et bon dans son job ?
  • A quoi cela sert un free lance ? C'est quoi ? en quoi je pourrai en avoir utilité ?

Donc oui il n'y a aucune raison qu l'éco systeme toulousain ne soit pas propice au free lance...encore faut-il de bon free lance. Mais pécisons aussi qu'en ce momment le marché est envahi de free lance qui sont surtout en attente d'un emploi salarié.. sans méthode, sans professionnalisme et en cassant les prix...

 

5
il y a 3 ans par ArnaudLemoine

@samhee   Il faut une offre claire pour le marché et répondant aux besoins du marché (donc adaptée) ;-)

1
il y a 3 ans par samhee

oui @ArnaudLemoine ... avec ma reconversion en cours, j'essaie de prendre le temps pour vérifier si mon offre est adaptée :)

1
il y a 3 ans par EURLLSCONSULTING

Bonjour !

Moi même free lance, il me semble qu'ils sont de plus en plus cachés par les Soiétés de Portage, mais ça ne change pas leur difficulté : Trouver des clients. Arnaud Lemoine l'explique bien, nous sommes chefs d'entreprise.

Il me semble aussi que l'offre existe, très diverssifiée et très morcellée.

Par mon expérience et étant parti à zéro en 09/2015, j'ai construit une offre de service sur mes compétences et j'ai fait 4 mois de communication intense jusqu'à ce qu'un poisson morde à l'ameçon. Depuis, un client m'en amène un autre.

il faut être réactif, organisé, très professionnel, à l'écoute, adapter nos prix, diversifier son offre, bref ressembler à des caméléons !.

En conclusion, oui, il y a des free lance, mais ils sont bien cachés, on les retrouvent sur les réseaux professionnels...

5
il y a 3 ans par samhee

Bonjour Julien,

Freelance depuis 5 ans, je confirme la difficulté de trouver plus de trois clients dans l'année :) A mon avis, cela tient plus de l'écosystème régional, surtout en informatique, où les entreprises ne font pas ou peu appel à des freelances en direct. La plupart du temps, j'ai eu des clients par des intégrateurs sur des projets longs où tu n'as pas forcément le temps de démarcher/trouver des clients.. J'essaie de changer ce business model, mais ce n'est pas évident... la plupart des propositions sont de la sous-traitance à temps complet, ce qui laisse peu de marge de manoeuvre pour développer d'autres compétences et/ou projet. Si tu as des idées, je suis preneuse!

4
il y a 3 ans par oimoci

On va finir par faire un job-board pour les freelances/indépendants sur Skiller...

5
il y a 3 ans par FredericLibaud

Bonjour @Julien 

Cette problématique n'est pas spécifique au monde de l'informatique, ni géographiquement à la région de Toulouse, c'est une constante qui existe depuis de nombreuses années et qui c'est accentuée depuis quelques années avec l'avènement du statut auto-entrepreneur.

Pour alimenter l'échange voici quelques éléments économiques factuels :

- la branche du numérique représente où tout du moins représentais il y a peu, 400Mds d'euros de chiffre d'affaires ;

- Plus de 90 % des entreprises du secteur on moins de 250 salariés et une très grande majorité de celles-ci sont sous le seuil des 10 ;

- 2% des entreprises du secteur réalisent 50% du chiffre d'affaires de la branche.

Un grand nombre d'entreprises ont depuis plusieurs décennies fait le choix de confier leurs systèmes d'information à des tiers, certaines sont revenues sur ces choix. De façon générale, les plus grandes préfèrent collaborer avec un ou plusieurs prestataires référencés.

La difficulté c'est que par définition un indépendant ou le dirigeant d'une petite structure est seul, or il ne faut pas l'être. S'intégrer dans des structures collectives peut beaucoup aider en termes de business mais, aussi de bonnes pratiques.

Cela permet aussi à ces structures qui défende les intérêts de leurs membres de faire poids dans certains débats. C'est ainsi, qu'une médiation de branche a été engagée il y plusieurs années par CINOV - IT et plusieurs structures associées. Afin, d'obtenir entre autres l'accès aux marchés des grands donneurs d'ordres, une meilleure équité de traitement vis-à-vis des grandes entreprises de service mais, aussi des règles précises et respectées pour la relation entre prestataires de 1er rang, sous-traitant et/ou co-traitant.

Pour ma part, je ne rencontre pas ce type de soucis pour une raison simple, je ne fais plus de sous-traitance depuis fort longtemps !

Frédéric Libaud - Expert en Numérique | Administrateur, référent pour la région ouest et responsable SI de CINOV - IT
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr | www.cinov-it.fr

 

4
il y a 3 ans par Julien

C'est marrant, les réponses sont pas spécialement ce que j'attendais.

J'ai plutot eu des questions sur "comment réussir pour être freelance", alors que c'était pas ma question. Ma question c'était plutot l'éco-système toulousain est-il propice à des freelances qui bougent et changent de clients. Je trouve que c'est pas trop le cas.

2
il y a 3 ans par JoyceMarkoll

Ma question c'était plutot l'éco-système toulousain est-il propice à des freelances qui bougent et changent de clients.

Je trouve que c'est pas trop le cas.

Pourquoi ?  :-)

 

1
il y a 3 ans par Julien

@JoyceMarkoll à mon sens on reconnait là un bassin d'activité centré autour d'airbus qui aime avoir tous ses prestataires le plus près possible. Ca a déclenché une culture en cascade où les prestataires veulent aussi des prestataires à domicile.

Donc à part avec les PME, il me semble difficile d'être freelance "mouvant" à Toulouse.

1
il y a 3 ans par CarolineROUSSEL

Bonjour Julien,

je vais complètement rejoindre ArnaudLemoine et EURLLSCONSULTING,

être indépendant ou freelance, c'est être une petite entreprise à soi tout seul et pas seulement être une personne éprise de liberté ou en attente d'un emploi salarié. 

Donc, comme toute entreprise, cela nécessite : une stratégie, une approche marketing, une strategie commerciale, un plan de com et des outils de suivi d'activité et de gestion.

Et si tu as tout cela, je suis intimement persuadée que tu sois à Paris, Lille, Nice ou Toulouse, tu as les mêmes chances de réussir ... mais, s'il te manque un ou plusieurs ingredients, cela va être beaucoup plus compliqué, voire même, il faudra invoquer la non compatibilité du lieu géographique ;)

A très bientôt

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.