(c'est un mini-pc vraiment pas cher, juste assez puissant pour des fonctionnalités très simples voire un peu plus : www.raspberrypi.org/)
Vendu comme outil d'apprentissage et d'expérimentation, peut-on imaginer déployer en production cette machine comme appliance ? J'ai entendu dire que les cartes SD ne duraient guère longtemps à gérer autant d'I/O. Quelqu'un a une expérience en production > 12 mois voire 24 dans un contexte réel ? Vaut-il mieux se tourner vers la gamme au-dessus type Intel NUC pour de meilleures garanties ? Merci de vos réponses éclairées.

hardware raspberrypi
3
6

3 réponses

il y a 2 ans par FredericLibaud
Bonjour,

La plate-forme RaspberryPi est une bonne approche économique en effet.

Les cartes SD n'ont pas, à l'instar de tout stockage basé sur de la mémoire NAND (flash) par exemple une durée de vie ou tout du moins des cycles (écritures/lectures) important.
A l'heure actuelle la seule solution de stockage fiable, pérenne et surtout économiquement viable, c'est le disque dur classique. Le SSD étant trop coûteux et nous n'avons pas assez de recul pour en mesurer les qualités et durées d'usages (de vie).

Il est possible de faire beaucoup de choses avec, comme monter un cluster par exemple. Toutefois, de base ce n'est pas une plate-forme pour en faire un usage extrême, cela va de soit au vu des composants utilisés probablement.
On peu envisager des choses intéressante cependant en prenant les précautions nécessaire mais, cela reste une affaire de spécialise.

Au vu du prix il ne faut pas non plus s'attendre à des miracles...

Frédéric Libaud, Expert en Numérique, Référent pour la région ouest de CINOV - IT
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr | www.cinov-it.fr
2
il y a 2 ans par EtienneZulauf
Pas tout à fait d'accord sur le SSD dont la durée de vie est maintenant largement suffisante pour un usage intensif sur plusieurs années avec un gain en performances non négligeable et une différence de prix acceptable dans ce contexte. A l'heure du cloud, ou pour un petit serveur applicatif, on a rarement besoin de To d'espace disque.
Les cartes SD, à ma connaissance, n'ont pas encore cette robustesse.
2
il y a 2 ans par FredericLibaud
Tout dépend de l'usage que l'on en fait...

J'ai des clients qui malheureusement doivent changer le disque d'origine de leur machines au bout d'un an ou deux. Car un équipement numérique ça s'entretient et le disque dure est un des composants essentiel, pour son fonctionnement.
Certains systèmes (OS) sont plus fiables par rapport à l'usage du disque dur que d'autres par expérience.
Les partitions NTFS sous Windows nécessite une défragmentation mensuel et un contrôle des disques (structures de fichiers et bloques) trimestriel.
A défaut c'est risquer de gros problèmes, après moi ce que j'en dit... Sauf que ça me donne un peu plus de travail.
Pour les SSD, il y a encore peu de retour en terme d'usage selon mes informations et pour un usage plutôt sous Windows, il ne faut pas consommer plus de 6O% de la capacité du disque et il ne faut pas procéder aux défragmentations. En contradiction complète, avec le fonctionnement des partions NTFS sous Windows.

Pour la terminologie, je me permets de renvoyer vers le portail informatique de Wikipédia.

Frédéric Libaud, Expert en Numérique
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr
1
il y a 2 ans par FredericLibaud
Bonjour,

Le phénomène de la fragmentation est epliqué ici : fr.wikipedia.org/wiki/Fragmentation_%28informa.... Le processus de la défragmentation ici : fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9fragmentation_%28....

NTFS et précédemment FAT, FAT32 sont les seules systèmes de fichiers (partitions) à générer la fragmentation des fichiers. Car un fichiers n'est pas écrit de façon contigu.
Ce qui engendre au fil du temps des temps d'accès plus long, une sollicitation du disque plus importante et donc du coup des pannes plus fréquentes.
En cause l'écriture de fichiers de données mais, également les mises à jours, l'écriture de fichiers temporaire, etc. D'ou l'intérêt de partitionner les disques, voir d'en utiliser plusieurs en fonction des cas. De mettre du RAID sur un serveur...
Toutefois, cela ne réduira le risque que de façon limité, il faut donc surveiller et entretenir les disques. Sous Linux un contrôle des disques a minima tout les 30 jours est une bonne pratique.

Le nombre de cycles d'écritures/lecture reste limité par rapport au MTBF d'un disque dur classique. Je rappel aussi que pour les serveurs les disques SAS sont une bonne solution alternatives.
La technologie SSD n'a d'intérêt que pour des cas particuliers (serveur temps réelles, de calcules, ...), compte tenu des coûts.

Pour information, je développe deux solutions de défragmentation (www.libaudfrederic.fr/ultimate-defrag-for-windo...) et de contrôle des disques (www.libaudfrederic.fr/windows-autocheck-disks.h...). Une version pour serveur est prévu pour la fin de l'année, pour la première.

Frédéric Libaud, Expert en Numérique, Référent pour la région ouest de CINOV - IT
www.libaudfrederic.fr | blog.libaudfrederic.fr | www.cinov-it.fr
1
il y a 2 ans par gmaison
@EtienneZulauf

Une piste à explorer également est de se dire que dans le produit/service vendu se trouve le renouvellement régulier de ta solution.
Autrement dit, étant donné le coût d'un RaspberryPi, peut être de se poser la question de transformer ton produit en service est-elle plus judicieuse ? Pourquoi ne pas prévoir un business model basé sur de la récurrence incluant le renouvellement régulier de la partie machine.
Ainsi, tes clients auront toujours quelque chose de neuf, que ce soit dans le remplacement de la carte SD ou bien le renouvellement du raspberryPi en entier...

Ca ne répond pas vraiment à ta question, mais permet de la contourner :)
2
il y a 2 ans par EtienneZulauf
Merci pour ta réponse. Le contexte de la question est un déploiement en entreprise pour faire la passerelle entre l'application web et le matériel à piloter en local. Il s'agit donc d'un objet qui peut être complexe à configurer et donc pénible à modifier souvent. Ce n'est donc pas tant le coût, mais les actions demandées au client pour maintenir un service global en fonctionnement qu'il faut prendre en compte.
2
il y a 2 ans par gmaison
peut être élaborer ces transferts de configuration ;)

surtout si ton produit semble être un SPOF (Single Point Of Failure) dans le process.

le BM que je voyais ressemblait plus à celui des sociétés de lingerie qui viennent dans les industries pour laver les habits de travail (cf. usines, etc...) le client pourrait tout aussi bien avoir une lingerie. Pourtant, beaucoup sous-traitent, notamment avec des services associés (couture, retouches, remplacement, ...)
2
il y a 1 an par EloiBerlinger

Pour le moment, les raspberry sont loin d'être fiable pour faire tourner tout le site web d'une entreprise, peut-être et même sûrement dans l'avenir ce sera possible mais on y est encore relativement loin, ils sont plus fais pour s'entrainer par exemple à l'electronique ou s'initier aux commandes bash Linux.
Et pour ce qu'il est des cartes micro SD en fait le cartes micro SD ne sont pas faites à la base pour autant d'écritures à la fois, elles sont tôt plusieurs faites pour stocker les trucs du genre les photos de Michel le photographe avec son Nikon D3300 :PP
De plus les SSD baisent de plus en plus leur prix et sont très rapides mais ont une durée de vie limitée, pas autant que la carte SD du raspberry (et encore pour la carte SD ça dépend de la qualité de la carte) mais en moyenne un SSD sur lequel vous avez installé Windows dure entre 2 et 3 ans tandis qu'un disque dur dure bien plus, ~5 ans
Cependant pour les cartes micro SD du raspberry et le disque dur SSD il existe des techniques pour augmenter la durée de vie, (en minimisant le nombre d'écritures sur le disque comme par exemple les logs que l'on ne lit presque jamais et autres trucs qui écrivent dans le mémoire pour rien...)
Voilà voilà

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.