Je prépare un support pour illustrer des interventions sur la mutation en cours du monde du travail en m'appuyant sur des exemples concrets partagés ces derniers mois.

De Apple ouvrant en open-source son dernier language de programmation à la start-up Payname recrutant une chief happiness officer alors qu'ils ne sont pas encore 30 salariés, en passant par Netflix et ses jours de congés à volonté ou la voiture autonome de Tesla...

Selon vous, quels sont les exemples concrets ou les évènements qui démontrent cette transformation en cours ?

Les domaines sont nombreux et plus ou moins liés aux évolutions technologiques, aussi je ne cherche pas à être exhaustif mais à convaincre ! Si vous avez un seul exemple, merci de le partager !

societe #transformation numérique travail
7
5

21 réponses

il y a 3 ans par dgimmig
@oimoci, quelques outils qui illustrent comment la technologie permet et soutient certaines des mutations actuelles :
www.lab-rh.com/ rien que l'initiative exprime une mutation. Le contenu en donne l'orientation, ici très accès "découverte des talents" et gestion des talents. Il est important de noter que nombre de ces outils intègrent non seulement les savoirs faires mais également les savoirs être et les personnalités.
La gamification au service des hommes de l'entreprise: 2 exemples via RoyaAppForce www.royalappforce.com/portfolio/peak-me-up/ et un projet en collaboration avec Laurence Vanhée (CHO) HappyFormance www.entrepreneursdavenir.com/blog/post/-/id/660.... Ce projet a été présenté à la première Université du Bonheur au Travail organisé cette année par la Fabrique Spinoza.
L'existence d'événement à succès tels que l'Université du Bonheur au Travail www.ubatx.org/ auxquels on pourrait rajouter toutes les structures (associations et entreprises) qui s'emploient à diffuser les bienfaits de l'intelligence collectives
Les objets connectés en ce qu'ils facilitent le travail. Les lunettes connectées type google glass sont utilisées en logistique et en médecine www.ama.bzh/
www.wsj.com/articles/dhl-unit-plans-google-glas... https://apx-labs.com/skylight-success-stories/
Comme le pointe @PascalW, l'accroissement de l'offre en People Analytics (cf. www.humanyze.com/) et HR Analytics (www.inostix.com/) et Human Capital Analytics (cf. l'offre Smarter Workforce d'IBM www-01.ibm.com/software/smarterworkforce/) entraine nombre de modifications dans l'approches du management et devraient permettre une gestion humaine des ressources. Toutes ces offres capitalisent sur le développement d'outils de Business Intelligence accessibles aux métiers et non plus seulement aux informaticiens. On parle de self-service BI (les plus reconnus Tableau Software, Tibco Spotifire, Qlick View).
Parmi les outils de visualisation et d'analyses, on pourrait également citer les outils de Process Mining (cf. www.fluxicon.com/disco/) qui facilite l'analyse du décours des processus. Les intérêt sont multiples : gain de temps, exhaustivité, identification des goulets d'étranglement, des boucles, des temps d’exécution mais surtout analyse et compréhension des causes des écarts et des variantes. Ce type d'outil permet aux managers de prendre conscience du fait qu'il existe toujours une différence considérable entre le prescrit et le réel, que les exécutants sont sans cesse en train de résoudre des problèmes que les processus ne prennent pas en compte, que la rigidité et l'exhaustivité des processus n'est pas le meilleur moyen d'aboutir à la meilleure performance etc. Plus généralement, ces outils facilitent la mise en place d'une approche de type lean continu et permettent d'avoir une mesure en temps utile de la charge de travail des acteurs.
A ce propos on pourrait également citer la généralisation des approches Agiles, tout d'abord théorisées et expérimentées dans le développement de logiciels .
Des sociétés comme PostShift étendent l'approche Agile aux problématiques de la digitalisation des entreprises postshift.com/work/.
Ces entreprises développent un mouvement dite de "l'entreprise quantifiée", dans laquelle la technologie est utilisée afin d'appréhender en continu les freins à la fluidité des activités.
Un des plus grands freins à la fluidité est notamment le regard porté sur l'entreprise. Si l'entreprise est souvent structurée en silo, départements, hiérarchies etc, la réalité est tout autre. C'est un réseau complexe et dynamique d'activités, d'interactions, de connections humaines. Des sociétés comme OrganizationView www.organizationview.com/ ou OrgMapper orgmapper.com/en/ tirent parties des avancées en visualisation de données et analyses statistiques des réseaux sociaux pour fournir aux entreprises une vue réelle de leur organisation, de leurs activités et des hommes qui les supportent. Une telle approche permet aux entreprises de dépasser les limites des approches statiques classiques (organigrammes, échantillonnage et observation etc.) en rendant appréhendable la complexité de l'organisation, sa dynamique, ses forces et ses faiblesses. Les grands comme IBM et Microsoft investissent dans ces solutions. Microsoft vient notamment de racheter Volometrix pour 25 millions www.volometrix.com/ et souhaite intégrer cette technologie à Office Delve support.office.com/en-us/article/What-is-Offic....
Partant du constat qu'une approche hiérarchique ou matricielle des organisation ne correspond nullement à la réalité du terrain où projets, processus et affinités humaines sont les réels piliers, on voit se développer de nouveau Systèmes d'Exploitation d'Entreprise tels que l'holacratie (cf. labdsurlholacracy.com/) ou encore les concepts de Wirearchy wirearchy.com/fr/what-is-wirearchy/
Ces approches en termes de réseaux de co-acteurs sont essentielles pour comprendre en quoi certaines cultures d'entreprises sont plus ou moins efficaces et durables. Elles permettent de remettre l'humain au coeur de l'entreprise et de son fonctionnement. Toutefois, et c'est une autre des mutations en cours, il ne s'agit plus de considérer l'homme dans sa dimension intellectuelle, rationnelle. La prise en compte des émotions et sentiments des acteurs de l'entreprise devient essentielle pour comprendre les motivations et démotivations, les frictions, les échecs, les peurs, les freins, les demandes etc.
Les offres mettant l'accent sur l'importance de collecter et agir en fonction des retours des employés se multiplient www.linkedin.com/pulse/employee-feedback-kille.... Un autre exemple pourrait être Thymometrics thymometrics.com/ qui est un "Always On Engagement Survey" dont l'intérêt est non seulement de mesurer la satisfaction des employés en continu mais également de modifier radicalement l'approche de l'entretien annuel d'évaluation. OfficeVibes est également intéressant. On pourrait également citer Saberr www.saberr.com/
J'espère que ces exemples te seront utiles. N'hésite pas à me solliciter si tu souhaitent des compléments d'information.
8
il y a 3 ans par oimoci
wouahhh, magnifique réponse, un très grand merci :)
1
il y a 3 ans par CorinneWERNER
Une vraie mine, thanks for sharing :)))
2
il y a 3 ans par FabricePoussiere
Personnellement je trouve que la schizophrénie de beaucoup de manageurs est assez révélateur de la métamorphose de nos entreprises et les meilleurs indicateurs de ce phénomène sont les injonctions paradoxales que j'observe: Je veux innover mais sans risque, Je veux de l'agilité sans perdre le contrôle (il existe avec le mot créativité), Pas de problème pour expérimenter mais il faut que ça marche du premier coup, Un peu plus d'autonomie ce serait bien mais ça reste le chef qui décide. Voilà une petite synthèse des chercheurs de canards sauvages apprivoisés qui devrait disparaitre progressivement le temps que les entreprises décident d'assumer le collaboratif, la créativité, l'innovation et la responsabilisation de leurs forces vives :)
7
il y a 3 ans par oimoci
Merci Fabrice :) il y a de l'espoir !
1
il y a 3 ans par PascalW
Bonsoir,
Je commence à avoir des retours d'experience plutôt positifs sur l'accès aux "métiers" (Non Informaticien) de solutions d'analyse et d'exploration, bref d'informatique décisionnelle.
Ces nouveaux outils sont beaucoup plus dynamiques et accessibles.
Ils sont centrés vers l'utilisateur et remplace les analyses de fichiers Excel souvent trop statiques.
Cela permet par exemple une plus grande réactivité de métiers comme la logistique, mais aussi une plus grande finesse des analyses faites par les métiers RH.
La mutation est qu'avec ces outils, les gestionnaires RH ou logistiques peuvent explorer eux-mêmes tous les axes de données disponibles quand ils en ont besoin.
Je ne sais pas si c'est le genre d'exemple que tu attends mais cela m'a donné une meilleure vision de ce que peut être la transformation numérique.
5
il y a 3 ans par oimoci
Merci Pascal :)
Est-ce que je peux résumer ce mouvement par "la simplification numérique" ?
2
il y a 3 ans par PascalW
C'est une nouvelle étape dans la démocratisation de la technologie. Je suppose donc que, oui , c'est bien une simplification
2
il y a 3 ans par ArnaudLemoine
Salut Jérôme,

Je vais faire mon pessimiste ou optimiste (selon l'angle de vision)

6 millions de chômeurs (réduction du temps de travail à 0 pour certain)
+
4 millions de temps partiels subi (moins de 35 ).. soit 10 millions de personnes (sur 30 millions d'actifs) avec peu pu pas de travail

Demain accentuation de la robotisation et du numérique..

Ce n'est plus une mutation mais une disparition du travail !... la question est donc...quelle sera la place du travail dans 10 ans ? Comment subvenir à ses besoins ? Déconnexion salaire vs revenu ...,?

Je sais pas si je réponds à ta question...(je sais que non... mais bon ;-)
4
il y a 3 ans par oimoci
Merci quand même :)
1
il y a 3 ans par ReneDEMAREZ
Je pars en Inde et oh surprise que de mutations et la plus belle, une très grosse entreprise recycle entièrement son eau industrielle pour la rendre propre et consommable, cette eau part autour de l'usine pour alimenter un immense jardin de fruits et légumes frais ou des jardiniers à temps plein sont rémunérés par leur vente à prix inférieur au marché aux ouvriers du groupe. Je ne parlerais pas des autres démarches qui visent à l'autonomie énergétique et environnementale totale de tout leur sites. Impressionnant!
4
il y a 3 ans par oimoci
Merci René :) Un bel exemple d'économie circulaire ! Comment s'appelle cette boite ?
1
il y a 3 ans par ReneDEMAREZ
confidentiel sorry ;)
2
il y a 3 ans par SauzetFrederic
Demain, tous indépendants ?
clarity.fm/ On Demand Business Advice
En gros, c'est comme Skiller avec en plus une fonction "mise en relation" payante.
3
il y a 3 ans par oimoci
Merci Frédéric ! Ce qui est intéressant dans le cas de Clarity c'est aussi que la partie questions/réponses est relativement récente...
2
il y a 3 ans par Pbernardon
Bonjour à toutes et à tous,

Une petite carte mentale des secteurs que j'ai déjà recensé. www.biggerplate.com/mindmaps/PQxSgtZW/uberisati...

Excellente semaine de Noël

Pascal.
3
il y a 3 ans par oimoci
Merci Pascal :)
2
il y a 3 ans par FredericLibaud
Bonjour,

Nous vivons tous une période de mutation, une véritable révolution. Certains parlent de 3ème révolution industrielle, d'autres de Transition Numérique et pour quelques uns de Transition Ecologique/Energétique.

Il s'agit surtout d'une combinaison de tout cela, d'actions individuelles, de mutations extrêmement lourdes dans le domaine des énergies renouvelables. Et enfin, pour le sujet qui m'intéresse au plus haut point une utilisation du numérique (digital) dans tous les domaines de façon directe ou indirecte.

C'est cette usage transverse, universelle du numérique partout, autant dans la vie privé que professionnel, qui provoque parfois un mélange des genres, qui est un vecteur pour les autres mutations.
Car pas de transitions énergétique sans transition numérique et vice-versa d'ailleurs. Pas de nouveaux produits et services collaboratifs (achat groupé, co-voiturage, services entres voisins, télé-travail et centre de co-working, ...).

La création de startups et l'engouement des médias ainsi que du grand public pour ce phénomène, n'est que la partie immergé de l'iceberg. Le développement des pratiques et des usages, l'évolution du management au profit de l'intégration des produits et services numériques sont indicateurs important.

Mais attention, nous n'en somme qu'au début de cette mutation, elle va certainement en déboussoler plus d'un.
3
il y a 3 ans par HGAD_Consulting
La mutation la plus importante à mon avis est le décalage grandissant entre nos décideurs et l'économie réelle, qu'elle soit numérique ou non. Le business évolue à une vitesse toujours plus rapide, ou il faut agir/réagir avec une vision "du coup d'après" déjà en tête. En parallèle les secteurs traditionnels locaux subissent la "pachidermisation" des marchés publics, le manque de décision au sein des collectivités locales, des entreprises nationales. ils semblent en prendre conscience, en créant les incubateurs et accélérateurs agiles en parallèle de leur structure historique, pour tenter d'influer une forme d'air frais, de changement au sein des équipes.
Anecdote : je cite un 'grand' chef de service d'une multinationale française à propos d'un concept proposé par une start-up : si cette innovation était possible, cela ferait longtemps qu'on l'aurait déjà appliquée !! Depuis, des investisseurs étrangers se sont positionnés.

En conclusion: évolution de la société vis-à-vis du numérique, des nouvelles économies possibles, d'un besoin de réforme du travail, de l'insertion du numérique dans la vie courante d'une majorité de français.
3
il y a 3 ans par oimoci
Merci :)
Je retiens la "pachidermisation" !
1
il y a 3 ans par FredericT
Une mutation "non numérique" est également possible : celle développée dans l'excellent documentaire "Le bonheur au travail" (www.arte.tv/guide/fr/051637-000/le-bonheur-au-t..., voir la bande annonce sur Youtube).
Travailler autrement, plus horizontalement, en réseaux, par équipes temporaires (autour d'un projet), dans des lieux variables, à des moments quelconques, en éliminant les hiérarchies parasites (ceux qui ne font que rendent compte du travail des autres avec des smiley sur PowerPoint !) ...
La responsabilisation et l'appel à la créativité des individus et la suppression des échelons intermédiaires n'ont pas besoin du numérique pour se mettre en place (cf Poult, Chronoflex, ...)
Ceci dit, le numérique est, pour partie, acteur de cette mutation-là également car le travail en réseaux, depuis n'importe où, avec n'importe qui, est devenu possible avec le numérique.
3
il y a 3 ans par oimoci
Un peu comme ça youtu.be/lcgerZTq640 ;)
Ca a déjà 2 ans et demi et le numérique va encore changer la donne, même là ! Désolé pour le manque d'enthousiasme mais la journée avait été bien longue dans l'amphi Descartes, assez peu confortable, de la Sorbonne...
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
Voilà une question dont la réponse est complexe. Sur une plateforme numérique, il n'est pas étonnant que l'impact du numérique sur le travail fasse la une. Je vais donc proposer trois points de vue parmi ceux qui ressortent régulièrement des séminaires de réflexion prospectives que j'anime (sans hiérarchie mais comme ça me revient à l'esprit) :
- la responsabilisation de l'employeur et de l'employé dans la nécessité de rester "employable". ça se traduit directement dans la dernière réforme de la formation et dans la mise en œuvre prochaine d'un CPA (compte personnel d'activité) www.vie-publique.fr/actualite/alaune/compte-per... dont les conséquences vont être surprenantes ... pouvant aller jusqu'à la création à terme d'un revenu d'existence intégré ... le travail déconnecté du revenu, ça compte dans les impacts ?
- la déconnexion progressive mais réelle de tous contrôles démocratiques sur la sphère économique qui se traduit concrètement par l'inscription définitive dans des traités internationaux de règles économiques non re-négociables : création de zones de concurrence libre et non faussée, création de banques centrales non contrôlées par les peuples, création de tribunaux arbitraux internationaux pour un nombre de différents de plus en plus nombreux intégrant maintenant l'impact des activités économiques sur l'environnement, délégation de la création de monnaies aux banques privée ainsi que des règles de contrôle de ladite création, ...
- la généralisation des organisation de filières selon le modèle "entreprise étendue"

Je ne sais pas si je suis beaucoup plus opt.. ou pess.. réaliste que @ArnaudLemoine :) Sans doute parce que je ne donne que les facteurs et non les scenarii qui découlent de leurs interactions ... Mais là il faudra participer à des séminaires ...
3
il y a 3 ans par oimoci
Merci Olivier ! Je retiens le transfert de responsabilité de l'employeur à l'employé dans son employabilité, la poursuite de la déréglementation et l'hyper-libéralisme économique, et enfin l'entreprise étendue ou écosytèmique. Je suis conscient d'interpréter...
1
il y a 3 ans par olivierChaillot
Jérôme, pas de transfert de responsabilité ! au mieux une co-responsabilité qui sera jugée par les tribunaux dans 6 ans environ temps nécessaire au déploiement de la dernière réforme de la formation. Pour mémoire, un salarié licencié qui ne retrouvera pas de travail pourra attaquer en responsabilité son ancien employeur pour ne pas avoir maintenu son employabilité ... il faudra certes argumenter ... et donc pouvoir prouver que la forme est respectée ...
1
il y a 3 ans par oimoci
Merci pour cette précision lourde de sens :)
1
il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Comme l'évoque Olivier, l'obligation d'assurer la réemployabilité des salariés est un point à ne pas oublier. C'est d'ailleurs déjà d'actualité : lors d'une formation sur la réforme de la formation, Jean-Pierre Willems nous citait justement des cas où des salariés se sont retournés avec succès contre leur employeur après coup... Il s'agissait de plongeurs dans un restaurant.
2
il y a 3 ans par FredericLibaud
Bonsoir,
Quelques liens à regarder et lire, pour approfondir la réflexion :
- t.co/pW4K0TIuLK ;
- digital-society-forum.orange.com/fr/les-forums/... ;
- www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/12/21/31007-2....
Bonne lecture.
3
il y a 3 ans par oimoci
Merci encore Frédéric !
1
il y a 3 ans par FredericLibaud
De rien.
Un autre article que je viens juste de finir de lire : www.informatiquenews.fr/revolution-numerique-de....
4
il y a 2 ans par BertrandPimpin
Les plateformes collaboratives accélérant la fluidité des échanges et la diffusion des savoir-faires finiront par ubériser les métiers de conseil. C'est déjà un peu le cas avec le développement des consultants freelance mais ceux ci ont du mal aujourd'hui à porter plus que leur propre savoir-faire. Demain les "meetics" ou "adopte un consultant" (ça je viens de l'inventer) permettront de monter des dreams teams pour répondre à de nouveaux challenges !
3
il y a 3 ans par ClementBegin
Une des mutations importantes me semble liée au mode de management, tu dois bien la connaître puisqu'il s'agit du fameux "management libéré", qui infuse toutes les boîtes, des plus grosses (Decathlon, Peugeot, Adidas) aux plus petites start up, en passant par le secteur public, qui pour une fois, n'est pas à la traine. Je n'en dis pas plus, le sujet est suffisamment couvert sur skiller.
Le mode de management change, mais le mode de travail aussi, vers une organisation en cellule autonome, avec le développement du télétravail ou des auto entrepreneurs sous traitants (parfois d'un unique client, ce qui est très contestable en droit du travail, mais tout à fait compréhensible en confort de travail).
Bon courage pour le papier.
2
il y a 3 ans par oimoci
Merci Clément :)
1
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Bonjour,
je ne cherche pas à être exhaustif mais à convaincre !

Quelle conviction chercheras-tu à transmettre précisément ? L'intérêt du changement ? Sa réalité ? (En quoi se change-t-on ? ^^ )
2
il y a 3 ans par oimoci
Convaincre "tout simplement" que nous vivons une rupture dans l'évolution de nos vies du fait de l'accélération actuelle du changement. Nous étions sur une courbe linéaire, devenue exponentielle, qui de ce fait n'est pas simple à appréhender... Quand un robot autonome est disponible pour 20 ou 30.000 dollars et peut remplacer un ouvrier, on a un élément nouveau qui change tout , c'est son prix. Je cherche exactement ce type d'exemple. Merci Joyce :)
2
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Bonjour Jérôme,

Je ne sais pas qui tu vas chercher à convaincre… et pour les amener à quoi… et voici quelques idées.

Ce n'est pas seulement le monde du travail qui évolue, c'est le monde tout court. Le monde politique, le monde de l'environnement (la nature, ce qui nous entoure). Tandis que certains évoluent, d'autres… désévoluent ! (Une ministre de l'éducation nationale qui passe un accord avec une firme mondiale de l'informatique… Cela en même temps qu'une secrétaire d'état présente un projet de loi "pour une république numérique" dont le contenu a un air libriste et geek, assurément).
«Numérique à l'école : partenariat entre le Ministère de l'Éducation nationale et Microsoft »
www.education.gouv.fr/cid96030/numerique-a-l-ec...

«Commission des lois : Mme Axelle Lemaire, ministre, sur le projet pour une République numérique ; contrôle parlementaire de l'état d'urgence»
videos.assemblee-nationale.fr/video.3492888_567...

Nous sommes dans une période d'évolution et de désévolution en même temps.
Cette discussion:
skiller.fr/question/14889

est extraordinaire. Cela nous montre qu'on n'a pas forcément besoin de cabinets d'étude spécialisés pour avoir des informations technico-économiques. Cela devrait être un exemple pour l'enseignement (je me suis inscrite récemment sur la liste de discussion pleine de profs, dans le cadre des campagnes de soutien au Libre de l'April), où il se passe de drôles de choses (une bonne libération des structures de l'école publique, ça leur ferait du bien ! ^^)

La rupture est là c'est sûr. Ne serait-ce que la présence de skiller.fr le montre, ta question le montre, et les réponses fournies le montre.

On pourrait raconter une histoire. "Il était une fois, le XXième siècle. À cette époque, le proverbe qui revenait le plus souvent, c'était “chacun pour soi, et Dieu pour tous !”. En ce temps là, à l'école on apprenait aux enfants que la vie était dure, qu'il fallait se battre pour y arriver, en écrasant les autres au besoin, et que pour survivre il fallait être le meilleur et dominer ! Mais un jour, on vit apparaître des “hurluberlus” comme René Dumont, et d'autres, qui en pleine croissance économique avaient le toupet de prêcher la décroissance ! (Source, Paris Match, 1974 : pas sûre quel mois… ).

Puis, d'autres vinrent, et vers la fin du siècle, certains proposaient des jeux coopératifs ! Ces jeux avaient pour but d'enseigner exactement le contraire ce ce qui était la norme ! On devait s'unir pour faire face à des ennemis communs (des extra terrestres), ou à des catastrophes naturelles ! Et le but était de gagner tous ensemble : car si on ne gagnait pas, on perdait aussi tous ensemble !
Bien entendu, ces jeux avaient un succès relatif, touchant seulement une très petite partie de la société…

****

Fin de l'introduction. ^^
(Si on écrivait un livre tous ensemble ? XD )

Bonnes Fêtes, Joyeux Noël !
2
il y a 3 ans par oimoci
Merci Joyce ! Ce livre, nous l'écrivons actuellement tous ensemble :)
2
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Hello,

En matière de Logiciels libres, l'état pourrait un jour prochain, contribuer au Logiciel libre:
www.silicon.fr/logiciels-libres-secteur-public-...

à voir aussi, references.modernisation.gouv.fr/sites/default/...
ainsi que pcll.ac-dijon.fr/mim/
2
il y a 3 ans par LINKANDEV
Je pense que l'entreprise dans sa forme actuelle peut disparaitre.

L'augmentation des missions précaires et l'impact des nouvelles technologies modifient considérablement les contours du travail. Les nouvelles technologies permettent d'automatiser les taches, de les distribuer et les exécuter en interne ou à des sous-traitants. On appelle cela le travail collaboratif. Le futur du travail est-il le travail payé à la tâche dans une société qui incite les salariés à devenir des auto entrepreneurs ?

Volontairement ou contraints, les salariés changent d'entreprise de plus en plus souvent au cours de leurs parcours professionnel, quand ils ne subissent pas des changements de postes fréquents en interne.

Cela crée un découplage entre l'individu et le collectif.

Inévitablement si votre environnement change tous les 18 mois vous reprenez vos billes et vous ne regardez que votre propre parcours dans une entreprise provisoire. Chacun recherche son propre intérêt.

Mais cette évolution du travail et le désengagement des salariés posent des problèmes concrets aux entreprises :
• il est difficile d'identifier des compétences qui adhèrent à la culture de l'entreprise
• les salariés ne s'intéressent pas assez aux enjeux de l'entreprise pour y contribuer
• les salariés manquent de motivation
• les salariés appliquent de façon mécanique les procédures sans chercher comprendre les problèmes à résoudre

Cela pose évidemment des questions sur la motivation et le management pour reconstruire une relation satisfaisante avec les salariés.
• L'entreprise est-elle capable d'identifier des domaines ou des talents agiles, indépendants, capables de réfléchir hors du cadre et qui peuvent apporter un bénéfice ? et leur donner les moyens , le temps, l'autonomie pour produire un résultat ?
• L'entreprise est elle capable d'expliquer ce que vont devenir les métiers, et comment ses salariés seront encore utile dans 5 ans ? Comment chacun peut s'adapter et contribuer aux évolutions de son métier
• L'entreprise est -elle organisée pour travailler avec des salariés sans les traiter avec suspicion ? la bureaucratie est-elle la réponse aux problèmes ? Les procédures sont-elles claires et raisonnables ?
• L'entreprise peut-elle clarifier sa stratégie pour le futur à travers un projet d'entreprise qui inspire et qui permettent à chacun de contribuer à sa façon à la réussite collective en donnant le meilleur de lui-même ?

Les réponses à ces questions permettront à l'entreprise de conserver et d'attirer les talents nécessaires à sa survie sinon elle disparaîtra dans sa forme actuelle.
2
il y a 3 ans par oimoci
Merci, nous sommes nombreux à partager ce constat. Je cherche justement des exemples d'organisations ayant réinventé les relations individus/collectif et la valorisation de leurs compétences.
1
il y a 3 ans par ClaireBouteyre
Bonjour, j'ai assisté mi décembre à la projection de "E3.0, l'entreprise humaniste" documentaire réalisé par Michel Akrich qui montre de l'intérieur la transformation en cours de l'entreprise Averia (spécialisé dans la transformation de verre plat) dirigée par Pierre Ygouf. Tu peux les contacter tous deux de ma part (via Linkedin par exemple).
2
il y a 3 ans par oimoci
Merci Claire, je vais regarder ça de près :)
1
il y a 3 ans par usercentric
Le développement des coopératives d'activité et d'emploi me semble illustrer très concrètement l'entreprise éclatée au présent. Une forme hybride où le free-lance est salarié : www.cooperer.coop/les-cae-en-bref/
2
il y a 3 ans par oimoci
Merci :) En effet, c'est probablement une alternative ou une transition...
1
il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Hello Jérome,
En matière de recrutement, la mutation est forte : entretien vidéo, site critique comme glassdoor, possibilité de postuler d'un mouvement de pouce offerte par certaines startup du domaine (je pourrai te retrouver un ou deux noms si besoin mais là je n'ai pas les éléments)
D'une manière générale, tu peux trouver des chiffres très forts sur les 5, 10, 15 ans à venir en ce qui concerne le taux de métier qui sera inventé /changé/... C'est chaque fois très révélateur !
Les imprimantes 3D sont une vraie révolution : on imprime de la peau, du verre, des pizzas, du béton.... Avec tout ce que cela implique comme mutation !
Le grand Michel Serres donne un exemple très parlant sur la vitesse de mutation dans son dernier livre "petites poucettes" avec le nombre de mots qui changent dans le dictionnaire. Re vérifie mais je crois qu'on ajoutait 4 ou 5 000 mots dans le dico au bout de 20 ans.... Avec la prochaine période, on sera à 30 000 ou 35 000 .... Ce gap équivaudrait à celui entre le vieux français et le langage actuel ^^.
L'accès à la connaissance est aussi en pleine mutation, cela repose la question "doit on toujours apprendre" ... Avec des impacts personnels ou professionnels.
... Je reviens sur Skiller si d'autres trucs me reviennent en tête :)

Joyeuses Fêtes à toutes et tous
1
il y a 3 ans par oimoci
Merci beaucoup Jean-Philippe :)
Michel Serres fait référence à l'encyclopédie publiée tous les 40 ans, c'est un peu long ;) même si l'accélération (x6 quand même) du nombre de nouveaux mots en dit long sur la vitalité... du monde du travail ! La majorité de ces nouveautés provenant du monde professionnel !

L'impression 3D commence à être bluffante, notamment dans la construction de maison annoncée à 10000 euros... Mais son impact global sur Le travail n'est pas évident...

Je suis comme toi convaincu que l'accès à des connaissances de plus en plus pointues de plus en plus simplement (et gratuitement bien souvent) change totalement la donne ! Et cette connaissance doublerait tous les ans... Ce qui fait que la connaissance créée en 2015 serait 32 fois plus importante que celle de l'année 2010 !!! Je file, je dois terminer mon tuto ;)

Encore merci :)
2
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Je file, je dois terminer mon tuto ;)

Bonjour, juste un pensée…

Y aura-t-il des images dans ton tuto ?

Celle-ci:
arbre réseaux sociaux

me fait penser à deux choses vitales, l'électricité d'une part, les arbres d'autres part. Sans électricité, la société actuelle s'écroule. Les arbres : sans arbres pas de vie (humus ←→ humains).
1
il y a 3 ans par Jean_Philippe_RYO
Tu as semé le doute dans mon esprit ;) . J'ai donc repris le bouquin avec le
texte original -->
"... Ils ne parlent plus la même langue . Depuis Richelieu, l'Académie française publie, à peu près tous les vingt ans, pour référence, le Dictionnaire de la nôtre. Aux siècles précédents, la différence entre deux publications s'établissait autour de quatre à cinq mille mots, chiffre à peu près constant ; entre la précédente et la prochaine, elle sera de trente-cinq mille environ."
2
il y a 3 ans par FredericLibaud
Une petite lecture complémentaire, en provenance direct du blog d'Olivier Ezratty dont la réputation n'est plus à faire : www.oezratty.net/wordpress/2015/meta-prediction....
1
il y a 2 ans par HenriLefevre
La slash génération, les corporate hackers et le revenu universel de base ! ;)
1
il y a 2 ans par oimoci
Merci Henri :) Il y a tellement de richesses dans toutes vos réponses que je vais devoir faire une synthèse avant de me lancer !
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.